Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives de Tag: Bibliographie

L’Europe de la première croissance


Bibliographie histoireBibliographie économie

 

S’il est des siècles obscurs dans l’histoire européenne, ce sont bien les IXe et Xe siècles. Obscurs certes parce que les sources sont maigres, mais obscurs surtout parce que les historiens les ont réputés tels : négligeant le siècle et demi qui sépare le glorieux règne de Charlemagne du surgissement de la dynastie capétienne, ils n’ont pas tous su voir combien cette période a été importante. Qu’on l’envisage à travers l’évolution du statut des personnes, des techniques ou encore de la monnaie et des échanges, il est en effet évident, à qui sait vraiment lire les textes et faire siennes les découvertes de l’archéologie, que c’est au Xe siècle – et non après – qu’il faut situer la première croissance de l’Occident. Dans l’Allemagne occidentale comme dans la France et l’Italie d’aujourd’hui (pays sur lesquels s’étendait jadis à peu près l’Empire carolingien), les phénomènes sont concomitants : mieux exploitée par davantage d’hommes socialement insérés dans une famille de type nouveau, la terre donne de meilleurs rendements, ce qui enclenche le cercle vertueux d’une première croissance.

A cette aune, les successions dynastiques, les révolutions de palais et les guerres sont des épiphénomènes sur lesquels on aurait tort de s’attarder trop longuement. Multipliant les enquêtes et études de cas précis sur des questions qui passaient pour insolubles en déployant une érudition époustouflante – et toujours passionnante -, Pierre Toubert donne ici un livre pionnier qui sera, n’en doutons pas, le point de départ d’un profond renouvellement historiographique.

Pierre TOUBERT, L’Europe de la première croissance – De Charlemagne à l’an mil, Fayard , 2004 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Dossier documentaire Géo-Histoire globale, Monde en Question.
Dossier documentaire Histoire, Monde en Question.
Index Économie, Monde en Question.
Veille informationnelle Géoéconomie, Monde en Question.

Publicités

Dictionnaire d’histoire et philosophie des sciences


Bibliographie philosophieBibliographie sciences

 

De « agronomie » à « physique quantique », de « Avicenne » à « Wittgenstein », de « bioéthique » à « hasard » et « loi de la nature », en passant par « neurone », « Newton », « Prigogine », « symétrie »… Bien au-delà de l’inventaire des progrès marquants de l’histoire des sciences, ce dictionnaire, couronné par l’Institut de France, a pour ambition d’introduire ses lecteurs aux réalités de la pensée scientifique. Réflexion philosophique et enquête historique y sont mêlées, mettant au jour les présupposés, ressorts et perspectives philosophiques des théories et des inventions scientifiques.

Inédit en poche, ce dictionnaire, qui ne connaît aucun équivalent, s’adresse aux chercheurs, étudiants, ingénieurs ou pédagogues, mais aussi à tous ceux qui s’intéressent aux sciences de la nature et ne se satisfont pas du positivisme dominant.

Fruit de la collaboration de près de deux cents chercheurs et universitaires français et étrangers, scientifiques, philosophes, historiens et sociologues, ce dictionnaire est publié sous la direction de Dominique Lecourt, professeur de philosophie à l’Université Denis Diderot-Paris VII où il dirige le Centre Georges Canguilhem.

Dominique LECOURT (sous la direction de), Dictionnaire d’histoire et philosophie des sciences, PUF, 2006 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Philosophie, Monde en Question.
Dossier documentaire Sciences, Monde en Question.
Veille informationnelle Sciences, Monde en Question.

Google, Apple, Facebook – Les nouveaux maîtres du monde (2018)


 

Titre : Google, Apple, Facebook – Les nouveaux maîtres du monde
Réalisateur : Yannick Adam de Villiers
Durée : 1h52
Année : 2018
Pays : France
Genre : Documentaire
Résumé : Ce film documentaire raconte l’épopée de ces hommes souvent en marge de leurs contemporains mais qui ont réussi à changer le monde à grands coups de projets dignes de la science-fiction et qui, aujourd’hui, sont devenus plus forts que les Etats… Jusqu’où va le pouvoir des géants du numérique ?
Ils s’appellent Bill Gates, Mark Zuckerberg, Sergey Brin ou encore Larry Page. Ces Américains, dont certains n’ont pas encore 40 ans, comptent parmi les hommes les plus riches et les plus puissants de la planète. Leur point commun ? Ils ont créé le monde d’aujourd’hui grâce à une révolution technologique sans précédent : internet et les réseaux sociaux ; et ils possèdent un pouvoir d’un genre nouveau : celui de contrôler les communications de toute la planète et de stocker les informations privées de tout un chacun. Un pouvoir très convoité, qui a pu les entraîner parfois dans des liaisons dangereuses avec les services secrets ou les gouvernements, notamment américains.
Fiche : France TV
Partage proposé par : 9docu DVD FR
Avis de Ciné Monde : Fait le récit mythologique de la réussite Steve Wozniak et Steve Jobs, les inventeurs de l’ordinateur personnel avec une interface graphique dont Bill Gates volera le concept pour créer Windows [08’02] ; de Larry Page et Sergueï Brin, les créateurs du moteur de recherche Google [29’10] ; de Divya Narendra, Cameron Winklevoss et Tyler Winklevoss, les inventeurs du réseau social dont Mark Zuckerberg volera le concept pour créer Facebook [42’34].

La promotion de Barack Obama par Google en 2007 affiche publiquement l’ère du contrôle politique des données personnelles au niveau mondial par les services de renseignement américains [57’26].


Obama sponsorisé par Google [58’38]

Ce que révélera en 2013 Edward Snowden, ancien employé de la Central Intelligence Agency (CIA) et de la National Security Agency (NSA) [1h08].
Le pire est à venir avec des projets comme ceux de SpaceX pour contrôler l’espace ou de Mark Zuckerberg pour contrôler l’intelligence artificielle [1h27].
L’interview de Jean Marc Gourguignon, un hacktiviste parmi d’autres, n’apporte absolument rien et celle de Pierre Juillet est totalement inutile [1h37].

Dans son célèbre roman 1984, George Orwell avait décrit l’État totalitaire qui s’est mis en place depuis le 11 septembre 2001, mais il n’avait aucunement imaginé que nous alimenterions nous-mêmes le système à l’insu de notre plein gré en tant que consommateurs des nouvelles technologies de communication.

Lire aussi :
George ORWELL, 1984, [Texte en ligne].
Les GAFAM contre l’internet, Monde en Question, 02/06/2017.
La censure programmée par Google – Facebook – Twitter, Monde en Question, 25/08/2017.
1fichier s’aligne sur les GAFAM… contre l’internet, Monde en Question, 31/10/2018.
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier Cinéma France, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

La France des Belhoumi


Bibliographie biographie

 

À travers les témoignages de la famille Belhoumi, Stéphane Beaud reconstitue l’histoire sur 40 ans d’une famille algérienne de France, l’histoire d’une intégration tranquille. Une enquête fouillée, originale, qui permet de s’immerger dans la vie des membres de cette fratrie avec ses entraides et ses tensions, et qui pose autrement la question de l’intégration.

Cette biographie à plusieurs voix, dont l’originalité tient à son caractère collectif et à la réflexivité singulière de chaque récit, montre différents processus d’intégration en train de se faire. Elle pointe aussi les difficultés rencontrées par les enfants Belhoumi pour conquérir une place dans le « club France », en particulier depuis les attentats terroristes de janvier 2015 qui ont singulièrement compliqué la donne pour les descendants d’immigrés algériens.

Stéphane BEAUD, La France des Belhoumi – Portraits de famille (1977-2017), La Découverte, 2018 [Texte en ligne].

La violence à l’écran


 

Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle en France, le spectacle des supplices est public, libre d’accès, gratuitement offert aux foules qui viennent se repaître de corps dépecés, amputés, brûlés ou exposés en putréfaction. Citant Foucault (Surveiller et punir) Bruno Girard note que le supplice doit être éclatant, il doit être constaté par tous, un peu comme son triomphe. La violence apparaît alors comme légitime. Mais avec l’avènement de la société bourgeoise, tout change. Brusquement, les supplices disparaissent de l’espace public. «L’administration des peines se poursuit “dans l’ombre” et devient la part “la plus cachée du processus pénal”. C’est que l’édifiant spectacle des souffrances a été remplacé par la “certitude d’être puni”».

[…]

Le public, progressivement, n’a plus le droit d’assister aux exécutions capitales. En parallèle, il est banni des morgues qui étaient autrefois ouvertes, visitées pour des hordes de touristes et de curieux. La décence a bon dos. Mieux vaut parler de censure. Pour Bruno Girard, la censure au cinéma dérive directement de cet interdit posé sur le spectacle de la chair martyrisée puis décomposée. Il en veut pour preuve le fait suivant : que la censure des images animées date exactement de 1909, quand la quadruple exécution de Béthune, qui avait été filmée en 1909, fut interdite de projection.

Lire l’intégralité de l’article : Les 400 culs.

Lire aussi :
Violence, censure et cinéma , CinémAction n°167, 2018.
Filmographie violences, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma – Revues, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Histoire des faits et des idées économiques


Bibliographie économie

 

Sommaire :

• L’ère pré-industrielle
– Du néolithique à la révolution industrielle
– La pensée économique dans l’antiquité et au moyen âge
– Les mercantilistes
– Les physiocrates
• La révolution industrielle
– La révolution industrielle
– Les économistes classiques
– Les économistes socialistes
– Les économistes marginalistes
• La crise du capitalisme
– De la belle époque a la crise de 1929
– La pensée économique dans l’entre-deux guerres
• De l’état-providence à la mondialisation
– L’évolution économique depuis 1945
– La pensée économique contemporaine

Fabrice MAZEROLLE, Histoire des faits et des idées économiques, Gualino, 2006 [Texte en ligne] – Université Marseille, 2008 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Économie, Monde en Question.
Veille informationnelle Géoéconomie, Monde en Question.

Dictionnaire amoureux de la Belgique


Bibliographie histoire

 

Au risque de décevoir beaucoup de mes lecteurs, j’avoue que je ne suis pas Français de souche, mais je suis triplement criminel car d’origine belge, émigré au Mexique et anti-Charlie.

Voici donc aujourd’hui quelques livres sur la Belgique qui traînent dans ma bibliothèque :

Jean Baptiste BARONIAN, Dictionnaire amoureux de la Belgique, Plon, 2015 [Texte en ligne].

Thomas BEAUFILS, Belgique l’utopie d’une nation – Idées reçues sur les Belges d’hier et d’aujourd’hui, Le Cavalier Bleu, 2012 [Texte en ligne].

Fred STEVENS, Axel TIXHON, L’histoire de la Belgique pour les nuls, First, 2010 [Texte en ligne].

Astrid VON BUSEKIST (sous la direction de), Singulière Belgique, Fayard, 2012 [DébatTexte en ligne].

Patrick WEBER, La grande histoire de la Belgique, Perrin, 2013 [Texte en ligne].

12/10/2018
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Écouter aussi :
Histoire de la Belgique, France Culture 1/42/43/44/4, 12-15/11/2007.

Lire aussi :
Dossier Cinéma Belgique , Monde en Question.
Dossier documentaire Géographie, Monde en Question.
Dossier documentaire Histoire, Monde en Question.

L’Histoire est une littérature contemporaine


Bibliographie histoire

 

L’histoire n’est pas fiction, la sociologie n’est pas roman, l’anthropologie n’est pas exotisme, et toutes trois obéissent à des exigences de méthode. À l’intérieur de ce cadre, rien n’empêche le chercheur d’écrire.

Concilier sciences sociales et création littéraire, c’est tenter d’écrire de manière plus libre, plus originale, plus juste, plus réflexive, non pour relâcher la scientificité de la recherche, mais au contraire pour la renforcer. L’histoire est d’autant plus scientifique qu’elle est littéraire.

Réciproquement, la littérature est compatible avec la démarche des sciences sociales. Les écrits du réel – enquête, reportage, journal, récit de vie, témoignage – concourent à l’intelligibilité du monde. Ils forment une littérature qui, au moyen d’un raisonnement, vise à comprendre le passé ou le présent.

Des sciences sociales qui émeuvent et captivent ? Une littérature qui produit de la connaissance ? Il y a là des perspectives nouvelles pour le siècle qui s’ouvre.

Ivan JABLONKA, L’Histoire est une littérature contemporaine – Manifeste pour les sciences sociales, Seuil, 2014 [Texte en ligne].
Avis de :
Dimitri JULIEN, Écritures historiques, 2015.
Anna SAIGNES, Recherches & Travaux, 2015.

Lire aussi :
Dossier documentaire Épistémologie, Monde en Question.
Dossier documentaire Histoire, Monde en Question.

BD Jazz (8 albums)


Bibliographie littérature

 

Claire BRAUD, Billie Holiday, Éditions Nocturne, 2003 [Texte en ligne].

Michel CONVERSIN, Count Basie, Éditions Nocturne, 2003 [Texte en ligne].

Alexis DORMAL, Nat King Cole, Éditions Nocturne, 2003 [Texte en ligne].

Jacques FERRANDEZ, Miles Davis, Éditions Nocturne, 2006 [Texte en ligne T1Texte en ligne T2].

Louis JOOS, Thelonious Monk, Éditions Nocturne, 2004 [Texte en ligne].

Philippe PESEUX, Dizzy Gillepsie, Éditions Nocturne, 2003 [Texte en ligne].

STEG, Ella Fitzgerald, Éditions Nocturne 2003 [Texte en ligne].

Pédro ZAMITH, Frank Sinatra, Éditions Nocturne, 2003 [Texte en ligne].

Lire aussi :
BD Jazz (61 albums), Bedetheque.
Filmographie Jazz, Ciné Monde.
Index Littérature, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

Friedrich NIETZSCHE


Bibliographie philosophie

 

Je ne suis pas encore à l’ordre du jour : il en est qui naissent posthumes, écrivait Nietzsche en 1888, dans Ecce homo. A peine en effet avait-il sombré dans la folie, l’année suivante, qu’il naissait à la gloire et que son nom, depuis, n’a pas cessé d’être à l’ordre du jour – en France, notamment, où son œuvre a toujours été admirée, contestée, débattue. Nietzsche y aurait sans doute vu un signe du destin, lui qui, à travers ses références fréquentes à Montaigne et à Baudelaire, en passant par Chamfort et Stendhal, n’a pas dissimulé son admiration pour la culture française.

Aussi était-il indiqué que cette édition de l’ensemble de ses œuvres autorisées et authentiques reprenne le texte, révisé, des premières traductions, parues au tournant du siècle. La langue est celle-là même dans laquelle Nietzsche eût aimé se lire ; et le lecteur d’aujourd’hui retrouvera ainsi le « Nietzsche français » qui séduisit tant Gide et Valéry.

Ce volume va de La naissance de la tragédie (1872) à Aurore (1889) : du jeune Nietzsche wagnérien qui annonçait une régénération de la culture allemande par la musique, au Nietzsche antiromantique et antichrétien qui part « en campagne contre la morale ».

Les textes sont éclairés par des notices et des notes traduites et adaptées de l’édition allemande des Œuvres due à Peter Pütz, professeur à l’université de Bonn. Une préface de Jacques Le Rider retrace l’histoire des présences de Nietzsche en France, tandis que ses rapports avec la civilisation française sont analysés, dans une postface, par Jean Lacoste, auquel on doit également une chronologie détaillée de la vie et des oeuvres du philosophe.

Friedrich NIETZSCHE, Œuvres, Flammarion, 2017 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Filmographie Friedrich NIETZSCHE, Ciné Monde.
Dossier Friedrich NIETZSCHE, Monde en Question.
Index Philosophie, Monde en Question.