Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives de Tag: Guerre contre Gaza

Charlie – Israël


 

En hébreux, « Charlie » est l’anagramme de « Israël » : שארלי Charlie ישראל Israël. Donc, lorsque quelqu’un affiche « Je suis Charlie », il dit aussi – à l’insu de son plein gré – « Je suis Israël » !

Benyamin Netanyahou fut l’invité d’honneur de la manifestation « œcuménique » car il est le champion du terrorisme contre la population palestinienne qu’il massacre dans l’indifférence – complice – générale.

Lire aussi :
• Ce qu’ont perdu les Palestiniens avec les attaques de Paris, CCIPPP.
• Articles Benyamin Netanyahou, Monde en Question.
Dossier documentaire Palestine/Israël, Monde en Question.

Pilier de Défense – Fronde de David


Un article de l’agence Xinhua est passé totalement inaperçu. Il éclaire pourtant un des buts de l’offensive militaire contre les Palestiniens de Gaza. Rien ne vaut une bonne guerre pour tester de nouvelles armes.

Israël annonce avoir testé avec succès un nouveau système de défense antimissile

Israël a testé avec succès un nouveau système de défense antimissile, baptisé « Fronde de David », capable d’intercepter des missiles ayant une portée plus longue que ceux abattus par le système « Dôme de fer » utilisé lors du récent conflit entre Israël et Gaza, a indiqué le ministère de la Défense dimanche.

Un missile Stunner, lancé par le système « Fronde de David », a intercepté sa cible lors du premier tir, précise le communiqué du ministère.

Ce test d’interception réussi marque l’achèvement de la première phase de développement du système de défense « Fronde de David » mis au point par l’Organisation de défense antimissile israélienne et l’Agence de défense antimissile américaine, ajoute le communiqué.

Le ministre israélien de la Défense Ehoud Barak a félicité les personnels qui ont travaillé sur le projet. Le système « Fronde de David » sera un dispositif important du programme de défense antimissile multi-couches israélien, a-t-il dit.

« Fronde de David », qui est développé conjointement par Israël et les États-Unis, constitue une couche de protection intermédiaire entre « Dôme de fer », qui assure la défense d’Israël contre les missiles de courte portée, et « Flèche 2 » (« Arrow 2 »), qui protège le pays contre les missiles balistiques de longue portée.

Renmin Ribao, 27/11/2012

Un test en grandeur nature permet aussi de préparer la prochaine guerre comme l’annonce triomphalement le site de propagande sioniste JSS News :

L’opération « Colonne de nuée » peut être considérée comme étant un « round » dans la guerre qui oppose l’État d’Israël à la République islamique d’Iran et ses alliés dans la région. La trêve acceptée par le gouvernement de Binyamin Netanyahou n’est pas un renoncement dans la lutte contre le terrorisme mais l’aboutissement – anticipé – d’une des étapes de la stratégie israélienne.

Le 14 novembre 2012, l’opération « Colonne de nuée » débute avec l’élimination d’Ahmed Jabari, le chef de la branche armée du Hamas. Un cessez-le-feu entre en vigueur huit jours plus tard. Le bilan de cette opération est clair et les chiffres communiqués par Tsahal le prouvent.

[…] Bien qu’atteint, le Hamas n’est pas encore détruit. Pour cela, il est nécessaire de s’attaquer aussi au régime iranien.

[…] il ne fait aucun doute que les dirigeants israéliens seront au rendez-vous pour enfin « laisser Tsahal gagner ».

Lire aussi :
• Succès du premier test de la « Fronde de David », JSS News site de propagande sioniste, 28/11/2012.
• Système Fronde de David, Tsahal.
• Notes d’Iron Dome au Patriot, impair et manque…, Dedefensa 22/11/2012.
Revue de presse Palestine colonisée 2012, Monde en Question.
Veille informationnelle Palestine, Monde en Question.

Le prix du recul de Netanyahou


S’il s’avère que l’État d’Israël arrête son offensive militaire contre les Palestiniens de Gaza après huit jours de bombardements de la population civile, il reste à interpréter ce recul historique.

Benyamin Netanyahou doit avoir de très bonnes raisons pour signer un cessez-le-feu qui avantage politiquement Mohamed Morsi, le président de l’Égypte proche des Frères musulmans, et Ismaël Haniyeh du Hamas, mouvement issu des Frères musulmans. En effet, Mohamed Morsi va apparaître comme l’homme fort, qui a négocié l’improbable cessez-le-feu entre l’État d’Israël et le Hamas, et Ismaël Haniyeh va apparaître comme l’héroïque résistant, qui a fait reculé Benyamin Netanyahou.

Les conséquences peuvent être désastreuses pour Benyamin Netanyahou, qui risque alors de perdre les élections, et pour l’armée israélienne, qui avait déjà été secouée par sa défaite au Liban. Avigdor Liberman et les généraux extrémistes sont capables de faire de la surenchère. En bref, une crise de confiance pourrait ébranler la société israélienne qui soutenait majoritairement cette nouvelle guerre.

Pour que Benyamin Netanyahou accepte un accord, il faut qu’il ait reçu en échange des gages… de la seule puissance qui puisse le contraindre à négocier : les États-Unis via Hillary Clinton, qui est actuellement à Tel Aviv.
À défaut de l’autoriser à guerroyer en Iran, Barack Obama lui a probablement garanti de neutraliser Mahmoud Abbas, qui rêve toujours d’être le Président-embedded un État-confetti pour le compte de l’État d’Israël, et surtout de fermer les yeux sur la poursuite de la colonisation de la Cisjordanie.
Il est possible aussi que Obama ait tendu un piège Netanyahou, en lui donnant de fausses promesses, pour lui faire payer son soutien à son adversaire électoral.

Le 14 novembre, Benyamin Netanyahou a lancé une opération militaro-électorale dont les gains ne sont pas acquis.

21/11/2012 à 20 heures
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
• 21/11/2012, Notes sur un « Pilier » bien incertain, deDefensa.
Revue de presse Palestine colonisée 2012, Monde en Question.
Dossier documentaire Résistance à la colonisation de la Palestine, Monde en Question.

Gaza, Now: Future is Uncertain


I’m writing this from near the Gaza seaport from where I can see smoke rising around me from the bombs that fall down on the Gaza Strip from the Israeli planes above. Words fail me. Despite the limits to life from Israel’s five-year siege on Gaza some kind of normality is attempted in Gaza. How could it be any other way when the majority of the population are children, do parents and older siblings have any other option?

Yet this civilian population, most now holed out in the dense, tight refugee camp buildings and urban centres of Gaza are facing the wrath of some of the most powerful aerial warfare available to humankind. As I write the constant bombardments consume your senses and shake the entirety of your surroundings. For the over 300 people injured or killed so far by the Israeli F16s, drones and Gunboat shellings the loss for them and their families will never relent.

I can barely write a sentence and more news, « six injuries from a bombing in Sheikh Radwan, children among them, including a 4-year old child who was playing in the street. », « Elderly man just killed in Zaytoun neighbourhood, with 4 injuries ». Friends have received text messages from the Israeli Occupation Forces saying in Arabic, « Stay away from Hamas the second phase is coming. »

Twelve year old Abdullah Samouni, who I teach English to in Zeitoun camp called me a little while ago. « We’re really scared », he said. We moved to get away to Zeitoun and went to our grandmother’s house. Take care of yourself, there are so many bombs. » Abdullah lost his father and four year old brother shot by Israeli soldiers entering their house in the land offensive of Israel’s Cast Lead attacks on Gaza over the new year of 2009. In three days, he was injured and lost 29 members of his extended family. His mother Zeinat has moved her seven remaining children to a town further north, but bombs are raining down all over the Gaza Strip.

« We moved everyone out but bombing is so bad here. All of the kids are screaming. Whenever an attack happens they come and hold me. The children remembered what happened before, they think only the worst. » said Zeinat who like so many has had to put aside her own fears and tragedy to show strength for her children.

Seeing Western media continue to distort the picture of what is happening here, just as they did during the massacres that took place during Israel’s Cast Lead attacks, and any other offensive described as « retaliation » made my call with Abdullah all the more angry. This year from January 1st until November 6th this year 71 Palestinians were killed and 291 injured in Gaza, while no Israelis were killed and 19 were injured according to the United Nations. How many Western media outlets offer proportionate time to Palestinian victims as to Israeli victims?

Just as the Israeli forces initiated the pretence for the Cast Lead attacks, this time the Israeli army’s initial attack took place on Thursday 8th November with an Israeli incursion into Gaza, in Abassan village. They opened fire indiscriminately and leveled areas of Palestinian land. The shooting from Israeli military vehicles seriously wounded 13-year-old Ahmed Younis Khader Abu Daqqa while he was playing football with friends, and he died the next day of his injuries.

On the 10th November, Palestinian resistance fighters attacked an Israeli army jeep patrolling the border with Gaza, injuring 4 Israeli occupation soldiers.

Israeli forces then targeted civilian areas, killing two more teenagers playing football, then bombed the gathering that was mourning their deaths, killing two more. Five civilians were killed and two resistance fighters, including three children. Fifty-two others, including six women and twelve children were wounded. For Gaza to be under such attack, could anyone doubt that resistance forces would fire back? Once Israeli forces had carried out further bombardments, one of which was the extra-judicial killing of the Hamas military commander Ahmed Jabari, the circle was complete.

Since then during the last three days 29 Palestinians have been killed and three Israelis. The majority of Palestinian victims were civilians of which six were children. More than 270 have been injured of whom 134 are children and women. The vast majority are civilians. The number is rapidly rising.

Even this comparison is detached from the context that Gaza is under Israeli military occupation, illegal according to United Nations Resolutions and a five-year blockade, deemed collective punishment by all major human rights organisations, violating article 33 of the Geneva Conventions. The right to resist enforced military occupation by a foreign force is also enshrined in international law, a right that should be self-evident.

Which explained the jubilance from Palestinians in Gaza when rumours spread that one of the rockets which usually hit open land, this time brought down an Israeli F16 fighter jet, the likes of which had carried out over 600 airstrikes all over the Gaza Strip these last three days.

Indeed, our visits to hospitals didn’t take long to convince us that these Israeli aerial attacks and shelling from gunships have hit many civilian areas.

At the main Al-Shifa hospital, Gaza City, every ten minutes more people arrived in ambulances; an elderly man, a young man, a child, two more children. Once leaving the injured, the stretcher gets a new towel and is sprinted back out for the courageous paramedics of the Palestinian Red Crescent to go back out into the danger zones, to find the latest victims of attacks.

There weren’t many beds free in the intensive care unit where some had brain injuries from embedded shrapnel. While we were there, rushing in came a tiny child, ten month old girl, Haneen Tafesh. She had very little colour or life in her and was rolled on to the hospital bed. She had suffered a brain haemorrhage and a fractured skull. Later that evening we learned that she hadn’t survived.

Talking to the Director General of Al-Shifa, Dr Mithad Abbas he asked, « We know Israel has the most precision and advanced weaponry. So why are all these children coming in? » He stated that if casualties increased there would be a severe lack basic medicines and supplies, such as antibiotics, IV fluid, anaesthesia, gloves, catheters, external fixators, Heparin, sutures, detergents and spare parts for medical equipment. What’s more electricity blackouts would hit hard, without enough finance for suitable fuel for generators.

Once again as I write five huge blasts from nearby shake our building and our senses. The bombings have progressively escalated, especially once night falls. Jabaliya refugee camp, Shejaiya, Rafah and Meghazi I learned had been under a continuous barrage. One blast came down during an interview with a Canadian radio station which helped the audience to understand more than I could.

A 13 year old girl, Duaa Hejazi was hit in Sabra neighbourhood as she walked back home with family. Shrapnel was embedded all over her upper body. « I say, we are children. There is nothing that is our fault to have to face this. » She told us. « They are occupying us and I will say, as Abu Omar said, « If you’re a mountain, the wind won’t shake you ». We’re not afraid, we’ll stay strong. »

And so the night goes on. The near future of Gaza is uncertain. The fates of everyone here is uncertain. Which people now preparing to go to their beds, will have their lives turned upside down by the loss of a loved one these next few days. I know some of the warmest people here that I feel strongly attached to, that you would instantly care for if you met them. The complete madness of this violence makes me wonder what we have done to ourselves, how do we allow humanity to manifest itself in this way.

Outside you can make a difference. I’m asking you, because the Israeli army will not empathise with the people they are looking down on through their cockpit windows. Nor will their politicians. But you can empathise and you can act. The normal ways but multiplied by ten. Small and big efforts to create massive international mobilisation are the only way to reduce the extent of the horror and loss facing the Palestinians of Gaza.

The Israeli cabinet has approved the call-up of 75,000 reservists compared to the 10,000 reservists called up for the massacres during Israel’s air and land offensive in Cast Lead. There is not much time.

17/11/2012
Adie Mormech – Gaza City
Palestine Chronicle

Lire aussi :
Revue de presse Palestine colonisée 2012, Monde en Question.
Dossier documentaire Résistance à la colonisation de la Palestine, Monde en Question.

Terrorisme franco-israélien


Le quotidien Ha’aretz consacre une rubrique au terrorisme israélien que les médias dominants taisent en France :

Extremist settlers in the West Bank and their allies inside Israel have in recent years been acting with violence toward government, army and security authorities, as well as toward Palestinians and Israelis whose political views differ from those of the « hilltop youth. » It was in this spirit, known as « price tag, » that mosques, Palestinian property and vehicles of the Israel Defense Forces were damaged, and the calm of citizens was disturbed by threats. The official tendency to regard the « price tag » gangs as a nuisance rather than an actual threat has to be shelved. According to a report by Chaim Levinson (Ha’aretz, September 13), the Shin Bet security service is of the opinion that « extreme right-wing Jewish activists in the West Bank have gone from spontaneous acts against Arabs to organized planning in the form of compartmentalized terror cells, » which are difficult to infiltrate for intelligence purposes.
Ha’aretz, 14/09/2011

En France, les organisations d’extrême droite recrute ouvertement des terroristes pour préparer le 23 septembre, date à laquelle l’Autorité palestinienne s’adressera aux Nations unies pour obtenir l’adhésion de la Palestine :

La LDJ organise du 19 au 25 septembre, un voyage de solidarité avec nos frères israéliens vivant sur la terre de nos ancêtres de Judée et Samarie [territoires occupés de Cisjordanie].

Ce voyage est réservé aux militants ayant une expérience militaire : le but de cette expédition est de prêter main forte à nos frères face aux agressions des occupants palestiniens et donc de renforcer les dispositifs de sécurité des villes juives de Judée et Samarie.
La Ligue de Défense Juive

15/09/2011
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Femmes de Gaza – Femmes d’Afghanistan


La vie et la résistance, sous occupation israélienne, des femmes de Gaza… qui n’intéressent pas les féministes franco-françaises : Femmes de Gaza, Info-PalestineTanya Habjouqa.

La vie et la résistance, sous occupation internationale, des femmes d’Afghanistan… qui n’intéressent pas les féministes franco-françaises : Afghan women under the tyranny of the brutal fundamentalists, RAWA.

16/07/2011
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
Chronique Colonisation de la Palestine 2011, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Résistance à la colonisation de la Palestine, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Mariam ABOU ZAHAB, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Kathy GANNON, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Malalaï JOYA, Monde en Question.

Frappes aériennes sur Gaza


Le 21 mars, l’État d’Israël lance cinq raids aériens contre Gaza en « représailles » à trois tirs de mortiers.
Le 22 mars, l’État d’Israël lance des raids aériens contre Gaza qui touchent des civils, dont trois enfants.
Le 23 mars, l’État d’Israël lance de nouveaux raids aériens contre Gaza qui détruisent notamment des installations électriques.

Lire aussi :
• Pendant qu’on parle de la Libye… Frappes aériennes sur Gaza, CAPJPO – EuroPalestine, 23/03/2011.
• « L’escalade militaire israélienne contre Gaza et l’impunité d’Israël », CAPJPO – EuroPalestine, 23/03/2011.
• Pourquoi ne montrent-ils pas la sauvagerie israélienne ?, CAPJPO – EuroPalestine, 24/03/2011.

Gaza 2006-2009


LEVY Gideon, Gaza – Articles pour Haaretz, 2006-2009, La Fabrique, 2009 [l’HumanitéRadio Pluriel].

Un avion qui lance une roquette dans une rue noire de monde, un bébé atteint au cerveau par des éclats de missile, un avocat qui propose d’«étrangler» Gaza, un père qui identifie la moitié du corps de son fils grâce à ses chaussettes, des rues entières «mises à nu» par les bulldozers Caterpillar… semaine après semaine, jour après jour quand les événements se précipitent, Gideon Levy décrit les horreurs infligées par l’armée et l’aviation israéliennes à la population de Gaza. Et en même temps, il tend un miroir aux lecteurs de Ha’aretz : il leur montre leur «effarante indifférence», il leur explique que les dirigeants de l’opération «Plomb durci» risquent de se retrouver un jour devant un tribunal à La Haye, il leur assène que «le sang des enfants tués à Gaza est sur nos mains et non sur celles du Hamas, et nous ne pourrons jamais échapper à cette responsabilité.»

«J’aime Gaza», écrit Gideon Levy dans sa préface pour les lecteurs français. Les articles ici réunis sont à la fois un plaidoyer et un réquisitoire, et aussi une raison de se réconcilier avec le journalisme.

Écouter aussi :
Entretien avec Gideon Levy, Là-bas si j’y suis, 21/01/2010.
La guerre à Gaza, un an après.., Public Sénat, 21/01/2010.

Lire aussi :
• Gideon LEVY, Monde en Question
• Guerre de Gaza, l’HumanitéMonde en Question
Dossier documentaire & Bibliographie Palestine/Israël, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Palestine/Israël – Mur de l’Aparteid, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Palestine/Israël – Résistance Palestine, Monde en Question.

La guerre contre Gaza, un an après


Cette guerre montre le vrai visage d’Israël : racisme et haine, goût de la vengeance et soif de verser le sang

Cette guerre, peut-être plus que les précédentes, montre le vrai visage de la société israélienne. Le racisme et la haine, le goût de la vengeance et la soif de verser le sang. Les correspondants militaires soulignent à la télévision que les « inclinations des commandants » dans les «Forces de défense israéliennes» sont désormais de «tuer le maximum de personnes.» Et même si cela ne concernerait que les combattants du Hamas, ces «tendances» font froid au dos.

L’agression et la brutalité sans limite des militaires sont présentées comme des moyens d’éviter des pertes israéliennes : le rapport effrayant en matière de pertes humaines soit 100 morts palestiniens pour chaque israélien tué, ne soulève même pas de questions comme si nous avions décidé que leur sang a 100 moins de valeur que le nôtre, ce qui est la preuve de notre propre racisme.

Les gens de droite, les nationalistes, les chauvinistes et les militaristes sont les seuls à occuper les devants de la scène et ne les ennuyez pas avec les principes humanitaires et la compassion. C’est seulement à la périphérie du camp [de la guerre], qu’une protestation illégitimée, mise à l’écart et ignorée des médias, peut être entendue, une voix venant d’un petit groupe de Juifs et d’Arabes courageux.

Parallèlement à tout cela, s’élève une autre voix, peut-être la pire de toutes. C’est celles des «Juste-Hypocrites». Mon collègue, Ari Shavit, semble être leur éloquent porte-parole. Cette semaine, Shavit a écrit dans Haaretz du 7 janvier qu’«Israël doit doubler, tripler, quadrupler son aide médicale à Gaza » pour ajouter ensuite que : « l’offensive israélienne dans la bande de Gaza est justifiée … Seule une initiative humanitaire immédiate et généreuse peut prouver que, même au cours de la guerre brutale qu’on nous a imposée, nous n’oublions pas qu’il y a des êtres humains de l’autre côté.  »

Pour Shavit, qui a justifié cette guerre et qui a insisté pour qu’elle ne soit pas perdue, son prix est sans importance tout comme le fait qu’il n’existe pas de victoires dans de telles guerres injustes. Et il ose, dans le même souffle prêcher « l’humanité ».

Shavit, souhaite-t-il de nous voir tuer et de tuer encore, et ensuite de nous voir mettre en place des hôpitaux de campagne et d’envoyer des médicaments pour soigner les blessés ? Il sait que la guerre contre une population impuissante, peut-être la plus démunie du monde, qui n’a nulle part où s’enfuir, ne peut être que cruelle et ignoble. Mais des gens comme lui veulent toujours s’en sortir de façon élégante.

Nous larguons des bombes sur des immeubles résidentiels, et ensuite nous allons soigner les blessés à Ichilov, nous lançons des obus sur une population réfugiée dans des écoles des Nations Unies, et nous allons ensuite rééduquer à Beit Lewinstein les personnes que nous avons rendues handicapées. Nous tirons sur des gens et ensuite nous pleurons sur leur sort, nous tuons et ensuite nous nous lamentons, nous déchiquetons comme des «machines automatiques à tuer» des femmes et des enfants, et nous devons préserver notre dignité ensuite.

Le problème est que cela ne fonctionne pas de cette façon. Cette hypocrisie auto-justificatrice est scandaleuse. Ceux qui font des appels enflammés pour plus de violence sans égard pour les conséquences de cette violence sont au moins honnêtes.

Vous ne pouvez pas tout avoir. La seule «pureté» de cette guerre est la « purification prônée par les terroristes » qui signifie l’ensemencement de terribles tragédies. Ce qui se passe à Gaza n’est pas une catastrophe naturelle, un tremblement de terre ou une inondation, pour lesquels il serait de notre devoir de tendre une main secourable à ceux qui en sont touchés, d’envoyer des équipes de sauvetage, comme nous aimons le faire avec amour.

Tout ce qui se passe actuellement à Gaza de pourri et de catastrophique est la faute des hommes, Notre Faute. L’aide ne peut être offerte par les mains tâchées de sang de ceux que l’on veut secourir. La compassion [pour les victimes] ne peut germer à partir de la brutalité [des bourreaux].

Pourtant, il y a des gens qui veulent gagner sur les deux tableaux. D’un côté, tuer et détruire sans discernement et de l’autre montrer un bon visage et une conscience propre : aller au devant des crimes de guerre sans aucun sens de la lourde culpabilité qu’ils impliquent. Cela demande du culot. Toute personne qui justifie cette guerre justifie en même temps tous ses crimes. Toute personne qui prêche pour cette guerre et qui croit en la justesse de ses tueries, n’a aucun droit de parler de moralité et d’humanité.

Il n’existe pas quelque chose qui peut être en même temps le crime et son contraire. Cette attitude est le reflet fidèle de la base [société israélienne], dédoublement de la personnalité qui nous marque pour toujours : commettre une erreur, mais se sentir pur à nos propres yeux. Tuez, détruisez, affamez, emprisonnez, humiliez mais de grâce soyez droits et ne parlez pas de bien [humanité].

Les Justes en période de guerre ne seront pas en mesure de se permettre ce luxe.

Toute personne qui justifie cette guerre, justifie tous ses crimes.

Toute personne qui la considère comme une guerre défensive doit porter la responsabilité morale de ses conséquences. Toute personne qui encourage maintenant les politiciens et l’armée à continuer cette guerre, doit aussi à porter sur son front après la guerre la marque de Caïn.

Tous ceux qui soutiennent la guerre, soutiennent aussi l’horreur.

Gideon LEVY
Info-PalestineUJFP selon Ha’aretz

Écouter aussi : La guerre à Gaza, un an après…, Public Sénat.
Lire aussi :
• Gideon LEVY, Monde en Question
• Guerre de Gaza, l’HumanitéMonde en Question
Dossier documentaire & Bibliographie Palestine/Israël, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Palestine/Israël – Mur de l’Aparteid, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Palestine/Israël – Résistance Palestine, Monde en Question.

Palestiniens de Gaza massacrés et abandonnés


Les civils de Gaza dans l’incapacité de reconstruire un an après « Plomb durci » et « trahis » par la communauté internationale, Oxfam

La communauté internationale a trahi la population de Gaza en ne parvenant pas à traduire ses paroles en actes pour mettre un terme au blocus de Gaza qui empêche la reconstruction, déclare un groupe de 16 ONG humanitaires, de développement et de défense des droits dans un nouveau rapport publié aujourd’hui (22 décembre 2009) à la veille de l’anniversaire du début de l’opération militaire israélienne « Plomb durci ».

Les autorités israéliennes n’ont autorisé que l’entrée de 41 camions de matériaux de construction dans Gaza depuis la fin de l’offensive à la mi-janvier 2009, relèvent les ONG, alors qu’il en faudrait des milliers pour réparer les dommages causés aux maisons, aux infrastructures civiles, aux services publics, aux fermes et aux entreprises.
Le rapport souligne qu’il est interdit à la population civile, ainsi qu’aux Nations Unies et aux ONG, d’importer des matériaux comme le ciment ou le verre, mis à part dans un très petit nombre de cas [Télécharger].

Gaza, un an après l’offensive israélienne…, LDH-Toulon

Dans un entretien publié par L’Humanité, Stéphane Hessel met en cause la France et l’Union européenne qui ont «laissé faire Israël».

Israël veut construire une barrière à la frontière égyptienne, Le Grand Journal du Mexique selon NouvelObs selon AFP…

Le gouvernement israélien a approuvé la construction d’une barrière destinée à combattre l’immigration clandestine à sa frontière avec l’Egypte, a indiqué, dimanche 10 janvier, un responsable gouvernemental. Selon ce responsable, qui a requis l’anonymat, trois barrières seront construites le long des 250 km de frontières au coeur du désert qui bloqueraient les principales voies d’entrée des clandestins. Le projet, présenté par l’armée, devrait coûter entre 1 et 1,5 milliard de dollars, a-t-il précisé à l’AFP.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a souligné dimanche que l’Etat hébreu continuerait à accueillir les demandeurs d’asile, en provenance majoritairement du Darfour. “Israël autorisera l’entrée de réfugiés en provenance de zones de conflit mais ne permettra pas que ses frontières soient utilisées pour inonder le pays de travailleurs illégaux”, a déclaré un haut responsable gouvernemental, citant M. Netanyahu.