Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives de Tag: Bibliographie

Dans l’ombre de la peur [GAFAM]


Bibliographie médias

 

Les utilisateurs de réseaux sociaux, téléphones portables, et de nombreux sites internet sont désormais fichés et suivis à la trace par des entreprises privées qui amassent des quantités phénoménales d’informations personnelles. Facebook, Google, Apple et consorts peuvent ainsi établir des profils très détaillés pour anticiper les besoins des leurs utilisateurs et adapter leurs politiques commerciales en fonction des comportements de chacun, mais cela va aller encore plus loin…

Josh Neufeld et Michael Keller ont interviewé des spécialistes du domaine ; politiques, universitaires et chercheurs, pour un tour d’horizon de ces pratiques qui soulèvent de nombreuses questions et notamment celle des risques liés à l’exploitation de ces données.

Michael KELLER, Josh NEUFELD, Dans l’ombre de la peur – Le Big Data et nous (1 album), Éditions çà et là, 2017 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Bibliographie GAFAM (Google, Facebook et les autres), Monde en Question.
Index Médias, Monde en Question.
Dossier documentaire Médias, Monde en Question.
Veille informationnelle GAFAM, Monde en Question.

L’île des enfants perdus


Bibliographie cinéma

 

Au printemps 1947, Marcel Carné et Jacques Prévert ont tourné un film à Belle-ile-en-Mer, La fleur de l’âge. Celui-ci s’inspirait de la mutinerie survenue en 1934 dans le bagne d’enfants érigé non loin du Palais, le principal port de l’île.

Il y était question d’amours impossibles entre un mutin en cavale (Serge Reggiani) et une riche estivante (Arletty), entre une jeune îlienne (Anouk Aimée) et un innocent mis en cage… De cette nouvelle collaboration, la huitième, le public attendait un chef-d’œuvre du même tonneau que Le quai des brumes ou Les enfants du paradis. Et, en effet, de l’avis unanime de ceux qui en avaient visionné les premières séquences, cette cuvée promettait un sommet. Mais le chantier resta en suspens, interrompu par les vents contraires. Et du film inachevé, pas une séquence ne subsiste, ni même un rush. Rien donc, sinon quelques photographies de plateau.

Malchance ? Torpillage ? La malédiction susciterait pas mal de rumeurs et autant de fausses pistes… Le narrateur part à la recherche des bobines disparues, stimulé par de maigres indices et le témoignage de rares survivants. Son enquête fournit un fil conducteur à l’évocation du cinéma français de l’âge d’or, depuis les années fébriles de l’immédiat avant-guerre, jusqu’à celles plus troubles encore de l’épuration ; une fresque oui, mais pitoyable et glorieuse, étincelante et pourtant entachée de zones d’ombre…

Nicolas CHAUDUN, L’île des enfants perdus , Actes Sud, 2019 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma – Livres, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

L’Empire islamique


Bibliographie histoire

 

L’histoire des cinq siècles de l’Empire islamique, de la mort du Prophète en 632 à l’éviction des Arabes des structures de pouvoir et à l’émergence des sultanats turcs au XIe siècle, en passant par les conquêtes, la mise en place du califat, l’éclosion et la chute des dynasties abbasside, omeyyade ou fatimide, tel est le propos de Gabriel Martinez-Gros. Mais pour éviter le biais d’une histoire de l’Islam vue d’Occident – ou l’essor de l’un est inévitablement le déclin de l’autre – l’auteur convoque les quelques rares voix qui nous parviennent encore du fond de l’histoire islamique. Ces voix, ce sont celles des historiens arabes médiévaux, dont Ibn Khaldūn.

Ainsi émerge une tout autre perception de l’Empire islamique, où les dynasties se consolident dans la première génération de leur existence, atteignent leur floraison dans la deuxième, vieillissent et agonisent dans la dernière. C’est donc à une triple réflexion que nous invite ce livre admirable et singulier : d’abord sur l’histoire de l’Islam médiéval, ensuite sur la dynamique impériale, enfin sur l’écriture de l’histoire.

Gabriel MARTINEZ-GROS, L’Empire islamique, Passés Composés, 2019 [Breizh-infoTexte en ligne].

Lire aussi :
Index Géographie-Histoire, Monde en Question.
Dossier documentaire Histoire, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

Mouvements ouvriers et crise industrielle dans les régions de l’Ouest atlantique


Bibliographie histoire

 

Cet ouvrage réunit les actes de deux journées d’études tenues à Nantes en 2007 et 2008, à l’initiative du Centre de recherches en histoire internationale et atlantique, du Centre nantais de sociologie et du Centre d’histoire du travail. Réunissant analyses scientifiques et témoignages de militants ouvriers, elles ont cherché à explorer un champ de recherche peu développé jusqu’alors, tant par des approches globales à l’échelle régionale (Bretagne, Pays de la Loire, Pays basque, Asturies), que par des études microsectorielles par branches ou entreprises.

Crise industrielle, fermetures de sites, licenciements massifs… Les intervenants ont souligné que, face à ces difficultés, le monde ouvrier n’était pas resté inactif et qu’il avait tenté de mettre en œuvre des stratégies de lutte susceptibles d’enrayer le processus de désindustrialisation en cours. En s’intéressant autant aux acteurs collectifs qu’aux formes d’expression développées par les mouvements sociaux, les communications ont interrogé l’existence d’identités propres, notamment en matière de culture politique.

Laurent JALABERT et Christophe PATILLON (sous la direction de), Mouvements ouvriers et crise industrielle dans les régions de l’Ouest atlantique des années 1960 à nos jours, Presses universitaires de Rennes, 2010 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Géographie-Histoire, Monde en Question.
Dossier documentaire Histoire, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

Jacques Chirac (1932-2019)



France 2 a rediffusé ce documentaire le 26 novembre 2019 à 21h24 et 22h55

 

Titre : Chirac
Réalisateur : Patrick Rotman
Durée : 1h43 et 1h46
Année : 2006
Pays : France
Genre : Documentaire
Résumé :
1 Le jeune loup 1932-1981
Né le 29 novembre 1932 à Paris, d’un père employé de banque et d’une mère au foyer qui adule son fils unique, Jacques Chirac entre à 18 ans à Sciences-Po. Après l’ENA, il rejoint Matignon, au cabinet de Georges Pompidou. Il est élu le 5 mars 1967 député de la Corrèze et entre au gouvernement. C’est le début d’une carrière ministérielle ininterrompue. En 1974, Chirac torpille la candidature de Jacques Chaban-Delmas et devient le Premier ministre de Valéry Giscard d’Estaing mais, très vite, entre les deux hommes, la cohabitation s’avère difficile. En août 1976, Chirac démissionne et crée le RPR, conçu pour la conquête de l’Elysée.
2 Le vieux lion 1981-2006
Face à Mitterrand à l’Elysée, Chirac s’installe comme l’incontournable chef de l’opposition. En 1986, la droite gagne les élections législatives de justesse. Mitterrand appelle Chirac à Matignon. Après deux années de cohabitation musclée, François Mitterrand est réélu en 1988. Passé un moment d’abattement, la machine Chirac se remet en route. Lors du référendum sur Maastricht, il prend position pour le «oui», contre l’immense majorité de son parti. En mars 1993, l’opposition emmenée par Chirac remporte une victoire écrasante. Edouard Balladur devient Premier ministre. Les deux amis de trente ans deviennent des ennemis implacables. En 1995, Chirac est élu président de la République : trente ans de vie politique trouvent leur accomplissement.
Fiche : Programme-tvProgramme-tv
Partage proposé par : 9docu DVD FR
Avis de Ciné Monde : Les points forts du documentaire tiennent aux informations oubliées aujourd’hui comme le rôle des conseillers de l’ombre de Jacques Chirac (Pierre Juillet et Marie-France Garraud) ; la violente campagne nationaliste de Jacques Chirac contre l’Europe inspirée par ces derniers [1-1h28] ; le fait que Jacques Chirac avait fait élire Giscard en 74 et a contribué à le faire perdre en 81 [1-1h41] ; Jacques Chirac approuve l’alliance avec l’extrême droite en 83 [2-05’28] ; la trahison de Charles Pasqua et Philippe Seguin [2-19’58] ; Jacques Chirac devient pro-européen (traité de Maastricht) par opportunisme [2-22’00] avec la surréaliste photo-montage du Figaro [2-23’53] ; la rupture d’Édouard Balladur avec son poulain [2-24’39] ; la trahison de Nicolas Sarkozy [2-30’26] ; la campagne aussi grand-guignolesque que démagogique de Jacques Chirac contre la fracture sociale avec le retournement de Philippe Seguin [2-33’32] ; Jacques Chirac, à peine élu, ferra le contraire de ce qu’il avait promis [2-47’48] ; le montage du discours de Jacques Chirac avant (juillet 1996) et après la dissolution (avril 1997) est dévastateur [2-52’45].

Les points faibles du documentaire apparaissent à partir de l’évocation des affaires. Le 21 avril 2002 est traité de manière politiquement correcte et Jacques Chirac présenté comme le sauveur de la République [2-1h27] en oubliant son discours sur le bruit et l’odeur de 1991 et sa campagne sécuritaire du premier tour qui fera le lit de Nicolas Sarkozy, un autre traitre, en 2007. Les mérites du discours de Dominique de Villepin refusant de participer à la guerre contre l’Irak attribués à Jacques Chirac oublient de préciser que, comme la Russie et l’Allemagne, la France défendait surtout ses intérêts économiques dans ce pays.
Le portrait psycho-analytique de l’homme [1-1h01], [1-1h32], [2-03’10], [2-17’30] et pire encore [2-1h43-1h45] est une fausse note qui relève d’une construction spéculative sans intérêt car ce n’est pas l’homme qui est critiquable, mais sa politique.

Le documentaire est surtout centré sur le cirque des élections avec son cortège d’alliance, de trahison et surtout de promesses qui seront oubliées dès le lendemain. Or dans le bilan de l’écart entre les paroles et les actes, Jacques Chirac n’a pas fait pire que François Mitterrand avec le tournant de la rigueur. Au final, le bilan de ce qu’on appelle encore la démocratie est lourdement négatif.

Lire aussi :
Dossier Jacques CHIRAC, Monde en Question.
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier Cinéma France, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Quand la République était révolutionnaire [1848]


Bibliographie histoire

 

L’insurrection imprévue de février 1848 a fait naître une République. Mais que recouvre exactement le mot ?

Loin de s’enfermer dans des discussions savantes, cette question fait l’objet de débats publics, de manifestations et d’affrontements, en particulier dans les rues de Paris. Deux conceptions opposées de la République se constituent. D’un côté, la République modérée, défendue par la majorité du Gouvernement provisoire puis de l’Assemblée nationale, selon laquelle la République se résume dans l’élection au suffrage « universel » (les femmes en restent exclues). D’un autre côté, la République démocratique et sociale, qui rallie des membres de clubs, des ouvriers, de simples citoyens, pour lesquels la République n’a de sens que si elle permet au peuple de participer directement aux affaires publiques, de garder le contrôle sur ses représentants et d’assurer l’émancipation des travailleurs.

L’échec de l’insurrection de juin permet le triomphe de la République modérée et des institutions du gouvernement représentatif, mais la République démocratique et sociale se maintient, comme horizon révolutionnaire, au sein du mouvement ouvrier naissant.

Samuel HAYAT, Quand la République était révolutionnaire, Seuil, 2014 [Texte en ligne].


Henri GUILLEMIN, La révolution de 1848, 1973

Lire aussi :
Index Géographie-Histoire, Monde en Question.
Dossier documentaire Histoire, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

Jacques BOUVERESSE


Bibliographie philosophie

 

Jacques Bouveresse (de son nom complet Jacques Flavien Albert Bouveresse) est un philosophe français né le 20 août 1940 à Épenoy (Doubs). Influencé par Ludwig Wittgenstein, le cercle de Vienne et la philosophie analytique, Jacques Bouveresse défend une position rationaliste dont le prolongement éthique est la modestie intellectuelle. Les valeurs de clarté, de précision et de mesure, qui définissent pour une part la rationalité, se traduisent, du point de vue moral, par une dénonciation des abus dont peuvent se rendre coupable les milieux intellectuels en général et le milieu philosophique en particulier.

C’est dans cet esprit que Bouveresse a étudié les œuvres de Wittgenstein, Robert Musil et Karl Kraus. Ses domaines d’étude comprennent la philosophie de la connaissance, des sciences, des mathématiques, de la logique et du langage, et la philosophie de la culture.

Il a été élu en 1995 au Collège de France, où il a intitulé sa chaire Philosophie du langage et de la connaissance. Depuis 2010, il est professeur honoraire de cette institution.

Jacques BOUVERESSE, Œuvres (28 titres), 1971-2013 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Jacques BOUVERESSE, Collège de France.
Karl KRAUS (Textes en ligne), Monde en Question.
Robert MUSIL, L’homme sans qualités (2 tomes), 1930-1932 [Texte en ligne].
Ludwig WITTGENSTEIN, De la certitude, Gallimard, 1987 [Texte en ligne].
Index Philosophie, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

La foire aux vanités, souvenirs du Festival de Cannes


Bibliographie cinéma

 

Chaque année on peste d’aller au Festival, chaque année on est ravi d’y être. Jusqu’au jour où, c’est juré ! même dans la peau d’un juré, on n’y mettra plus jamais les pieds. Jusqu’à la prochaine fois ?

Entre Mission impossible et Marx Brothers, c’est le récit de ces vacances en Festival que je voulais entreprendre. Un carnet de bord parallèle, un journal intime marginal et souterrain. Au hasard des souvenirs, bons ou mauvais, des anecdotes, hilarantes ou à pleurer, mais sans aucune nostalgie.

Ces souvenirs de Cannes sont comme tous les souvenirs : imprécis, altérés, brumeux, mythifiés, réinventés. Il y aura donc des trous, des approximations, des erreurs de dates et de personnes, des omissions volontaires et des oublis inconscients, des anecdotes rêveuses et des fabulations réalistes. A l’endroit et à l’envers, ce roman « vrai » de Cannes est un tricot de la mémoire : on tire un fil et c’est tout le pull qui vient.

Gérard LEFORT, La foire aux vanités, souvenirs du Festival de Cannes, Hors collection, 2019 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma – Livres, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Les petits de Décembre [Algérie]


Bibliographie littérature

 

C’est un terrain vague, au milieu d’un lotissement de maisons pour l’essentiel réservées à des militaires. Au fil des ans, les enfants du quartier en ont fait leur fief. Ils y jouent au football, la tête pleine de leurs rêves de gloire. Nous sommes en 2016, à Dely Brahim, une petite commune de l’ouest d’Alger, dans la cité dite du 11-Décembre. La vie est harmonieuse, malgré les jours de pluie qui transforment le terrain en surface boueuse, à peine praticable. Mais tout se dérègle quand deux généraux débarquent un matin, plans de construction à la main. Ils veulent venir s’installer là, dans de belles villas déjà dessinées. La parcelle leur appartient. C’est du moins ce que disent des papiers officiels.

Avec l’innocence de leurs convictions et la certitude de leurs droits, les enfants s’en prennent directement aux deux généraux, qu’ils molestent. Bientôt, une résistance s’organise, menée par Inès, Jamyl et Mahdi.

Au contraire des parents, craintifs et résignés, cette jeunesse s’insurge et refuse de plier. La tension monte, et la machine du régime se grippe.

À travers l’histoire d’un terrain vague, Kaouther Adimi explore la société algérienne d’aujourd’hui, avec ses duperies, sa corruption, ses abus de pouvoir, mais aussi ses espérances.

Kaouther ADIMI, Les petits de Décembre, Seuil, 2019 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Littérature, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle Revues, Monde en Question.

Nos richesses [Algérie]


Bibliographie littérature

 

En 1935, Edmond Charlot a vingt ans et il rentre à Alger avec une seule idée en tête, prendre exemple sur Adrienne Monnier et sa librairie parisienne. Charlot le sait, sa vocation est de choisir, d’accoucher, de choisir de jeunes écrivains de la Méditerranée, sans distinction de langue ou de religion. Placée sous l’égide de Giono, sa minuscule librairie est baptisée Les Vraies Richesses. Et pour inaugurer son catalogue, il publie le premier texte d’un inconnu : Albert Camus. Charlot exulte, ignorant encore que vouer sa vie aux livres, c’est aussi la sacrifier aux aléas de l’infortune. Et à ceux de l’Histoire. Car la révolte gronde en Algérie en cette veille de Seconde Guerre mondiale.

En 2017, Ryad a le même âge que Charlot à ses débuts. Mais lui n’éprouve qu’indifférence pour la littérature. Étudiant à Paris, il est de passage à Alger avec la charge de repeindre une librairie poussiéreuse, où les livres céderont bientôt la place à des beignets. Pourtant, vider ces lieux se révèle étrangement compliqué par la surveillance du vieil Abdallah, le gardien du temple.

Kaouther ADIMI, Nos richesses, Seuil, 2017 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Littérature, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle Revues, Monde en Question.