Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives de Tag: Chômage

La loi du marché



Le cinéma ça sert aussi à faire la publicité

 

Réalisateur : Stéphane Brizé
Acteurs : Vincent Lindon, Yves Ory, Karine De Mirbeck
Durée : 1h33
Année : 2015
Pays : France
Genre : Drame
Résumé : Film sponsorisé. À 51 ans, après 20 mois de chômage, Thierry commence un nouveau travail qui le met bientôt face à un dilemme moral. Pour garder son emploi, peut-il tout accepter ?
Dossiers :
Ciné-club de Caen
Critikat
DVD Toile
IMDb
Sens Critique
Avis de Ciné Monde : Film sponsorisé. Le film est raté à cause du dispositif centré sur Vincent Lindon. Comme dans You hua hao shou – Keep Cool de ZHANG Yimou, la caméra à l’épaule exclusivement centrée sur le personnage principal provoque des images qui fatiguent d’autant plus que l’histoire ne va nulle part.

Partage proposé par : Zone Telechargement DVD FR

Lire aussi :
• Films sponsorisés, Ciné Monde.
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma, Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.
Dossier documentaire Économie sociale, Monde en Question.

Fortune de Charlie vs Chômage des immigrés


 

En novembre, Charlie Hebdo, qui ne vendait que 28.000 exemplaires par semaine, avait lancé un appel aux dons pour survivre. Le « numéro des survivants », vendu trois euros pièce dès le 14 janvier, devrait rapporter plus de 10 millions d’euros nets […].
Mardi, Eric Portheault, co-gérant de Charlie, annonçait que le nombre d’abonnements avait « dépassé les 200.000 abonnés ». A raison de 70 euros en moyenne l’abonnement, le journal devrait recueillir environ 14 millions d’euros, et cela sans compter les ventes en kiosque.
Pour finir, Charlie Hebdo a recueilli près de 2,4 millions d’euros de dons de plus de 30.000 personnes, sans compter les aides du ministère de la Culture ou de Google. En tout, le journal pourrait recueillir entre 24 et 30 millions d’euros.

BFMTV

En France, le chômage frappe beaucoup plus les immigrés que les Français : 17,2 % sont sans emploi, contre 9 % des Français. Le taux atteint 21,2 % pour les actifs non-ressortissants de l’Union européenne.

[…] comme le montre le ministère de l’Immigration, à niveau de diplôme équivalent, le taux de chômage des immigrés demeure supérieur. 6,1 % des Français nés de parents français titulaires d’un bac sont au chômage, contre 18 % des immigrés hors de l’Espace économique européen. Pour les titulaires d’une licence et plus, les chiffres sont respectivement de 4,7 % et 14,8 % (données 2011).

[…] on l’oublie souvent, les immigrés qui sont étrangers sont exclus d’environ 5,3 millions d’emplois, soit un poste de travail sur cinq.

Observatoire des inégalités

Lire aussi :
Dossier documentaire Économie crise, Monde en Question.
Dossier documentaire Économie sociale, Monde en Question.

Charlie sauve Hollande


 

Alors que la côte de popularité de François Hollande et de Manuel Valls connaît une embellie grâce à Charlie Hebdo, la hausse du chômage illustre le retour du refoulé – la réalité sociale.

175.000 personnes supplémentaires s’étaient inscrites à Pôle Emploi en 2013, elles furent 189.000 en 2014, soit 5,7% d’augmentation.

Sur le seul mois de décembre, 8100 nouveaux demandeurs d’emploi sont venus grossir les rangs de Pôle Emploi, soit 0,2% de plus qu’en novembre.

Selon les données communiquées mardi 27 janvier par le ministère du Travail, la France comptait, au 31 décembre, 3,5 millions chômeurs de catégorie A (3.496.400) – un nouveau record – et 5,879 millions de personnes inscrites à Pôle Emploi.

Le Huffington Post

Lire aussi :
Dossier documentaire Économie crise, Monde en Question.
Dossier documentaire Économie sociale, Monde en Question.

30 millions de chômeurs de plus depuis 2008


Le monde compte trente millions de chômeurs de plus qu’avant le début de la crise il y a quatre ans, déplore le directeur général de l’Organisation internationale du travail (OIT), Guy Rider, dans un texte publié vendredi 12 octobre à Tokyo. Près de « 75 millions des plus de 200 millions de chômeurs sont des jeunes gens de moins de 25 ans », ajoute M. Ryder dans ce texte qu’il lira samedi devant le Conseil monétaire et financier international, instance chargée de définir les grandes orientations politiques du Fonds monétaire international.

Pour ceux qui ont la chance d’avoir un emploi, 900 millions d’entre eux sont « incapables de gagner suffisamment de quoi leur permettre d’être au-dessus du seuil de pauvreté de deux dollars par jour », relève encore M. Ryder pour qui il est temps de faire une pause dans les politiques d’austérité. Et si les tendances en matière de réduction de la pauvreté observées avant la crise avaient été maintenues, il y aurait aujourd’hui 55 millions de pauvres de moins dans le monde, selon M. Ryder.

« URGENT DE REVOIR LES CALENDRIERS ÉTABLIS »

« Les dommages provoqués par les mesures d’austérité ont été plus profonds que ce qui avait été d’abord envisagé », ajoute le directeur général de l’OIT dans ce discours. « Dans ces conditions, il est maintenant urgent de revoir les calendriers établis pour revenir à l’équilibre budgétaire », estime encore M. Ryder.

Jeudi, la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, avait suggéré dans un discours la nécessité de se donner davantage de temps pour réduire les déficits budgétaires, citant en exemple les délais qui ont été accordés en ce sens au Portugal et à l’Espagne. Elle s’est dite prête à donner à la Grèce deux ans de plus pour atteindre les objectifs de réduction de déficit exigés par ses créanciers.

Source

Commentaires : Il ne s’agit pas de calendrier à revoir, mais des structures d’un système qui engraisse les riches au dépend des pauvres.

Lire aussi :
Dossier documentaire Économie crise, Monde en Question.
Dossier documentaire Économie sociale, Monde en Question.

Le chômage en France


Source : La crise de la sidérurgie, Le choix de la rédaction France Culture.

Lire aussi :
Dossier documentaire Économie crise, Monde en Question.
Dossier documentaire Économie sociale, Monde en Question.

Pôle emploi ou l’enfer de la collaboration


François Chérèque, secrétaire général de la CFDT et Martial Garcia, secrétaire général de la fédération Protection sociale, travail, emploi de la CFDT ont publié « La situation est grave à Pôle emploi » dans Le Monde du 16/02/2011.

Il faut en effet que la situation soit grave pour que le syndicat-collabo, qui gère cette usine à gaz, tire aujourd’hui la sonnette d’alarme :

De mois en mois, l’insatisfaction grandit des deux côtés du guichet. Chômeurs et agents s’empêtrent, malgré eux, dans une situation de frustration et de mal-être très importante, porteuse de risques considérables de conflit. Les décisions budgétaires de l’État aboutissent à l’absurdité suivante : d’un côté on a plus de chômeurs, plus de chômeurs de longue durée, donc plus de besoins d’aide ; de l’autre, moins de personnel, plus de travail d’accompagnement et une réduction des partenariats avec des opérateurs extérieurs.

Pourtant, même après la démission du médiateur, la CFDT n’avait pas remis en cause la fusion entre l’ANPE et les ASSEDIC [1]. La CFDT n’est pas seule en cause dans cette affaire puisque cinq syndicats (CGT, CFDT, CGT-FO, CFTC et CFE-CGC) siègent au conseil d’administration de Pôle emploi en compagnie de cinq représentants de l’État et cinq du patronat, de deux personnalités qualifiées désignées par le ministre chargé de l’emploi [sur quels critères ?] et d’un représentant des collectivités locales [2].
En clair, les syndicats collaborent de la main droite avec les représentants de l’État et du patronat à ce qu’ils dénoncent de la main gauche.

Le budget 2011 de Pôle emploi marque une forme de désengagement de l’État. Ce budget n’en a pas moins « été voté dans la douleur », comme l’a résumé Marie-Françoise Leflon, de la CFE-CGC. La crise n’a été évitée que grâce à l’abstention de la CFDT et de Force ouvrière. Cela a permis à l’administration et au patronat d’obtenir la majorité nécessaire des deux tiers.
Les Echos

Pôle emploi fonctionne de manière opaque. Il est par exemple impossible de trouver la liste des membres du conseil d’administration. Une chose que sait faire Pôle emploi c’est sa propre pub !

16/02/2011
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
• Gaël GUISELIN & Aude ROSSIGNEUX, Confessions d’une taupe à Pôle Emploi, Calmann-Lévy, 2010 [20 minutesFrance CultureFrance InfoLa CroixL’ExpressLes dessous du socialMetis EuropeRFITéléTOC].

Et si Pôle emploi empêchait de retrouver du travail ? Alors que la crise économique a fait exploser le compteur du chômage, rien ne va plus. Agents débordés, déprimés, manque d’information et de formation, culte de la rentabilité et privatisation des missions : la fusion ANPE-Assédic est très difficile.
Le leitmotiv ? Faire du chiffre. Temps réduit pour chaque demandeur d’emploi, radiation pour des broutilles… Globalement, Pôle emploi semble considérer tout demandeur comme un fraudeur en puissance, un suspect permanent. Plus grave, les réformes se succèdent à un rythme tel que les agents n’ont pas le temps de les assimiler. Que dire alors des demandeurs !
Conseiller de Pôle emploi, et ancien chômeur de longue durée, Gaël Guiselin a une chance : il connaît les deux côtés du guichet. Dans ce livre coup de gueule, il fait un état des lieux accablant mais donne également des ficelles pour ne pas se faire broyer par la machine administrative.

• Marion BERGERON, 183 jours dans la barbarie ordinaire – En CDD chez Pôle Emploi, Plon , 2010 [Actu ChômageFrance CultureL’ExpressLes dessous du socialLes Inrocks].

Avril 2009, France, banlieue parisienne. Au coeur de la crise qui explose, une jeune femme franchit la porte de Pôle Emploi, fraîchement embauchée par ce nouvel organisme qui se charge de l’indemnisation et du conseil des chômeurs. Plongée dans les entrailles du système, les deux mains dans la boue, elle raconte l’envers du décor. La violence de la misère. L’apprentissage de l’impuissance. Le naufrage d’une administration qui détruit, sans remords, ses usagers et son personnel. Prisonnière de son guichet d’accueil, méprisée et épuisée, elle raconte ce travail qui balaie sa vie privée, emporte ses principes et brûle ses dernières illusions. Ce livre n’est pas une compilation d’anecdotes. Ce n’est pas un ultime état des lieux du marché de l’emploi et de l’Administration française. C’est le récit de six mois de travail précaire. Une réalité crue, bouillonnante de souffrance et de désespoir. Bienvenue en enfer. Bienvenue à Pôle Emploi.

• Organisation et gouvernance de l’Unédic, Unédic.
• La fusion ANPE-Unédic, Centre de documentation Économie-Finances.
• Discours devant les cadres de Pôle Emploi, Présidence de la République, 23/11/2009.
Dossier documentaire & Bibliographie Économie sociale, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Inégalités & Précarité, Monde en Question.


[1] Revue de presse :
• Rapport d’activité du médiateur de Pôle Emploi, La Documentation Française, 2009.
• Démission du médiateur de Pôle emploi, L’Expansion, 15/04/2010.
• Le rapport qui radie : démission du médiateur de Pôle Emploi, Miroir Social, 15/04/2010.
• Démission du médiateur de Pôle Emploi, Sénat, 19/08/2010.
Lire aussi : Rapport accablant sur la situation sociale à Pôle Emploi, L’Expansion, 05/01/2010.
[2] Source : Code du travail, Legifrance.

Des mesures sociales pour prévenir une « contagion » des troubles dans le monde arabe


Sur fond de révoltes en Tunisie et en Egypte, plusieurs pays arabes ont pris des mesures pour prévenir des troubles du même type, augmentant les salaires et les subventions sur les produits de base. Mais ces initiatives pourraient se révéler néfastes à terme pour leur économie, selon les experts.

« Les subventions sont nécessaires aujourd’hui pour la survie politique à court terme », souligne Said Hirsh, économiste chez Capital Economics, basé à Londres. Mais elles risquent de détériorer les finances publiques de ces pays dans les mois et années à venir, met-il en garde.

Dans la foulée de la « révolution du jasmin » en Tunisie et de la révolte en Egypte, la Jordanie, le Yémen et la Syrie ont annoncé une série de mesures pour calmer les mécontentements liés à des décennies d’injustices économiques: hausse des subventions sur les produits alimentaires et le fioul, augmentation des salaires ou encore baisse de taxes.

En Egypte et en Tunisie, des annonces similaires n’ont pas suffi à désamorcer la colère populaire, liée en grande partie à d’autres facteurs comme la corruption et un pouvoir autocratique.

Mais l’aspect économique est loin d’être négligeable dans des pays où beaucoup vivent dans la pauvreté. En Jordanie, le gouvernement a annoncé pour 550 millions de dollars (404 millions d’euros) de subventions sur les produits de première nécessité comme le carburant, le riz et le sucre. C’est « un pas dans la bonne direction », juge Leila Rousan, une employée de banque de 28 ans.

La Jordanie est confrontée à un dilemme: mener une politique d’apaisement social au détriment de sa dette publique ou bien continuer comme avant au risque de mécontenter sa population. L’économie jordanienne, qui tire une grande part de ses revenus des investissements étrangers et du tourisme, enregistre un déficit record de 2 milliards de dollars (1,5 milliard d’euros) sur l’année fiscale, une inflation en hausse et un haut niveau de chômage et de pauvreté.

Des manifestations plus modestes qu’en Egypte ont eu lieu dans le pays, et le roi Abdallah II a limogé le gouvernement pour éviter une montée de la contestation. Mais les récents événements ont montré la vulnérabilité économique de la Jordanie. L’agence de notation Moody’s a dégradé une série de notes concernant le pays.

« Nous pensons que les troubles actuels vont réduire les perspectives de croissance à moyen terme de la Jordanie et dégrader ses finances publiques », déclare Luc Marchand, analyste chez Standard and Poor’s.

Le Yémen, pays le plus pauvre de la péninsule arabique, a décidé d’augmenter jusqu’à 25% les salaires d’un million d’employés civils et militaires pour un coût de 415 millions de dollars (305 millions d’euros). Sanaa a également annoncé la création de 60.000 emplois pour les jeunes diplômés.

De son côté, la Syrie a annoncé un plan de 255 millions de dollars (187 millions d’euros) en faveur des pauvres, précisant que l’aide mensuelle pour le fioul domestique passerait de 20 à 32 dollars (14,70 à 23,50 euros) par mois: la première augmentation du genre depuis 2001.

En Tunisie et en Egypte, des mesures économiques ont également été prises. Les autorités égyptiennes ont par exemple approuvé une hausse de 15% pour les salaires des fonctionnaires et les pensions à compter du 1er avril, mesure dont le coût est estimé à 6,5 milliards de livres égyptiennes (811 millions d’euros) par le ministère des Finances.

Le Caire a également promis de prendre en charge la hausse des cours alimentaires mondiaux. L’inflation des prix alimentaires, qui atteint 17% sur un an en Egypte, est considérée comme un facteur clé des troubles dans le pays.

L’Egypte a vu plusieurs de ses notes dégradées par les trois agences internationales de notation. Mais pour les pauvres dans la région, la priorité est ailleurs. « La seule chose dont je me soucie c’est de nourrir mes enfants », explique Mahmoud Abou-Shilbayeh, 45 ans, éboueur à Amman.

Associated Press

18 millions de chômeurs dans le monde arabe


RABAT, 24 janvier (Xinhua) — La région arabe a enregistré un des taux les plus élevés de chômage au niveau mondial en 2010 avec 18 millions de personnes sans emploi, selon l’Organisation Arabe du Travail (OAT).

D’après un rapport de l’Organisation cité par l’agence de presse MAP, bien que le monde arabe ait enregistré un des taux les plus élevés de chômage en 2010, on compte quelque 15 millions travailleurs étrangers dans le Golfe avec des transferts estimés à 60 milliards de dollars.

Le rapport a fait état de disparités en matière de productivité moyenne des travailleurs arabes dans le secteur industriel avec 303.000 dollars au Qatar contre seulement 14.000 dollars en Mauritanie et 5885 dollars en Egypte.

Le document souligne que certains pays, tels que le Maroc, l’Arabie saoudite, le Sultanat d’Oman et l’Egypte, ont enregistré des taux de chômage « acceptables » par rapport à leurs niveaux économiques.

Tout en qualifiant de « dangereux » le seuil de chômage dans 12 autres pays arabes, l’organisation relève que le temps moyen de travail hebdomadaire dans la région arabe est estimé à 47 heures pour les hommes et 41 heures pour les femmes, alors que ce moyen s’élève à 60 heures pour le personnel des organisations et organismes internationaux installés dans la région.

M. Ahmed Louqman, directeur général de l’OAT a mis l’accent sur les difficultés entravant la mise en oeuvre des politiques, plans et programmes visant à lutter contre le chômage dans le monde arabe, notamment celles se rapportant au manque de données sur la situation du marché de l’emploi.

Il a, dans ce sens, insisté sur la nécessité de la mise en place d’un réseau d’information sur le marché arabe de l’emploi qui servira d’outil de communication entre les différentes parties de la chaîne de production dans les pays arabes.

Xinhua