Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives de Tag: FN

Manuel Valls à droite du FN


 

Devant les députés, le Premier ministre a souhaité que l’extension de la déchéance de nationalité concerne non seulement « les crimes » mais aussi « les délits les plus graves ». Il a également signalé le retrait de toute référence à la binationalité.

Prenant en compte une demande du groupe Les Républicains, Manuel Valls a donc décidé de modifier légèrement la formulation de l’article 2, qui prévoit les situations où la déchéance de nationalité peut être envisagée par le législateur. Concrètement, une fois inscrit la Constitution, cet article permettrait au législateur (donc au Parlement) de pouvoir voter une loi prévoyant la déchéance de nationalité pour les crimes « qui constituent une atteinte grave à la vie de la Nation », mais aussi pour les « délits les plus graves ».

Un terme relativement flou, précisé par le Premier ministre, qui cite comme exemples « l’association de malfaiteurs, le financement direct du terrorisme ou l’entreprise terroriste individuelle, tous punis d’une peine de 10 ans d’emprisonnement » (soit la peine maximale en matière délictuelle).

La mesure a pris de court l’opposition, Christian Jacob estimant que cette nouvelle formulation « ne simplifie pas les réactions » de la droite. Jean-Christophe Lagarde (UDI) estime quant à lui que la déchéance de nationalité ne devrait pas aller au-delà des crimes.

Lire la suite… Les crises

Publicités

Charlie Hebdo ou la dérive anticommuniste et le racisme larvé


 

Un ami basque me tuyaute : Laurent Sourisseau, dit « Riss », est un ancien élève du lycée de Bayonne, ville où son père exerçait la fonction de Directeur des Pompes Funèbres Générales. Riss s’était manifesté, à l’époque, dans des attaques verbales violentes et non gauchisantes, contre les prisonniers et les « basques-autonomistes » qui le côtoyaient en classe.

Ces derniers, en réponse, l’avaient mis en quarantaine jusqu’à son départ grâce à une mutation promotionnelle salvatrice de son père. C’était l’époque, assure mon informateur, où Charlie-Hebdo « comparait les jeunes indépendantistes de gauche à des nazis » (ah ! déjà et eux aussi ?).

J’ai toujours pensé que les humoristes pouvaient faire rire de tout, à condition de ne pas dresser des bûchers contre quiconque ne rit pas comme eux.
De tout ? Hum, hum !
Souvent des mêmes ? Hum, hum !
De préférence des barbus patibulaires ? Et de leurs enfants morts ? Hum, hum ! hum ! et hum !
Des dessinateurs assassinés ? Hou là, malheureux, tu n’as jamais été menotté ? Tu peux prouver que tu n’as pas de lien avec Daesh ?

Le cadavre du petit immigré IIyan, échoué sur un plage, ne cesse d’amuser un Riss (deux dessins nullards sous sa plume), qui pleura l’assassinat de ses collègues le 7 janvier 2015, qui nous apitoya sur ses propres blessures et qui ne bougea pas un cil quand la Justice poursuivit (jusqu’à 50 procédures mises en route, un enfant de 8 ans convoqué au commissariat, une grande gueule condamné à 6 mois de prison ferme, etc.) ceux qui clamaient un peu trop fort « Je ne suis pas Charlie » au lieu de défiler avec une brochette de chefs d’Etat, dont quelques dictateurs notoires, oppresseurs de la presse.

Le numéro 1225 (13 janvier 2016) de Charlie Hebdo touche le fond.

Lire la suite… Le Grand Soir

Lire aussi :
Je ne suis pas Charlie, Monde en Question
Articles Charlie, Monde en Question.
Dossier documentaire Propagande, Monde en Question.

Charlie, organe du Front National


Le nouveau dessin de Charlie Hebdo sur les « migrants violeurs » est à vomir, mais on n’ a vu aucun des dirigeants français qui alimentent financièrement ce torchon, s’en offusquer.

 

Voici comment Riss ose évoquer la mort du petit Aylan en l’assimilant aux agressions sexuelles de Cologne lors du Nouvel An.

Riss, l’auteur du dessin de Charlie Hebdo, est directeur de la publication du magazine qui se veut satirique, mais qui n’est qu’un relais de tous ceux qui s’attaquent préférentiellement aux plus faibles, aux plus stigmatisés.

Non, Charlie Hebdo n’est pas dans la « tradition française » de la satire. Cette dernière est représentée par des artistes comme Molière, Daumier, Bourvil, Coluche ou encore Siné, qui loin de s’attaquer aux plus vulnérables, ont toujours épinglé les puissants, les détenteurs de pouvoir.

14/01/2016
CAPJPO-EuroPalestine

Lire aussi :
Je ne suis pas Charlie, Monde en Question
Articles Charlie, Monde en Question.
Dossier documentaire Propagande, Monde en Question.

Le FN progresse grâce à la gauche


La progression du FN s’explique par l’économie. Depuis 1997, le taux de chômage officiel ne cesse d’augmenter :

La hausse du taux de chômage est confirmée. L’Insee publie ses chiffres ce jeudi, qui viennent confirmer ceux de Pôle Emploi. Ainsi le taux de chômage a bondi au troisième trimestre 2015, atteignant 10,2 % de la population active en France métropolitaine (+ 0,2 point). Ce sont plus de 2,9 millions de personnes touchées, soit le plus haut niveau depuis 1997.
Source : Atlantico

Or, l’implantation du FN est très forte auprès des ouvriers (51%), des chômeurs (42%) et des employés (38%), soit parmi les classes les plus touchées par la crise :


Source : Atlantico

 

La progression du FN s’explique aussi par la politique. Depuis le 1982, la gauche a mené une politique anti-sociale qu’elle dissimule par une croisade contre les musulmans, désignés comme les boucs émissaires de tous les maux de la société.

Cette croisade se paie non seulement avec le sang des victimes des attentats, mais aussi par la lepénisation de la société que la gauche favorise car perdurent les réflexes coloniaux d’un Jules Ferry, Guy Mollet, François Mitterrand et Hollande-Valls.

13/12/2015
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
• Mauvaises nouvelles sur le front des créations d’emploi : les 9 graphiques pour savoir si vous habitez dans l’une des régions ayant le plus souffert de la crise depuis 2008, Atlantico.
Dossier documentaire Économie crise, Monde en Question.
Dossier documentaire Colonialisme, Monde en Question.
Dossier documentaire Racisme, Monde en Question.

Le FN gagne la croisade de Hollande



Merci Hollande !

 

Pendant que François Hollande poursuit sa croisade en bombardant la Syrie, y compris la population civile, le FN engrange tranquillement les gains et obtiendrait au niveau national plus de 30% des voix (30,8%), soit 3,5 points de plus que Les Républicains de Nicolas Sarkozy (27,2%) et 8 points de plus que les listes PS-PRG (22,7%).

Symbole de ce nouveau rapport de force, la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, où Marine Le Pen est tête de liste régionale, semble pour la première fois en passe de basculer dans l’escarcelle de l’extrême droite. Toujours selon une estimation Ifop, la présidente du FN écraserait la concurrence avec 43% des voix.
En Provence-Alpes-Côte d’Azur, sa nièce Marion Maréchal semble en passe de réaliser le même exploit. Celle-ci arriverait très largement en tête avec près de 42% des voix.
Florian Philippot est donné en tête avec 35% des voix pour sa liste en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes.
Le compagnon de Marine Le Pen, Louis Aliot, arrive lui aussi en tête avec 30,9% des voix en Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon.
En Bourgogne-Franche-Comté, Sophie Montel voit sa liste arriver en tête avec 32,1% des voix.
Source : Le HuffPost

06/12/2015
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Cantonales 2011


Les contradictions électoralistes de Lutte Ouvrière :

Le spectacle que nous offrent aujourd’hui la droite, mais surtout la gauche, met en évidence le piège de ces jeux d’alliances électoraux qui font qu’on a vite fait d’abandonner ses idées pour cautionner celles du camp qu’on combattait une semaine plus tôt. Cette formule cache un piège dont les électeurs de gauche sont à coup sûr les dupes.
Lutte Ouvrière

Les grands partis de la gauche réformiste, Parti Socialiste en tête mais allié au Parti Communiste et aux écologistes, ont joué un rôle majeur dans la montée électorale du Front National. Ils ont déçu, démoralisé le monde du travail lors de leur passage au gouvernement. Et, même dans l’opposition, ils sont incapables de proposer une perspective aux masses laborieuses, face à la dégradation de leurs conditions d’existence due aux attaques violentes du grand patronat.

De ce fait et contrairement à ce qu’ils affirment, ces partis ne peuvent pas constituer un barrage à la montée de l’extrême droite.

Par solidarité cependant avec les militants et les électeurs du Parti Communiste, victimes eux-mêmes de la politique de la direction de leur parti, le groupe Lutte Ouvrière de la ville appelle à voter, au deuxième tour des élections cantonales, pour le (la) candidat(e) du Parti Communiste, confronté à un candidat du Front National.
Lutte Ouvrière

Il ne faudrait pas oublier l’essentiel. Les élections, et celles-là en particulier, ne sont que le reflet très déformé de la réalité. Et celle que vivent les classes populaires, c’est l’exploitation durement renforcée par une crise dont les travailleurs et les classes populaires ne voient pas la fin, et qui peut connaître des aggravations brutales. Les échéances importantes ne seront sans doute pas celles que nous proposent les calendriers électoraux, mais ce sont elles que le monde du travail doit préparer.
Lutte Ouvrière

Hommage du PS à un facho


Georges Frêche fut militant de la Fédération des cercles marxistes-léninistes de France puis du Centre marxiste-léniniste de France, groupes maoïstes [1], avant de s’engager à la SFIO, qui avait abandonné depuis longtemps l’idéal de l’Internationale ouvrière et devint, l’année de son adhésion, le Parti socialiste.

Il a suivi le parcours classique des opportunistes les plus immondes du PS. En mars 1973, Georges Frêche, candidat PS pour la première fois aux élections législatives à Montpellier, tente de se rapprocher des milieux de l’ancienne Algérie française et rencontre à l’issue du premier tour le candidat battu du Front national, ancien membre de l’OAS, André Troise, qui soutiendra officieusement le candidat, victorieux au second tour [2].

Frêche a toujours fricoté avec les nostalgiques de l’Algérie française, pour attraper le vote des 25.000 pieds-noirs que comptait Montpellier en 1977, année où il est élu maire. Ainsi, en 1976, il demande à Guy Montero, ancien officier de la Légion étrangère condamné à cinq ans de prison pour appartenance à l’OAS, de lui fournir un service d’ordre pour la campagne des municipales. Montero apparaît sur sa liste en position éligible et entre au conseil municipal.
En 1982, Frêche met en berne tous les drapeaux de Montpellier… parce que Claude Cheysson, ministre [PS] des Relations extérieures de François Mitterrand, vient de s’incliner à Alger devant la tombe des héros du FLN. En 1994, lorsqu’Henri Alleg, militant communiste et premier à avoir dénoncé la torture en Algérie, donne une conférence dans la ville, le maire le qualifie de « cadre français du FLN, le mouvement des égorgeurs de harkis et de pieds-noirs », coupable d’une « trahison » qui « a valu à d’autres douze balles dans la peau ». Plus récemment, en 2005, lors du débat sur « le rôle positif » de la colonisation, Frêche entonne « Le Chant des Africains » en plein conseil régional. Ravis, les élus FN reprennent en choeur ce qui est devenu l’hymne de l’Algérie française.

Georges Frêche est passé de l’extrême gauche maoïste à l’extrême droite issue de l’OAS tout en restant député, maire et conseiller régional socialiste. Un parcours sans faute pour les responsables du PS :

La secrétaire générale du Parti socialiste, Martine Aubry a salué dans un communiqué « un grand élu visionnaire et bâtisseur dont le nom restera à jamais lié à Montpellier et sa région ». « Au-delà des désaccords que nous avons pu avoir, je souhaite me souvenir d’un homme courageux et engagé », a-t-elle ajouté.
L’ancien numéro un du parti François Hollande a, quant à lui, rendu hommage à un homme doté d' »une conviction telle qu’il pouvait déplacer des montagnes ».
Le Monde

25/10/2010
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

 


[1] BOURSEILLER Christophe, Les maoïstes – La folle histoire des gardes rouges français, Points Seuil, 2008 p.67.
[2] GUILLEDOUX Fred, Georges Frêche, socialiste tendance OAS, La Provence, 28 janvier 2010.