Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives de Catégorie: Revue des livres

Histoire des faits et des idées économiques


Bibliographie économie

 

Sommaire :

• L’ère pré-industrielle
– Du néolithique à la révolution industrielle
– La pensée économique dans l’antiquité et au moyen âge
– Les mercantilistes
– Les physiocrates
• La révolution industrielle
– La révolution industrielle
– Les économistes classiques
– Les économistes socialistes
– Les économistes marginalistes
• La crise du capitalisme
– De la belle époque a la crise de 1929
– La pensée économique dans l’entre-deux guerres
• De l’état-providence à la mondialisation
– L’évolution économique depuis 1945
– La pensée économique contemporaine

Fabrice MAZEROLLE, Histoire des faits et des idées économiques, Gualino, 2006 [Texte en ligne] – Université Marseille, 2008 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Économie, Monde en Question.
Veille informationnelle Géoéconomie, Monde en Question.

Publicités

Dictionnaire amoureux de la Belgique


Bibliographie histoire

 

Au risque de décevoir beaucoup de mes lecteurs, j’avoue que je ne suis pas Français de souche, mais je suis triplement criminel car d’origine belge, émigré au Mexique et anti-Charlie.

Voici donc aujourd’hui quelques livres sur la Belgique qui traînent dans ma bibliothèque :

Jean Baptiste BARONIAN, Dictionnaire amoureux de la Belgique, Plon, 2015 [Texte en ligne].

Thomas BEAUFILS, Belgique l’utopie d’une nation – Idées reçues sur les Belges d’hier et d’aujourd’hui, Le Cavalier Bleu, 2012 [Texte en ligne].

Fred STEVENS, Axel TIXHON, L’histoire de la Belgique pour les nuls, First, 2010 [Texte en ligne].

Astrid VON BUSEKIST (sous la direction de), Singulière Belgique, Fayard, 2012 [DébatTexte en ligne].

Patrick WEBER, La grande histoire de la Belgique, Perrin, 2013 [Texte en ligne].

12/10/2018
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Écouter aussi :
Histoire de la Belgique, France Culture 1/42/43/44/4, 12-15/11/2007.

Lire aussi :
Dossier Cinéma Belgique , Monde en Question.
Dossier documentaire Géographie, Monde en Question.
Dossier documentaire Histoire, Monde en Question.

L’Histoire est une littérature contemporaine


Bibliographie histoire

 

L’histoire n’est pas fiction, la sociologie n’est pas roman, l’anthropologie n’est pas exotisme, et toutes trois obéissent à des exigences de méthode. À l’intérieur de ce cadre, rien n’empêche le chercheur d’écrire.

Concilier sciences sociales et création littéraire, c’est tenter d’écrire de manière plus libre, plus originale, plus juste, plus réflexive, non pour relâcher la scientificité de la recherche, mais au contraire pour la renforcer. L’histoire est d’autant plus scientifique qu’elle est littéraire.

Réciproquement, la littérature est compatible avec la démarche des sciences sociales. Les écrits du réel – enquête, reportage, journal, récit de vie, témoignage – concourent à l’intelligibilité du monde. Ils forment une littérature qui, au moyen d’un raisonnement, vise à comprendre le passé ou le présent.

Des sciences sociales qui émeuvent et captivent ? Une littérature qui produit de la connaissance ? Il y a là des perspectives nouvelles pour le siècle qui s’ouvre.

Ivan JABLONKA, L’Histoire est une littérature contemporaine – Manifeste pour les sciences sociales, Seuil, 2014 [Texte en ligne].
Avis de :
Dimitri JULIEN, Écritures historiques, 2015.
Anna SAIGNES, Recherches & Travaux, 2015.

Lire aussi :
Dossier documentaire Épistémologie, Monde en Question.
Dossier documentaire Histoire, Monde en Question.

BD Jazz (8 albums)


Bibliographie littérature

 

Claire BRAUD, Billie Holiday, Éditions Nocturne, 2003 [Texte en ligne].

Michel CONVERSIN, Count Basie, Éditions Nocturne, 2003 [Texte en ligne].

Alexis DORMAL, Nat King Cole, Éditions Nocturne, 2003 [Texte en ligne].

Jacques FERRANDEZ, Miles Davis, Éditions Nocturne, 2006 [Texte en ligne T1Texte en ligne T2].

Louis JOOS, Thelonious Monk, Éditions Nocturne, 2004 [Texte en ligne].

Philippe PESEUX, Dizzy Gillepsie, Éditions Nocturne, 2003 [Texte en ligne].

STEG, Ella Fitzgerald, Éditions Nocturne 2003 [Texte en ligne].

Pédro ZAMITH, Frank Sinatra, Éditions Nocturne, 2003 [Texte en ligne].

Lire aussi :
BD Jazz (61 albums), Bedetheque.
Filmographie Jazz, Ciné Monde.
Index Littérature, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

Friedrich NIETZSCHE


Bibliographie philosophie

 

Je ne suis pas encore à l’ordre du jour : il en est qui naissent posthumes, écrivait Nietzsche en 1888, dans Ecce homo. A peine en effet avait-il sombré dans la folie, l’année suivante, qu’il naissait à la gloire et que son nom, depuis, n’a pas cessé d’être à l’ordre du jour – en France, notamment, où son œuvre a toujours été admirée, contestée, débattue. Nietzsche y aurait sans doute vu un signe du destin, lui qui, à travers ses références fréquentes à Montaigne et à Baudelaire, en passant par Chamfort et Stendhal, n’a pas dissimulé son admiration pour la culture française.

Aussi était-il indiqué que cette édition de l’ensemble de ses œuvres autorisées et authentiques reprenne le texte, révisé, des premières traductions, parues au tournant du siècle. La langue est celle-là même dans laquelle Nietzsche eût aimé se lire ; et le lecteur d’aujourd’hui retrouvera ainsi le « Nietzsche français » qui séduisit tant Gide et Valéry.

Ce volume va de La naissance de la tragédie (1872) à Aurore (1889) : du jeune Nietzsche wagnérien qui annonçait une régénération de la culture allemande par la musique, au Nietzsche antiromantique et antichrétien qui part « en campagne contre la morale ».

Les textes sont éclairés par des notices et des notes traduites et adaptées de l’édition allemande des Œuvres due à Peter Pütz, professeur à l’université de Bonn. Une préface de Jacques Le Rider retrace l’histoire des présences de Nietzsche en France, tandis que ses rapports avec la civilisation française sont analysés, dans une postface, par Jean Lacoste, auquel on doit également une chronologie détaillée de la vie et des oeuvres du philosophe.

Friedrich NIETZSCHE, Œuvres, Flammarion, 2017 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Filmographie Friedrich NIETZSCHE, Ciné Monde.
Dossier Friedrich NIETZSCHE, Monde en Question.
Index Philosophie, Monde en Question.

Biographie d’Éric Rohmer


Bibliographie cinéma

 

Que sait-on d’Éric Rohmer, sinon qu’il incarne une manière très française et très raffinée de faire du cinéma ? De lui, on connaît quelques titres : Ma nuit chez Maud, L’amour, l’après midi, Les nuits de la pleine lune… On sait aussi combien le cinéaste aimait filmer de jeunes et jolies femmes, les « rohmériennes « , d’Arielle Dombasle à Rosette, de Pascale Ogier à Marie Rivière… On se souvient encore qu’il lança plusieurs acteurs, qui devaient faire leur chemin sans lui : Jean-Claude Brialy, Fabrice Luchini ou Pascal Greggory.

Mais sait-on par exemple que l’ensemble de ses vingt-cinq longs métrages ont attiré en France plus de huit millions de spectateurs, et quelques millions d’autres autour du monde ? Sait-on qu’un autre homme, Maurice Schérer, se cachait derrière le pseudonyme d’Éric Rohmer, tant il aimait s’inventer des doubles et masquer son visage derrière ses films ?

Voici la première biographie d’Éric Rohmer : puritain et esthète, catholique pratiquant et amoureux de la beauté sous toutes ses formes, rédacteur en chef des Cahiers du cinéma et homme de télévision, citoyen désengagé, nostalgique de l’Ancien Régime – qui aura fi ni par voter écologiste. Un homme riche de ses contradictions, et de l’extraordinaire diversité de ses curiosités artistiques.

Nourri d’archives inédites, ce livre dessine le portrait d’un grand metteur en scène qui fut également écrivain, dessinateur, compositeur, producteur et parfois même acteur ! Un véritable homme-orchestre, pour qui le cinéma fut la somme de tous les arts.

Antoine de BAECQUE, Noël HERPE , Biographie d’Éric Rohmer, Stock, 2014 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Filmographie Éric Rohmer, ArsenevichCiné MondeHawkmenBlues.
Dossier documentaire Cinéma – Livres, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

L’invention de Paris


Bibliographie géographie

 

Places royales et faubourgs brumeux, enceintes, barricades et passages, c’est la trame serrée des quartiers parisiens qui organise cette déambulation proposée aux flâneurs des rues et des livres.

On y voit naître, au rythme des enceintes successives, l’éclairage public, l’enfermement des pauvres et des fous, le numérotage des maisons, les terrasses des cafés et la police de proximité. Du Marais des Précieuses au XIe arrondissement des « branchés », on assiste aux migrations de la mode, à l’apparition de microvilles dans la ville, celles de Scarron, de Des Grieux, de Desmoulins, de Rubempré et de l’autre Lucien, Leuwen, celles de Gavroche, de Baudelaire et de Manet, d’Apollinaire, celles encore de Nadja, de Doisneau ou d’Anna Karina.

Mais les vrais héros du livre, ce sont des anonymes, les architectes du désordre qui, de génération en génération, se sont transmis l’art d’empiler les magiques pavés, au faubourg Saint-Antoine en prairial an III, au cloître Saint-Merri en juin 1832, au clos Saint-Lazare en juin 1848, à Belleville en mai 1871, au quartier Latin en mai 1968, démontrant chaque fois – et plaignons ceux qui croient la série close – la force de rupture de Paris.

Eric HAZAN, L’invention de Paris – Il n’y a pas de pas perdus, Seuil, 2012 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Filmographie Paris, Ciné Monde
Index Géographie-Histoire, Monde en Question.
Dossier documentaire Géographie, Monde en Question.

Histoire de la publicité en France


Bibliographie histoire

 

Contrairement aux pays anglo-saxons, la France a longtemps méprisé la « réclame », considérée comme l’arme des charlatans et dénigrée par des groupes sociaux hostiles (clergé, médecins, voyageurs de commerce). Cependant, depuis la Belle Epoque, la publicité a été valorisée par l’affiche et a conquis les milieux populaires avec les émissions de divertissement des radios privées. Avec les Trente Glorieuses, la France est entrée enfin dans l’âge publicitaire où les médias se disputent des crédits sans lesquels ils ne pourraient plus vivre.

Des annonces des gazettes de l’Ancien Régime à celles des commerçants des villes de province, des placards des quotidiens aux chansonnettes des radios privées des années trente, jusqu’à l’entrée de la publicité à la télévision au lendemain de Mai 1968, le lecteur voyage ici dans le passé de la publicité française.

Marc MARTIN, Histoire de la publicité en France, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012 [Texte en ligne].

Lire aussi :
COLLECTIF, Affiches publicitaires 1840-1966 – 166 affiches publicitaires datées et légendées, [Texte en ligne].
Index Techniques, Monde en Question.
Index Géographie-Histoire, Monde en Question

Dictionnaire amoureux de l’humour


Bibliographie langues

 

Longtemps, Jean-Loup Chiflet s’est levé de bonne heure, pour se plonger dans le monde jubilatoire de l’humour. De Montesquieu à Coluche, de Feydeau à Frédérique Dard, de Jules Renard à Bourvil, des Pataphysiciens aux Oulipiens et de Molière à Blondin, il a essayé d’en analyser le mécanisme complexe : l’humour est-il vraiment un « excès de sérieux », comme le pensait Tristan Bernard, ou « une tentative pour décaper les grands sentiments de leur connerie » comme le laissait plutôt entendre Raymond Queneau ? Vaste débat…

Dans ce Dictionnaire amoureux, et du fait même subjectif, il laisse ainsi cours à ses passions pour le nonsense anglo-saxon ou les magiciens de la langue que sont Vialatte, Ponge, Prévert et tant d’autres.

Jean-Loup Chifflet est l’auteur, entre autres facéties, de l’incontournable Sky my husband ! Ciel mon mari ! et du non moins célèbre Oxymore mon amour ! Il est aussi l’adaptateur en France des dessins et légendes du New Yorker, et l’éditeur de quelques joyeux humoristes patentés.

Jean-Loup CHIFLET, Dictionnaire amoureux de l’humour, Plon, 2012 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Jean-Loup CHIFLET, Dictionnaire amoureux de la langue française, Plon, 2014 [Texte en ligne].
Index Langues, Monde en Question.

Quand le monde s’est fait nombre


Bibliographie sciences

 

Pourquoi les hommes politiques parlent-ils d’inverser la courbe du chômage plutôt que des chômeurs ? Pourquoi mesurer ses efforts plutôt que de se dépenser sans compter ?

D’où vient donc cette manie à tout quantifier, à sans cesse parler de nombres et de statistiques au point de les substituer à la réalité ? La faute à la science, diront certains… et pourtant, c’est d’abord comme instrument de mesure démocratique et industriel qu’est apparue la statistique. De là, à en faire une réponse à nos maux politiques ?

La statistique est aujourd’hui un fait social total: elle règne sur la société, régente les institutions et domine la politique. Un vêtement de courbes, d’indices, de graphiques, de taux recouvre l’ensemble de la vie. L’éducation disparaît derrière les enquêtes PISA, l’université derrière le classement de Shanghai, les chômeurs derrière la courbe du chômage… La statistique devait refléter l’état du monde, le monde est devenu un reflet de la statistique !

Olivier REY, Quand le monde s’est fait nombre, Stock, 2016 [Texte en ligneCEFRES].

Lire aussi :
Dossier documentaire Statistiques & Sondages, Monde en Question.
Dossier documentaire Sciences, Monde en Question.
Veille informationnelle Sciences, Monde en Question.