Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

La grande histoire du festival de Cannes (1939-2017)


Bibliographie cinéma

 

Placée sous le parrainage de Monica Bellucci, maîtresse de cérémonie en 2003 et membre du jury de la 59e édition du Festival en 2006, cette édition suivra une chronologie inversée de l’histoire du Festival scindée en deux grandes parties
• « Festival d’aujourd’hui » Le Festival dans son siècle : de 2017 à 2000
• « La saga du Festival » au XXe Siècle de 1999 à 1939

Cannes Memories, La grande histoire du festival de Cannes (1939-2017), Entertainment Media, 2017 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma – Livres, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Publicités

L’âge d’or du X


 

Réalisateur : Laurent Préyale
Durée : 0h52
Année : 2006
Pays : France
Genre : Documentaire
Résumé : Je me souviens de Brigitte, Marylin, Alban et les autres. Je me souviens que le film « Les jouisseuses » avait remporté un grand succès. Je me souviens de châteaux, de soubrettes et des valets de chambre. Je me souviens que ces films étaient tournés en 35 mm, avec un scénario. Je me souviens que les seins des actrices étaient vrais mais que leurs poils l’étaient tout autant. Je me souviens de Giscard descendant les Champs-Élysées devant les affiches des films pornos. Je me souviens qu’on a quand même bien rigolé à l’époque.
Fiche : IMDbLaurent Préyale
Partage proposé par : Zone Telechargement (film rare) DVD FR
Avis de Monde en Question : Nicolas Castro décline sa nostalgie de « l’âge d’or du X » en occultant sa face sombre. Le dispositif télévisuel est lassant.

Lire aussi :
Dossier documentaire Érotisme & Pornographie, Monde en Question.
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier Cinéma France, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Alain Delon – Ange et voyou


Bibliographie cinéma

 

Enfant de l’entre-deux guerres, destiné à reprendre une prospère charcuterie de banlieue, Alain Delon voit, très jeune, dans le cinéma le moyen d’échapper à une existence trop ordinaire. Grâce à quelques grands cinéastes, tels Clément, Visconti ou Melville, qui lui offrent ses plus beaux rôles dans Plein Soleil, Le Guépard ou Le Samouraï, il s’impose dès les années 60 comme une figure tutélaire du cinéma français. Sa beauté angélique, ses idylles avec Romy Schneider ou Mireille Darc, ses performances de comédien contribuent à faire de lui un acteur adulé. Mais sa vie d’homme d’affaire soucieux de rentabiliser son image, ses relations avec le Milieu et l’affaire Markovic ainsi que sa propension à s’enfermer peu à peu dans des rôles de flic ou de voyou font pâlir son étoile et suscitent la controverse.

Vincent Quivy a écumé les archives, épluché la filmographie, enquêté au plus près de la star dont il dévoile le tragique : des films remarquables, des rôles inoubliables, une volonté de fer et le désir insatiable d’aller toujours plus haut mais une existence devenue image,un homme prisonnier de son propre mythe.

L’icône emblématique du cinéma français, son parcours et ses paradoxes, se dévoilent peu à peu à travers ce portrait humain, lucide et nuancé, révélateur d’une existence passionnée et comme désespérée.

Vincent QUIVY, Alain Delon – Ange et voyou, Seuil, 2007 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma – Livres, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

L’islam et la cité


Bibliographie société

 

L’islam constitue aujourd’hui un objet conflictuel dans le champ politique français. Il serait vecteur de repli sur soi ou l’objet d’instrumentalisations politiques. Pourtant, à distance des discours globalisants présents dans l’espace public et médiatique, ce livre entend démontrer que cette religion peut constituer une ressource dans la mobilisation d’acteurs que tout prédisposait à l’apathie, dans un contexte où la laïcité contraint les formes d’engagement s’appuyant sur l’expérience religieuse. Il vise tout particulièrement à défaire les analyses qui feraient agir la « communauté musulmane » comme un seul et même groupe social homogène. En suivant les acteurs au plus près dans différents quartiers populaires, ce livre restitue les contraintes très fortes qui pèsent sur l’action collective des groupes minoritaires. À rebours d’une lecture qui n’y verrait que des revendications « communautaristes », cet ouvrage démontre que les engagements inspirés de l’islam recherchent avant toute chose l’égalité.

Julien TALPIN, Julien O’MIEL et Frank FRÉGOSI (sous la direction de), L’islam et la cité – Engagements musulmans dans les quartiers populaires, Presses universitaires du Septentrion, 2017 [Texte en ligne].

Lire aussi : Index Société, Monde en Question.

Histoires de cinéma – Histoires de sexe


 

Réalisateur : Florence Platarets
Durée : 0h52
Année : 2016
Pays : France
Genre : Documentaire
Résumé : Comment, des Valseuses à La vie d’Adèle en passant par Le dernier tango à Paris, montrer le sexe à l’écran reste une inépuisable source de défi pour le septième art.
Fiche : Arte
Partage proposé par : 9docu HD 720 FR

Lire aussi :
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier Cinéma France, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Genre, postcolonialisme et diversité de mouvements de femmes


Bibliographie société

 

Le présent ouvrage s’attache à souligner la diversité et la richesse des mouvements de femmes de par le monde, qui se sont organisés autour d’enjeux variés, que ce soit autour du droit de vote des femmes, du droit des filles à l’éducation, des luttes anticoloniales, des discriminations racistes envers des femmes ou de divers autres droits. Il explore aussi les débats sur l’articulation des différentes appartenances de classe, race, caste, genre et comment ces catégories se croisent, se renforcent. Ce débat est déjà ancien, puisqu’il a été abordé dès le xixe siècle, par exemple avec les textes de Flora Tristan, en Chine dans les années 1920, ou dans les années 1960 aux États-Unis avec les femmes du mouvement Black Feminism. À partir des années 1980, se développe une démarche critique de l’hégémonie d’une certaine pensée féministe, blanche, occidentale, qui n’avait pas suffisamment reconnu les tensions dans les débats et luttes féministes, pourtant âpres, autour des questions de classe, de race ou de nation. Cette démarche de décolonisation du féminisme est inspirée par des militantes et théoriciennes issues de la migration, des minorités, et surtout par des militantes et théoriciennes dans les pays du Sud. La réflexion sur l’intersectionnalité des catégories de genre, classe, race, caste, a permis de construire de nouveaux champs théoriques qui ont souvent précédé l’institutionnalisation du champ d’études postcoloniales.

Cet ouvrage permet aussi que s’expriment et soient rapportés les expériences concrètes des femmes et des mouvements de femmes, dans toute leur diversité, et les savoirs qui sont élaborés par et avec elles. Ce travail correspond à une reconnaissance, non seulement des capacités d’agir mais aussi des capacités de penser, de manière critique, des femmes de différentes appartenances et de divers horizons culturels, et dont les théories féministes sont redevables.

Christine VERSCHUUR (sous la direction de), Genre, postcolonialisme et diversité de mouvements de femmes, Graduate Institute Publications, 2010 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Société, Monde en Question.
Dossier documentaire Féminismes, Monde en Question.

Vers une libération des usages pédagogiques en ligne ?


Bibliographie médias

 

Le droit d’auteur est une matière souvent désespérante tant parait encore important le fossé entre les possibilités offertes par le numérique en matière d’accès à la connaissance et les restrictions juridiques qui entravent toujours ce potentiel. La frustration est particulièrement importante en ce qui concerne les usages pédagogiques pour lesquels Internet pourrait offrir de formidables opportunités. Mais ils sont organisés en France sur la base d’une exception au droit d’auteur qui, si elle s’est un peu élargie au fil du temps depuis son introduction dans la loi en 2006, reste encore largement inadaptée dès qu’il s’agit de réutilisation et de diffusion de contenus sur Internet. Une discussion est en cours au niveau européen pour revoir ce mécanisme dans la future directive sur le droit d’auteur, afin de favoriser notamment l’usage d’œuvres protégées dans l’enseignement à distance. Mais les débats au Parlement européen sont terriblement âpres et il n’est même pas certain que la nouvelle mouture du texte apporte des améliorations significatives par rapport à ce qui est déjà prévu dans la loi française…

On est décidément jamais à l’abri d’une bonne surprise et c’est au niveau de la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) qu’une avancée décisive est peut-être en train de se dessiner. Une juridiction allemande lui a en effet renvoyé une affaire dans laquelle un photographe a attaqué en justice une école (si,si… vous ne rêvez pas), parce qu’un élève avait récupéré un de ses clichés figurant avec son accord sur le site d’une revue de voyages pour réaliser un travail pédagogique qu’il a ensuite été poster en ligne sur le site de l’établissement. Ce grand humaniste a considéré qu’il y avait là une violation de son droit d’auteur et réclamait le retrait de l’image, assorti d’une amende de 400 euros…

[…]

Si la Cour se prononce en ce sens (ce qu’elle n’est pas obligée de faire, même si elle tend généralement à suivre son avocat général), il en résulterait une libération considérable des usages pédagogiques en ligne, mais aussi une redéfinition sensible des équilibres entre les exclusivités du droit d’auteur et les usages collectifs de la Culture.

Lire l’intégralité de l’article : S.I.Lex.

Lire aussi : Index Généralités, Monde en Question.

Cinema Perverso


 

Réalisateur : Oliver Schwehm
Durée : 0h58
Année : 2015
Pays : Allemagne
Genre : Documentaire
Résumé : Le monde perdu des cinémas de gare. C’est un phénomène historique propre à l’Allemagne d’après-guerre.
Lors de la reconstruction des grandes gares du pays (Francfort, Munich, Cologne, Düsseldorf, Stuttgart, la compagnie des chemins de fer allemands construit des salles de cinéma dans lesquels les voyageurs peuvent passer le temps entre deux trains.
Fiche : ArteIMDb
Partage proposé par :
• Dailymotion Streaming VFTélécharger
• Zone Telechargement (film rare) HD 720 VF
• Cine clasico HD 720 VOSTES

Lire aussi :
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier Cinéma Allemagne, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Le cinématographe, machine hallucinatoire


Bibliographie cinéma

 

À travers une analyse de textes, cet article explore le motif du cinéma comme machine à halluciner, à une époque où les troubles nerveux tels l’hystérie, la neurasthénie et le somnambulisme induisent chez les sujets concernés un trop plein sensoriel difficile à maîtriser. Mais si le cinéma est conçu comme un dispositif hallucinatoire, à leur tour les troubles de la perception sont décrits sous la forme d’une projection d’images animées sur un écran mental. Vers 1910, le cinématographe devient alors un opérateur de pensée privilégié dans l’étude de l’hallucination, mais aussi de manière plus large, un modèle épistémologique de la perception et la subjectivité à l’ère de la modernité technologique et sociale.

Mireille BERTON, Le cinématographe, machine hallucinatoire – Psychiatrie et imaginaires technologiques autour de 1900, Sens Public, 9 avril 2018 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma – Livres, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Aux sources de la précarité


Bibliographie histoire

 

Au cœur de l’actualité, la précarité est souvent médiatiquement présentée, en suivant le discours porté par les pouvoirs politique et économique, comme un mal nécessaire permettant de limiter la croissance du chômage. À la lumière de la longue portée de la critique historique, il apparaît néanmoins essentiel d’infirmer ce discours et d’en souligner les dangers en termes sociaux et politiques. C’est la démonstration qui est faite ici à travers l’exemple de l’édification industrielle du département du Nord.

Cette précarité, loin de constituer une innovation, est déjà concomitante du développement du travail salarié au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Elle y constitue, en l’absence de protections sensibles, un instrument de pression visant à s’opposer aux prétentions ouvrières ; mais elle est également un déterminant politique de premier ordre qui permet de contraindre le vote des ouvriers et parfois, de donner une expression politique à leur ressentiment et à leur détresse.

Ce livre s’adresse à tous ceux qui, conscients des enjeux politiques et sociaux actuels, souhaitent comprendre en quoi la précarité, et l’utilisation qui en est faite, sont centrales dans les constructions démocratiques et républicaines à l’œuvre en France du XIXe siècle à nos jours.

Marc LELEUX, Aux sources de la précarité – L’instrumentalisation du travail dans le Nord 1848-1914, Presses universitaires du Septentrion, 2015 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Géographie-Histoire, Monde en Question.
Dossier documentaire Histoire, Monde en Question.