Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives de Catégorie: Moyen-Orient

Les Arabes dansent aussi


Bibliographie littérature

 

Je fais plus israélien que le commun des Israéliens et rien ne me fait plus plaisir que de l’entendre de la bouche d’un Juif. On me dit souvent : « Vous n’avez vraiment pas l’air arabe. » Certains prétendent que c’est du racisme, mais pour moi, c’est un compliment. Comme une victoire. Être juif : n’est-ce pas ce que je voulais ? Après beaucoup d’efforts, le résultat est là.

Ce narrateur qui rêve d’être juif est né à Tira, un village de Galilée, dans une famille de combattants palestiniens. Brillant élève, envoyé dans un pensionnat de Jérusalem, il s’emploie à ressembler le plus possible à ses camarades juifs. Les Arabes dansent aussi décrit avec émotion sa vie d’Arabe israélien et ses déchirements identitaires, en mêlant d’une manière virtuose le tragique et le comique.

Sayed KASHUA, Les Arabes dansent aussi, Éditions de l’Olivier, 2006, [Texte en ligneHorizons Maghrébins].

Lire aussi :
Index Littérature, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle Revues, Monde en Question.

Atlas du Moyen-Orient


Bibliographie géographieBibliographie histoire

 

La situation au Moyen-Orient n’est pas une crise de plus mais un basculement historique.

Plus de 120 cartes pour comprendre les origines multiples des violences du Moyen-Orient, cet ensemble géopolitique allant de la Turquie au Yémen, et de l’Égypte à l’Iran.

• Les racines historiques des conflits actuels, depuis l’effondrement de l’Empire ottoman
• Les impasses politiques des régimes autoritaires et les dérives nationalistes, islamistes et sionistes
• Pétrole, gaz, eau, terres : des ressources stratégiques très disputées
• Les intérêts et les stratégies des grandes puissances dans la région.

Dans les conflits du Moyen-Orient, en Syrie, au Yémen, en Irak, en Israël-Palestine, c’est le destin d’États, de peuples et de sociétés civiles parfois en lambeaux qui est en jeu. Pour espérer rétablir une stabilité régional, il est indispensable de comprendre les origines de la violence.

Pierre BLANC & Jean-Paul CHAGNOLLAUD, Atlas du Moyen-Orient, Autrement, 2019 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Géographie, Monde en Question.
Index Histoire, Monde en Question.
Dossier Géographie, Monde en Question.
Dossier Histoire, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

Mossad – Un agent des services secrets israéliens parle


Bibliographie politique

 

Ce livre a une histoire. Le 12 septembre 1990, répondant à une requête de l’État d’Israël, un juge de New York estima qu’il devait être interdit à la vente sur tout le territoire des États-Unis.
Selon le gouvernement de Tel-Aviv, l’ouvrage, écrit par un ex-agent des services secrets Israéliens, « disséminait des informations hautement confidentielles, susceptibles de mettre en péril les vies de plusieurs personnes employées par l’État d’Israël ».

C’était la première fois dans l’histoire des États-Unis qu’une puissance étrangère obtenait l’interdiction d’un livre. Les partisans de la liberté d’expression se réjouirent donc lorsque ce jugement exorbitant fut repoussé en appel. L’accueil des lecteurs américains fut triomphale. Il faut dire que les révélations abondent dans le livre. Et qu’elles font mal.

Israël a bien sur accusé Victor Ostrovsky d’être un traitre à son pays. « Les idéaux pervertis que j’ai rencontrés dans l’organisation du Mossad, joints à la cupidité, la soif de pouvoir et le manque absolu de respect pour la vie humaine de ses dirigeants, m’ont incité à publier ce témoignage, répond-il. C’est par amour pour un Israël juste et libre que je raconte ma vie sans détour, et que j’ose affronter ceux qui ont pris la responsabilité de transformer le rêve sioniste en cauchemar ».

Qui a tort ? Qui a raison ? Au lecteur de juger. Sur pièces.

Claire HOY, Victor OSTROVSKY, Mossad – Un agent des services secrets israéliens parle, Presses de la Cité, [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Politique, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle Géopolitique, Monde en Question.

Histoire secrète du Mossad


Bibliographie politique

 

Chargé de veiller à la sécurité de l’État d’Israël, le Mossad (Institut des renseignements et des opérations spéciales) a été à l’origine des faits d’espionnage, d’antiterrorisme et d’assassinats parmi les plus saisissants du XXe siècle.

Pour écrire ce livre unique sur le sujet, Gordon Thomas a interrogé de nombreux agents du Mossad, informateurs, espions et anciens dirigeants. L’accès à des documents confidentiels et à des sources secrètes lui permettent de faire ici des révélations inédites sur les services secrets israéliens.

C’est avec le brio d’un auteur de romans policiers qu’il décrit les activités de renseignement, les opérations clandestines et la lutte antiterroriste du Mossad : la capture d’Adolf Eichmann, l’assassinat systématique des membres de Septembre noir, responsables de la mort des athlètes israéliens aux Jeux olympiques de Munich en 1972, mais aussi le vol de vedettes lance-missiles commandées à la France et mises sous embargo par le général de Gaulle, l’infiltration des services secrets arabes, les liens entre la CIA, le Mossad et le Vatican…

Les derniers chapitres nous montrent comment le Mossad avait planifié l’assassinat de Saddam Hussein, ce qu’il savait des sociétés américaines basées en Chine et de leurs liens avec Oussama Ben Laden. On y découvre les révélations du Mossad sur la mort de la princesse Diana et sur la disparition des millions transférés de la banque du Vatican à Solidarność, le rôle caché des services secrets israéliens dans la guerre en Irak et la traque de Saddam Hussein et Oussama Ben Laden.

Thomas GORDON, Histoire secrète du Mossad, Points, 1999 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Politique, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle Géopolitique, Monde en Question.

Les guerres secrètes du Mossad


Bibliographie politique

 

Explosions en série dans les centres atomiques iraniens, virus informatique, lutte contre les trafiquants d’armes en haute mer, assassinats au cœur du Hamas et du Hezbollah : les services secrets israéliens ne cessent de faire parler d’eux. Cette nouvelle grande enquête dévoile les succès et les revers du Mossad ces dernières années, comme l’élimination du chef militaire du Hezbollah en plein cœur de Damas ou le « Dubaigate », meurtre d’un cadre du Hamas qui tourna à la déconfiture.
Pour la première fois, sont ici détaillés les liens étroits du Mossad avec les services de renseignement français et leur rôle conjoint dans certaines opérations. L’ouvrage retrace aussi les relations complexes entre le Mossad et d’autres grands services occidentaux (CIA, MI6, BND), entre coopération technique, échange d’informations et espionnage mutuel… ce qui explique certaines phases de tension.

L’auteur révèle aussi les étonnants réseaux du Mossad dans les milieux d’affaires internationaux et l’on découvre la double vie d’un grand producteur hollywoodien, mais aussi celles de financiers et de marchands d’armes ou de technologie, secrètement au service d’Israël. Les coups tordus se pratiquent désormais dans les milieux feutrés de la finance : détournement de fonds occultes, guerre de fausses monnaies…

Enfin, l’enquête revient sur le rôle du Mossad dans les bouleversements en cours au Moyen-Orient tels que la crise diplomatique avec la Turquie et les révolutions arabes, qui ont emporté certains informateurs précieux pour le Mossad au sein des régimes renversés.

Yvonnick DENOËL, Les guerres secrètes du Mossad, Nouveau Monde, 2014 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Politique, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle Géopolitique, Monde en Question.

Les services secrets israéliens – Mossad, Aman, Shin Beth


Bibliographie politique

 

Infiltration d’agents au cour des organisations ennemies, sabotages clandestins, éliminations ciblées, raids de commandos. autant de missions menées par les services secrets israéliens, considérés comme les meilleurs du monde. Mais cette réputation est-elle justifiée ? Comment fonctionnent-ils ? Comment leurs opérateurs sont-ils formés ? Quels ont été leurs succès et leurs échecs ? La seule façon pour Israël d’éviter le sort funeste que lui promettent ses ennemis, c’est d’anticiper toute action adverse.

Ainsi, depuis sa création, l’État hébreu a mis l’accent sur le renseignement, les opérations clandestines et les raids préventifs pour annihiler toute menace. Spécialistes du renseignement et du Proche-Orient, Éric Denécé et David Elkaïm donnent à comprendre la communauté du renseignement israélienne dans son ensemble : Shin Beth (sécurité intérieure), Aman (renseignement militaire), Mossad (renseignement extérieur) et autres Sayerot (forces spéciales de Tsahal).

Ils passent aussi au crible leur organisation, les différentes actions qu’ils ont eu à mener, leurs relations avec le monde politique, mais aussi, leurs échecs. Beaucoup d’organismes et d’opérations sont ici évoqués pour la première fois : les capacités d’écoute et de guerre informatique de l’Unité 8200 ; les réseaux d’informateurs implantés au Liban ; le « service action » du Mossad ; les raids clandestins des forces spéciales en Syrie à la recherche des armes chimiques ; et surtout, la guerre secrète contre l’Iran, afin de saboter le développement du programme nucléaire de Téhéran et préparer d’éventuelles frappes aériennes.

Eric DENÉCÉ, David ELKAIM, Les services secrets israéliens – Mossad, Aman, Shin Beth, Tallandier, 2014 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Politique, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle Géopolitique, Monde en Question.

Arte censure Donald Trump sur le 11/9



Les dessous des dessous des cartes
MAJ le 03/11/2019

 

Selon l’accroche publicitaire d’Arte : Le dessous des cartes décrypte les enjeux de notre monde contemporain au moyen de cartes géographiques.
Cette émission hebdomadaire fut créée en 1990 et diffusée sans interruption sur La Sept puis sur la chaîne de télévision franco-allemande Arte depuis 1992. Elle a été présentée par Jean-Christophe Victor jusqu’à sa mort en 2016. Il en préparait le contenu avec l’aide du Laboratoire d’études prospectives et d’analyses cartographiques (LÉPAC) dont il était co-fondateur avec Virginie Raisson. Le 2 septembre 2017, l’émission a été reconduite avec Emilie Aubry comme présentatrice. [1].

Le 19/10/2019 Arte a diffusé Donald Trump : perturbateur mondial :

La politique étrangère de Donald Trump se veut en rupture avec le consensus bipartisan en vigueur depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, fondé sur le leadership politique et moral de l’Amérique, la défense de l’ordre international libéral et la promotion du libre-échange. Place à l’unilatéralisme de l' »Amérique d’abord ». Avec quelles limites ? Et quelles conséquences pour l’ordre mondial ?

 

Il s’agit encore d’un document de propagande qui prétend que les États-Unis sont présents au Moyen-Orient pour lutter contre le terrorisme [06’12] alors que, dix jours plus tôt, Donald Trump a clairement dit :


Les États-Unis ont dépensé HUIT MILLE MILLIARDS DE DOLLARS dans les guerres et les opérations de sécurité au Moyen-Orient. Des milliers de nos grands soldats sont morts ou ont été grièvement blessés. Des millions de personnes sont mortes dans l’autre camp. INTERVENIR AU MOYEN-ORIENT A ÉTÉ LA PIRE DÉCISION JAMAIS PRISE DANS L’HISTOIRE DE NOTRE PAYS ! Nous sommes allés en guerre sur la base d’une fausse hypothèse, maintenant démentie, DES ARMES DE DESTRUCTION MASSIVE. Il n’y en avait AUCUNE ! Maintenant, nous ramenons lentement et prudemment nos grands soldats à la maison. Nous nous concentrons sur la GRANDE IMAGE ! LES ÉTATS-UNIS SONT PLUS GRANDS QUE JAMAIS !
Source : Donald J. Trump et Donald J. Trump, 09/10/2019.

Ainsi LÉPAC, sous la couverture d’Arte, censure Donald Trump pour continuer à diffuser la propagande sur le 11 septembre 2001 [2] !

Le magazine dit aussi sans sourciller que les États-Unis s’appuient sur des régimes amis : l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis et Israël [08’03] et sans naturellement rappeler l’implication de l’Arabie Saoudite dans les attentats du 11 septembre ni la politique d’apartheid mené par les gouvernements israéliens contre les Palestiniens depuis 1948.

Enfin, les auteurs sont fiers de répéter que les États-Unis restent la plus grande puissance militaire avec 1 300 000 soldats sur toute la planète et un budget de 700 milliards de dollars soit 36% des dépenses militaires mondiales [10’16] sans en faire l’analyse géoéconomique (augmentation du déficit budgétaire) et géopolitique (contrôle militaire de la planète). Dans un précèdent magazine, ils trouvaient anormale la présence de touristes chinois en mer de Chine dans une zone qui n’appartient pas à la Chine, mais tout-à-fait normal la présence de l’armée américaine en mer de Chine [3].

23/10/2019
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question


Notes et références

[1] LÉPAC semble une structure opaque créée par Jean-Christophe Victor et Virginie Raisson. Franck Tétart, Emilie Aubry et certainement d’autres collaborateurs de l’émission en font partie :
Jean-Christophe Victor est le fils de l’explorateur Paul-Émile Victor et de la productrice de télévision Éliane Decrais.
Paul-Émile Victor a dirigé de 1947 à 1976 les expéditions polaires françaises afin de consolider ses colonies. Lire : Yves LACOSTE, La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, La Découverte, 1976.
En 1958, Éliane Decrais a raconté au magazine Elle l’opération à cœur ouvert de son fils qui avait dix ans. Europe 1 a alors lancé une campagne de solidarité qui a recueilli cent quarante millions de francs. Dans la foulée, Pierre Lazareff, patron de France-Soir, lui confie le poste de secrétaire générale de Cinq colonnes à la une.
Voilà qui aida beaucoup Jean-Christophe Victor à faire carrière à la télévision.
Virginie Raisson-Victor est présidente de LÉPAC, organisme qui figure au générique de l’émission à titre de collaboration scientifique. Fiche : Les Utopiales.
Franck Tétart fait partie de LÉPAC, mais contrairement à sa présentation sur Diploweb, il figure au générique de l’émission à titre de responsable scientifique. Fiche : Diploweb.
Émilie Aubry fait aussi partie de LÉPAC, mais sa fiche est curieusement hébergé sur le site Programme Solidarité Eau. Elle fait des ménages non seulement pour Arte (son beau-père fut directeur délégué aux programmes d’Arte de 1992 à 2006) mais aussi pour France Culture. Lire : Ménages, Acrimed.
Elle garde bien évidemment les équipes de LÉPAC : Puremedias.


Le style journalistique d’Émilie Aubry

[2] Lire :
Jean-Marie Colombani, Nous sommes tous Américains, Le Monde, 13/09/2001.
Articles sur L’im-Monde, Monde en Question.

3] Lire :
Mer de Chine : bataille navale ?, Arte, 30/09/2019 [00’23].
Le réseau mondial des bases militaires US, Mondialisation.
Les bases de l’armée US dans le monde vues du ciel, Ouest France.

Lire aussi :
Dossier 11 septembre 2001, Monde en Question.
Dossier Propagande, Monde en Question.

Donald Trump met les pieds dans le plat du 11/9


Léon Trotsky, avant même la prise du pouvoir par les bolcheviks en octobre 1917, milita pour Les États-Unis d’Europe, sans monarchie, sans armée permanente et sans diplomatie secrète. À peine nommé Commissaire du peuple aux Affaires étrangères, il publia dans les Isvestia les documents diplomatiques car, disait-il, La diplomatie secrète est un outil nécessaire à la minorité possédante qui est obligée de tromper la majorité afin de l’assujettir à ses intérêts. [1].

Comme la Belle au bois dormant, les diplomates de tous les pays sommeillent depuis plus de cent ans en se berçant de discours qui ne fâchent ni ne contentent personne, mais voilent pour le plus grand nombre les réalités économiques qui restent le nerf de la guerre.
Les idéaux des bolcheviks sont morts après 1921, mais Zorro est arrivé… sous les traits d’un certain Donald Trump qui gazouille en prenant de court ses détracteurs aux États-Unis (les médias dévoués au clan Clinton) et en France (les médias copier-coller). Et pourtant, il faut prendre aux sérieux ses déclarations car il fait ce qu’il dit.

Lors de sa campagne électorale, il avait en effet promis de désengager l’armée américaine des sables du Moyen- Orient. Or, non seulement il le fait en se retirant de la Syrie et beaucoup plus rapidement que Nixon quitta le Viêt Nam, mais il communique sa décision en mettant les pieds dans le plat c’est-à-dire en dérangeant un consensus qui semblait bien établi aux États-Unis et plus encore en Europe [2]. Voici donc trois tweets et une lettre qui remettent les pendules à l’heure, mais vont troubler la quiétude des thuriféraires du politiquement correct.


Les États-Unis ont dépensé HUIT MILLE MILLIARDS DE DOLLARS dans les guerres et les opérations de sécurité au Moyen-Orient. Des milliers de nos grands soldats sont morts ou ont été grièvement blessés. Des millions de personnes sont mortes dans l’autre camp. INTERVENIR AU MOYEN-ORIENT A ÉTÉ LA PIRE DÉCISION JAMAIS PRISE DANS L’HISTOIRE DE NOTRE PAYS ! Nous sommes allés en guerre sur la base d’une fausse hypothèse, maintenant démentie, DES ARMES DE DESTRUCTION MASSIVE. Il n’y en avait AUCUNE ! Maintenant, nous ramenons lentement et prudemment nos grands soldats à la maison. Nous nous concentrons sur la GRANDE IMAGE ! LES ÉTATS-UNIS SONT PLUS GRANDS QUE JAMAIS !
Source : Donald J. Trump et Donald J. Trump, 09/10/2019.

Donald Trump relègue dans les poubelles de l’histoire Jean-Marie Colombani, le directeur de l’im-Monde qui a défendu avec acharnement la version officielle des attentats du 11 septembre et dénigré tous ceux qui avaient des doutes en prétendant qu’ils alimentaient les théories du complot [3].

Donald Trump remet Emmanuel Macron à sa place en le comparant à Napoléon Bonaparte !
Source : Donald J. Trump, 14/10/2019.

Donald Trump a adressé ce courrier à Recep Tayyip Erdoğan le 9 octobre 2019, après le début de l’offensive contre les Kurdes.
Sources : Trish Regan FOX Business, 16/10/2019 et RTBF © AFP, 17/10/2019.

Trouvons un bon accord, suggère M. Trump dans cette missive de quatre paragraphes dévoilée mercredi mais datée du 9 octobre, dont l’authenticité a été confirmée à l’AFP.
Vous ne souhaitez pas être responsable du massacre de milliers de personnes, et je ne veux pas être responsable de la destruction de l’économie turque, ce que je ferais (si nécessaire), écrit le Président américain.
L’Histoire vous jugera d’un œil favorable si vous agissez de façon juste et humaine. Elle vous considérera à jamais comme le diable si les choses se passent mal, met en garde M. Trump sans autre précision.
Ne jouez pas au dur ! Ne faites pas l’idiot !, conclut le locataire de la Maison Blanche. Je vous téléphonerai plus tard.
Source : « Ne faites pas l’idiot ! » : la lettre atypique de Trump à Erdogan, Sputnik, 17/10/2019.

18/10/2019
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question


Notes et références

[1] Sources :
– Léon TROTSKY, Le programme de la Paix, mai 1917, Marxists Internet Archive.
– André DAMANY, La Russie de mars 1917 à mars 1918, Société des Ecrivains, 2014 Google.
Lire aussi : Léon TROTSKY, Les pourparlers de Brest-Litovsk, 1930, Marxists Internet Archive.

[2] « Mettre les pieds dans le plat » signifie venir assez brutalement déranger une situation jusque-là stable et sans encombre, au risque de provoquer gêne et dérangement.
Source : La Newsletter.

[3] Lire :
– Jean-Marie Colombani, Nous sommes tous Américains, Le Monde, 13/09/2001.
– Articles sur L’im-Monde, Monde en Question.

Lire aussi :
Dossier 11 septembre 2001, Monde en Question.
Dossier Propagande, Monde en Question.

La paix n’aura pas lieu : Israël-Palestine


Bibliographie histoire

 

Le conflit au Proche-Orient est parvenu à un point de non-retour: à l’été 2014, la guerre à Gaza en est la preuve flagrante. Tous les dix-huit mois, une nouvelle confrontation survient, et la question n’est plus de savoir si mais quand le prochain conflit armé éclatera. Vingt ans après les accords d Oslo, Israël n a jamais été aussi radicalisé à droite, son armée aussi violente. Gaza n’a jamais subi de destructions si massives; jamais autant de civils palestiniens n’ont péri sous les bombes israéliennes; jamais autant de roquettes n’ont été tirées par le Jihad islamique et le Hamas.
Des opérations Plomb durci ; à Haie de protection, les cinq dernières années ont fini de révéler la faillite d Oslo. Depuis deux décennies, la communauté internationale a investi ses espoirs dans un simulacre de processus de paix qui a permis à Israël d’accélérer la colonisation de la Cisjordanie. Cette politique du fait accompli a rendu improbable la concrétisation de la solution à deux États, un État Palestinien viable aux côtés d Israël, à laquelle Oslo était censé aboutir. Vingt ans après la poignée de main entre Itzhak Rabin et Yasser Arafat, comment en est-on arrivé là ?

Fruit de plusieurs années d’enquêtes et de reportages de terrain à Gaza, en Israël, en Cisjordanie et au cœur des colonies israéliennes, conçu comme un outil pédagogique enrichi de cartes, d’une bibliographie et d’une chronologie politique de 1947 à 2015, cet ouvrage plonge le lecteur dans le quotidien des acteurs locaux. Pour qui veut comprendre le conflit au Proche-Orient, il décrypte les enjeux qui dicteront le paysage de demain, de la stratégie politique de la droite israélienne à celle du Hamas, des efforts stériles d une diplomatie américaine sans stratégie au soutien obsessionnel de François Hollande au gouvernement israélien, de l’isolement d’une Autorité palestinienne délégitimée à l’essor de la campagne de boycott contre Israël, hier tabou, et qui fait désormais son chemin, y compris au sein de gouvernements européens.

Pierre PUCHOT, La paix n’aura pas lieu : Israël-Palestine, Don Quichotte, 2015 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Dossier documentaire Palestine/Israël, Monde en Question.
Dossier documentaire Histoire, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

Israël, l’obsession du territoire


Bibliographie histoire

 

Lorsqu’on évoque le conflit israélo-palestinien, les images qui viennent à l’esprit sont toujours violentes : guerres, attentats terroristes, tirs de roquettes, maisons détruites, victimes civiles… Parce qu’elles sont omniprésentes, ces violences cachent en fait une autre dimension de la réalité géopolitique régionale : le rôle joué par les politiques israéliennes d’aménagement du territoire.
Un rôle qui ne se limite pas à la construction du Mur de séparation et de nouvelles colonies de peuplement, qui n’en sont que les parties les plus visibles et les plus médiatisées. Et qui est largement sous-estimé par la plupart des analyses, alors que la question du contrôle du territoire est de manière évidente l’enjeu principal du conflit, et ce avant même la création de l’État d’Israël.

Cet ouvrage analyse le rôle central que joue « l’obsession territoriale » d’Israël dans la construction de l’État-nation, dans l’exclusion spatiale entre Juifs, Arabes israéliens et Palestiniens et dans le façonnement des identités.

Julieta FUENTES-CARRERA, Philippe SUBRA, Israël, l’obsession du territoire – Aménagement et géopolitique en Israël et en Cisjordanie (1905-2018), Armand Colin, 2018 [Extrait en ligne].

Comptes rendus :
Conseil québécois d’Études géopolitiques.
Les Cafés Géo.

Lire aussi :
Julieta FUENTES-CARRERA, CentroGeo, Ciudad de México.
Julieta FUENTES-CARRERA, Politiques israéliennes d’aménagement du territoire et nation genèse : quelle lecture géopolitique de la région allant de la Méditerranée au Jourdain ?, Thèse de doctorat en Géopolitique, 2013.
Contrairement à l’affirmation de l’éditeur ce thème a déjà fait l’objet de publications :

Alain DIECKHOFF , Les espaces d’Israël – Essai sur la stratégie territoriale d’Israël, Fondation pour les études de défense nationale, 1987.
Franck DEBIÉ et Sylvie FOUET , La paix en miettes – Israël et Palestine (1993-2000), PUF, 2001.

Dossier documentaire Palestine/Israël, Monde en Question.
Dossier documentaire Palestine/Israël – Mur de l’Aparteid, Monde en Question.