Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives de Catégorie: Bibliographie géographie

L’Asie du Sud-Est 2017


Bibliographie histoireBibliographie géographie

 

Chaque année l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), basé à Bangkok, mobilise une vingtaine de chercheurs et d’experts pour décrypter l’actualité régionale. L’Asie du Sud-Est – véritable carrefour économique, culturel et religieux – constitue un espace unique d’articulation des diversités sur la longue durée et le demeure plus que jamais aujourd’hui. Cette collection permet de suivre au fil des ans l’évolution des grands enjeux contemporains de cette région continentale et insulaire de plus de 620 millions et d’en comprendre les dynamiques d’intégration régionale et de connectivités avec le reste du monde.

L’Asie du Sud-Est 2017 propose une analyse synthétique et détaillée des principaux événements politiques, économiques et sociaux survenus en 2016 dans chacun des onze pays de la région, complétée par des focus sur des personnalités et une actualité marquantes. L’ouvrage présente également quatre dossiers sur des thématiques régionales portant cette année sur le spectre de Daech, la cybersécurité, l’accord commercial de libre échange transpacifique (TPP) et la question du changement climatique à travers l’impact de la COP 21. Des outils pratiques sont également disponibles, dont une chronologie et une fiche de données socioéconomiques par pays et un inventaire régional des mouvements et politiques altermondialistes.

Abigaël PESSES et Claire THI-LIÊN TRAN (sous la direction de), L’Asie du Sud-Est 2017 – Bilan, enjeux et perspectives, Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine[Texte en ligne].

Lire aussi :
L’Asie du Sud-Est (anciens numéros), Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine.
Index Géographie-Histoire, Monde en Question.

Dictionnaire amoureux du Nord


Bibliographie géographie

 

Quand on m’a proposé d’écrire un dictionnaire amoureux du Nord d’abord j’ai été flatté, impressionné. J’ai regardé les noms des auteurs, des dictionnaires précédents, j’allais être en bonne compagnie. Ensuite, j’ai eu peur.
Je suis un sprinter, pas un coureur de fond. Mes livres font 200 pages cette fois j’étais embarqué pour un livre de 600 pages… ou plus. Je crois-être capable d’escalader le Mont Cassel, pas l’Himalaya. Et puis j’ai réfléchi.

J’ai toujours conservé pour le Nord une immense tendresse, j’ai toujours à mes sabots de la terre du Nord, et dans ma tête des souvenirs de ciels infinis. Je suis né à Calais. Plus tard dans la grande cathédrale d’Arras j’ai renoncé (provisoirement ) à Satan et à ses pompes. A l’institution St Joseph d’Arras, dont j’ai été viré . J’ai fait mes études secondaires.
A la télévision de Lille j’ai été assistant réalisateur. Mes livres sur ma famille, se passent dans le Nord. mon père était médecin à Arras, ma mère du Nord étudiante de lettres à Lille , moi, un moment, poète et paysan à Hesdin.

Eternel amoureux, j’ai été attiré par le collage surréaliste du titre : « Dictionnaire amoureux ». De tous mes dictionnaires, du Gaffiot, dictionnaire latin, du Bailly, dictionnaire grec, jusqu’au Larousse, aucun jamais n’avait été amoureux. Et puis surtout, j’ai découvert que j’allais avoir le pouvoir de faire connaitre des illustres inconnus que j’aimais, qui méritaient d’être connus, et peut-être leur offrir la postérité, en les faisant entrer dans ce dictionnaire.

Alors, ému, comme la jeune mariée devant le maire, j’ai dit oui. Je crois que j’ai bien fait, je prends un plaisir extrême à visiter le Nord. J’y découvre et redécouvre des merveilles des diamants scintillent dans les gaillettes d’anthracite.

Jean-Louis FOURNIER, Dictionnaire amoureux du Nord, Bouquins Laffont, 2018 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Géographie-Histoire, Monde en Question.
Dossier documentaire Géographie, Monde en Question.

L’invention de Paris


Bibliographie géographie

 

Places royales et faubourgs brumeux, enceintes, barricades et passages, c’est la trame serrée des quartiers parisiens qui organise cette déambulation proposée aux flâneurs des rues et des livres.

On y voit naître, au rythme des enceintes successives, l’éclairage public, l’enfermement des pauvres et des fous, le numérotage des maisons, les terrasses des cafés et la police de proximité. Du Marais des Précieuses au XIe arrondissement des « branchés », on assiste aux migrations de la mode, à l’apparition de microvilles dans la ville, celles de Scarron, de Des Grieux, de Desmoulins, de Rubempré et de l’autre Lucien, Leuwen, celles de Gavroche, de Baudelaire et de Manet, d’Apollinaire, celles encore de Nadja, de Doisneau ou d’Anna Karina.

Mais les vrais héros du livre, ce sont des anonymes, les architectes du désordre qui, de génération en génération, se sont transmis l’art d’empiler les magiques pavés, au faubourg Saint-Antoine en prairial an III, au cloître Saint-Merri en juin 1832, au clos Saint-Lazare en juin 1848, à Belleville en mai 1871, au quartier Latin en mai 1968, démontrant chaque fois – et plaignons ceux qui croient la série close – la force de rupture de Paris.

Eric HAZAN, L’invention de Paris – Il n’y a pas de pas perdus, Seuil, 2012 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Filmographie Paris, Ciné Monde
Index Géographie-Histoire, Monde en Question.
Dossier documentaire Géographie, Monde en Question.

La cartographie dans les têtes


Bibliographie géopolitique

Une information remarquable a été donnée tout récemment, à la fin d’octobre, par le quotidien belge L’Echo. Il y était relevé une intervention de l’ambassadeur de Chine en Belgique à propos des tensions qui se sont envenimées ces temps-ci entre son pays et le Japon, à propos des îles Senkaku contrôlées par Tokyo mais revendiquées par Pékin sous le nom d’îles Diaoyu. A l’appui de la thèse de son pays, l’ambassadeur chinois disait avoir acquis récemment, chez un bouquiniste de Bruxelles, une carte dressée en 1832 par Pierre Lapie, premier géographe du roi Louis-Philippe, et dans laquelle les îles disputées actuellement portaient leur nom chinois. Preuve irréfutable à ses yeux de leur appartenance à son pays.

Cet épisode me paraît bien fait pour nous rappeler que les cartes de géographie n’ont jamais été neutres, mais très souvent des instruments de pouvoir et toujours des représentations fortement sélectives, élaborées par chaque pays du monde, représentations tout à la fois réelles et imaginaires. Et voilà bien qui mérite d’être considéré en termes historiques, pour nous protéger contre une naïveté qui nous ferait croire spontanément à une sorte de consensus universel, d’âge en âge, sur la figure de la planète.

La cartographie dans les têtes : XIXe-XXIe siècles, France CultureTélécharger mp3, 10/11/2012.

Lire aussi :
• Michel FOUCHER, La Bataille des cartes – Analyse critique des visions du monde, Bourin Editeur, 2010 réédition augmentée 2011.
• Catherine HOFMANN (sous la direction de), Artistes de la carte – De la Renaissance au XXIe siècle, Autrement, 2012.
• Christian JACOB, L’empire des cartes – Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, Albin Michel, 1992.
Dossier documentaire Géo-Histoire globale, Monde en Question.
Dossier documentaire Géopolitique, Monde en Question.

L’âge d’or des cartes marines


Parmi les trésors de la Bibliothèque nationale de France, figurent des documents scientifiques d’exception dont la contemplation renvoie spontanément aux légendaires Grandes découvertes [L’histoire des « Grandes découvertes » est aussi celle de la colonisation européenne du monde].
Il s’agit des cartes marines enluminées sur parchemin, souvent rehaussées d’or, appelées couramment « cartes portulans », de l’italien portolano (livre d’instructions nautiques). Ces cartes donnent la succession des ports le long des côtes, tandis que l’espace maritime est sillonné par des lignes qui correspondent aux directions de la boussole. Ce système graphique permettait aux marins de s’orienter et de faire le point, en reportant sur la carte la distance qu’ils estimaient avoir parcourue.

L’âge d’or des cartes marines – Quand l’Europe découvrait le monde
Exposition 23 octobre 2012 – 27 janvier 2013
BNFExposition virtuelleCatalogue

Lire aussi :
• En des mers inconnues – Autour de l’exposition « L’âge d’or des cartes marines », Tout un mondemp3. Beaucoup de liens en bas de page.
Dossier documentaire Colonialisme, Monde en Question.
Dossier documentaire Géo-Histoire globale, Monde en Question.

Enseignement de l’histoire géographie


« Regards historiques sur le monde actuel », c’est le nom des nouveaux programmes d’histoire géographie en terminale prévus pour la rentrée 2012 (sept).

Rédigés par un groupe d’experts réduit à 8 personnes (membres de l’inspection générale et enseignants), ils s’organisent autour de thématiques, très diverses et qui s’étalent sur plusieurs siècles. Et non plus dans conception jusque là assez chronologique.

Les professeurs d’histoire géographie consultés sont assez critiques.
Et la commission chargée de rédiger ces nouveautés se réunit une dernière fois cette semaine pour introduire des corrections émanant justement de ces remontées critiques.

Cela dit, sur le terrain, les enseignants doutent beaucoup que leurs remarques changent vraiment les choses.

Dossier France Culture

Lire aussi :
• Aggiornamento de l’enseignement en histoire et géographie, Hypothèses .
• Enjeux contemporains de l’enseignement de l’histoire-géographie, ECEGH.
• Odile DAUPHIN, Rémy JANNEAU, Nicole PERRON (sous la direction de), L’enseignement de l’histoire-géographie de l’école élémentaire au lycée – Vecteur de propagande ou fondement de l’esprit critique ?, L’Harmattan, 2009 [Amazon].
• Laurence DE COCK et Emmanuelle PICARD (sous la direction de), La fabrique scolaire de l’histoire – Illusions et désillusions du roman national, Agone, 2009.
Dossier documentaire & Bibliographie Géographie, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Histoire, Monde en Question.
• L’actualité des podcasts
DKPOD
Tous les podcasts
RSS One