Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives de Catégorie: Bibliographie biographie

Et tu n’es pas revenu (biographie)


Bibliographie biographie

 

J’ai été quelqu’un de gai, tu sais, malgré ce qui nous est arrivé. Gaie à notre façon, pour se venger d’être triste et rire quand même. Les gens aimaient ça de moi. Mais je change. Ce n’est pas de l’amertume, je ne suis pas amère. C’est comme si je n’étais déjà plus là. J’écoute la radio, les informations, je sais ce qui se passe et j’en ai peur souvent. Je n’y ai plus ma place. C’est peut-être l’acceptation de la disparition ou un problème de désir. Je ralentis. Alors je pense à toi. Je revois ce mot que tu m’as fait passer là-bas, un bout de papier pas net, déchiré sur un côté, plutôt rectangulaire. Je vois ton écriture penchée du côté droit, et quatre ou cinq phrases que je ne me rappelle pas.

Marceline LORIDAN-IVENS, Et tu n’es pas revenu, Grasset, 2015 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Filmographie, Ciné Monde.
Index Littérature, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

Corentine (biographie)


Bibliographie biographie

 

Corentine ou l’histoire d’une revanche sur un avenir de malheur et de servitude.

En 1890, une petite fille naît dans une famille de paysans bretons au cœur de ces montagnes noires où la misère pousse des milliers de gens à émigrer. Ses parents vont la placer, alors qu’elle n’a que sept ans, chez un riche propriétaire où, disait-elle, elle put enfin manger à sa faim.

À douze ans, alors qu’elle ne parle quasiment pas le français, elle part comme domestique à Paris. Elle y connaît les humiliations, l’exploitation, le mépris, la violence d’un monde qui n’épargne rien ni personne.
Jusqu’au jour où un homme pas comme les autres frappe à sa porte. La malchance a-t-elle enfin tourné ?

Corentine était ma grand-mère. Une femme exceptionnelle qui m’a légué l’enseignement le plus précieux : savoir qu’il suffit de se battre pour transformer sa vie en destin.

Roselyne BACHELOT, Corentine, Plon, [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Littérature, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

L’enfer – Terreur et survie sous Pinochet


Bibliographie biographie

 

Il fallait collaborer avec la Dina ou mourir. Moi, je voulais vivre. Arrêtée en 1974 pour avoir poursuivi ses activités de militante socialiste après le coup d’État qui renversa le gouvernement de Salvador Allende, torturée, violée, menacée de représailles contre sa famille, Luz Arce est placée devant une alternative impossible. Il s’agit de sauver sa vie en envoyant les autres en enfer. Elle choisit de vivre et sa vie devient un enfer.

L’ancienne membre de la garde rapprochée d’Allende se voit contrainte de trahir ses anciens amis et de travailler pour la tristement célèbre Dina, la police politique de Pinochet. Si elle parvient à quitter cette organisation en 1980, il faudra plus de dix ans à Luz Arce pour trouver la force de raconter son histoire. Depuis, ses nombreuses dépositions auprès des tribunaux ont joué un rôle déterminant dans l’inculpation de plusieurs hauts responsables de la police chilienne. L’intérêt de ce témoignage dépasse largement le cadre du Chili et de son histoire. Par-delà la violence des régimes totalitaires, il révèle une face cachée de la condition humaine.

Luz ARCE, L’enfer – Terreur et survie sous Pinochet, Les petits matins, 2014 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Dossier documentaire Histoire, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

Trotsky


Bibliographie biographie

 

Quand les hommes, les femmes vous disent : « Nous, les générations adultes, nous nous savons sacrifiées, mais nous travaillons pour les enfants, pour l’avenir », vous direz ce que vous voudrez, c’est beau.

Léon Trotsky (1879-1940), de son vrai nom Lev Davidovitch Bronstein, est, avec Lénine, un des principaux acteurs de la révolution d’Octobre.
Successivement président du soviet de Saint-Pétersbourg, commissaire du peuple pour l’Armée et les Affaires navales de l’URSS, il finira par s’opposer à la bureaucratisation du régime incarné par Staline en prenant la tête de l’Opposition de gauche. Chassé du gouvernement en 1925 puis d’URSS quatre ans plus tard, il vivra le restant de ses jours en exil : Turquie, France, Norvège, Mexico enfin, où il sera assassiné par Ramón Mercader.

Créateur de la IVe Internationale qui fédère encore aujourd’hui de nombreux mouvements adeptes de la pensée trotskyste, celui qui signait ses lettres à sa femme d’un familier « ton vieux chien » reste pour beaucoup une énigme dont Michel Renouard tente ici de s’approcher.

Michel RENOUARD, Trotsky, Gallimard, 2017 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Dossier documentaire Trotskysme, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

Au château de l’ogre


Bibliographie biographie

 

J’étais une princesse et je vivais dans un château. Mon enfance, vue de loin, tenait du conte de fées. Et pourtant je ne fus pas heureuse. Car l’ogre était mon père.

Je suis née en Centrafrique en 1974, à l’hôpital de Bangui, la capitale. Mon père était le président de cette république et ma mère, une jeune fille de seulement quinze ans venue de l’île de Taïwan.
Mon père a eu deux enfants avec ma mère, et affirmait en avoir au total cinquante-six, nés de dix-sept femmes d’origines géographiques différentes : de Roumanie, du Vietnam, de Taïwan, de Côte d’Ivoire, du Cameroun, du Liban, de France et d’ailleurs. Ils les avaient rencontrées lors de voyages officiels.

J’ai fait mes premiers pas sur la belle terre rouge d’Afrique. Dix ans après sa prise du pouvoir en République centrafricaine, mon père a décidé de s’autoproclamer empereur. En 1977, il a organisé la cérémonie du sacre et, presque simultanément, a choisi de mettre sa progéniture à l’abri en Europe. Il a informé les mamans de la séparation imminente, afin de protéger les enfants d’éventuelles tentatives d’attentat.

Marie-France Bokassa, fille de l’ex-empereur de Centrafrique, a grandi au château d’Hardricourt, dans les Yvelines, avec ses frères et sœurs soumis à une discipline militaire et laissés dans le plus grand dénuement. Elle raconte une enfance folle et sa fuite hors du château.

Marie-France BOKASSA, Au château de l’ogre, Arthaud, 2019 [Texte en ligne].

Lire aussi : Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

Choderlos de Laclos


Bibliographie biographie

 

Les Liaisons dangereuses paraissent le 7 avril 1782. En quelques jours, on s’arrache le roman chez les libraires. Est-ce le catéchisme d’un moraliste ou le bréviaire d’un libertin ? L’opinion publique se divise et chacun cherche à découvrir les personnes qui se cachent derrière les héros. L’auteur est Pierre-Ambroise Choderlos de Laclos, officier d’artillerie. C’est à peine si le public le connaît pour un opéra-comique dont il écrivit le livret et qui fut un « four ».

Sa vie pourtant est un roman : homme de lettres, il devient politique. Conseiller du duc d’Orléans en 1789, est-il un citoyen vertueux désireux de réformer l’état et la société ou bien, « Homme noir », un « roué » qui fomente des complots et organise des insurrections ? Directeur du Journal des Amis de la Constitution, il est l’un des membres importants du club des Jacobins. Militaire, il aide Danton à défendre Paris en septembre 1792 et contribue à la victoire de Valmy. Savant, il invente le boulet creux : l’obus moderne. Homme des Lumières, il rêve d’une cité où la femme trouverait la place qu’elle mérite.
En 1793, victime de la Terreur, il connaît les geôles et l’angoisse du petit matin des exécutions. Dans la correspondance qu’il entretient alors avec sa femme, il apparaît bon époux, bon père et révolutionnaire malgré tout. Sous le Directoire, il est haut fonctionnaire et participe à la prise de pouvoir de Bonaparte. Celui-ci le réintègre dans son grade de général et l’envoie en mission en Italie où il meurt le 5 septembre 1803. « Enfer et ciel mêlés », lumières ici, ombres là, homme-labyrinthe, Laclos est un séducteur qui, à deux siècles de distance, captive encore.

Jean-Paul BERTAUD, Choderlos de Laclos – L’auteur des Liaisons dangereuses, Fayard, 2003 [Texte en ligneAnnales historiques de la Révolution française].

Lire aussi :
Choderlos de LACLOS (1741-1803), Monde en Question.
Filmographie Les liaisons dangereuses, Ciné Monde.

La France des Belhoumi


Bibliographie biographie

 

À travers les témoignages de la famille Belhoumi, Stéphane Beaud reconstitue l’histoire sur 40 ans d’une famille algérienne de France, l’histoire d’une intégration tranquille. Une enquête fouillée, originale, qui permet de s’immerger dans la vie des membres de cette fratrie avec ses entraides et ses tensions, et qui pose autrement la question de l’intégration.

Cette biographie à plusieurs voix, dont l’originalité tient à son caractère collectif et à la réflexivité singulière de chaque récit, montre différents processus d’intégration en train de se faire. Elle pointe aussi les difficultés rencontrées par les enfants Belhoumi pour conquérir une place dans le « club France », en particulier depuis les attentats terroristes de janvier 2015 qui ont singulièrement compliqué la donne pour les descendants d’immigrés algériens.

Stéphane BEAUD, La France des Belhoumi – Portraits de famille (1977-2017), La Découverte, 2018 [Texte en ligne].

Vie et légendes de Charles Aznavour


Bibliographie biographie

 

Il se voyait en haut de l’affiche… Après sept décennies de carrière, son étoile brille désormais sur Hollywood Boulevard. C’est peu dire qu’Aznavour est un artiste d’exception : il collectionne les records. De précocité comme de longévité : sur les planches dès neuf ans, il donne encore des récitals à 90 ans passés et pourrait bien réussir son pari d’être le premier centenaire à se produire sur les planches.

Rien n’augurait d’une telle destinée, au de but des années 1950, lorsqu’il n’était que l’homme à tout faire et le souffre-douleur d’Edith Piaf. Depuis lors, il a signé les musiques de plus de 400 chansons (La Bohême, La Mamma…), façonne les paroles de plus de 600 autres, certaines immortelles (Je m’voyais déjà, Tu t’laisses aller, Emmenez-moi…) et enchaîné les récitals sur les plus grandes scènes. Au cinéma, son talent d’acteur s’est exprimé dans une cinquantaine de films, notamment pour Truffaut, Cayatte et Duvivier. Enfin, il est l’artiste de music-hall français le plus célèbre au monde, depuis Piaf et Maurice Chevalier.

Mais qui se cache derrière ce showman hors norme ? Une personnalité complexe, qui a enduré les humiliations et le mépris, avant d’atteindre les sommets. Or, si ce vrai timide s’est beaucoup raconté, il a aussi brodé, résumé, enjolivé, se ménageant des zones d’ombre. Au terme d’une longue enquête, explorant toutes les époques de ses vies tumultueuses et l’ensemble de son œuvre, cette biographie non autorisée, fourmillant de révélations, s’efforce de faire la part de la vérité et des légendes.

Robert BELLERET, Vie et légendes de Charles Aznavour, Archipel, 2018 [Texte en ligne].

Lire aussi : Index Chansons, Monde en Question.