Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Huit leçons sur l’Afrique


Bibliographie littérature

 

En 2016, Alain Mabanckou a occupé la Chaire de création artistique du Collège de France. C’était la première fois qu’un écrivain africain était amené à y enseigner la littérature et la culture si souvent dédaignées du « continent noir ».

Alain Mabanckou est l’héritier de l’histoire littéraire et intellectuelle de l’Afrique, qu’il retrace dans ces Huit leçons sur l’Afrique données au Collège de France. Croisant la stylistique et la vision politique, envisageant la littérature mais aussi le cinéma et la peinture, les Leçons d’Alain Mabanckou sont une nouvelle façon de visiter la francophonie, matière moins conventionnelle que son nom ne pourrait l’évoquer. La France n’est pas le seul centre de gravité de ce monde-langue. De « Y’a bon » à Aimé Césaire, la lutte a été longue pour passer « des ténèbres à la lumière », et c’est une vision apaisée des rapports de la culture africaine au monde que ces Huit leçons proposent.

Loin d’être en concurrence avec la culture française, la culture noire, d’Afrique, de Haïti ou d’Amérique, l’enrichit. « La négritude n’est pas essentiellement une affaire de Noirs entre les Noirs, mais une façon de reconsidérer notre humanisme. »

Le livre est enrichi d’un avant-propos inédit et de deux interventions d’Alain Mabanckou sur l’Afrique, dont sa fameuse lettre ouverte au président de la République sur la francophonie.

Alain MABANCKOU, Huit leçons sur l’Afrique, 2020, Grasset, [Texte en ligne].

Lire aussi :
Alain MABANCKOU, Collège de France.
Index Afrique, Monde en Question.
Veille informationnelle Afrique, Monde en Question.
Index Littérature, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

Erich von Stroheim and Carl Laemmle (2000)


 

Titre : Erich von Stroheim and Carl Laemmle
Réalisateur : Laurent Préyale
Durée : 0h25
Année : 2000
Pays : France
Genre : Documentaire, Biographie
Fiche : IMDb
Partage déniché par Monde en Question

Lire aussi :
Filmographie, Ciné Monde.
Dossier Cinéma France , Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Grand Atlas 2020


Bibliographie géographieBibliographie histoire

 

Un ouvrage indispensable pour comprendre le monde :

– Plus de 100 cartes inédites et mises à jour
– Un tour d’horizon complet des grands enjeux internationaux

En partenariat avec Courrier international et France Info

Frank TÉTART, Grand Atlas 2020, 2019 Autrement, [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Géographie, Monde en Question.
Index Histoire, Monde en Question.
Dossier Géographie, Monde en Question.
Dossier Histoire, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

Atlas du Moyen-Orient


Bibliographie géographieBibliographie histoire

 

La situation au Moyen-Orient n’est pas une crise de plus mais un basculement historique.

Plus de 120 cartes pour comprendre les origines multiples des violences du Moyen-Orient, cet ensemble géopolitique allant de la Turquie au Yémen, et de l’Égypte à l’Iran.

• Les racines historiques des conflits actuels, depuis l’effondrement de l’Empire ottoman
• Les impasses politiques des régimes autoritaires et les dérives nationalistes, islamistes et sionistes
• Pétrole, gaz, eau, terres : des ressources stratégiques très disputées
• Les intérêts et les stratégies des grandes puissances dans la région.

Dans les conflits du Moyen-Orient, en Syrie, au Yémen, en Irak, en Israël-Palestine, c’est le destin d’États, de peuples et de sociétés civiles parfois en lambeaux qui est en jeu. Pour espérer rétablir une stabilité régional, il est indispensable de comprendre les origines de la violence.

Pierre BLANC & Jean-Paul CHAGNOLLAUD, Atlas du Moyen-Orient, Autrement, 2019 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Géographie, Monde en Question.
Index Histoire, Monde en Question.
Dossier Géographie, Monde en Question.
Dossier Histoire, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

The Man You Loved to Hate (1979)


 

Titre : The Man You Loved to Hate
Réalisateur : Patrick Montgomery
Durée : 1h18
Année : 1979
Pays : USA
Genre : Documentaire, Biographie
Fiche : IMDb
Partage déniché par Monde en Question

Lire aussi :
Filmographie, Ciné Monde.
Dossier Cinéma USA , Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Crise du système démocratique occidental


Bibliographie politique

 

Lors de notre rencontre dans un café du 14e arrondissement de Paris, j’avais de la difficulté à identifier le monsieur devant moi à son âge réel. Ayant 87 ans, Nils Andersson donnait l’impression d’un intellectuel militant à la soixantaine, toujours dynamique et prêt à défendre sa position sang froid pour suivre ce qui se passe dans le monde entier. Né en Suisse, il a été expulsé par le gouvernement helvétique en 1966 pour avoir soutenu la guerre d’indépendance de l’Algérie, s’être opposé à la guerre du Vietnam et avoir soutenu les pensées communistes. Nils Andersson connaît ce que pourrait être un système démocratique dans tous ses états…

Installé depuis longtemps en France, il a maintenant choisi de se retirer de la vie publique. Ayant été un des premiers éditeurs européens à traduire et à publier dans les années 1960 les ouvrages de Mao, le rôle actuel de Nils Andersson est de réfléchir et d’écrire sur son passé : le vécu personnel pendant un demi-siècle. Il a publié en 2016 Mémoire éclatée, un récit de 500 pages pour retracer son parcours dans la seconde moitié du 20e siècle, témoignant de la lutte anticoloniale du Tiers monde jusqu’à la mondialisation économique, pour s’interroger comment le monde occidental est-il entré petit à petit dans le déclin.

Une Europe en perte de vitalité

Ayant vécu la chasse impitoyable des pensées communistes en Europe dans les années 1960, Nils Andersson restait vigilant pour tout type de slogan prônant la liberté d’expression. Sa prospective sur l’avenir du monde s’appuie davantage sur les statistiques, insistant sur le rôle déterminant de la géographie, de la démographie, de l’économie et du pouvoir militaire dans les rapports de force entre pays.

Il a récemment publié un article intitulé « Relations internationales : prévisions de l’imprévisible ? » dans la revue La Pensée, dans lequel il a cité les chiffres de la Fondation Gapminder pour estimer les modifications des relations internationales dans les trente ans à venir. Selon la Fondation Gapminder, « de 2018 à 2050, la population de l’Asie devrait croître de 4 544 millions à 5 255 M (+ 711 M), celle de l’Afrique de 1 286 M à 2 525 M (+ 1 239 M), de l’Amérique centrale et du sud de 515 M à 610 M (+ 95 M), de l’Amérique du Nord de 495 M à 599 M (+ 104 M), de l’Océanie de 40 M à 56 M (+ 16 M), celle de l’Europe au contraire devrait décroître de 744 M à 717 M (- 27 M). Ainsi, l’Asie et l’Afrique représenteraient-elles 80 % de la population mondiale ».

La fondation Gapminder a également indiqué que « en 2019, les enfants de moins d’un an constituent la plus importante classe d’âge en Afrique, il en sera de même en 2050. Pour l’Asie, la classe d’âge la plus importante passerait, toujours entre 2019 et 2050, de 31 à 37 ans, pour les Amériques de 26 ans à 50 et pour l’Europe de 32 ans à 63 ». La conclusion de Andersson sur l’avenir de l’Europe n’est donc pas très optimiste : « Si, pour l’Afrique, la pyramide des âges représente une quadrature du cercle économique et sociale, celles des Amériques et plus encore de l’Europe signifient inéluctablement une perte de vitalité de la société. »

Le classement de l’économie mondiale repositionné

Sur le classement économique mondial, Andersson a souligné : « selon Audit PWC France, si l’on regarde les prévisions, entre 2016 et 2050, le classement des vingt premières puissances économiques sur la base du PIB en parité du pouvoir d’achat, alors pour les pays membres de l’Union européenne : l’Allemagne reculerait de la 6e place à la 9e, le Royaume-Uni de la 9e à la 10e, la France de la 10e à la 12e, l’Italie de la 12e à la 21e, l’Espagne de la 15e à la 26e. »

En ce qui est hors l’Union européenne, « la Russie se maintiendrait à la 6e place et la Turquie avancerait de la 14e à la 11e. Pour l’Amérique du Nord, les États-Unis 2e en 2016, sont 3e en 2050, le Canada 17e deviendrait 22e et dans l’Océanie l’Australie reculerait de la 18e à la 28e place. En Asie, la Chine, déjà 1ère en 2016, le resterait en 2050, l’Inde, 3e, deviendrait 2e. l’Indonésie 8e serait 4e, l’Arabie saoudite passerait de la 15e à la 13e place, l’Iran, 18e deviendrait 17e, au contraire, le Japon reculerait de la 4e à la 8e, la Corée du Sud de la 13e à la 18e et la Thaïlande de la 20e à la 25e. Pour l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud, le Brésil 7e, deviendrait 5e et le Mexique 11e avancerait à la 7e place ».

Andersson a ainsi indiqué : « les États membres de l’Union européenne perdent-ils tous des places, l’Italie, l’Espagne avec le Canada, l’Australie et la Thaïlande ne sont plus dans les vingt premiers, remplacés par le Nigéria (14e), l’Égypte (15e), le Pakistan (16e), les Philippines (19e) et le Vietnam (20e). La tendance économique démontre le transfert du centre de gravité du monde de l’espace euro-atlantique vers l’espace Asie-Pacifique et la montée en influence des puissances émergentes, principalement la Chine, l’Inde, l’Indonésie, le Brésil et le Mexique. »

Déséquilibre dans le système social des pays occidentaux

Sur l’état actuel de la plupart des pays occidentaux, Andersson a exprimé son inquiétude : « l’une des conséquences du néolibéralisme dans les années 80 a été la privatisation du revenu national et l’augmentation de la richesse privée par rapport à la richesse publique. Dans une large mesure, le rôle des gouvernements occidentaux en tant que décideurs a été affaiblis. Cela est devenu une raison importante du déclin de l’Occident. » En Allemagne, en Grande-Bretagne, en France, au Japon et aux États-Unis, a-t-il rajouté, le résultat de la privatisation du revenu national a entraîné la montée de la dette nationale, et le gouvernement s’est ainsi appauvri, ce qui a conduit la gouvernance des pays occidentaux à une impasse.

« La croissance de la richesse privée, notamment des revenus des grandes sociétés multinationales nées dans les années 50, a largement inversé l’équilibre entre la richesse publique et le système social dans les pays occidentaux », a insisté Andersson. « Aujourd’hui, environ 1000 multinationales occidentales contrôlent 80% de la production industrielle mondiale. Cette forte concentration de capitaux, ainsi que la concurrence féroce entre les entreprises et leurs relations complexes avec les partis politiques, ont créé des freins et contrepoids majeurs sur les politiques publiques des pays occidentaux. En conséquence, la participation politique des citoyens a été constamment réduit, aggravant encore les crises politiques et sociales des démocraties occidentales », a-t-il conclu.

Andersson a ainsi résumé : « la crise écologique, la crise financière, l’écart entre les riches et les pauvres, l’expansion des inégalités sociales, les migrations causées par les guerres, la crise de la démocratie représentative, le déclin de l’idée d’État-nation, la radicalisation de la conscience de l’identité, l’augmentation de l’égoïsme national, le rejet de l’idéologie, l’évitement de la réalité par la religion… Voilà les principaux problèmes auxquels sont confrontés les pays occidentaux aujourd’hui et à l’avenir. »

Néanmoins, il a insisté le fait que les États-Unis restent toujours dans une position majeure, comme l’OTAN en dépend dans les affaires militaires, et c’est aussi la première puissance mondiale qui domine encore les institutions et les organisations internationales, avec des moyens financiers et économiques considérables. Les pays anglophones maintiennent ainsi, avec les États-Unis, une forte influence dans le monde entier.

L’avantage de la mémoire longue de la Chine

Selon Andersson, l’émergence de la Chine au cours des 40 dernières années est une réalité généralement inattendue dans le monde occidental, ce qui a conduit la Chine et les États-Unis à devenir les deux pays qui auront le plus d’influence sur l’équilibre des relations internationales à l’avenir. Il a ainsi estimé : « bien que les États-Unis et la Chine soient les deux pays qui ont la dette la plus élevée, la nature de leur dette est très différente. Par rapport à la croissance économique, ces deux pays ont encore beaucoup de marge de manœuvre financière. » Toutefois, l’ancien éditeur reste très optimiste quant au potentiel de développement de l’économie numérique en Chine. Il a conviction que les entreprises informatiques à grande échelle de la Chine, telles que Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi, Huawei, pourront rivaliser avec les géants américains.

Sur l’ordre mondial, Andersson a aussi estimé : « bien que la Chine et les États-Unis aient un impact plus important sur la structure internationale, ce n’est pas la même chose que la confrontation entre les États-Unis et le bloc militaire dirigé par les Soviétiques pendant la guerre froide. L’avenir de la structure mondiale est une hiérarchie des contradictions primaires et secondaires. En tant que deux grandes puissances, les États-Unis et la Chine ont une influence structurelle sur l’ordre mondial, mais les forces régionales ne peuvent pas être sous-estimées, comme les crises régionales en Turquie, en Amérique latine et en Inde. »

Andersson a notamment critiqué la « mémoire courte » des politiciens occidentaux, c’est-à-dire l’oubli de leur propre histoire les amenant à juger le développement actuel de la Chine selon des normes inopportunes. Il a déploré : « la critique des politiciens occidentaux envers la Chine est irresponsable ! » À ses yeux, c’est précisément la Chine d’aujourd’hui qui incarne les avantages de la « mémoire longue ». La Chine sait comparer sa propre histoire avec celle des pays occidentaux, en prenant en considération les intérêts du peuple pour élaborer un plan de développement à long terme.

Gilet jaune : les crises politiques, sociales et culturelles de la France

Sur les mouvements des « gilets jaunes » qui ont duré plus d’un an en France, Andersson a gardé un œil distant. Selon lui, il s’agit de l’aggravation de la crise institutionnelle provoquée par la libération sociale dans le pays depuis 1968. « La politique néolibérale mise en œuvre par la France depuis les années 80 a désormais considérablement aggravé l’insécurité sociale », a-t-il souligné. « Cela rend les pauvres encore plus pauvres, et la classe moyenne dans une instabilité extrême. La classe moyenne risquerait ainsi de devenir une couche sociale défavorisée, et ce genre de peur a conduit la France à des crises sociales ».

Il a poursuivi : « la crise institutionnelle des démocraties occidentales se reflète également dans la crise des systèmes de représentation et des partis politiques. Le pouvoir est désormais entre les mains des oligarques financiers, tandis que les représentants élus du gouvernement n’ont plus le pouvoir de décision. Cela rend difficile le fonctionnement du système parlementaire et il est aussi peu probable pour le nouveau type de représentation des citoyens de trouver leur voix. » Enfin, « les deux types de crise – crise sociale et crise institutionnelle – sont finalement liés à la crise culturelle provoquée par la récession européenne », a conclu Andersson.

Source : Le Quotidien du Peuple

Lire aussi :
Nils Andersson, éditeur militant, En attendant Nadeau.
Nils Andersson, éditeur, IMDb.
Nils Andersson, éditeur d’Alleg, Le Temps.
Nils Andersson, Une répression coloniale oubliée au Niger, Histoire coloniale et postcoloniale.
Articles Nils Andersson, ATTAC.
Articles Nils Andersson, Cairn.
Articles Nils Andersson, L’Humanité.
Articles Nils Andersson, Le Monde diplomatique.
Blog, Le Club de Mediapart.
Blog, Nils Andersson.
Dossier Nils Andersson, Éditions d’en bas.
Nils ANDERSSON, Mémoire éclatée – De la décolonisation au déclin de l’Occident, Éditions d’en bas [Dépliant].
Livres Nils Andersson, L’Harmattan.
Index Politique, Monde en Question.
Dossier Géopolitique, Monde en Question.
Veille informationnelle Géopolitique, Monde en Question.

Paris, capitale du tiers monde


Bibliographie politique

 

Durant l’entre-deux-guerres, parmi la population estudiantine parisienne se trouve la plupart des futurs leaders de l’anti-impérialisme. Venus d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique du Sud pour achever leur formation politique, ils se croisent, se fréquentent parfois, formulent déjà quelques aspirations sans que la Ville Lumière n’en sache rien.

Ce livre retrace l’expansion, au cours de l’entre-deux-guerres, de l’anti-impérialisme mondial, mouvement dans lequel Paris joua un rôle de tout premier plan. La Ville Lumière accueillit en effet d’innombrables futurs leaders tiers-mondistes qui vinrent y faire, sans même le savoir, leur formation politique – formation qui, en retour, les mènera vers l’une des plus fantastiques déflagrations révolutionnaires de l’histoire. Dans ce Paris incroyablement cosmopolite où affluaient les âmes errantes venues du monde entier, on pouvait ainsi croiser Hô Chi Minh, Zhou Enlai, Léopold Sédar Senghor, C. L. R. James, George Padmore, Messali Hadj ou le révolutionnaire indien M. N. Roy.

En étudiant le contexte sociopolitique parisien dans lequel ces apprentis activistes évoluaient, ce livre nous plonge dans des complots d’assassinat prétendument ourdis par des étudiants chinois, dans des manifestations menées par des nationalistes latino-américains, ou simplement dans la vie quotidienne des ouvriers algériens, sénégalais ou vietnamiens.

Sur la base de rapports de police et autres sources de première main, Michael Goebel montre le rôle de force motrice essentiel joué par les mouvements migratoires et les interactions vécues au sein des milieux immigrés dans le développement de l’opposition à l’ordre impérial mondial, qui a fait se croiser les histoires de peuples issus de trois continents. S’appuyant sur les travaux de l’histoire globale et impériale, et sur les études des questions migratoires et « raciales » en France, ce livre ne propose rien de moins qu’une compréhension renouvelée des origines de l’idée de tiers monde et de tiers-mondisme.

Michael GOEBEL, Paris, capitale du tiers monde, 2017 La Découverte, [Texte en ligne].

Depuis, l’eau à couler sous les ponts de Paris qui est devenu Paris-Charlie, la capitale du racisme… contre les Arabes, les Noirs ou les Chinois.

14/02/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Articles Charlie, Monde en Question.
Index Politique, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle Géopolitique, Monde en Question.

Como caído del cielo (2019)


 

Titre : Como caído del cielo
Réalisateur : José Pepe Bojórquez
Acteurs : Omar Chaparro, Ana Claudia Talancón, Stephanie Cayo [Pedro Infante]
Durée : 1h52
Année : 2019
Pays : Mexique
Genre : Biographie,Comédie musicale
Fiche : IMDb
Partage déniché par : Monde en Question

Lire aussi :
Dossier Cinéma Mexique, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Les luttes de classes en France au XXIe siècle


Bibliographie société

 

Macron et les Gilets jaunes ont ouvert une page nouvelle de l’histoire de France, qui mêle retour des luttes sociales et apathie politique, sursaut révolutionnaire et résignation devant les dégâts de l’euro, regain démocratique et menace autoritaire.

Pour la comprendre, Emmanuel Todd examine, scrupuleusement et sans a priori, l’évolution rapide de notre société depuis le début des années 1990 : démographie, inégalités, niveau de vie, structure de classe, performance éducative, place des femmes, immigration, religion, suicide, consommation d’antidépresseurs, etc.

Les faits surprendront. Les interprétations que propose l’auteur doivent, quant à elles, beaucoup à Marx, mais à un Marx mis « sous surveillance statistique ». À gauche, comme à droite, elles paraîtront à beaucoup étonnantes, amusantes, contrariantes, ou angoissantes. Cet empirisme sans concession conduit même Emmanuel Todd à réviser radicalement certaines de ses analyses antérieures.
À la lecture de ce livre riche, stimulant, provocateur, la vie politique des années 1992-2019 prend tout son sens : une longue comédie politique où s’invitent les classes sociales.

Bienvenue donc dans cette France du XXIe siècle, paralysée mais vivante, où se côtoient et s’affrontent des dominés qui se croient dominants, des étatistes qui se croient libéraux, des individus égarés qui célèbrent encore l’individu-roi, avant l’inéluctable retour de la lutte des classes.

Emmanuel TODD, Les luttes de classes en France au XXIe siècle, Seuil, 2020 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Société, Monde en Question.
Dossier Sociologie, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle Culture, Monde en Question.

Atlas de l’Amérique latine


Bibliographie géographieBibliographie histoire

 

Plus de 120 cartes et infographies pour découvrir le visage social, économique et politique de l’Amérique latine.

• Crises économiques et progrès sociaux : une croissance ralentie et des populations ébranlées
• Corruption et crises démocratiques : le retour à une stabilité politique est-elle possible ?
• L’Amérique latine dans le monde : au-delà d’un rôle régional, quelle est sa place dans la mondialisation ?

Cette cinquième édition, entièrement mise à jour, présente et analyse les défis auxquels doit faire face l’Amérique latine d’aujourd’hui.

Olivier DABÈNE & Frédéric LOUAULT, Atlas de l’Amérique latine, 2019 Autrement, [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Géographie, Monde en Question.
Index Histoire, Monde en Question.
Dossier Géographie, Monde en Question.
Dossier Histoire, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.