Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives de Tag: ONG

Rébellion armée en Libye


Cette guerre, vendue comme « une opération militaire à but humanitaire » pour sauver un peuple en danger, s’apparente davantage à un soutien militaire à la rébellion armée pour chasser le colonel Kadhafi du pouvoir.

Revue de presse

Vidéo AFP, 27/02/2011
L’AFP a accompagné dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 février des rebelles libyens armés qui patrouillent à Benghazi (est de la Libye) pour assurer la sécurité. Ils portent un brassard avec le drapeau libyen de l’indépendance.

Afrique, 13/03/2011
Des déclarations non confirmées de la presse font état de la présence de milliers de combattants payés en provenance majoritairement des pays de l’Afrique de l’Ouest, du Nord et de l’Afrique de l’Est, indiquant qu’ils ont été acheminés quelques jours avant le début des émeutes survenues dans les autres villes du pays à l’exception de la capitale, Tripoli.

Vidéo AFP, 19/03/2011
Des lanceurs de roquettes multiples, un flot d’hommes en armes, équipés de kalachnikovs ou de mitrailleuses lourdes: les rebelles ont répondu à l’appel de l’Etat major de la rébellion pour aller combattre les troupes de Mouammar Kadhafi à Al-Magrun, une localité situé à 80 km de Benghazi.

Le Point, 19/03/2011
Selon le Wall Street Journal, les rebelles libyens ont commencé à recevoir des armes d’Égypte. Ces armes seraient essentiellement des fusils d’assaut et des munitions que les rebelles achèteraient, toujours selon le quotidien. Il cite un homme d’affaires libyen établi au Caire, Hani Souflakis, qui servirait d' »agent de liaison » entre les rebelles et le gouvernement égyptien depuis le début de la rébellion, à la mi-février. Celui-ci a déclaré au Wall Street Journal : « Les Américains ont donné le feu vert aux Égyptiens pour nous aider. Ils ne veulent pas intervenir directement, mais les Égyptiens n’auraient rien fait sans ce feu vert. »

Si cette information se vérifiait, elle confirmerait le rôle secret déjà joué dans le passé par l’Égypte, quand il s’était agi d’aider le camp occidental. Durant les années 1980, elle avait ainsi accepté, à la demande de la DGSE, de céder à la rébellion afghane luttant contre l’Armée rouge des missiles antichars Milan dont elle disposait dans ses arsenaux. En échange de ce bon procédé, elle avait reçu de la France des missiles Milan neufs, et d’un modèle plus récent. Dans ces mêmes années, deux agents de la DGSE avaient été tués lors d’un accident à bord d’un C-130 Hercules égyptien, qui livrait clandestinement des armes françaises à la rébellion tchadienne de Hissène Habré en lutte contre le gouvernement de Goukouni Oueddeï.

D’aucuns assurent que quelques unités spéciales étrangères seraient présentes dans la région de Benghazi.

Le Point, 19/03/2011
Même si Kadhafi est un bouffon tyrannique, est-on bien inspiré d’aller se mêler des affaires libyennes ?

Par ces temps d’unanimisme belliqueux, il ne fait pas bon jeter le doute sur la légitimité de l’intervention dans les sables libyens. Allons-y tout de même. Car cette croisade aérienne pose de sérieuses questions qu’il n’est pas très sain d’éluder.

Première question : l’Occident a-t-il vocation à venir en aide aux peuples en révolte, à imposer la démocratie par la force des armes ?
Il ne peut y avoir deux poids, deux mesures. Il faut, dans ce cas, impérativement intervenir au Yémen où des dizaines de manifestants ont été tués ces derniers jours. À Bahreïn aussi bien sûr, où la majorité chiite veut se débarrasser du pouvoir sunnite qui l’opprime. Il convient de mettre en demeure l’Arabie saoudite, sous peine de sanctions, de cesser ses ingérences chez son voisin. Riyad, comme Abu Dhabi, a dépêché des troupes pour y rétablir un ordre injuste et contesté. Si, demain, le peuple algérien se soulève contre la clique qui met le pays en coupe réglée, que fera-t-on ? On bombardera Alger ?

Deuxième question : une fois Kadhafi balayé (Inch Allah !), comment sera gouvernée la Libye ?
Celle-ci est un patchwork de tribus amalgamées artificiellement en 1951 par l’addition de la Tripolitaine, de la Cyrénaïque et du Fezzan. Des chercheurs assurent que la cohésion tribale est en forte diminution en raison de l’urbanisation qui a entraîné un mélange des populations. Voire. Des traditions ancrées dans les mentalités depuis des siècles ne disparaissent pas comme un vent de sable. Le Conseil de transition mis en place à Benghazi est un curieux cocktail d’ex-caciques du régime, de « bourgeois » éduqués, de chebabs (jeunes). Son président est un ancien ministre de la Justice de Kadhafi, son chef d’état-major un ancien ministre de l’Intérieur. Ils ont évidemment cautionné les crimes du système et sont probablement éligibles à la Cour pénale internationale. Les chebabs ont rarement lu Tocqueville et ne sont pas, non plus, uniquement animés par le souci de défendre les droits de l’homme. Le danger, en fait, est de voir la Libye transformée en une nouvelle Somalie.

Troisième question : la solidarité du monde arabe avec la coalition est-elle solide ?
Rien n’est moins sûr. Kadhafi est considéré entre Nil et Euphrate comme un fou irresponsable. Mais les frappes occidentales doivent être judicieusement dosées. Car à la moindre bavure, c’est la catastrophe. Le spectacle de civils ou même de militaires libyens pulvérisés par l’aviation alliée passant en boucle sur les antennes d’Al Jazeera aurait des effets ravageurs.

Les expéditions militaires commencent toujours bien, la fleur au fusil. La suite est plus compliquée à gérer.

Lire aussi : La campagne de Libye de Nicolas Sarkozy, Le Point, 11/03/2011.

Vidéo AFP, 21/03/2011
Les forces rebelles ont tenté d’entrer lundi 21 mars dans la ville d’Ajdabiya, à 160 km au sud de Benghazi. Arrivées au portes de la ville, ils ont été repoussés par des chars appartenant à l’armée de Mouammar Kadhafi.

La gauche s’est embarquée dans cette galère

Mondialisation, 08/03/2011
Le Gang au complet est de retour : les partis de la gauche européenne (inclus les partis « modérés »communistes européens ) les « Verts » avec José Bové maintenant allié à Daniel Cohn Bandit qui a toujours soutenu les guerres de l’OTAN, différents groupes Troskystes et bien sûr Bernard Henry Levy et Bernard Kouchner tous appelant à une sorte d »‘intervention humanitaire » en Libye ou accusant la gauche d’Amérique Latine dont les positions sont bien plus sensées d’agir comme des « idiots utiles » pour le « Tyran libyen ».

C’est difficile pour des citoyens ordinaires de savoir exactement se qui se passe en Libye car les médias occidentaux se sont complètement discrédités en Irak en Afghanistan au Liban et en Palestine et les sources d’informations alternatives ne sont pas toujours crédibles non plus. Cela bien sûr n’empêche pas la gauche pro guerre d’être absolument convaincue de la vérité des pires informations sur Kadhafi comme elle l’était il y a douze ans sur Milosevic.

La gauche européenne a complètement perdu le sens de ce que cela veut dire de faire de la politique. Elle n’essaie pas de proposer des solutions concrètes aux problèmes et est seulement capable d’adopter des positions morales dénonçant en particulier de façon grandiloquente les dictateurs et les violations des droits de l’homme. La gauche social démocrate suit la droite avec au mieux quelques années de retard et n’a pas d’idées personnelles. La gauche « radicale » réussit souvent à dénoncer à la fois les gouvernements occidentaux de toutes les manières possibles et à demander que ces gouvernements interviennent militairement partout dans le monde pour défendre la démocratie. Leur manque de réflexion politique les rend particulièrement vulnérable aux campagnes de désinformation et en fait des supporters des guerres US-OTAN.

Investig’action, 16/03/2011
Les ONG d’obédience pétrolifères (FIDH, AI, HRW) entrent en scène. Elles donnent un chiffre de 6.000 morts. Aussitôt, les médias reprennent ce chiffre et le répètent afin que l’émotion atteigne effectivement son paroxysme et y reste. Ces organisations dites de défenses des droits de l’homme vont revoir ensuite ce chiffre à la baisse. Quelques heures après avoir parlé de 6.000 personnes massacrées, le nombre de victimes passe à 2.000 personnes, puis, elles seront de 3.000. Même quand les images de télévision (France24) montrent comment les combats se déroulent et qui sont les rebelles, on persiste à dire que ce sont des populations civiles qui sont massacrées. Le vendredi 4 mars 2011, sur la RSR (radio suisse romande), un habitant d’une ville sous contrôle rebelle a déclaré que les pilotes de l’armée nationale ne bombardent pas les populations civiles.

Le peuple libyen, comme tout autre peuple, a le droit indiscutable de se débarrasser des dirigeants qui ne lui sont pas favorables. Mais ce droit est à lui seul. […] Les Libyens savent ce qui est de leur devoir. Ils le font déjà avec la pleine conscience des difficultés liées à toute lutte pour la liberté. Ils n’ont pas besoin d’une « assistance humanitaire » qui « dégage » Kadhafi et le remplace par un roitelet obéissant qui livre quasi gratuitement – et cela a déjà commencé – les puits de pétrole et d’autres ressources du pays à Total, Texaco, Shell, BP, Exxon Mobil…ainsi qu’à des entrepreneurs de la misère des peuples. C’est à dire un « démocrate » comme les cousins aiment à en avoir près des ressources dont ils s’emparent. Les peuples n’en ont que faire des « libérations » réalisées par le devoir d’ingérence humanitaire des cousins d’Amérique et d’Europe.

Libye, Bahreïn, Arabie saoudite… Israël


La France sarkosyste (droite et gauche confondue [1]) est à l’origine de la déclaration de guerre contre le dictateur libyen, hier encore le protégé par le clan au pouvoir dans l’hexagone. Cette guerre, comme beaucoup d’autres, nous est vendue comme « une opération militaire à but humanitaire ».

Cette « responsabilité de protéger » rappelle étrangement la « responsabilité de civiliser » des puissances occidentales. Cette responsabilité de protéger – nouvelle version en novlangue du « droit d’ingérence » qui sentait trop le souffre colonial – ne fut pourtant pas appliquée aux Palestiniens, victimes d’un massacre en décembre 2008 et janvier 2009 perpétré par l’État d’Israël. Cette responsabilité de protéger ne s’applique pas non plus aujourd’hui aux populations du Bahreïn par exemple, victimes de la répression d’une coalition militaire des pays du Golfe pour tuer dans l’œuf toute contestation. Les États-Unis se contentent d’appeler « à la retenue » c’est-à-dire à tuer en silence. Quant à la situation en Arabie saoudite, c’est le black-out total [2].

S’il s’agissait vraiment de l’assistance à peuple en danger, via des opérations militaires contre son gouvernement, pourquoi la limiter aux révoltés de Benghazi ?

Récemment, la chaîne Euronews a diffusé un reportage produit par la télévision italienne, où il était question d’un martyr de la révolution. Un homme de Benghazi a chargé son véhicule d’explosif et a percuté le portail de la base militaire gouvernementale. Grâce à ce sacrifice, les rebelles ont envahi et détruit le bastion de la tyrannie. Les proches du héros sont profondément attristés, mais sont fiers qu’une personne qui leur est proche soit tombée pour la liberté. L’auteur du reportage présente artistiquement cette histoire touchante.

Cela suscite une question naturelle. Si on nous propose d’admirer ce kamikaze courageux, pourquoi les partisans des mêmes idées qui accomplissent exactement les mêmes actions en Palestine, en Irak, en Afghanistan, et auparavant par exemple au Liban, sont-ils qualifiés de terroristes, d’extrémistes et de fanatiques ? Quitte à soutenir la lutte des peuples pour la liberté, indépendamment de leur perception de cette liberté, pourquoi faire une exception pour quelqu’un ?

RIA Novosti [3].

18/03/2011
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Note du 19/03/2011 : Lundi 21 mars, le Mexique célèbre le printemps et la naissance de Benito Juárez (jour férié). Ce président reste dans l’histoire nationale le héros de la résistance à l’envahisseur – les troupes françaises de Napoléon III – dont la défaite est célébrée le 5 mai (jour férié). Or, l’expédition militaire au Mexique de Napoléon III fut motivée politiquement pour mettre fin au désordre qui régnait dans ce pays. C’est la version du « droit d’ingérence » à l’époque de l’Empereur des Français.

Lire aussi :
• Libye : la France va participer aux frappes imminentes, Le Figaro.
• La résolution 1973 sur la Libye met en avant la « protection des civils », Bruxelles2.
• Texte du projet de la Résolution 1973 [Original en Anglais], ONU.
• Texte de la Résolution 1973 [Traduction officielle en Français], ONU.


[1] Revue de presse :
• La gauche française s’aligne derrière Sarkozy‎, LibérationParlement européen.
• Hubert Védrine : « La résolution sur la Libye est historique », NouvelObs.
[2] Revue de presse :
• Les troupes du CCG arrivent à Bahreïn pour maintenir l’ordre, Xinhua, 14/03/2011.
• Bahreïn : opérations contre les manifestants anti-gouvernementaux, Xinhua, 16/03/2011.
• Obama appelle les rois d’Arabie saoudite et de Bahreïn à la retenue, Xinhua, 16/03/2011.
[3] Fedor Loukianov, rédacteur en chef du magazine Russia in Global Affairs, anime une chronique « Un monde changeant » présentée ainsi : La Russie est-elle imprévisible ? Peut-être, mais n’exagérons rien : il arrive souvent qu’un chaos apparent obéisse à une logique rigoureuse. D’ailleurs, le reste du monde est-t-il prévisible ? Les deux dernières décennies ont montré qu’il n’en était rien. Elles nous ont appris à ne pas anticiper l’avenir et à être prêts à tout changement. Cette rubrique est consacrée aux défis auxquels les peuples et les États font face en ces temps d’incertitude mondiale.

Les charognards de l’humanitaire


Profitant du tremblement de terre et du tsunami au Japon, les charognards de l’humanitaire envahissent nos boîtes à lettres avec ce type de publicité :

15/03/2011
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
• Serge LEFORT, Tsunami médiatique, Chine en Question.
• Serge LEFORT, Que penser de l’accident nucléaire au Japon ?, Chine en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Aide humanitaire – Colonialisme humanitaire, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Crise & Gestion de crise, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Propagande, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Risque & Gestion du risque, Monde en Question.

Histoire de l’humanitaire



Ouvrez la porte !
« Aide humanitaire »

Histoire de l’humanitaire 1/4

En ouverture de cette semaine, notre invité est un oeil avant d’être une voix. Il est photographe, sorti il y a dix ans de son école, Louis Lumière.
Ses reportages photographiques ne sont pas centrés sur les seules crises humanitaires.
Mais il a, comme tous les photojournalistes aujourd’hui participé à des reportages aux côtés et parfois pour des organisations humanitaires.
C’est ce qui lui est arrivé avec le Secours Catholique. Il a ainsi suivi des malades du sida en Afrique, des demandeurs d’asile à Ceuta ou des clandestins à Sangatte et Calais.
Lionel Charrier est photographe à l’agence Myop.

Histoire de l’humanitaire 2/4

Les idéaux et les actes : histoire croisée du Secours Populaire et du Secours Catholique
Relancé au sortir de la Seconde guerre mondiale pour l’un, né à ce moment-là pour l’autre, Secours Populaire et Secours Catholique français enracinent leur histoire dans l’aide aux victimes de la guerre. Action politique d’un côté, rayonnement de la charité chrétienne de l’autre, les deux associations affrontent les questions sociales d’après-guerre avec des approches différentes, mais animées d’une même détermination. Elles ne se connaissent pas, s’ignorent quand elles ne se critiquent pas. Le rattachement à l’Eglise du Secours Catholique est mal toléré au Secours Populaire, les liens de ce dernier avec le Parti Communiste le rende suspect aux yeux du Secours catholique. Sur le terrain, les deux associations connaissent des succès différents, n’ont pas les mêmes méthodes. Progressivement, l’évolution de la pauvreté et la nécessité de répondre aux urgences vont amener au tournant des années 1960 le Secours Populaire et le Secours catholique à s’ouvrir, dans les actes et dans les discours : les deux associations seront amenées à se cotoyer, à se rencontrer, et pour finir à coopérer.

Histoire de l’humanitaire 3/4

Cette émission d’archives est centrée sur les années 1968-1970, alors que le Biafra, région alors inconnue du Nigeria nouvellement indépendant.
Le Biafra devient en peu de mois la préoccupation des médias, et le combat sécessioniste fait florès.
L’intervention difficile et controversée du Comité International de la Croix-Rouge mais aussi des organisations confessionnelles comme Caritas et le WCC provoquera une crise majeure de laquelle sortira l’idée du sans frontièrisme et la catégorie des French Doctors.
Cette émission du mercredi est composée d’archives inédites issues du fonds radio du CICR à Genève, commentées par deux spécialistes de cette histoire de l’humanitaire.

Histoire de l’humanitaire 4/4

Débat historiographique avec :
Didier Fassin, professeur à l’Institute for advanced study (Princeton) et à l’Ecole des hautes études en sciences sociales.
Jean-Pierre Le Crom, directeur de recherche CNRS.
Axelle Brodiez, historienne au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (Larha).
Philippe Ryfman , professeur et chercheur associé au Département de Science Politique et au Centre Européen de Sociologie et Science Politique de la Sorbonne (CESSP-Sorbonne), Université Paris I, Panthéon-Sorbonne.

Lire aussi :
• L’actualité des podcasts
DKPOD
Tous les podcasts
RSS One
Dossier documentaire & Bibliographie Aide humanitaire – Colonialisme humanitaire, Monde en Question.

Haïti occupé par l'humanitaire militaire


Des corps décharnés sur des paillasses, des êtres humains gisant par terre et mourant du choléra, des hommes, des femmes, portant sur leur dos le corps malade de leur enfant ou de leur compagnon : les images qui parviennent d’Haïti suscitent la compassion, mais plus encore l’indignation.

La catastrophe humaine que connaît aujourd’hui Haïti était une catastrophe annoncée. Elle est la deuxième en cette année, dix mois après le tremblement de terre qui a dévasté le pays et sa capitale, faisant plus de deux cent mille victimes.

Devant l’émotion internationale que cela a suscitée, les dirigeants des grandes puissantes avaient juré la main sur le cœur qu’ils aideraient à reconstruire le pays. De Clinton à Sarkozy, ils ont fait un petit tour sur l’île dévastée pour promettre de l’argent, les yeux fixés sur les caméras. Une fois passée cette émotion, on a remballé les caméras et on a laissé la population, une des plus pauvres de la planète, seule face aux conséquences du tremblement de terre.

Les milliards promis sont restés des promesses. Et les médecins et infirmières des ONG, débordés face au choléra, ont beau implorer : il n’y a pas assez de personnel soignant, il n’y a pas assez de lieux pour soigner, et il n’y a pas de moyens de transport pour permettre aux malades d’atteindre rapidement les centres de soins. Il n’y a même pas assez d’argent pour des médicaments qui ne coûtent pas trop cher. Si le choléra tue vite, c’est aussi une maladie facile à soigner, il continue pourtant à tuer.

Lutte Ouvrière

Les puissances occidentales sont responsables de ces morts en particulier les États-Unis, qui ont profité du séisme pour occuper l’île, et les humanitaires, qui accompagnent les militaires, sont complices [1].

France Culture a organisé une journée politiquement correct sur Haïti. Ainsi, la revue de presse internationale était animée par Pierre Godson non seulement parce qu’il est journaliste et éditeur de l’agence en ligne AlterPresse mais surtout parce qu’il est noir. En bon chien de garde il a consacré l’essentiel de sa revue de presse aux élections en Haïti… [2]

28/11/2010
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
• Articles Haïti, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Haïti, Monde en Question.
• Articles Colonialisme Humanitaire, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Aide humanitaire – Colonialisme humanitaire, Monde en Question.


[1] Serge LEFORT, L’armée américaine occupe Haïti, Monde en Question.
[2] Revue de presse internationale de Godson Pierre, Revue de presse internationale.
Autres émissions :
• Une journée à Port-au-Prince, France Culture.
• La relation au monde caraïbe, Les Enjeux internationaux [voir les liens en bas de page].
• Une moitié d’île : le rapport à la République dominicaine, Les Enjeux internationaux.
• L’aide internationale : entre nécessité et dépendance, Les Enjeux internationaux.
• L’ONU en Haïti : de l’ingérence à la MINUSTAH, Les Enjeux internationaux.
• Haïti entre les États-Unis et la France, Les Enjeux internationaux.
• Haïti (1/5) : « Punta Cana – les Abricots : un rêve de paradis », Sur les docks [rediffusion].
• Haïti (2/5) : « Dajabon, une frontière pour deux », Sur les docks [rediffusion].
• Haïti (3/5) : « Les Frères de Saint-Jacques dans la tourmente », Sur les docks [rediffusion].
• Haïti (4/5) : « Welcome Gentils Yankees ! », Sur les docks [rediffusion].
• Haïti (5/5) – « Haïtiens : être ou ne pas être ? », Sur les docks [rediffusion].
• 24 heures en Haïti, Les Nouveaux chemins de la connaissance [voir la bibliographie en bas de page].
• Emission spéciale Haïti, Questions d’époque.
• Thème Amérique, France Culture.

L’humanitaire s’engraisse à Haïti


Six mois après qu’un tremblement de terre a détruit une grande partie d’Haïti et fait plus de 300.000 morts, il n’y a eu guère de changement pour les survivants. Malgré les promesses faites par les Nations Unies et les grandes puissances, en particulier les Etats-Unis, très peu d’aide est parvenue à Haïti.

Lire la traduction de l’article « Suffering and struggle: Six months after the Haitian earthquake » publié par WSW. Le même site avait traduit l’article « Haiti and the Aid Racket – How NGOs are Profiting Off a Grave Situation » (Haïti et le racket de l’aide humanitaire – Comment les ONG tirent profit d’une tragédie) publié par Counter Punch.

Lire aussi :
Dossier documentaire & Bibliographie Aide humanitaire – Colonialisme humanitaire, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Haïti, Monde en Question.

Racolage humanitaire


CAMPBELL Martin, Sans frontière (Beyond Borders), 2003 [IMDbIMDb Video].

Au cours d’une soirée mondaine, organisée sous le prétexte de venir en aide aux Ethiopiens – davantage organisée à des fins politiques qu’humanitaires -, Sarah Jordan (Angelina Jolie) s’amourache de Nick Callahan (Clive Owen), un baroudeur de l’humanitaire. Ce dernier, habitué des coups d’éclats médiatiques, bouleverse la réception en débitant un discours bien rôdé sur le manque de financements et de ressources. Sarah, jeune mariée, est subjuguée et prend alors l’initiative d’aller porter elle-même de la nourriture dans un camp éthiopien.

De retour à Londres, elle s’implique au sein du HCR (Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés) et garde le contact avec Nick. Les années passent, et lorsque Nick lui demande d’user de son influence au sein du HCR pour l’aider au Cambodge où elle le rejoindra.

Elle le rejoindra une dernière fois en Tchétchénie pour mourir… en marchant sur une mine antipersonnelle. Lui quittera son battledress humanitaire et retournera en Angleterre pour voir la fille… qu’ils ont conçue au Cambodge.

Angelina Jolie incarne parfaitement la petite-bourgeoise, un peu conne mais toujours bien maquillée et propre sur elle (vêtue d’un blanc virginal dans la première partie) à l’image d’une Bécassine moderne, qui s’offre quelques frissons dans les bras de Clive Owen, le médecin-baroudeur de l’humanitaire à l’image de notre Monsieur Sac de riz [1].

Ce film, au-delà des clichés romanesques bien lourdingues, est un éloge complaisant à l’adultère petit-bougeois pour la bonne cause humanitaire. Le scénario est construit sur le modèle des films de recrutement pour l’armée. Si l’humanitaire rime avec militaire, le réalisateur mêle astucieusement les styles Rambo (pour les hommes) et fleur bleue (pour les femmes). Aux hommes il vend l’aventure virile aux quatre coins du monde sous les projecteurs des caméras qui est récompensée par le repos du guerrier ; aux femmes l’aventure sentimentalo-humanitaire qui autorise toutes les transgressions sociales.

Ce film, construit entre sensiblerie putassière et dramatisation de l’action, nous vend en prime l’idéologie humanitaire : néo-colonialiste (les scènes en Ethiopie), anticommuniste (les scènes au Cambodge et en Tchétchénie) et collaborationniste avec les trafiquants de drogue et d’armes.

Beyond Borders – qui se traduit par Au-delà des frontières et non par Sans frontière – est, petit détail troublant, le nom d’une ONG contre l’exploitation sexuelle des enfants, d’une ONG évangéliste pour la promotion de l’éducation et d’une association évangéliste implantée notamment en Afrique, au Cambodge et en Russie – les trois pays où se déroulent les aventures entre Angelina Jolie et Clive Owen [2].

11/07/2010
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
• 12/05/2010, Les petits soldats de l’humanitaire, Monde en Question.
• 25/01/2010, Le colonialisme humanitaire, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Aide humanitaire – Colonialisme humanitaire, Monde en Question.


[1] «C’est le regard de Bécassine, sa naïveté prompte à l’admiration, son bon sens civique prêt à la révolte, sa bienveillance universelle, son respect des maîtres, son amour des enfants […].»
PENNACCHIONI Irène, Bécassine dans la capitale, Sociétés & Représentation n°17, 2004.
La Bécassine moderne, mithridatisée par les prescriptions publicitaires des médias, «n’hésite plus à coucher dès le premier rendez-vous et ses accessoires féminins, du talon aiguille à la guêpière en passant par la culotte fendue sont aujourd’hui autant d’étendards fièrement levés à la gloire du féminisme conquérant»… pour la bonne cause humanitaire.
MAILLARD Agnès, Coïtum Triste, Le Monolecte, 06/07/2010.
Lire aussi :
• LEFORT Serge, La haine du poil, Monde en Question, 07/07/2010.
• LEFORT Serge, Monsieur Sac de riz et Chanoine de Latran, Monde en Question, 31/07/2009.
• Bécassine, BedethequeLibrairie Gaïa.

[2] Liste d’organisations qui portent le même nom que le film :
Beyond Borders est une association évangéliste fondée par Carl Richardson et implantée notamment en Afrique, au Cambodge et en Russie.
Beyond Borders est une ONG évangéliste pour la promotion de l’éducation (EAPE) fondée par Tony Campolo. Une page en français : Expérience d’un leadership différent, une initiative pour un nouvel Haïti.
Beyond Borders est une ONG canadienne contre l’exploitation sexuelle des enfants.

Les petits soldats de l'humanitaire



Monsieur Sac de riz

03/05/2010, Une histoire de l’humanitaire, 2000 ans d’histoire.

«La vertu d’humanité est un noble enthousiasme qui se tourmente des peines des autres et du besoin de les soulager.»
Diderot, L’Encyclopédie
L’histoire de l’humanitaire est aussi vieille que la charité qui depuis les Ordres Hospitaliers du Moyen-Age jusqu’aux Médecins sans Frontières d’aujourd’hui a poussé les hommes à venir en aide à toutes les victimes des guerres, des catastrophes naturelles ou de la misère. C’est l’aumône qu’impose l’Islam aux musulmans, Saint François d’Assise guérissant les lépreux, Saint Vincent ramassant les enfants perdus, ou sœur Emmanuelle dans les faubourgs du Caire. Pendant des siècles, l’humanitaire est resté presque toujours une affaire de religion. Jusqu’à ce qu’en 1863, Henri Dunant crée la Croix Rouge, la matrice de toutes ces O.N.G. que l’on voit partout dans le monde dès qu’un conflit, une famine ou une catastrophe naturelle nécessite leur intervention.

04/05/2010, Les petits soldats de l’humanitaire I, Là-bas si j’y suis.

Le monde est un endroit horrible.
Embuscade, attentat, enlèvement, terrorisme, guerre, mine, prise d’otage… Et vous, vous rêvez de devenir un « bienfaiteur » ou de le parcourir, ce monde. Journaliste, expatriés, humanitaire, voyageurs d’affaires… il va falloir vous former. Heureusement, Gallice security est là pour vous initier.
Un reportage de François Ruffin.

05/05/2010, Les petits soldats de l’humanitaire II, Là-bas si j’y suis.

Aguerrissement mental. Au cas où, pour savoir faire face. Aux enlèvement, aux prise d’otages, aux attentats, auxquels journalistes, humanitaires ou expatriés pourraient être confrontés. Oui, le monde est horrible. Mais l’Irak est un eldorado financier. Alors il faut bien se préparer, avec Gallice security, pour y aller.
Un reportage de François Ruffin.

Lire aussi : Dossier documentaire & Bibliographie Aide humanitaire – Colonialisme humanitaire, Monde en Question.

Un peuple étranglé par le colonialisme et l'impérialisme


25/01/2010, Bush, Clinton et les crimes de l’impérialisme américain en Haïti, WSWS :

L’administration Obama a annoncé que ce serait les ex-présidents Bill Clinton et George W. Bush qui allaient diriger la collecte des fonds destinés aux opérations de secours après le tremblement de terre d’Haïti. Dans son discours radiodiffusé du 16 janvier, Obama a déclaré : «Ces deux leaders sont porteurs d’un message très clair au peuple d’Haïti et au monde. A l’heure du besoin, les États-Unis sont unis».

La nomination de Clinton et Bush a une signification réelle, mais il ne s’agit pas de celle que la Maison Blanche et les médias ont suggéré. En choisissant ses deux prédécesseurs immédiats — ceux qui on déterminé depuis 1993 la politique américaine dans les Caraïbes — Obama montre que la terrible tragédie humaine d’Haïti ne changera rien au rôle prédateur joué par l’impérialisme américain dans ce pays semi colonial et appauvri.

Clinton et Bush ont été, pendant huit années chacun, directement et au plus haut point impliqués dans une suite de machinations politiques et d’interventions militaires qui ont principalement contribué à perpétuer la pauvreté, l’arriération et la répression en Haïti et qui ont profondément amplifié le désastre ayant frappé ce pays la semaine dernière. Tous deux ont le sang d’ouvriers et de paysans haïtiens sur les mains.

Clinton est arrivé au pouvoir immédiatement après le coup d’État militaire qui a chassé du pouvoir le premier président démocratiquement élu d’Haïti, le prêtre populiste Jean-Bertrand Aristide. Ce coup d’État fut appuyé par l’administration de Bush père, qui considérait Aristide comme trop radical, indésirable et potentiellement dangereux.

La nouvelle administration démocrate introduisit un changement de tactique politique. Clinton imposa à la junte haïtienne des sanctions économiques qui détruisirent les industries d’exportations commençantes d’Haïti, puis il envoya – pour la troisième fois au cours du vingtième siècle – les Marines dans le pays afin de forcer le Général Raoul Cedras, le chef de la junte, à partir. Les États-Unis rétablirent Aristide à la présidence après qu’il ait donné l’assurance qu’il ne ferait rien pour braver la domination de Washington où celle de l’élite haïtienne et qu’il quitterait ses fonctions en 1996 sans chercher une réélection.

Après qu’Aristide, obéissant, ait quitté ses fonctions au moment prévu, c’est René Préval qui lui succéda, passant le premier de ses mandats (1996 à 2001) à mettre en oeuvre les diktats du «programme d’ajustement structurel» du Fonds monétaire international qui détruisit l’emploi, imposa des coupes dans les services publics et ruina les producteurs de riz d’Haïti.

Lorsque le parti d’Aristide, Fanmi Lavalas, remporta une nette victoire aux élections parlementaires de mai 2000, l’administration Clinton et le Congrès contrôlé par les Républicains refusèrent d’accepter le résultat de l’élection et supprimèrent l’aide américaine. Aristide lui-même retourna à la présidence après une large victoire à l’élection présidentielle de novembre 2000, seulement pour trouver devant lui un ennemi irréductible : l’administration Bush nouvellement élue aux États-Unis.

Haïti fut systématiquement affamée pendant trois ans par la suppression de l’aide américaine et par les mesures prises par l’administration Bush afin de bloquer l’aide internationale et d’isoler le gouvernement Aristide. Pour finir, en février 2004, sur fond de mouvements de protestation fomentés par l’élite dirigeante haïtienne, soutenue en secret par les États-Unis, l’armée américaine intervint de nouveau dans le pays, se saisissant d’Aristide et le conduisant hors du pays en exil.

Les Marines donnèrent le contrôle du pays à une force de maintien de la paix des Nations unies dont le Brésil fournit le plus important contingent. Cette force soutint toute une suite de premiers ministres haïtiens non élus jusqu’à l’élection de 2006 d’où furent seuls largement exclus les candidats de Fanmi Lavalas. René Préval fut alors élu président pour la seconde fois, son mandat devant se terminer à la fin de cette année. Jadis partisan et, selon ses propres dires, «jumeau» politique d’Aristide, Préval a depuis longtemps fait la paix tant avec Washington qu’avec l’élite haïtienne et son second mandat s’est caractérisé par une obéissance servile vis-à-vis des injonctions économiques de Wall Street et du Fond monétaire international.

Pendant les administrations Clinton et Bush, l’exigence américaine d’adhésion à la politique d’austérité du FMI s’accompagna d’un programme virulent de répression des Haïtiens fuyant leur pays natal afin de chercher refuge et une vie meilleure aux États-Unis. Lors de sa première campagne présidentielle, en 1992, Clinton avait critiqué cette persécution et le rapatriement forcé des réfugiés haïtiens, pour ensuite se dédire et poursuivre, sans aucune modification, cette même politique. Pendant dix sept ans – et cela continue sans aucun changement de la part d’Obama – des centaines de réfugiés sont morts dans de petites embarcations essayant d’échapper au blocus des gardes des côtes américains.

Plus récemment, Clinton, nommé envoyé spécial des Nations Unies à Haïti, a soutenu le régime corrompu de Préval et cherché à faire d’Haïti la base d’une industrie du vêtement rentable, contrôlée par les États-Unis et fondée sur des salaires proche de la famine. Des émeutes de la faim secouèrent le pays en avril 2008 mais cela n’empêcha pas Préval de bloquer des lois qui auraient augmenté le salaire minimum de 1,72 dollar par jour des ouvriers des usines de vêtements.

Quant à George W. Bush, son choix en tant que codirigeant d’une prétendue campagne humanitaire est une insulte tant au peuple haïtien qu’au peuple américain. Sa nomination par Obama est la continuation des efforts persévérants faits depuis l’élection du président démocrate, elle-même le produit de la haine populaire vis-à-vis de Bush et de son parti, pour réhabiliter les Républicains.

L’accomplissement le plus marquant de Bush (un criminel de guerre impénitent responsable du massacre d’un million d’Irakiens) sur le plan de la politique intérieure est l’échec abject de son gouvernement à empêcher que la Nouvelle Orléans et la côte du Golf du Mexique ne soient ravagées par l’ouragan Katrina, puis à organiser des opérations efficientes de secours et de reconstruction.

C’est là le palmarès des deux hommes sélectionnés par Obama en tant que visages publics de la dernière initiative américaine en Haïti. Durant le week-end, Bush et Clinton firent un certain nombre d’apparitions médiatiques parmi lesquelles des interviews sur les cinq chaînes d’informations télévisées où ils insistèrent sur le besoin de restaurer la «stabilité» en Haïti et sur le rôle important que les États-Unis auraient à jouer dans cet effort.

Bush et Clinton incarnent le rôle pernicieux et réactionnaire joué par l’impérialisme américain en Haïti au cours du siècle passé. Il n’est pas exagéré de dire que la politique de leurs administrations ont causé autant de morts et de ravages dans ce pays que le tremblement de terre lui-même.

23/01/2010, Haïti : les effets d’une catastrophe naturelle… et de l’exploitation coloniale puis impérialiste, Lutte Ouvrière :

Le séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier a fait des dizaines de milliers de victimes, des millions sans doute de sans-abri et il est évident que l’organisation et la coordination des secours, dans un pays dont la plupart des infrastructures ont été détruites, ne sont pas chose aisée. Mais le sort de la population pauvre est d’autant plus terrible qu’elle vivait déjà dans la misère, que la consommation de galettes de terre pour tromper la faim faisait partie de la vie quotidienne des Haïtiens les plus pauvres, bien avant ce tremblement de terre.

Haïti n’est pas victime d’une malédiction. Haïti a d’abord été victime de l’exploitation coloniale par la France, puis de l’impérialisme nord-américain.

Le commerce et l’exploitation sans frein des esclaves noirs dans les plantations de canne à sucre au XVIIe et au XVIIIe siècles ont été l’une des principales sources d’enrichissement de la bourgeoisie française durant cette période. C’est sur leur sueur et leur sang qu’ont été bâtis les hôtels particuliers de Nantes, de Bordeaux et de bien d’autres villes. Et quand, embrasé par le souffle de la Révolution française, Haïti a aboli l’esclavage, a vaincu les armées que Napoléon Bonaparte avait envoyées pour tenter de rétablir celui-ci, la France n’accepta de reconnaître l’indépendance de l’île qu’en échange d’une indemnisation colossale, qui ruinera les finances de Haïti jusqu’en 1888.

Au XXe siècle, les États-Unis ont pris le relais dans l’exploitation de l’île, en mettant la main sur les meilleures terres agricoles, en utilisant dans la zone industrielle de Port-au-Prince des travailleurs sous-payés : moins de deux dollars par jour ces dernières années. Et, parallèlement à cette présence économique, les USA ne cessent d’intervenir dans la vie politique haïtienne : déposition du président Aristide en 1991, rétablissement de ce dernier en 1994 (après un séjour aux USA destiné à le convaincre de changer de politique), expédition en exil du même Aristide en 2004 et mise en place, sous le couvert de l’ONU, d’une mission de 6 000 militaires et 1 400 policiers chargés de maintenir l’ordre de l’impérialisme en Haïti.

Alors, Obama peut bien faire des discours humanitaires, confier à Clinton et à Bush (tout un symbole) le soin de réunir des fonds pour Haïti. Ses principales préoccupations sont d’une part d’éviter un afflux massif de réfugiés haïtiens aux États-Unis, comme cela s’était produit lors de récents cyclones dévastateurs, où ceux qui fuyaient l’île sur des embarcations précaires avaient été impitoyablement refoulés ; et d’autre part d’éviter tout risque d’explosion sociale menaçant les intérêts de l’impérialisme américain comme ceux des riches Haïtiens qui sont les alliés locaux de celui-ci.

L’une des premières mesures d’Obama a été d’envoyer 10 000 marines à Haïti. Pour assurer la sécurité des transports et des distributions de vivres ? Sans doute, mais prêts aussi à assurer l’ordre impérialiste. Quant à Sarkozy, pour ne pas être en reste, il a proposé à son tour d’y envoyer 1 000 gendarmes européens.

Dans la tragédie qu’il vit, le peuple haïtien a besoin de la solidarité de toutes les bonnes volontés. Et il est bon que la générosité populaire, qui ne fait pas, elle, de calculs politiques, se soit une fois de plus manifestée. Mais ce peuple qui, le premier, a su briser les chaînes de l’esclavage n’échappera vraiment à la misère que le jour où tous les exploités, tous les opprimés de la terre, ceux d’Haïti comme ceux de tous les autres pays, auront mis à bas le système capitaliste, construit une société qui se donnera les moyens de faire face aux conséquences des catastrophes naturelles, au lieu de consacrer des fortunes à produire des engins de guerre.

Car que représentent les 100 millions de dollars débloqués par Obama, les 20 millions d’euros débloqués par la France pour Haïti, au regard des 377 millions de dollars que coûte chaque jour l’intervention militaire des USA en Irak et en Afghanistan ?

Commentaires : Combat Ouvrier, qui est une organisation proche de Lutte Ouvrière dans les Antilles, ne dit rien sur Haïti.

15/01/2010, Séïsme en Haïti : Les États capitalistes sont tous des charognards, Courant Communiste International :

Assassins, le capitalisme, ses États, sa bourgeoisie, ne sont rien d’autres que des assassins. Des dizaines de milliers de personnes viennent de mourir de par la faute de ce système inhumain.

Mardi, à 16h53, heure locale, un séisme de magnitude 7 sur l’échelle de Richter a ravagé Haïti. La capitale Port-au-Prince, bidonville tentaculaire comptant près de deux millions d’habitants, a été purement et simplement rasée. Le bilan est terrible. Et il s’alourdit encore d’heure en heure. Quatre jours après la catastrophe, en ce vendredi 15 janvier, la Croix-Rouge dénombre déjà de 40 000 à 50 000 morts et «une quantité énorme de blessés graves». D’après cette association caritative française, au moins trois millions de personnes ont été touchées directement par le tremblement de terre . En quelques secondes, 200 000 familles ont perdu leur «maison», souvent faites de bric et de broc. Les grands bâtiments se sont aussi effondrés comme des châteaux de cartes. Les routes, déjà délabrées, l’aéroport, les vieilles lignes de chemin de fer,… rien n’a résisté.

La raison de ce carnage est révoltante. Haïti est l’un des pays les plus pauvres du monde, 75 % des habitants y survivent avec moins de 2 dollars par jour et 56 % avec moins de 1 dollar ! Sur ce bout d’île frappé du sceau de la misère, rien, évidemment, n’a été construit pour faire face aux tremblements de terre. Pourtant, Haïti est une zone sismique connue. Tous ceux qui prétendent aujourd’hui que cette secousse a été d’une violence exceptionnelle et imprévisible mentent. Le professeur Eric Calais, lors d’un cours de géologie donné dans ce pays en 2002, affirmait ainsi que l’île est traversée par «des failles capables de magnitudes 7.5 à 8» . Les autorités politiques d’Haïti étaient elles aussi officiellement informées de ce risque comme le prouve cet extrait tiré du site du Bureau des Mines et de l’Energie (qui dépend du ministère des travaux publics) : «chacun des siècles passés a été marqué par au moins un séisme majeur en Hispaniola (Nom espagnol de cette île séparée aujourd’hui en deux pays, Haïti et la République Dominicaine, NDLR) : destruction de Port au Prince en 1751 et 1771, destruction de Cap Haïtien en 1842, séismes de 1887 et 1904 dans le nord du pays avec dégâts majeurs à Port de Paix et Cap Haïtien, séisme de 1946 dans le nord-est de la République Dominicaine accompagné d’un tsunami dans la région de Nagua. Il y a eu des séismes majeurs en Haïti, il y aura donc des séismes majeurs dans le futur à l’échelle de quelques dizaines ou de la centaine d’années : c’est une évidence scientifique.» (souligné par nous). Et alors, face à cette «évidence scientifique», quelles ont été les mesures prises ? Aucune ! En mars 2008 encore, un groupe de géologues avait alerté sur un risque majeur de séisme de grande amplitude dans les deux ans à venir et certains scientifiques avaient même tenu une série de réunions en mai de la même année à ce sujet avec le gouvernement haïtien . Ni l’État haïtien, ni tous les États qui aujourd’hui versent des larmes de crocodiles et lancent des appels à la «solidarité internationale», États-Unis et France en tête, n’ont pris la moindre mesure préventive pour éviter ce drame prévisible. Les bâtiments construits dans ce pays sont si fragiles qu’ils n’ont d’ailleurs même pas besoin d’un séisme pour s’effondrer : «en 2008, déjà, une école de Pétionville avait enseveli, sans aucune raison géologique, près de 90 enfants» .

Maintenant qu’il est trop tard, Obama et Sarkozy peuvent bien annoncer une «grande conférence internationale» pour «la reconstruction et le développement», les États chinois, anglais, allemand ou espagnol peuvent bien envoyer tous leurs colis et leurs ONG, ils n’en resteront pas moins des criminels aux mains couvertes de sang.

Si Haïti est aujourd’hui si pauvre, si sa population est dénuée de tout, si les infrastructures sont inexistantes, c’est que depuis plus de 200 ans, la bourgeoisie locale et les grandes bourgeoisies espagnole, française et américaine se disputent les ressources et le contrôle de ce petit bout de terre. A travers son quotidien The Guardian, la bourgeoisie britannique ne manque d’ailleurs pas d’épingler la responsabilité criante de ses rivaux impérialistes : «Cette noble « communauté internationale » que l’on voit aujourd’hui se bousculer pour apporter son “aide humanitaire” à Haïti est en grande partie responsable des maux terribles qu’elle s’efforce aujourd’hui d’atténuer. Depuis le jour où, en 1915, les États-Unis ont envahi et occupé le pays, tous les efforts […] ont été violemment et délibérément sabotés par le gouvernement américain et ses alliés. Le propre gouvernement d’Aristide […] en a été la dernière victime, renversé en 2004 par un coup d’État bénéficiant d’un soutien international, au cours duquel plusieurs milliers de personne ont perdu la vie […] A vrai dire, depuis le putsch de 2004, c’est la communauté internationale qui gouverne Haïti. Ces pays qui se précipitent maintenant à son chevet ont pourtant systématiquement voté, ces cinq dernières années, contre toute extension du mandat de la mission de l’ONU au-delà de sa vocation principalement militaire. Les projets qui prévoyaient d’utiliser une fraction de cet “investissement” afin de réduire la misère ou favoriser le développement de l’agriculture se sont trouvés bloqués, conformément aux tendances à long terme qui continuent de présider à la distribution de “l’aide” internationale.»

Et il ne s’agit là que d’une toute petite partie de la vérité. Les États-Unis et la France se battent pour le contrôle de cette île à coup de putsch, de manœuvres et de corruption de la bourgeoisie locale depuis des décennies, favorisant ainsi le développement de la misère, de la violence et de milices armées terrorisant en permanence hommes, femmes et enfants !

Le cirque médiatique actuel autour de la «solidarité internationale» est donc insupportable et répugnant. C’est à l’État qui fera la plus grande publicité autour de «ses» ONG, autour de «ses» colis. C’est à celui qui fera la plus belle image des vies que «ses» sauveteurs auront extirpé des gravats. Pire encore, sur les décombres et les cadavres, la France et les États-Unis continuent de se livrer une guerre d’influence sans merci. Au nom de l’humanitaire, ils envoient sur zone leur flotte militaire et essayent de prendre le contrôle des opérations prétextant la «nécessité d’une coordination des secours par un chef d’orchestre».

Comme à chaque catastrophe, toutes les déclarations d’aide sur le long terme, toutes les promesses de reconstruction et de développement, resteront sans lendemain. Depuis dix ans, suite à des tremblements de terre, il y a eu :

15 000 morts en Turquie, en 1999.
14 000 morts en Inde, en 2001.
26 200 morts en Iran, en 2003.
210 000 morts en Indonésie en 2004 (le séisme sous-marin avait engendré un gigantesque Tsunami qui avait fait des victimes jusque sur les côtes africaines).
88 000 morts au Pakistan, en 2005.
70 000 morts en Chine, en 2008.

Chaque fois, la «communauté internationale» s’est émue et a envoyé de misérable secours ; mais jamais de véritables investissements n’ont été réalisés pour améliorer durablement la situation, en construisant des bâtiments antisismiques par exemple. L’aide humanitaire, le soutien réel aux victimes, la prévention ne sont pas des activités rentables pour le capitalisme. L’aide humanitaire, quand elle existe, ne sert qu’à dresser un rideau de fumée idéologique pour faire croire que ce système d’exploitation peut être humain, quand elle ne constitue pas directement un alibi pour justifier l’envoi de forces militaires et gagner de l’influence dans une région du monde.

Un seul fait révèle toute l’hypocrisie bourgeoise de l’humanitaire et de la solidarité internationale des États : le ministre français de l’immigration, Eric Besson, vient de décréter qu’il suspendait «momentanément» les reconduites de personnes en situation irrégulière vers Haïti ! Tout est dit.

L’horreur qui frappe la population vivant en Haïti ne peut que soulever un immense sentiment de tristesse. La classe ouvrière va, comme lors de chaque hécatombe, réagir en répondant présent aux différents appels aux dons. Elle montrera une nouvelle fois par-là que son cœur bat pour l’humanité, que sa solidarité ne connaît pas les frontières.

Mais surtout, une telle horreur doit nourrir sa colère et sa combativité. Les véritables responsables des 50 000 morts ou davantage en Haïti ne sont pas la nature ou la fatalité mais le capitalisme et ses États, qui sont autant de charognards impérialistes.

Liens :
• 2006, Aléa et risque sismique en Haïti, Bureau des Mines et de l’Energie.
• 13/10/2010, Séisme en Haïti, les causes connues du gouvernement, Libération.
• 14/10/2010, Requiem pour Port-au-Prince, Courrier international.
• 14/10/2010, Bien plus qu’une catastrophe naturelle, The GuardianPresseurop.
• 15/01/2010, Haïti : l’ONU veut récolter 560 millions de dollars pour l’aide, Libération.

Janvier 2010, Haïti : sauver les meubles… du capital, et laisser crever les prolétaires !, Groupe Communiste Internationaliste :

Des barrages de cadavres. Voilà ce que les prolétaires de Port-au-Prince ont dressé en travers des rues huit jours après le tremblement de terre. «Ils protestent contre le manque criant de secours d’urgence», nous dit-on. Au-delà de cette évidence à laquelle les medias préfèrent s’en tenir, comment ne pas voir que ces prolétaires survivants en sursis renvoient à la face de cette société, de sa classe dominante mais également de tous ses braves citoyens: ce sont vos morts, ils sont morts de l’entassement dans lequel nous vivions, si peu a été entrepris pour sauver les survivants des premiers jours et depuis lors vous nous laisser crever dans ce charnier géant. En effet, ce n’est pas aux prolétaires d’Haïti qu’il faut expliquer que les États aujourd’hui mobilisés sur l’île se foutent bien de leur sort. Ainsi que nous le dénonçons régulièrement avec force dans notre presse, militaires et humanitaires sont plus que jamais les deux faces d’un même programme étatique visant à casser sur le terrain toute solidarité de classe, toute action directe pour la survie. Déjà en temps «normal», dans une région qui a son histoire riche en soulèvements, les prolétaires sont bien placés pour se rendre compte dans quel camp travaille le secteur humanitaire (indépendamment des bonnes intentions individuelles) et a fortiori les Nations Unies : le camp du maintien de la paix, de la paix sociale, du maintien de l’ordre, ou encore du fameux «développement», c’est-à-dire le développement du profit et de l’exploitation, par la destruction de toute pratique autonome de survie et de lutte de notre classe. Dans les faits, toutes ces préoccupations fondamentalement capitalistes d’encadrement, de domestication, de mise au pas civilisatrice sont inséparables de la répression brutale des luttes par les armes et la torture. Il ne se trouvera pas beaucoup de prolétaires pour pleurer les morts de la «Minustah», la mission de l’ONU en Haïti!

Face au désastre que provoque un tel tremblement de terre au sein d’une telle concentration purement capitaliste de misère (soulignons-le), et tandis que la bourgeoisie pleure des larmes de crocodile sur ce qu’elle aime nommer une «crise humanitaire», le rôle de ses agents de «bienfaisance» ne fait que se confirmer. Un porte-avions américain mouille au large d’Haïti, avions civils et militaires défilent en une ronde incessante sur la seule piste opérationnelle de l’aéroport (très rapidement contrôlée par l’US Army),… mais ce n’est pas pour sauver des prolos de Haïti que cette débauche de moyens est mobilisée. Il y a bel et bien secours d’urgence… mais pour le capital: rétablir l’État, défendre la propriété privée, assurer l’approvisionnement et la logistique des forces de l’ordre (journalistes inclus) et des institutions stratégiques (ONU, ambassades,…), sauver ses propres ressortissants (y compris des décombres des hôtels de luxe), et surtout redéployer une présence militaire internationale durable, dans le but essentiel de ne pas laisser s’organiser les prolétaires révoltés par leur situation, fruit de la haine bourgeoise internationale, historique et présente, à leur égard. Quand la bouffe et l’eau arriveront aux portes des quartiers populaires dévastés (et au bout de dix jours ce n’est toujours pas le cas!), la distribution parcimonieuse sera comme toujours subordonnée à la docilité et à la soumission de ses bénéficiaires.

Tandis que l’on extrait quelques survivants des ruines devant les caméras et que l’on tente de nous convaincre que «toutes les couches sociales» sont indistinctement touchées, les télés du monde entier diffusent en boucle les images de prolos armés de machettes «faisant la loi dans la rue». Dans leur entreprise commune de division de notre classe, medias internationaux et presse gauchiste sont à nouveau en puante connivence pour nous resservir leurs clichés racistes selon lesquels les hordes de démunis négroïdes, face au délitement de l’État, retournent avidement à leur effrayant état de nature, celui de la guerre cannibale de tous contre tous. On nous les décrit tantôt mus par «le désespoir», tantôt par «la cupidité», organisés en bandes qui sèment la terreur pour «s’approprier» les vivres et dont les rangs se grossissent certainement des 6000 prisonniers qui sont parvenus à s’évader à la faveur du séisme. Révulsés par cette déferlante vague de bestialité, nous voilà conviés à applaudir le déploiement salvateur des dites forces de «sécurisation» tout en versant notre obole culpabilisée aux numéros de compte affichés à l’écran des shows télévisés de la «solidarité».

Derrière ce lieu commun journalistique de la «multiplication de scènes de pillage» se cache (mal) un paroxysme de cynisme capitaliste, un fleuron notable dans les progrès accomplis en matière d’inhumanité par la dernière – et la plus «civilisée» – des sociétés de classe: tandis que «tout est désorganisé» et que l’État s’est soi-disant évaporé dans le séisme, flics et soldats patrouillent en armes au milieu des gravats et des monceaux de cadavres en décomposition pour empêcher (à balles réelles) les prolétaires affamés et assoiffés de fouiller les décombres de magasins à la recherche de ce qui leur permettrait, à eux et leurs enfants, de ne pas crever comme des chiens! Voilà ce qu’est la prosaïque réalité de la lutte contre les infâmes bandes de pillards! Voilà qui rappellent furieusement – oui, furieusement ! – la situation à la Nouvelle-Orléans après le passage de l’ouragan Katrina en été 2005.

Et comme pour la Louisiane, lorsque la bourgeoisie et ses commentateurs évoquent avec une émotion et un empressement obscènes les perspectives de «reconstruction», on ne peut douter que les investissements à consentir, animés du plus pur désintéressement, ne manqueront pas de suivre avec zèle les plans de nettoyage social déjà sortis des tiroirs des Q.G. de la gendarmerie mondiale.

Alors les prolétaires renvoient la politesse aux crapules larmoyantes du monde entier: venez déblayer vous-mêmes ces barrages de cadavres dressés contre l’hypocrisie meurtrière de votre société, c’est bien celle-ci et pas «l’injustice de la Providence» ou «la nature» qui les a produits !

Lire aussi :
Dossier Haïti, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Aide humanitaire – Colonialisme humanitaire, Monde en Question.

Le colonialisme humanitaire


22 janvier 2010, Mohamed BELAALI, L’humanitaire au service du capital, le cas de Haïti, Le Grand Soir.

Une fois encore le cas de Haïti vient de démontrer d’une manière éclatante combien l’humanitaire est au service du capital. Tous les pays impérialistes, grands et petits, se sont précipités comme des vautours, au nom de l’humanitaire, sur la tragédie de ce petit pays. Que voit-on sous nos yeux ? D’un côté l’armée américaine, avec ses boys surarmés, qui se déploie dans les rues de Port-au-Prince, qui contrôle l’aéroport de la capitale haïtienne et tous les axes stratégiques. De l’autre, des survivants, hommes, femmes et enfants hagards, affamés et assoiffés qui errent à la recherche d’un introuvable point d’eau, d’une introuvable nourriture. Les uns cherchent à occuper le pays, les autres tentent, vaille que vaille, à survivre au milieu des cris des blessés et des cadavres jonchés à même le sol ou enfouis sous des bâtiments effondrés. Si les troupes américaines sont arrivées dès les premières heures du séisme, la population, elle, attend toujours dans des conditions inhumaines cette fameuse « aide humanitaire ». Huit jours après le séisme, des centaines de milliers de sans-abris vivent dans des campements improvisés ou comme le dit l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) « dans des abris de fortune, sans accès à des réseaux d’eau ». La rapidité des vols des avions et la rotation des hélicoptères militaires contraste avec la lenteur des secours. Dans les petites villes avoisinantes de la capitale haïtienne, « l’aide humanitaire » est totalement absente.

Et c’est la population elle- même, à mains nues puisqu’elle manque de tout, qui a procédé aux secours d’urgence loin des caméras et du battage médiatique hypocrite. C’est cette même population c’est à dire des rescapés, dans le dénuement total, qui luttent contre la mort, qui sont traités par les grands médias occidentaux de pillards, de bandits, d’émeutiers etc. Ce sont peut-être ces « émeutiers » des quartiers populaires que les américains et leurs caniches européens craignent le plus. Car l’émeute peut se transformer en révolte et celle-ci en résistance à l’occupant.

Barack Obama en compagnie de Bill Clinton et même de Bush promet au peuple haïtien de rester à ses côtés « aujourd’hui, demain et à l’avenir ». Les GI ne sont donc pas prêts à quitter le sol de ce pays qu’ils occupent au nom de l’humanitaire mais en toute illégalité.

ONG, entreprises multinationales, artistes, sportifs de haut niveau, hommes et femmes politiques sont ainsi enrôlés dans cette sinistre opération coordonnée par un commandement militaire. « La coopération s’opère à tous les niveaux sous la conduite du Pentagone, seul capable d’assurer le rôle de leader (…) le contrôle est laissé au militaire, subordonnant l’acteur civil et humanitaire » disait Stéphane Sisco membre du Conseil d’administration de Médecins du Monde [1]. Aujourd’hui à Haïti rien n’échappe à l’œil vigilent du Pentagone. C’est lui qui contrôle, coordonne, dirige et refoule ; il est le maître de la situation. 10 000 soldats, des navires de guerre dont un porte-avion nucléaire, des hélicoptères en tout genre une base militaire permanente au nord de Port-au Prince etc. sont à la disposition du général Ken Keen qui n’est que l’exécutant des ordres du pentagone.

L’aide humanitaire est évidemment la mission officielle de cette armada : « Notre mission est de fournir une assistance humanitaire », déclarait à l’AFP le colonel Pat Haynes. C’est d’ailleurs le président de l’USAID, agence gouvernementale américaine d’aide au développement, qui a accompagné samedi 16 janvier 2010 Hillary Clinton dans son voyage à Haïti pour accomplir cette noble mission humanitaire. « Nous travaillons de concert avec la constellation d’organisation non gouvernementales qui s’efforcent depuis des années d’améliorer la vie du peuple haïtien. (…) L’argent afflue à la Croix-Rouge et dans d’autres organisations humanitaires » soulignait de son côté Barack Obama président des États-Unis dans un texte publié par Newsweek et Le Monde du 20 janvier 2010.

Les multinationales dont la brutalité exercée sur leurs propres salariés est quotidienne (exploitation, conditions de travail insupportables etc) se métamorphosent en entreprises philanthropiques et envoient, dans un élan de générosité, des millions d’euros ou de dollars aux pauvres haïtiens. Ainsi des banques comme la Société Générale ou le Crédit Agricole, après avoir distribué à leurs dirigeants et « collaborateurs » de substantiels bonus et autres stock options, se sont engagées à envoyer 1 million d’euros aux sinistrés du tremblement de terre. France Telecom, dont la direction des relations humaines a poussé au suicide nombre de ses salariés, a lancé par le biais de sa filiale Orange et en collaboration avec les autres opérateurs Mobile une campagne de récolte de dons par SMS. EADS, célèbre groupe aéronautique pour ses scandales financiers, prête à l’association Action contre la faim un gros porteur A 340 pour porter secours aux haïtiens.

Pour ces entreprises et pour bien d’autres qui participent à cette grande messe humanitaire, le drame haïtien est utilisé, avec beaucoup de cynisme, comme opération de relations publiques. L’humanitaire constitue, pour elles, une aubaine qui leur permet, à peu de frais, d’améliorer leur image de marque bien ternie par des scandales multiples et par leur attitude inhumaine vis à vis de leurs propres salariés.

Quant aux grands médias, notamment la télévision, la tragédie haïtienne est un show rentable qui permet d’augmenter l’audimat et d’engranger des recettes publicitaires en exploitant, eux-aussi, la compassion et la générosité des téléspectateurs. Elle leur permet, par ailleurs, de ne pas parler ou de ne pas montrer les luttes sociales qui éclatent ici ou là.

L’humanitaire sert de paravent aux visées hégémoniques impérialistes. Il exploite cyniquement les sentiments altruistes et de solidarité des citoyens pour servir, en dernière analyse, les intérêts d’une classe sociale minoritaire, mais qui possède tous les pouvoirs.

12 janvier 2010, George MONBIOT, Amériques, le génocide oublié, ContreInfo.

En 1492, la population native des Amériques était de 100 millions. A la fin du 19ème siècle, la plupart avaient été exterminés. De nombreux décès étaient dus à des maladies, mais cette extinction de masse a aussi été organisée. La boucherie a commencé avec Christophe Colomb. Il a massacré la population autochtone d’Hispaniola (aujourd’hui Haïti et Dominique) avec une férocité inimaginable. En 1535 la population native de 8 millions de personnes avait été réduite à zéro, en raison des maladies, des assassinats, ou épuisées par le travail forcé et la famine.

15 janvier 2010, Richard KIM, Il faut annuler la dette d’Haïti, ContreInfo.

L’élan important de solidarité internationale qui s’est manifesté pour venir en aide à Haïti ne doit pas faire oublier les lourdes responsabilités historiques de l’occident dans la situation désastreuse de l’île, écrit Richard Kim, du quotidien The Nation. Depuis son indépendance, rappelle-t-il, cette petite nation a été éreintée par le remboursement des dédommagements imposés par la France pour compenser le manque à gagner des colons privés de leurs esclaves : en 1900, Haïti y consacrait encore 80% du budget de la nation. Au total, Haïti a payé l’équivalent de 21 milliards de dollars de 2003 le prix de sa liberté. L’époque récente n’a pas été plus clémente. En 1995, le FMI a contraint Haïti à abaisser ses barrières douanières sur le riz. Résultat : le pays qui était autrefois exportateur importe aujourd’hui les 3/4 du riz consommé. Avec une nouvelle ligne de crédit de 100 millions annoncée cette semaine, Haïti doit désormais 265 millions au FMI. Au lieu d’accroitre la dette, il faut au contraire l’annuler et transformer ce prêt en don, ce ne serait que justice, conclut-il.

La vulnérabilité d’Haïti aux catastrophes naturelles, les pénuries alimentaires, la pauvreté, la déforestation et le manque d’infrastructure, ne sont pas accidentels. En se contentant de dire que c’est la nation la plus pauvre du monde occidental, on oublie l’essentiel : Haïti a été rendue pauvre – par la France, les États-Unis, la Grande Bretagne et d’autres puissances occidentales, sans oublier le FMI et la Banque mondiale.

17 janvier 2010, Ashley SMITH, Comment ils ont ruiné Haïti, Le Grand Soir.

Alors que la majorité des gens ont réagi à cette crise en cherchant comment fournir de l’aide ou faire un don, le fanatique de la Droite Chrétienne (US), Pat Robertson, s’est distingué par une déclaration raciste abjecte. Il a expliqué que les Haïtiens étaient maudits parce qu’ils avaient signé un pacte avec le diable pour se libérer de l’esclavagisme de leurs maîtres français lors de la révolution haïtienne, il y a 200 ans.

Les grands médias ont expliqué que le séisme avait été provoqué par un glissement de plaques tectoniques le long d’une faille située sous la capitale de Port-au-Prince, et que la misère et l’impuissance du gouvernement Préval avaient amplifié le désastre. Mais ils n’ont pas tout dit.

Ainsi, tandis que Pat Robinson compare la grande révolution des esclaves d’Haïti à un pacte avec le diable, Clinton s’active à la réduire à un piège à touristes. Dans le même temps, les plans de Clinton pour Haïti prévoient une expansion des « ateliers à sueur » (sweat shops) pour profiter de la main d’oeuvre bon marché fournie par les masses urbaines. Les Etats-Unis ont détaxé les importations en provenance d’Haiti pour faciliter le retour de la production de ces ateliers.

Les conséquences directes de ces politiques sont un état haïtien impuissant, une infrastructure en ruines, des constructions hasardeuses et une misère noire qui, conjuguées aux cyclones et maintenant au séisme, ont transformé une catastrophe naturelle en une catastrophe sociale.

Il ne faut pas se tromper sur le rôle des ONG internationales. Tandis que de nombreuses ONG tentent de répondre à la crise, les Etats-Unis et d’autres gouvernements fournissent une aide destinée à miner le droit à l’autodétermination du pays. Les ONG internationales n’ont aucun compte à rendre au gouvernement haïtien, pas plus qu’au peuple haïtien. Par conséquence, toute aide qui passe par ces ONG ne fait qu’affaiblir un peu plus le peu d’emprise sur leur propre société encore entre les mains des Haïtiens.

17 janvier 2010, Greg PALAST, « Blackwater avant l’eau potable » : Le testicule droit de l’Enfer – Histoire d’un holocauste haitien, Le Grand Soir.

Envoyer les Marines. C’est la réponse typique de l’Amérique. C’est notre spécialité. Le porte avions USS Carl Vinson s’est finalement pointé au bout de trois jours. Avec quoi ? Déployé en urgence – sans aucun matériel de secours. Il transportait des missiles « Sidewinder » et 19 hélicoptères.

N’allez pas accuser Mère Nature pour tous les morts et destructions. Un tel déshonneur revient à Papa Doc et Bébé Doc, la dictature de la famille Duvalier, qui a pillé le pays pendant 28 ans. Papa et Bébé ont empoché environ 80% de l’aide économique versée à Haïti – avec la complicité du gouvernement US heureux d’avoir leurs Duvalier et leur milice vaudou, les Tonton Macoutes, comme alliés dans la Guerre Froide. (Une guerre gagnée haut la main : les escadrons de la mort des Duvalier ont assassiné 60.000 opposants au régime).

Ce que Papa et Bébé n’ont pas emporté avec eux dans leur fuite, le FMI est venu l’achever avec ses « plans d’austérité ». Un plan d’austérité est une sorte de rituel vaudou exécuté par des économistes transformés en zombies par une croyance mystique qui prétend que la suppression des services sociaux pourra, d’une manière ou d’une autre, améliorer la situation économique d’un pays.

Haïti était jadis un pays riche, le plus riche du continent, un pays qui valait plus, écrivait Voltaire au 18eme siècle, que la colonie rocailleuse et glacée appelée Nouvelle Angleterre. La source de ses richesses était l’or noir : les esclaves. Mais les esclaves se sont rebellés – et n’ont jamais cessé d’en payer le prix.

19 janvier 2010, Jeremy SCAHILL, Haïti : les mercenaires flairent un marché juteux, ContreInfo [AfghanistanIrak].

Pour certains, les images en provenance d’Haïti sont loin d’être désolantes. Comme après l’ouragan Katrina, les sociétés de sécurité privées, se découvrant une soudaine sollicitude pour la Caraïbe, offrent leurs services aux entreprises haïtiennes. Forte de l’expérience de « milliers de missions réussies en Irak et en Afghanistan », l’une d’entre elles propose « l’éradication des menaces élevées » et la protection contre « l’agitation des travailleurs. »

Haïti est la grande affaire du jour. Les entreprises membres du syndicat professionnel des mercenaires, nommé de façon orwellienne « International Peace Operations Association », offrent leurs services en Haïti.

19 janvier 2010, Ayman EL KAYMAN, La recolonisation post-sismique d’Haïti, Tlaxcala.

Ayiti, Haïti, île-martyre, île-flambeau de la liberté des Nègs [ En kreyòl, Nèg veut dire tout simplement être humain], première république noire de l’histoire, est en train d’expérimenter une invention qui a germé dans les cabinets du pouvoir des Maîtres du monde : la recolonisation post-sismique.

Lire aussi :
Dossier Haïti, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Aide humanitaire – Colonialisme humanitaire, Monde en Question.


[1] 23 août 2009, Mohamed BELAALI, L’humanitaire au service du capital, Le Grand Soir.