Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives de Catégorie: Bibliographie cinéma

Hollywar – Hollywood, arme de propagande massive


Bibliographie cinéma

 

Le Noir, le Rouge, le Jaune, le communiste, le barbu… : quand Hollywood fabrique des ennemis, ce n’est pas que du cinéma.

Hollywood est une usine à rêves mais aussi une formidable machine à créer des méchants. À chaque époque sa cible. D’abord incarné par le Noir, représenté comme un illettré, un paresseux obsédé par la femme blanche, l’ennemi a ensuite pris les traits de l’Indien, sauvage et agressif, puis du Chinois cruel, du basané – bandit mexicain, gras et transpirant, ou trafiquant colombien -, du nazi ou du communiste… Plus récemment, lors de la deuxième guerre du Golfe, c’est le « Frenchie » qui a cristallisé la rancoeur des États-Unis, avant qu’il soit remplacé par l’Arabo-Irano-terroristo-musulman.

Pour mener l’enquête, l’auteur a passé au crible plus de trois mille films, le plus souvent des objets cinématographiques de consommation courante, ceux qui forgent l’opinion publique bien plus que les chefs-d’œuvre. De manière implacable, il démontre comment Hollywood, en jouant de la confusion entre fiction et réalité, cinéma et géopolitique, est devenu une arme de propagande massive, capable de transformer les ennemis des États-Unis en menaces planétaires.

Pierre CONESA, Hollywar – Hollywood, arme de propagande massive, Robert Laffont, 2018 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier Cinéma – Livres, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

L’île des enfants perdus


Bibliographie cinéma

 

Au printemps 1947, Marcel Carné et Jacques Prévert ont tourné un film à Belle-ile-en-Mer, La fleur de l’âge. Celui-ci s’inspirait de la mutinerie survenue en 1934 dans le bagne d’enfants érigé non loin du Palais, le principal port de l’île.

Il y était question d’amours impossibles entre un mutin en cavale (Serge Reggiani) et une riche estivante (Arletty), entre une jeune îlienne (Anouk Aimée) et un innocent mis en cage… De cette nouvelle collaboration, la huitième, le public attendait un chef-d’œuvre du même tonneau que Le quai des brumes ou Les enfants du paradis. Et, en effet, de l’avis unanime de ceux qui en avaient visionné les premières séquences, cette cuvée promettait un sommet. Mais le chantier resta en suspens, interrompu par les vents contraires. Et du film inachevé, pas une séquence ne subsiste, ni même un rush. Rien donc, sinon quelques photographies de plateau.

Malchance ? Torpillage ? La malédiction susciterait pas mal de rumeurs et autant de fausses pistes… Le narrateur part à la recherche des bobines disparues, stimulé par de maigres indices et le témoignage de rares survivants. Son enquête fournit un fil conducteur à l’évocation du cinéma français de l’âge d’or, depuis les années fébriles de l’immédiat avant-guerre, jusqu’à celles plus troubles encore de l’épuration ; une fresque oui, mais pitoyable et glorieuse, étincelante et pourtant entachée de zones d’ombre…

Nicolas CHAUDUN, L’île des enfants perdus , Actes Sud, 2019 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma – Livres, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

La foire aux vanités, souvenirs du Festival de Cannes


Bibliographie cinéma

 

Chaque année on peste d’aller au Festival, chaque année on est ravi d’y être. Jusqu’au jour où, c’est juré ! même dans la peau d’un juré, on n’y mettra plus jamais les pieds. Jusqu’à la prochaine fois ?

Entre Mission impossible et Marx Brothers, c’est le récit de ces vacances en Festival que je voulais entreprendre. Un carnet de bord parallèle, un journal intime marginal et souterrain. Au hasard des souvenirs, bons ou mauvais, des anecdotes, hilarantes ou à pleurer, mais sans aucune nostalgie.

Ces souvenirs de Cannes sont comme tous les souvenirs : imprécis, altérés, brumeux, mythifiés, réinventés. Il y aura donc des trous, des approximations, des erreurs de dates et de personnes, des omissions volontaires et des oublis inconscients, des anecdotes rêveuses et des fabulations réalistes. A l’endroit et à l’envers, ce roman « vrai » de Cannes est un tricot de la mémoire : on tire un fil et c’est tout le pull qui vient.

Gérard LEFORT, La foire aux vanités, souvenirs du Festival de Cannes, Hors collection, 2019 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma – Livres, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Cinéma [Sacha Guitry]


Bibliographie cinéma

 

Le bonheur de tourner de Sacha Guitry éclate tout au long de ces pages où sont rassemblés 17 films, un scénario, et les émissions données à la Radiodiffusion.

1935. Sacha Guitry découvre le cinéma. Il tourne presque en même temps Bonne chance et Pasteur. Il écrit : « Puisque vous vouliez savoir ce que je pense aujourd’hui du cinématographe, je dois à la vérité de dire que je m’amuse comme un fou. »

Ce bonheur de tourner éclate tout au long de ces pages où sont rassemblés les 17 films qu’il conçut directement pour l’écran, un scénario jamais réalisé et les émissions données à la Radiodiffusion française avant la sortie de Si Versailles m’était conté… Plus de 50 photographies illustrent l’ouvrage.

Sacha GUITRY, Cinéma, Omnibus, 2018 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Bibliographie, Livres-Cinéma.
Filmographie, Ciné Monde.
Cinémathèque Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma – Livres, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Dictionnaire amoureux du cinéma


Bibliographie cinéma

 

Cinéphile curieux et passionné, Jean Tulard nous livre avec beaucoup d’humour son Dictionnaire amoureux du cinéma. Vagabondage personnel écrit au gré de ses souvenirs, de ses émotions tout autant que de sa fantaisie, nous y côtoyons pêle-mêle aussi bien les chefs d’œuvre que les films classés X, Isabelle Adjani que Michèle Morgan, Orson Welles que Pedro Almodovar, Les enfants du paradis que La vie des autres.

Être né avec le cinéma parlant et voir des films depuis l’âge de sept ans permet de parler avec amour du Septième Art. Avec nostalgie aussi. Le cinéma était jadis une fête et un spectacle. On choisissait sa salle, l’ouvreuse nous plaçait, les lumières s’éteignaient, un rideau s’écartait. Sur l’écran se succédaient les actualités, un documentaire et un dessin animé ; puis venait l’entracte avec ses esquimaux glacés ; et c’était enfin le grand film tant attendu. Dans les années cinquante naquit une culture cinématographique à travers les longues files d’attente de la Cinémathèque, rue d’Ulm puis au Palais de Chaillot, les ciné-clubs et les revues spécialisées. Aujourd’hui, près de cent films passent quotidiennement sur le petit écran, et le DVD permet de constituer son Panthéon cinématographique.

Le cinéma a perdu beaucoup de sa magie. Mais comment ne pas continuer à l’aimer ?

Jean TULARD, Dictionnaire amoureux du cinéma, Plon, 2009 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma – Livres, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Comprendre l’art moderne


Bibliographie cinéma

 

À la fin du XIXe siècle, avec Baudelaire et Rimbaud, Cézanne et Monet, une étonnante révolution de nos représentations et de notre manière de penser s’est opérée. Plus d’un siècle plus tard, l’art moderne reste souvent une énigme dont l’unité de sens et la portée restent mal comprises.

On confond modernité, avant-garde et art contemporain, idéologie et pensée propre à l’art, gadgets et chefs-d’œuvre.

Dans cet essai clair et pédagogique, Fabrice Midal nous aide à comprendre ce qu’est l’art moderne. Pourquoi l’œuvre se veut poème et rompt avec la logique de l’imitation ? Quelles sont les différences entre l’art classique et l’art moderne ? Quel est le sens de l’abstraction ? Est-ce que l’art moderne est un projet révolu ?

Un livre pour apprendre à mieux regarder et aimer les œuvres phares du XXe siècle.

Fabrice MIDAL, Comprendre l’art moderne, Pocket,, 2010 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma – Livres, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

L’homme cinéma


Bibliographie cinéma

 

Dans les années 1960, aux Cahiers du cinéma, Jean Douchet a porté au sommet une nouvelle forme de critique qui a marqué son époque et plusieurs générations de cinéphiles.

Au fil de ces entretiens, « l’homme-cinéma » évoque sa découverte du 7e art, sous l’Occupation. Après des études de philosophie, il participe à l’aventure de l’existentialisme et hante les ciné-clubs d’après-guerre, jusqu’à la rencontre décisive avec Éric Rohmer.

Godard, Rivette, Astruc, Truffaut, Eustache… Douchet entre dans la grande famille de la nouvelle vague. Après l’armée et un temps consacré à des affaires familiales, à partir de 1957, il collabore à Cinémonde et à Arts, pénètre dans le « phalanstère » des Cahiers du cinéma, gagne le surnom de « Socrate de la critique » et, depuis toujours homosexuel, ne boude aucun plaisir.
Il découvre le cinéma américain, s’investit dans le monde des ciné-clubs, réalise films et documentaires (sur Vitez, Titus-Carmel, Hitchcock, Rohmer…), apparaît comme acteur dans les films de ses pairs, publie l’ouvrage de référence sur Hitchcock (1967), avec qui il noue une relation fructueuse. En première ligne lors de l’affaire Langlois en 1968, Douchet se tourne vers l’enseignement à partir des années 1970.

Jean DOUCHET, L’homme cinéma, Ecriture, 2014 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma – Livres, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Jean-Pierre MOCKY, La longue marche


Bibliographie cinéma

 

Mocky ? Un tendre râleur, un provocateur, un anar fauché qui bâcle ses films et dont les coups de gueule ont aidé les médias à snober l’œuvre pourtant cohérente, digne de Simenon, de ce réalisateur au style vif : une soixantaine de films et autant de courts-métrages, bel exemple de la notion du cinéma d’auteur indépendant. Jeune premier chez Antonioni, il signe Les dragueurs en plein triomphe de la Nouvelle Vague. La farce noire éclaire les tares d’une France rancie, subvertit le cinéma commercial, invente le néopolar (Solo, 1970). Passant de la comédie contestataire au thriller social, avec quelques succès et nombre d’échecs, Mocky a pu compter sur la fidélité d’acteurs nommés Serrault, Noiret, Jeanne Moreau, Piccoli, Poiret, Lonsdale, mais aussi l’estime de Godard et Resnais.

Sa vie ? Un roman aux rebondissements insolites qui ont nourri son imaginaire. Au fil de ces entretiens, il évoque son père juif tchétchène, sa mère catholique polonaise, son enfance à Nice, son mariage précoce avec la fille d’un colonel, l’enseignement de Jouvet, son activité de secrétaire de Stroheim et Jules Berry, ses stages auprès de Fellini et Visconti, sa découverte de Carné et Cocteau, ses rencontres avec Aymé, Renoir, ses projets avortés avec de Funès ou Tapie, son invisible film X, son admiration pour Godard et Tati, ou encore le succès d’À mort l’arbitre

En annexe figure un texte inédit de Mocky : Secrets de fabrication d’un petit commerce de cinéma.

Jean-Pierre MOCKY, La longue marche, Ecriture, 2014 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Jean-Pierre MOCKY (1933-), Monde en Question.
Filmographie Jean-Pierre MOCKY, Ciné Monde.
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma – Livres, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

Dossier Peinture Mexique


 

Généralités

Articles

Bartolomé BENNASSAR, Culte des héros, culte des reliques, Caravelle, 1999.
Claude FELL, Un premier bilan culturel de la Révolution mexicaine : la revue La Antorcha (1924-1925), Cahiers du CRICCAL, 1990.
Christine FRÉROT, De los mitos colectivos del héroe (Emiliano Zapata) a las mitologías heroicas personales – Un arte figurativo mexicano, Nuevo Mundo Mundos Nuevos, 2014.
Ana Cecilia HORNEDO MARÍN, L’énergie synthétique – Espace esthétique et espace politique dans la peinture murale mexicaine (1920-1940), Nuevo Mundo Mundos Nuevos, 2014.
Ana Cecilia HORNEDO MARÍN, Les tensions entre mythe et action chez les révolutionnaires mexicains : Emiliano Zapata (1879-1919) et Pancho Villa (1878-1923), Cahiers d’histoire, 2017.
Ana LONGONI, Muralisme militant, Cultures & Conflits, 2015.
José MONTELONGO, Un mural de Orozco en el campus de una universidad en New Hampshire, Letras Libres, 2016.
Danielle PAULY, Mexico, années trente : interprétations corbuséennes, Villes en Parallèle, 2012.
Isabelle POUZET, Arts visuels et stridentisme dans la revue mexicaine Irradiador (1923), IdeAs, 2018.
Brian ROBINSON, L’âme mexicaine à travers la peinture murale, Liberté, 1971.
Jean ROUZAUD, Les Muralistes mexicains exposés au Grand Palais, nova, 2016.
Carla STELLWEG, L’art vivant au Mexique, Vie des arts, 1982.

Dossiers

Les peintures murales du Mexique, Viva Mexico.

Revues

1992, La peinture mexicaine de l’époque précolombienne à nos jours, Cahiers du CRIAR [Caravelle].
2011, La Révolution mexicaine et ses représentations, Caravelle.
2014, Un siècle de peinture murale – Fonctions et dynamiques comparées, Nuevo Mundo Mundos Nuevos.

Thèses

Rosa TURGEON, Le muralisme et la reconstruction de l’imaginaire national mexicain, Maîtrise en sociologie Université du Québec à Montréal, 2010.

Livres

Elisa García BARRAGÁN, El muralismo mexicano, in Iberoamérica y Extremadura: Memoria de un vínculo, 2010 p.91-120 [Texte en ligne].
Jean CHARLOT, La renaissance du muralisme Mexicain 1920-1925, Parkstone International,, 2018 [Texte en ligne].
Madeleine CUCUEL, La peinture mexicaine de l’époque précolombienne à nos jours, Université Rouen Havre , 1992 [Texte en ligne].
Serge FAUCHEREAU, Les peintres mexicains 1910-1960, Flammarion, 2013 [Critique d’art].
Monique PLÂA, Aspect du muralisme mexicain – Orozco, Rivera, Siqueiros, PUF, 2008.
Alejandro ROSAS, Mitos de la historia mexicana – De Hidalgo a Zedillo, Planeta, 2006.

Audio-Vidéo

Le muralisme, entre œuvre d’art et éducation populaire, RMN – Dailymotion.

Artistes

Francisco GOITIA

Biographie, Biografias.
Œuvres, Art cyclopedia.
Vidéos, Vimeo.

Frida KAHLO

Bibliographie Frida Kahlo, Babelio.
Biographie, BiografiasBiografias y VidasEncyclopédie AgoraEncyclopédie LarousseThe Art Story.
Œuvres, Frida Kahlo FansFrida Kahlo FoundationArt cyclopediaWikiArt.
Vidéos, Vimeo.
COLLECTIF, Dossier enseignants Frida Kahlo – Diego Rivera, Académie Lille, 2013.
COLLECTIF, Frida Kahlo, Diego Rivera, l’art en fusion, Musée de l’Orangerie – Les Cafés Géo, 2013.
Charlie DAMOUR, Le portrait de Luther Burbank de Frida Kahlo et l’arbre de vie maya, Nuevo Mundo Mundos Nuevos, 2018.
Charles GARDOU, Frida Kahlo : de la douleur de vivre à la fièvre de peindre, Reliance, 2005.
Joëlle GUYOT, Mythes identitaires et histoire dans l’œuvre de Frida Kahlo, Cahiers du CRICCAL, 1988.
Guitté HARTOG et Marguerite LAVALLÉÉ , Les images et les mots pour le dire – Des manifestations populaires de la rancoeur féminine dans l’oeuvre de Frida Kahlo et les chansons de Paquita la del Barrio, Recherches féministes, 2005.
Olivia SÉBART, Frida Kahlo: una biografía pictórica, La clé des langues.
Frida KAHLO, Frida Kahlo par Frida Kahlo, Christian Bourgois, 2007.
J.M.G. LE CLÉZIO, Diego et Frida, Stock, 1993 [Passage(s)Presses universitaires de Rennes].

José Clemente OROZCO

Biographie, BiografiasBiografias y VidasEncyclopédie LarousseThe Art Story.
Œuvres, Art cyclopediaWikiArt.
Vidéos, Vimeo.
Marie-Pierre RAMOUCHE, Miguel Hidalgo : un héroe dual en Sublevación de José Clémente Orozco, Cahiers du CRICCAL, 2013.
Renato GONZÁLEZ MELLO, Jose Clemente Orozco in the United States, 1927-1934, Hardcover, 2002.
José Clemente OROZCO, Autobiografía, 1945, Ediciones Era, 1979 réédition 1981 [Texte en ligne].

Diego RIVERA

Biographie, BiografiasBiografias y VidasEncyclopédie LarousseThe Art Story.
Œuvres, Art cyclopediaWikiArt.
Vidéos, Vimeo.
COLLECTIF, Dossier enseignants Frida Kahlo – Diego Rivera, Académie Lille, 2013.
Claude FELL, Diego Rivera et les débuts du muralisme mexicain – Etude iconologique, Cahiers du CRICCAL, 1986.
Ana Cecilia HORNEDO MARÍN, Diego Rivera : Autoportrait de l’artiste en révolutionnaire ou en créateur, IdeAs, 2016.
Sylvia PERRIN, Dossier Diego Rivera, La clé des langues.
Frida Kahlo, Diego Rivera, l’art en fusion, Musée de l’Orangerie – Les Cafés Géo, 2013.
J.M.G. LE CLÉZIO, Diego et Frida, Stock, 1993 [Passage(s)Presses universitaires de Rennes].

David Alfaro SIQUEIROS

Biographie, BiografiasBiografias y VidasEncyclopédie LarousseThe Art Story.
Œuvres, Art cyclopediaWikiArt.
Vidéos, Vimeo.
Xavier TREUILLER-SCHLACHTER, David Alfaro Siqueiros : muralisme mexicain et politique, L’Harmattan, 2006.

Muralistes mexicains aux États-Unis

Articles

James COHEN, Annick TRÉGUER, Les Latinos des USA – Seize murales chicanos du Sud-Ouest des États-Unis, Éditions de l’IHEAL, 2004.
Annick TRÉGUER, Les Latinos des USA – À propos de l’art mural chicano : d’un mur à l’autre, Éditions de l’IHEAL, 2004.

Thèses

Laurence MORECHAND, Le muralisme chicano aux États-Unis : San Francisco, Los Angeles, San Diego (1968-1988), Thèse de doctorat en Études nord-américaines.

Livres

Annick TRÉGUER, Chicanos : murs peints des États Unis, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2000 [Hommes & Migrations].
Isabelle VAGNOUX, Les Hispaniques aux États-Unis, QSJ PUF, 2000 [Hommes & Migrations].

21/01/2019
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Dossier documentaire Mexique, Monde en Question.
Filmographie Peinture, Ciné Monde.
Dossier La peinture au cinéma, Monde en Question.
Dossier Cinéma Mexique, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Brigitte Bardot, la vérité de BB (2014)


 

Réalisateur : Anne le Boulc’h et François Tribolet
Durée : 1h56
Année : 2014
Pays : France
Genre : Documentaire, Biographie
Fiche : IMDb
Partage proposé par : 9docu (film rare) DVD FR

Lire aussi :
Bibliographie Brigitte Bardot, Babelio.
Milo MANARA, Et Milo créa Bardot (1 album), Millon, 2016[Texte en ligne].
RODOLPHE, KOLONELCHABERT, Et dieu créa… Bardot (1 album), Jungle, 2016 [Texte en ligne].
Brigitte BARDOT, 50 plus belles chansons [mp3 en ligne].
Filmographie, Ciné Monde.
Dossier Cinéma France, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.