Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives de Tag: Nucléaire

Les forces spéciales françaises envoyées au Niger pour protéger des sites d’Areva


Les autorités françaises ont dépêché des forces spéciales dans le nord du Niger afin d’assurer la sécurité des sites miniers du groupe nucléaire Areva, rapportent lundi les médias occidentaux citant le président nigérien Mahamadou Issoufou.

Selon ce dernier, il s’agit des mines d’uranium situées dans les localités d’Imouraren et d’Arlit (centre). Areva, deuxième producteur mondial d’uranium en 2011, exploite ce minerai depuis plus de 40 ans au Niger et poursuit ses activités à l’heure actuelle en dépit de l’intervention militaire française au Mali voisin.

RIA Novosti

Lire aussi :
Revue de presse Mali 2013, sélection d’articles (Français – English – Español), Monde en Question.
Dossier documentaire Colonialisme, Monde en Question.

Publicités

Vive le nucléaire !


Europe ÉcologieLes Verts (Daniel COHN-BENDIT, Éva JOLY, etc.) ont voté pour le nucléaire au Parlement européen. Texte adopté le Mercredi 25 novembre 2009 à la Conférence de Copenhague sur le changement climatique :

[Le Parlement européen] souligne que le passage, à l’échelle internationale, à une économie à faible intensité de carbone conférera à l’énergie nucléaire un rôle important dans le bouquet énergétique à moyen terme ; souligne toutefois que les questions relatives à la sûreté et à la sécurité du cycle du combustible nucléaire doivent être abordées de façon adéquate à l’échelle internationale afin de garantir un niveau de sûreté aussi élevé que possible.
Parlement européen

À l’échelle européenne, 49 Verts ont voté pour et 4 se sont abstenus – 3 Français (José BOVÉ, Karima DELLI, Catherine GRÈZE) et 1 Grec (Michail TREMOPOULOS).

15/03/2011
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
• Les faits de base sur les centrales nucléaires du monde, Xinhua, 16/03/2011.
• Dossier nucléaire, Xinhua.
• Pourquoi je ne suis pas (trop) inquiet pour les réacteurs nucléaires japonais, AgoraVox, 14/03/2011.
• Entre silence et mensonge – Le nucléaire, de la raison d’état au recyclage « écologique », La Revue Internationale des Livres et des Idées n°14, novembre-décembre 2009.
• Eliseo VERON, Construire l’événement – Les médias et l’accident de Three Mile Island, Minuit, 1981.
Dossier documentaire & Bibliographie Eliseo VERON, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Crise & Gestion de crise, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Risque & Gestion du risque, Monde en Question.

Politique nucléaire de deux poids deux mesures


La République populaire démocratique de Corée (RPDC) a accusé les États-Unis d’adopter une politique de deux poids deux mesures sur les questions nucléaires et la prolifération.

L’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA a rapporté un article du journal de Singapour Straits Times qui a confirmé que les États-Unis ont aidé Israël à développer des armes nucléaires ces dernières années.

« Le fait que les États-Unis aient aidé avec zèle Israël dans le domaine nucléaire techniquement et matériellement et qu’ils aient protégé et contribué délibérément à cela prouve que les États-Unis sont les complices et assistants d’Israël dans son processus d’ armement nucléaire », a rapporté la KCNA.

La contribution des États-Unis à l’accession d’Israël aux armes nucléaires est « une preuve évidente » de l’injustice de la politique double que mènent les Américains en ce qui concerne les questions nucléaires, a ajouté le média.

Cependant, les États-Unis ont catégorisé les autres pays, notamment l’Iran et la RPDC, dont les activités nucléaires ont des fins pacifiques de « criminels nucléaires ».

Une telle politique de deux poids deux mesures est une rupture grave du principe d’impartialité dans le domaine nucléaire, a souligné la KCNA, ajoutant que le plan américain de construire « un monde sans armes nucléaires » n’est donc « rien d’autre qu’une diversion pour couvrir ses ambitions de dominer le monde avec le nucléaire et de tromper la population mondiale ».

L’agence de presse officielle de la RPDC a conclu que les États- Unis sont à blâmer pour la menace nucléaire et le danger de la prolifération nucléaire dans le monde.

01/12/2010
Chine informations

Brèves du 19/04/2010 Nucléaire


Les hypocrisies du sommet sur la sécurité nucléaire

• 19/04/2010, Barak: Iran poses no immediate existential threat to Israel, Ha’aretz Palestine News Network.

Le Ministre de la Défense Ehud Barak a dit lundi à la Radio d’Israël que la seule issue à l’impasse actuelle avec l’Iran est un mouvement Israélien audacieux, ajoutant qu’il sentait que l’Iran ne posait pas une menace existentielle immédiate à Israël.

• 19/04/2010, États-Unis/nucléaire : poudre aux yeux et chiffons de papier, Boulevard Exterieur.

De la récente conférence de Washington sur le thème du terrorisme nucléaire à l’accord START que viennent de signer à Prague les présidents russe et américain en passant par la nouvelle doctrine nucléaire américaine, les initiatives américaines en matière d’armement nucléaire laissent sur sa faim François Nicoullaud, ancien ambassadeur de France à Téhéran.

• 19/04/2010, Mahmoud Ahmadinejad vante le désarmement nucléaire, Le Grand Journal du Mexique.

• 18/04/2010, BAR’EL Zvi, Will sanctions against Iran really serve the West’s interests?, Ha’aretz.

Les partisans de sanctions contre l’Iran doit avoir à l’esprit une statistique intéressante : selon une enquête menée par une organisation de consommateurs iraniens, l’Iran occupe le septième rang dans le monde pour l’achat de produits cosmétiques. Chaque année, les Iraniens dépensent environ 2,1 milliards de dollars en crèmes, rouges à lèvres, shampoing, maquillage, et la plupart de ces articles sont importés de l’étranger.

• 17/04/2010, L’Iran tient sa propre conférence sur le désarmement, Reuters-Yahoo! ActualitésAFP-Le Parisien.

Moins d’une semaine après le sommet de Washington sur la non-prolifération organisé par Barack Obama et auquel l’Iran n’avait pas été invité, le président Mahmoud Ahmadinejad a accusé les États-Unis de pratiquer une politique de deux poids, deux mesures en la matière.

D’après les autorités iraniennes, pas moins de 60 pays ont accepté leur invitation, dont sept ou huit représentés par leurs ministres des Affaires étrangères. La Russie et la Chine – deux pays membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU qui traînent les pieds pour sanctionner l’Iran malgré de vives pressions occidentales en ce sens – auraient ainsi dépêché leurs vice-ministres des Affaires étrangères.

Sur fond de menaces de nouvelles sanctions internationales, le chef de l’État iranien a profité de cette tribune pour attaquer les pays « qui se livrent à l’intimidation » pour empêcher la République islamique à se doter de la technologie nucléaire.

« Malheureusement, le gouvernement américain a utilisé des armes nucléaires et aussi menacé officiellement de les utiliser », a déclaré Ahmadinejad aux participants à « la Conférence internationale sur le désarmement et la non-prolifération ».

« Quand ceux qui possèdent des armes nucléaires et qui utilisent ces armes possèdent un droit de veto inégal dans la plus haute instance internationale chargée de la sécurité internationale, est-ce que cela n’encourage les autres pays à la prolifération d’armes nucléaires pour assurer leur sécurité nationale ? », a-t-il demandé.

Alors que l’Occident tente de faire adopter un nouveau train de sanctions à son encontre en raison de son programme nucléaire, Téhéran a indiqué que son programme était « irréversible ».

Plusieurs pays occidentaux soupçonnent l’Iran de chercher à se doter de l’arme nucléaire, mais Téhéran assure que son programme est uniquement pacifique et civil.

Ahmadinejad a appelé à la création d’une nouvelle structure de l’ONU pour contrôler le désarmement nucléaire dans le monde et a estimé que les pays qui possédaient ou qui menaçaient d’utiliser des armes nucléaires devraient être suspendus de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Le nouveau train de sanctions, que les États-Unis espèrent voir adopté dans les semaines à venir, n’empêchera pas la poursuite du programme nucléaire et n’aura pas d’impact sur l’économie, a assuré Ahmadinejad.

Téhéran s’est néanmoins dit toujours ouvert à un accord avec l’Occident.

• 17/04/2010, L’Iran menacé de sanctions s’en prend aux grandes puissances nucléaires, AFP-Google Actualités.

Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a attaqué d’emblée les États-Unis, « seul criminel atomique du monde », dans un message à la conférence qui réunit une dizaine de ministres et vice-ministres des Affaires étrangères, dont des représentants russe et chinois, en l’absence des Occidentaux.

« Seul le gouvernement américain a commis un crime nucléaire. Le seul criminel atomique du monde ment en se présentant lui-même comme opposé à la prolifération, alors qu’il n’a pris aucune mesure sérieuse dans ce domaine », a-t-il affirmé.

M. Ahmadinejad a plaidé dans la foulée pour une réorganisation des instances internationales traitant des questions nucléaires, dont devraient selon lui être écartées les puissances atomiques.

« Un organe international indépendant, disposant de pleins pouvoirs donnés par l’Assemblée générale de l’ONU, devrait être créé pour planifier et superviser le désarmement nucléaire et empêcher la prolifération », a-t-il plaidé.

Le président iranien a également affirmé que « les États ayant l’arme nucléaire, ceux l’ayant utilisée ou ceux ayant menacé de l’utiliser, et plus particulièrement les États-Unis, devraient être suspendus de l’AIEA ».

Il a aussi estimé que le TNP devrait être révisé « par les pays indépendants ne possédant pas d’armes nucléaires », la présence des puissances atomiques « empêchant l’élaboration d’un traité équitable ».

• 17/04/2010, L’Iran tient lui aussi sa conférence sur le nucléaire, Continental News.

«L’Iran est habitué à tenir des séminaires sur le désarmement mais cette conférence est très importante de par le niveau des participants et la conjoncture dans laquelle elle se tient», nous ont affirmé hier des organisateurs. En effet, l’on dénombre près d’une soixantaine de pays dont les représentants sont venus en nombre, qu’ils soient ministres, hauts responsables d’institutions, experts et même journalistes de divers médias internationaux. L’Algérie y est aussi présente aux côtés des pays qui aspirent à un nouvel ordre mondial sans trop de heurts entre les puissants et ceux qu’ils ont décidé de considérer comme faibles. Ainsi, dénombre-t-on beaucoup de pays arabes, d’Amérique Latine et d’Asie.

Aujourd’hui, en organisant la conférence internationale sur le désarmement, Téhéran tient bien à rappeler aux Américains quelques-unes de leurs obligations contenues dans le TNP dont ils sont signataires. L’Iran veut démontrer qu’il repose la politique qu’il prône pour défendre «son dossier» du nucléaire, sur le respect de certains grands principes que les Occidentaux feignent d’ignorer mais qu’ils mettent paradoxalement en avant pour l’empêcher d’enrichir son uranium. La conférence de Téhéran qui dure deux jours, rappelle qu’il existe des milliers d’armes nucléaires qui menacent la paix et la sécurité dans le monde. Elle prend, pour cela, la communauté internationale à témoin toute en signalant que celle-ci a exprimé de nombreuses demandes en faveur du désarmement mais aucune n’a abouti à ce jour.

Ainsi, est-il signalé encore par les Iraniens que «le TNP a déjà 40 de vie sans qu’il ait pu apporter des changements significatifs en matière de désarmement». Le principal objectif de la conférence de Téhéran est «de réfléchir, est-il affirmé, sur les défis qui s’imposent aujourd’hui au monde et qui sont liés au désarmement nucléaire et à la suppression de toutes autres armes de destruction massive». L’autre objectif de la conférence – exigé d’ailleurs pour la concrétisation du premier – est «de sortir avec des propositions concrètes à même de débarrasser le monde de ses arsenaux nucléaires». La conférence n’omet pas ainsi de consigner dans ses cahiers la gravité de la déclaration d’Obama relative au recours de son pays à l’arme nucléaire «en cas de besoin». Se sentant directement visé par de tels propos, l’Iran estime «qu’il est inadmissible de voir des pays détenteurs de l’arme nucléaire menacer d’autres qui ne l’ont pas».

Les conférenciers soulignent que non seulement ces pays «nucléaires» n’ont pas voulu détruire leur arsenal «mais cherchent plutôt à le moderniser, ce qui provoque de sérieuses inquiétudes au sein de la communauté internationale». C’est ainsi que les responsables iraniens proposent «de réfléchir sur les procédures juridiques qui devraient être enclenchées conséquemment à de tels agissements». Ils estiment, par ailleurs, «qu’il est du devoir des pays signataires du TNP de faire pression sur ceux qui ne le sont pas, pour que ces derniers le deviennent incessamment». Ils recommandent même à ce que «tous les pays soumettent leurs activités dans le domaine du nucléaire aux contrôles de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA)». L’Iran estime que les premiers à être concernés, «l’entité sioniste et aussi les pays non signataires du TNP».

À cet effet, il ne manque pas non plus de dénoncer et de condamner «la politique de deux poids, deux mesures» dont il en est la première victime depuis longtemps. D’ailleurs, il souligne bien dans sa conférence que «cette politique chère aux puissants de ce monde prive certains pays de leur droit de l’utilisation pacifique du nucléaire et permet à ceux qui détiennent l’arme nucléaire de ne pas se conformer aux dispositions du TNP». Téhéran appelle encore une fois «à une plus grande implication de l’AIEA dans les processus du désarmement, une fois clairement élaborés». Elle préconise en même temps, notamment pour ce qui est du désarmement de la région du Moyen-Orient, «l’exécution par les pays détenteurs du nucléaire militaire, des décisions prises lors de la conférence de 1995».

• 16/04/2010, Sommet sur la sécurité nucléaire : les pyromanes crient au feu, Lutte Ouvrière.

Ce que Barak Obama annonce comme un avenir possible est en fait une description du passé. Car les bombardements nucléaires de Hiroshima et Nagasaki furent, au sens propre du terme, des actes «terroristes», des actes destinés à terroriser la population japonaise et, au-delà, le monde entier. Ces attentats furent planifiés et exécutés par l’État américain. Alors de quel droit le président des États Unis parle-t-il aujourd’hui de terrorisme ? Les populations des deux villes japonaises étaient tout aussi innocentes que, par exemple, les employés de bureau du World Trade Center.

De même si l’arme atomique s’est «disséminée» en Israël, au Pakistan, en Inde, c’est bien parce que les États-Unis ont, à tout le moins, laissé faire ces États qui sont leurs fidèles alliés. La Russie, la France, la Grande-Bretagne et la Chine, autres «puissances», possèdent elles aussi un armement nucléaire et n’ont pas l’intention de s’en débarrasser. Sarkozy, présent à la conférence, a même insisté sur le fait qu’il «n’abandonnerait pas cette arme, garante de la sécurité du pays, dans un monde aussi dangereux qu’il l’est aujourd’hui.»

Mais qui a fait de ce monde un endroit dangereux où des bombes, dont la quasi-totalité viennent des soutes des avions des puissances capitalistes, peuvent exploser à tous les coins de rue ? Qui fabrique, vend et utilise tous les jours et partout des monceaux d’armements et dans quel but ? Qui consacre le meilleur de la technique et de la science à tuer des êtres humains ? Qui donc a accumulé dans ses arsenaux suffisamment de têtes nucléaires pour faire sauter la planète entière ? Et surtout qui, après avoir exploité et affamé la majeure partie de l’humanité, après avoir semé la misère et le ressentiment, ne propose d’autre ordre que celui basé sur la menace des armes ? Qui, si ce ne sont les puissances capitalistes, les États-Unis, la France et les autres ?

• 16/04/2010, « La politique des USA et Israël est sans issue, l’époque du colonialisme est finie », ISM.

La Chine a déjà annoncé qu’elle participera à la conférence sur le nucléaire de Téhéran, et elle continue à affirmer qu’elle est contraire à de nouvelles sanctions contre l’Iran. Mais les États-Unis et Israël sont en train de tout faire pour que la Chine revienne sur sa décision de soutenir la cause du nucléaire iranien. Seule l’importance stratégique que l’Iran a pour la Chine, surtout du point de vue de ses approvisionnements en ressources énergétiques, a jusqu’ici fait barrage à ces requêtes. Mais quelle est a solidité des liens entre la Chine et l’Iran en ce moment ? Les atlantistes réussiront-ils à entraîner la Chine de leur côté ou bien devront-ils renoncer à cette stratégie ?

Outre la Chine, d’autres pays aussi ont exprimé leur proximité et leur amitié à l’Iran, parmi lesquels la Russie, la Turquie, le Brésil et le Venezuela. Croyez-vous qu’il soit possible pour l’Iran, ensemble avec ces autres pays, de créer un front compact d’opposition et de réaction à l’influence états-unienne dans le continent eurasiatique et dans l’Amérique latine ?

• 13/04/2010, La nouvelle doctrine nucléaire américaine cible l’Iran et la Corée du nord, WSWS.

La définition de la nouvelle doctrine nucléaire des États Unis, dite Nuclear Posture Review (NPR) publiée par le Pentagone mardi est saluée par les apologistes du gouvernement Obama comme un pas en avant vers un désarmement nucléaire à l’échelle mondiale. Mais il n’en est rien.

Le document expose un raisonnement qui justifierait l’utilisation d’armes nucléaires contre un État ne disposant pas de l’arme nucléaire, et ce pour la première fois depuis le bombardement atomique américain d’Hiroshima et Nagasaki. L’Iran et la Corée du nord sont désignés du doigt comme cibles potentielles.

• 12/04/2010, Pourquoi des «sanctions avisées» contre l’Iran provoqueraient des dommages collatéraux, Tlaxcala.

Le chef de l’opposition, Mir-Hossein Moussavi a dans une déclaration de l’automne dernier attiré l’attention sur les risques que présentent les sanctions pour la société civile : «Les sanctions n’auraient pas d’effet sur le gouvernement, elles causeraient bien plutôt un mal sérieux à la population qui a déjà suffisamment eu à souffrir de la part de ses propres hommes d’État. Nous refusons toute sanction envers notre nation,» a-t-il déclaré très clairement. Son compagnon de luttes Mehdi Karroubi s’est exprimé dans le même sens dans une interview au Corriere della Sera.

Et un problème de fond demeure, qui n’attire guère l’attention de tous ceux qui ont succombé à la dangereuse illusion qu’ils pourraient avoir leur mot à dire dans la définition et la mise en œuvre des sanctions contre l’Iran : celles-ci sont élaborées essentiellement par l’American Israeli Public Affairs Committee (AIPAC) et la plupart du temps soumises au Congrès pour la forme pour être ensuite mises en œuvre par le sous-secrétaire au Renseignement financier et anti-terroriste (Under Secretary for Terrorism and Financial Intelligence) Stuart Levey – un homme de confiance de l’AIPAC. Dans tout ce processus les retombées négatives potentielles sur le peuple iranien ne jouent pratiquement aucun rôle.

Les sanctions, qu’elles soient «paralysantes» ou «avisées» nuisent en définitive à la population. Des «sanctions avisées» c’est un oxymore comparable aux «bombes intelligentes» qui prétendument savent cibler, au moyen de «frappes chirurgicales», uniquement les objectifs à détruire. Et comme pour leurs consœurs militaires ce sont en définitive les «dommages collatéraux» des «sanctions avisées» qui l’emportent. Les trouver «avisées» n’est donc que pur cynisme.

• 12/04/2010, VERNET Daniel, Carnet de Pékin (18) : Pékin entre Téhéran et Washington, Boulevard Exterieur.

Le président Hu Jintao représentera la Chine au sommet sur la sécurité nucléaire organisé par Barack Obama, les 12 et 13 avril à Washington, manifestant ainsi l’intérêt qu’il porte à maintenir des relations suivies avec les États-Unis. Cette annonce est intervenue au moment où les Chinois se déclaraient prêts à discuter avec les autres membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies et l’Allemagne de nouvelles sanctions contre l’Iran. Pékin continue de donner la priorité à la négociation pour résoudre le problème nucléaire iranien mais manifeste sa bonne volonté en ne refusant pas la discussion.

Lire aussi :
• Nuclear Arsenals, Carnegie Endowment for International Peace.
• Israel-Palestine CrisisCarnegie Endowment for International Peace.
Articles Nucléaire, Monde en Question.

Carnets de Pékin


Chine

• 21/03/2010, VERNET Daniel, Carnet de Pékin (1) : la guerre du yuan n’aura peut-être pas lieu, Boulevard Exterieur.

• 21/03/2010, VERNET Daniel, Carnet de Pékin (2) : une classe moyenne désenchantée, Boulevard Exterieur.

• 26/03/2010, VERNET Daniel, Carnet de Pékin (3) : Google en Chine, acte de résistance ou acte commercial ?, Boulevard Exterieur.

• 26/03/2010, VERNET Daniel, Carnet de Pékin (4) : lutter contre la bulle immobilière, Boulevard Exterieur.

• 26/03/2010, VERNET Daniel, Carnet de Pékin (5) : 60 millions de Chinois menacés par la sécheresse, Boulevard Exterieur.

• 28/03/2010, VERNET Daniel, Carnet de Pékin (6) : le désarmement nucléaire vu de Chine, Boulevard Exterieur.

• 28/03/2010, VERNET Daniel, Carnet de Pékin (7) : des migrants qui ne veulent plus être des citoyens de seconde classe, Boulevard Exterieur.

• 28/03/2010, VERNET Daniel, Carnet de Pékin (8) : 100 millions de touristes chinois dans le monde en 2020, Boulevard Exterieur.

• 29/03/2010, VERNET Daniel, Carnet de Pékin (9) : les six « avantages » du système politique chinois, Boulevard Exterieur.

• 02/04/2010, VERNET Daniel, Carnet de Pékin (10) : détente sino-américaine, Boulevard Exterieur.

• 05/04/2010, VERNET Daniel, Carnet de Pékin (11) : Volvo, les enjeux d’un rachat spectaculaire, Boulevard Exterieur.

• 07/04/2010, VERNET Daniel, Carnet de Pékin (12) : locataires contre propriétaires, Boulevard Exterieur.

• 08/04/2010, VERNET Daniel, Carnet de Pékin (13) : une grève ordinaire de chauffeurs de bus, Boulevard Exterieur.

• 08/04/2010, VERNET Daniel, Carnet de Pékin (14) : dans l’attente du « grand leader » nord-coréen, Boulevard Exterieur.

• 09/04/2010, VERNET Daniel, Carnet de Pékin (15) : les chiffoniers au service de l’environnement, Boulevard Exterieur.

• 12/04/2010, VERNET Daniel, Carnet de Pékin (16) : vers une réévaluation du yuan ?, Boulevard Exterieur.

• 12/04/2010, VERNET Daniel, Carnet de Pékin (17) : prudence chinoise sur le Kirghizstan, Boulevard Exterieur.

• 12/04/2010, VERNET Daniel, Carnet de Pékin (18) : Pékin entre Téhéran et Washington, Boulevard Exterieur.

Veille informationnelle Chine, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Chine Tibet Xinjiang, Monde en Question.

Brèves du 14/04/2010


Palestine/Israël

NON à la « Promenade David Ben Gourion » à Paris !, Monde en Question.

• 12/04/2010, NABA René, L’inauguration de l’Esplanade David Ben Gourion à Paris, Blog René Naba.

Sur le plan international, la cérémonie coïncide avec le refus d’Israël de participer au sommet nucléaire de Washington destiné à jeter les nouvelles bases d’un contrôle de la dissémination atomique, alors que les pays occidentaux aiguillonnés par Israël, s’emploient à imposer des sanctions à l’Iran précisément à propos de sa politique nucléaire.
Israël, unique pays au monde avec le Kosovo à avoir été crée par une décision de l’ONU, se refuse de se soumettre au contrôle de la légalité internationale, au point que le prestigieuse revue «Foreign Policy » n’a pas hésité à consacrer une étude minutieuse, en janvier 2010, à ce que l’auteur de l’article Jeremy R. Hammond qualifie d’«Etat-Voyou» énumérant soixante dix neuf (79) résolutions internationales qu’Israël viole ou se refuse à appliquer.
L’étude couvre la période allant de 1948, (résolution 57 du 18 septembre 1948 adoptée par le Conseil de sécurité de l’ONU dans la foulée de l’assassinat par les Israéliens du Comte Bernadotte, médiateur du conflit entre juifs et arabes), à 2009 avec la résolution 1860 du 8 janvier 2009 concernant la destruction de Gaza.

• 14/04/2010, HASS Amira, The right to deport, Ha’aretz.

L’ordre militaire n°1650 élargit la définition juridique de l’infiltré en criminel, de sorte qu’il peut immédiatement être appliqué aux groupes de population suivants : les Palestiniens (et leurs descendants) qui ont perdu leur statut de résidence en raison de des actions d’Israël depuis 1967 [l’occupation] ; les Palestiniens qui sont habitants de Gaza selon leur carte d’identité, et les ressortissants étrangers.
L’objectif est de limiter la croissance démographique des Palestiniens en Cisjordanie, d’achever le processus de séparation de la population palestinienne de Gaza et de Cisjordanie (en violation des Accords d’Oslo), et de dissuader les ressortissants étrangers à se joindre à la lutte populaire contre l’occupation.
Le mot clé dans le nouvel ordre modifié est « permis », sans lequel une personne sera considérée comme infiltrée. Au cours des 20 dernières années, Israël a mis en place un système compliqué de permis de résidence pour les Palestiniens de la Cisjordanie et de Gaza. «Permis» est l’euphémisme d’interdiction.

• 13/04/2010, Le Hamas favorable au maintien du cessez-le-feu avec Israël, AP-Yahoo! Actualités.

Moussa Abou Marzouk, vice-président du bureau politique du Hamas, a déclaré, lors d’un entretien accordé à l’Associated Press, que le Mouvement de la résistance palestinienne était favorable au maintien du cessez-le-feu, afin de pas fournir à l’Etat hébreu de prétexte pour initier une nouvelle guerre contre Gaza.
Le Hamas, sur qui Israël fait peser la responsabilité du maintien du calme à la frontière entre la Bande de Gaza et Israël, rencontre des difficultés pour empêcher les petites factions rivales à mener des attaques contre des cibles israéliennes. Le Mouvement de la résistance islamique tente de préserver la trêve décrétée depuis plus d’un an, alors que ses rivaux poussent à de nouvelles attaques.

• Journal vidéo, Sleepless in Gaza…and Jerusalem [26 minutes par jour], YouTube.

Chronique de la Colonisation de la Palestine 2010 Monde en Question.

Iran

• 17/03/2010, GOULON Jean-François, Le programme nucléaire iranien a-t-il réellement une dimension militaire ?, Questions Critiques.

• 18/02/2010, Rapport de l’AIEA [en français et annoté], Questions Critiques.

Dossier documentaire & Bibliographie Iran, Monde en Question.

Turquie

Revue de presse turque, Turquie News.

Dossier documentaire & Bibliographie Turquie, Monde en Question.

Culture

• 13/04/2010, Bac philo 2/5 : Toutes les cultures se valent-elles ?, Les nouveaux chemins de la connaissance.

En attendant d’avoir le temps d’écrire une critique de cette émission, je renvoie le lecteur aux ouvrages suivants ignorés par les « philosophes » bien-pensants et un présentateur manipulateur :
JULLIEN François, De l’universel, de l’uniforme, du commun et du dialogue entre les cultures, Fayard, 2008.
SAÏD Edward, L’orientalisme – L’Orient créé par l’Occident, Seuil, 1980.
WALLERSTEIN Immanuel, L’universalisme européen : de la colonisation au droit d’ingérence, Démopolis, 2008.

• 13/04/2010, Comment faire revenir aux urnes les classes populaires ?, Du grain à moudre.

On a pu croire un moment que les Français reprenaient du goût pour la politique, qu’ils attendaient à nouveau d’une élection des changements pour leur propre vie. C’était en 2007, et la présidentielle a vu les électeurs se ruer sur les urnes. Oubliés, les «accidents» de la présidentielle de 2002, ou du référendum de 2005 ? Pas si sûr, à constater les taux de participation aux récentes élections régionales : plus d’un électeur sur deux (53,6 % des inscrits) est resté chez lui. C’est surtout parmi les classes populaires que prévaut la désillusion envers la politique et les politiciens. Une partie croissante de la population constate une dégradation de ses conditions d’existence que rien ne semble plus pouvoir enrayer.
Dans certaines banlieues sensibles [pour parler des quartiers pauvres], on observe des taux de participation qui tournent autour des 25 %, comme à Vaulx-en-Velin, Sarcelles, ou Clichy-sous-Bois. «Une partie de la population vit en autarcie par rapport au reste de la société. Ils considèrent que les institutions ne méritent pas qu’on s’y intéresse. Ils ont leur vie à eux, réglée par d’autres codes», expliquait au lendemain du 2° tour des régionales le maire de Monfermeil, l’UMP Xavier Lemoine.
Que vaut une démocratie quasi-censitaire à laquelle plus de la moitié de la population a cessé de s’intéresser ? Peut-on se résigner à voir les classes populaires décrocher définitivement de la politique et ne plus rien attendre de ses élus ? Quelle est la légitimité d’élus qui ne représentent qu’une fraction déclinante de la population ? Le décrochage entre les catégories populaires et des élites qui leur paraissent incapables de prendre en charge leurs problèmes est-il définitif ?

Brèves du 13/04/2010


Palestine/Israël

NON à la « Promenade David Ben Gourion » à Paris !, Monde en Question.

• 13/04/2010, Editorial : We’re not nearing a Holocaust, Ha’aretz.

Ce n’est pas la première fois Netanyahou assimile la menace iranienne avec l’Holocauste des Juifs en Europe. La comparaison est erronée et préjudiciable. Indépendant et souverain l’État d’Israël n’est pas faible comme les communautés juives en Pologne, en Hongrie ou en Allemagne, qui ne pouvaient pas se défendre contre les nazis meurtriers et leurs collaborateurs. Israël peut se protéger contre ceux qui menacent son existence et de sa sécurité, comme il l’a fait dans le passé alors que la communauté internationale avait minimisé la gravité d’une menace.
Si Netanyahou voulait encourager les dirigeants du monde à agir contre l’Iran, il aurait pris part au Sommet de Washington sur le nucléaire cette semaine et aurait ses avertissements poignants directement à ses homologues. Mais Netanyahou était préoccupé par la critique de la capacité nucléaire de l’Israël, alors il a choisi de rester à la maison et de parler au mémorial plus sûr de Yad Vashem. Il a ainsi raté une chance de participer à l’effort international, ce qui souligne seulement l’isolement croissant d’Israël.

• 12/04/2010, Dépêches d’agences, Info-Palestine.

• 08/04/2010, Rapport sur les violations israéliennes des droits humains du 01/04/2010 au 07/04/2010, Info-Palestine.

• Journal vidéo, Sleepless in Gaza…and Jerusalem [26 minutes par jour], YouTube.

Chronique de la Colonisation de la Palestine 2010 Monde en Question.

Économie Monde

• Avril 2010, RAMONET Ignacio, La question sociale en Europe, Mémoire des luttes.

Au sein de l’Europe des Vingt-sept, quelque 85 millions de pauvres… Un Européen sur six vit dans le besoin. Et la situation continue de se dégrader à mesure que s’élargit l’onde expansive de l’explosion de la crise. La question sociale vient se replacer au coeur du débat. La colère populaire se manifeste contre les Plans d’austérité en Grèce, au Portugal, en Espagne, en Irlande, en Islande, etc. Des grèves et des protestations violentes se multiplient. De nombreux citoyens expriment également leur refus de l’offre politique (l’abstention et le vote blanc atteignent des niveaux record) ou une adhésion à l’égard de divers fanatismes (l’extrême droite et la xénophobie progressent). Parce que la pauvreté et le désespoir social mettent aussi en crise le système démocratique. Faut-il s’attendre à un explosif printemps du mécontentement européen ?

• Avril 2010, Lettre n°73, Politiques Sociales.

Dossier documentaire & Bibliographie Économie sociale, Monde en Question.

Culture

• 12/04/2010, Bac philo 1/5 : La politique doit-elle faire le bonheur des citoyens ?, Les nouveaux chemins de la connaissance.

Brèves du 12/04/2010


Algérie

Cent mille réfugiés : 1952 – 1962 – Un exode algérien à la frontière ouest, Pôle Images-Sons et Recherches en Sciences Humaines.

Palestine/Israël

NON à la « Promenade David Ben Gourion » à Paris !, Monde en Question.

• 12/04/2010, Editorial : IDF bid to expel West Bank Palestinians is a step too far, Ha’aretz.

L’application de ce nouvel ordre militaire est non seulement susceptible de déclencher une nouvelle conflagration dans les territoires, il est aussi susceptible de donner au monde la preuve claire que l’objectif d’Israël est une déportation massive de Palestiniens de la Cisjordanie. Bien que tous les Juifs peuvent s’installer où ils le souhaitent, en Israël ou dans les territoires, Israël tente de priver les Palestiniens du même droit minimal de choisir où vivre, en Cisjordanie ou à Gaza.

• Journal vidéo, Sleepless in Gaza…and Jerusalem [26 minutes par jour], YouTube.

Chronique de la Colonisation de la Palestine 2010 Monde en Question.

Géopolitique

• 12/04/2010, Plaidoyer pour un désarmement total, L’Expression.

Curieusement, ce sont les États-Unis qui s’emparent du dossier nucléaire mondial en réunissant 47 États, aux lieu et place des Nations unies dont c’est la mission naturelle.
Cette rencontre, qui fait suite à l’annonce par M.Obama de la redéfinition de la politique nucléaire des États-Unis, intervient au moment où, auréolé de récents succès, il cherche à obtenir un consensus sur de nouvelles sanctions visant le programme nucléaire iranien. (…) Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a renoncé à participer au sommet sur la sécurité nucléaire organisé à Washington par Barack Obama. L’État hébreu redoute d’avoir à rendre des comptes sur son propre arsenal. Pas question pour Israël de lever le secret qui entoure son arsenal nucléaire. Les analystes étrangers estiment que l’État hébreu dispose, depuis une quarantaine d’années, de l’arme atomique et serait à la tête d’un arsenal conséquent. S’appuyant sur les capacités de production de plutonium de son réacteur de Dimona, dans le désert du Néguev, les experts pensent que le pays détient 100 à 200 têtes nucléaires sophistiquées.
Cette rencontre, qui fait suite à l’annonce par M.Obama de la redéfinition de la politique nucléaire des États-Unis, intervient au moment où, auréolé de récents succès, il cherche à obtenir un consensus sur de nouvelles sanctions visant le programme nucléaire iranien. (…) Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a renoncé à participer au sommet sur la sécurité nucléaire organisé à Washington par Barack Obama. L’État hébreu redoute d’avoir à rendre des comptes sur son propre arsenal. Pas question pour Israël de lever le secret qui entoure son arsenal nucléaire. Les analystes étrangers estiment que l’État hébreu dispose, depuis une quarantaine d’années, de l’arme atomique et serait à la tête d’un arsenal conséquent. S’appuyant sur les capacités de production de plutonium de son réacteur de Dimona, dans le désert du Néguev, les experts pensent que le pays détient 100 à 200 têtes nucléaires sophistiquées.
On se souvient de l’acharnement occidental contre le prétendu programme irakien. […] Même scénario avec l’Iran…

• 12/04/2010, Recep Tayyip Erdoğan à Paris, les yeux déjà fixés sur… Washington, Turquie Européenne.

Sur ce sujet-là [la sécurité nucléaire], en tout cas, le premier ministre turc s’est montré beaucoup plus offensif pour exposer sa propre conception de la sécurité au Moyen-Orient. Sur l’Iran, sur le conflit du Proche-Orient et sur les risques de prolifération nucléaire, il a suivi la ligne qui lui vaut à l’heure actuelle le soutien, pour ne pas dire l’admiration du monde arabo-musulman. À Paris, lors d’une rencontre particulièrement significative avec la presse, puisque tenue le 7 avril, quelques heures avant un déjeuner de travail avec le président français, le leader de l’AKP a qualifié Israël de « principale menace pour la paix régionale », en invoquant le rapport Goldstone sur l’offensive israélienne à Gaza. Quant à l’Iran, le chef du gouvernement turc a répété « que son programme nucléaire est uniquement civil » et qu’on ne pouvait pas mettre en accusation un pays pour un risque d’extension militaire que l’AIEA elle-même ne qualifie que de « probabilité ». L’argument final, développé par Recep Tayyip Erdogan, a été une nouvelle fois que l’Etat hébreu possède officieusement l’arme nucléaire et qu’il n’adhère pas au Traité de non prolifération (TNP). Cette tirade, qui a peut-être incité Benyamin Nétanyahou à ne pas se rendre à Washington, en dit long sur l’état d’esprit qui est celui du premier ministre turc avant son arrivée à Washington pour un sommet nucléaire où il y a fort à parier qu’il sera avant tout le représentant d’une puissance régionale qui ne cesse de s’affirmer.

• 02/04/2010, When friends are mad at you, Ha’aretzContreInfo.

Efraim Sneh, ancien ministre adjoint de la Défense, analyse les tensions israélo-américaines en relation avec le dossier iranien. Inquiet de la dégradation de l’image internationale d’Israël, il conclut que la meilleure option est celle d’un gel de la colonisation en échange de sanctions unilatérales des USA contre Téhéran. Faute de quoi, Israël devrait attaquer l’Iran avant l’hiver prochain, juge-t-il.

Culture

• 09/04/2010, Libertés et égalités : le citoyen français est-il en retard ?, Macadam philo.

• 08/04/2010, Les mirages de la transparence, La Fabrique de l’humain.

La dénonciation de la transparence, la phobie de la vidéosurveillance, la hantise de la traçabilité, frisent parfois la paranoïa ; elles confortent le sentiment nostalgique que le monde d’hier, en tout cas celui d’avant la révolution informatique et numérique, était un monde protégé. Un monde où l’intimité n’avait pas encore été entamée par le quadrillage systématique de nos vies. Les maîtres de l’informatique n’avaient pas encore pris la main sur nos écrans et les concepteurs de logiciels anonymiseurs ne formaient pas encore une nouvelle société secrète. Les webcams, les radars, le Pass Navigo, le croisement des fichiers, les mouchards informatiques, les satellites de Google Earth, l’imagerie médicale, n’étaient que rêveries fantasmées dans quelques livres de science fiction ou films expressionnistes. Le contrôle total et la veille électronique permanente relevaient de la fiction. Nous n’en sommes plus là. Et sans sombrer dans la dénonciation spontanée des dérives de la politique sécuritaire des États, sans ânonner l’antienne d’un big brother omnipotent et omniscient, il y a réellement de quoi s’inquiéter devant les innombrables dispositifs qui s’acharnent à nous rendre intégralement visibles. Le regard global n’est pas une vue de l’esprit. Il imprègne nos vies en même temps qu’il formate nos existences. Il dicte nos conduites en même temps qu’il dresse nos corps. L’extension du domaine du regard, la recherche éperdue de la visibilité, de la prévision, de la jouissance immédiate, il se pourrait bien qu’elles fassent taire la part obscure de nous-mêmes…

Brèves du 11/04/2010 Palestine


Palestine/Israël

NON à la « Promenade David Ben Gourion » à Paris !, Monde en Question.

• 11/04/2010, De nouvelles règles de séjour en Cisjordanie dénoncées par les défenseurs des droits de l’Homme, AP-Yahoo! Actualités.

Dix organisations israéliennes de défense des droits de l’Homme ont écrit au ministre de la Défense Ehoud Barak pour réclamer l’annulation des nouvelles consignes. Selon elles, elles sont si floues, notamment quant au type d’autorisation nécessaire, que virtuellement tous les Cisjordaniens pourraient être concernés.
« Cet ordre fait partie d’une série de mesures prises par l’armée en vue de vider la Cisjordanie des Palestiniens, notamment en les transférant vers Gaza », estime Sari Bashi, de l’ONG Gisha.
Les premières populations prises pour cible, selon les militants, sont les Gazaouis vivant en Cisjordanie et les conjoints étrangers d’habitants de Cisjordanie. Soit des dizaines de milliers de personnes.
Depuis le début de la deuxième Intifada en 2000, l’Etat hébreu a empêché la circulation entre la Bande de Gaza et la Cisjordanie. Avant l’interdiction, nombre de Gazaouis étaient partis vers la Cisjordanie, plus riche, à la recherche de travail. Mais les cartes d’identité fournies par Israël les identifient toujours comme Gazaouis, ce qui les rendrait vulnérables au regard des nouvelles consignes.
Même chose pour les milliers d’étrangers mariés en Cisjordanie mais sans résidence légale, Israël ayant depuis dix ans bloqué l’immigration vers la Cisjordanie.

• 11/04/2010, Un décret militaire israélien menace des Palestiniens d’expulsion massive, AFP-Libération.

Un ordre de l’armée, qui doit entrer en vigueur mardi, pourrait permettre l’expulsion ou l’arrestation de dizaines de milliers de Palestiniens séjournant en Cisjordanie, affirme dimanche le quotidien Ha’aretz.
Cet ordre vise notamment les Palestiniens détenteurs d’une carte d’identité avec une adresse dans la bande de Gaza, ou qui sont nés dans ce territoire, ainsi que leurs descendants. La bande de Gaza est contrôlée par les islamistes du Hamas depuis 2007 alors que la Cisjordanie est restée sous la responsabilité de l’Autorité palestinienne présidée par Mahmoud Abbas.
Israël impose un strict blocus de Gaza qui empêche les Palestiniens originaires de cette enclave de se rendre en Cisjordanie. Le nouveau décret militaire vise également les Palestiniens nés en Cisjordanie qui ont pour diverses raisons perdu leur statut de résident à la suite par exemple d’un séjour à l’étranger, ainsi que les épouses étrangères de Palestiniens, précise le journal.
Jusqu’à présent, les tribunaux civils israéliens empêchaient en général des expulsions de Cisjordanie visant ces personnes. Mais le décret prévoit que ces dossiers seront désormais soumis à la juridiction de tribunaux militaires: les personnes visées seraient alors jugées en tant «qu’infiltrées», susceptibles d’être expulsées vers le pays ou la région d’où elles sont venues «illégalement».
Cet ordre, signé le 13 octobre 2009 par le commandant des forces de Cisjordanie, le général Gadi Shamni, doit entrer en vigueur six mois après. Il prévoit des peines pouvant aller jusqu’à sept ans de prison, assorties d’une amende de 7.500 shekels (1.500 euros).
Interrogé par l’AFP, un porte-parole de l’armée a confirmé que des «amendements à l’ordre visant à empêcher des infiltrations» avaient été publiés. «L’armée est prête à appliquer cet ordre, qui ne s’applique pas aux Israéliens, mais à ceux qui séjournent illégalement en Judée-Samarie (Cisjordanie)», a ajouté le porte-parole, sans autre détail.

• 11/04/2010, HASS Amira, IDF order will enable mass deportation from West Bank, Ha’aretzInfo-Palestine.

Une nouvelle loi militaire destinée à empêcher l’infitration va être mise en application cette semaine ; elle va permettre la déportation de milliers de Palestiniens de Cisjordanie, ou leur poursuite pour des délits passibles de peines d’emprisonnement qui peuvent aller jusqu’à sept ans.
Si l’on en juge par l’action du Haut Commandement à la Sécurité au cours des dix dernières années, les premiers Palestiniens qui seront visés par les nouvelles règles sont ceux dont la carte d’identité porte une adresse dans la bande de Gaza – c’est à dire les gens qui sont née à Gaza et leurs enfants nés en Cisjordanie – ou ceux qui sont nés en Cisjordanie ou à l’étranger et qui pour différentes raisons ont perdu leur statut de résident. Seront visées aussi les conjoints (de Palestiniens) nés à l’étranger.
Les nouvelles règlent ont pour but de réprimer l’opposition en Cisjordanie.
Actuellement les Palestiniens ont besoin de permis spéciaux pour entrer dans les endroits proches du Mur de Sécurité même si leur maison s’y trouve, et en outre, les Palestiniens sont depuis longtemps interdits de séjour dans la Vallée du Jourdain sauf autorisation spéciale. Jusqu’en 2009, les Palestiniens de Jérusalem-Est devaient avoir un permis pour entrer dans la zone A, la zone sous contrôle de l’Autorité Palestinienne.
La crainte que les Palestiniens domiciliés à Gaza soient les premiers visés par cette loi repose sur les mesures qu’Israël a prises, ces dernières années, pour réduire leurs droits de vivre, travailler, étudier et même venir en visite en Cisjordanie. Ces mesures violent les accords d’Oslo.

• 11/04/2010, COHEN Avner, Israel missing a chance at nuclear global legitimacy, Ha’aretz.

L’étonnante décision Benyamin Netanyahou de ne pas prendre part au sommet, soi-disant parce qu’un certain nombre de dirigeants arabes vilipenderait la politique nucléaire d’Israël et son refus de signer le traité – une sorte de rituel arabe dans les forums internationaux – est regrettable et ne sert pas les intérêts d’Israël. Cette décision découle de la peur, du manque de confiance et du sentiment d’isolement – marques d’une prise de décision irrationnelle.

• Journal vidéo, Sleepless in Gaza…and Jerusalem [26 minutes par jour], YouTube.

Chronique de la Colonisation de la Palestine 2010 Monde en Question.

Brèves du 10/04/2010


Palestine/Israël

NON à la « Promenade David Ben Gourion » à Paris !, Monde en Question.

• 09/04/2010, Benyamin Nétanyahou n’assistera pas à la conférence sur le nucléaire à Washington, AP-Yahoo! Actualités.

Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a décidé de ne pas se rendre la semaine prochaine à la conférence sur le nucléaire à Washington, par crainte qu’Israël soit pointé du doigt sur son programme nucléaire, ont annoncé vendredi des responsables de son bureau.

• 07/04/2010, Ajami Film qui dépeint la vie des Arabes israéliens, SiteAFPAlloCinéIMDbTV5La TribuneleJDDLe Monde [critique] Le Monde [entretien] – Le PointTélérama.

• 06/04/2010, La police religieuse sévit dans les bus, Le TempsAFPS.

Des « escadrons de la modestie » (une milice ultra-orthodoxe) séparent les sexes et contrôlent la tenue ou le comportement des passagers. Des députés dénoncent un procédé illégal qui prend de l’ampleur.
«Nous sommes ici devant une ligne d’autobus « estampillée kasher ». Elle est majoritairement fréquentée par des religieux, lâche rageusement la présidente du Conseil municipal de Tel-Aviv Yaël Dayan. Cela signifie que la ségrégation des sexes y est pratiquée, avec l’accord des autorités. Les femmes entrent par l’arrière du véhicule et les hommes par l’avant. Ils ne se frôlent pas, ne s’assoient pas l’un à côté de l’autre. Dans certains véhicules, une épaisse couverture tendue au milieu du bus sépare les deux sexes. C’est le retour du Moyen Age.»

• 06/04/2010, La force du stylo d’Edward Saïd, Info-Palestine.

Pour Saïd, libérer un territoire du joug du colonialisme ne suffit pas. Un peuple a également besoin aussi de libérer son esprit de ce joug.

• 01/04/2010, Rapport sur les violations israéliennes des droits humains du 25/03/2010 au 31/03/2010, Info-Palestine.

• Journal vidéo, Sleepless in Gaza…and Jerusalem [26 minutes par jour], YouTube.

Chronique de la Colonisation de la Palestine 2010 Monde en Question.

Économie Monde

• 06/04/2010, Restructuration et luttes de classes dans l’industrie automobile mondiale, La Bataille socialiste.

• 05/04/2010, Emploi et migrations internationales, Post frontière.

L’innovation aux États-Unis a toujours été fondée, en partie au moins, sur la contribution des chercheurs et scientifiques nés a l’étranger. Une étude récente réalisée par l’Université Stanford montre: entre 1995 et 2005, les entreprises disposant d’au moins un fondateur né a l’étranger ont créé 450 mille nouveaux emplois. Et une étude encore plus récente montre qu’autour de chaque étranger engagé avec un visa H1B, l’entreprise crée 5 emplois supplémentaires !

• 04/04/2010, Les enjeux de l’immigration dans les monarchies du Golfe, Place des peuples.

• 02/04/2010, Les très hauts salaires du secteur privé, INSEE.

En 2007, 1 % des salariés à temps complet, les mieux rémunérés du secteur privé, perçoivent un salaire annuel moyen de 215 600 euros : ce sont les très hauts salaires. C’est sept fois plus que la moyenne des salariés à temps complet.

• Avril 2010, Lettre n°73, PolitiquesSociales.

Dossier documentaire & Bibliographie Économie sociale, Monde en Question.

France catho-laïque

• 05/04/2010, Lourdes en haut, Lourdes en bas, Là-bas si j’y suis.

• Avril 2010, HALIMI Serge, Burqa-bla-bla, Le Monde diplomatique.

Les Français sont vraisemblablement plus nombreux à connaître le nombre de minarets en Suisse (quatre) et de « burqas » en France (trois cent soixante-sept) qu’à savoir que le Trésor public a perdu 20 milliards d’euros à la suite d’une décision « technique » de l’exécutif.

Dossier documentaire & Bibliographie Voile & Burqa, Monde en Question.