Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives de Catégorie: Revue des livres

Questionner l’implicite


Bibliographie philosophie

 

Cet ouvrage fait le point sur les diverses dimensions implicites ou impensées qui participent de toute recherche à l’insu même des chercheurs. Issu d’un séminaire international, plus précisément consacré aux recherches en didactiques, autour de trois thèmes :
– questionner les implicites dans les choix de constitution des corpus ;
– questionner les implicites liés aux cadres théoriques ;
– questionner les implicites liés aux choix méthodologiques et épistémologiques ;
complétés par trois textes de synthèse.

Il intéressera, en raison de l’importance des problèmes qu’il soulève, aussi bien les chercheurs en sciences humaines que les formateurs et les étudiants qui sont tenus d’aborder les questions de méthode au sein de leur cursus.

Il s’inscrit dans la continuité de la réflexion entamée en 2005 autour des méthodes de recherche en didactiques et fait ainsi suite aux deux premiers livres : Les méthodes de recherche en didactiques vol. 1 et Les méthodes de recherche en didactiques : questions de temporalité vol. 2, parus en 2006 et 2007 aux Presses Universitaires du Septentrion.

Cora COHEN-AZRIA et Nathalie SAYAC (sous la direction de), Questionner l’implicite – Les méthodes de recherche en didactiques (3), Presses universitaires du Septentrion, 2009 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Dossier documentaire Épistémologie, Monde en Question.
Index Philosophie, Monde en Question.

Publicités

La résistance indienne aux États-Unis


Bibliographie histoire

 

Ce livre raconte « une autre histoire » : parcourant cinq siècles, il présente, à partir aussi bien de textes d’une actualité proche que de récits plongeant dans les temps immémoriaux du mythe, la résistance d’un peuple à la négation de son existence. Le récit de leur résistance tenace à la colonisation et à la tentative d’extermination permet d’entendre directement leur parole, de les observer dans l’action, de les retrouver comme les partenaires d’une histoire commune où Euro-Américains et Amérindiens ont chacun joué leur rôle.

Vus sous cet angle, les Amérindiens paraissent exemplaires : ils se sont opposés avec constance au vol de leurs terres, à la violence exterminatrice, à l’anéantissement de leurs structures sociales et de leurs cultures, saisissant les armes les plus propices – guerre, guérilla, recours légal, usage inversé de l’acculturation, ressourcement aux racines de la spiritualité ancestrale.

Exemplaires dans leur refus de séparer la lutte pour la survie du combat pour l’identité, les Amérindiens concrétisent, par l’affirmation de leurs propres valeurs, le doute qui saisit le monde actuel sur le bien-fondé des civilisations technologiques, l’exploitation abusive des ressources naturelles, l’enfermement de l’homme blanc dans une vie consacrée au seul profit matériel.

Élise MARIENSTRAS, La résistance indienne aux États-Unis – Du XVIe au XXIe siècle, Gallimard, 1980 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Géographie-Histoire, Monde en Question.
Dossier documentaire Histoire, Monde en Question.

Soleil hopi


Bibliographie histoire

 

L’auteur, Don C. Talayesva, est un Indien Hopi, chef du Clan du Soleil, né à Oraïbi, à l’est du Grand Canyon du Colorado, en mars 1890. Il a assisté à l’implantation graduelle de l’administration gouvernementale et aux efforts d’américanisation soutenus en ces territoires pueblos par les autorités, parfois avec le concours de l’armée.

La présente autobiographie, « Soleil hopi », est un livre singulier. C’est tout d’abord un rare document sur une tribu indienne, décrite de l’intérieur, comme un ensemble vivant et gouverné par une harmonie interne. À ce titre, il est considéré comme un des grands classiques de l’ethnologie. C’est ensuite, et surtout, un homme qui témoigne avec naïveté, vivacité et sagesse de son attachement réfléchi aux cadres traditionnels hopi, à une attitude religieuse dans tous les grands moments de sa vie. Hostile par expérience à une américanisation des siens et de sa tribu, Talayesva ne se refuse toutefois pas à une évolution nécessaire, qu’il estime, quant à lui, tragique. La richesse de la personnalité de ce chef indien, les événements historiques qu’il a vécus nous valent un livre exceptionnel que son caractère établit comme une œuvre littéraire d’avant-garde.

Don C. TALAYESAVA, Soleil hopi – L’autobiographie d’un Indien Hopi, Plon, 1984 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Géographie-Histoire, Monde en Question.
Dossier documentaire Histoire, Monde en Question.

Au revoir là-haut (trilogie)


Bibliographie littérature

 

Rescapés du chaos de la Grande Guerre, Albert et Edouard comprennent rapidement que le pays ne veut plus d’eux. Malheur aux vainqueurs ! La France glorifie ses morts et oublie les survivants. Albert, employé modeste et timoré, a tout perdu. Edouard, artiste flamboyant devenu une « gueule cassée », est écrasé par son histoire familiale. Désarmés et abandonnés après le carnage, tous deux sont condamnés à l’exclusion. Refusant de céder à l’amertume ou au découragement, ils vont, ensemble, imaginer une arnaque d’une audace inouïe qui mettra le pays tout entier en effervescence… Et élever le sacrilège et le blasphème au rang des beaux-arts.

Bien au delà de la vengeance et de la revanche de deux hommes détruits par une guerre vaine et barbare, ce roman est l’histoire caustique et tragique d’un défi à la société, à l’Etat, à la famille, à la morale patriotique, responsables de leur enfer.

Pierre LEMAITRE, Au revoir là-haut, Albin Michel, 2013 [Texte en ligneSens Critique].

Février 1927. Le Tout-Paris assiste aux obsèques de Marcel Péricourt. Sa fille, Madeleine, doit prendre la tête de l’empire financier dont elle est l’héritière, mais le destin en décide autrement. Son fils, Paul, d’un geste inattendu et tragique, va placer Madeleine sur le chemin de la ruine et du déclassement.
Face à l’adversité des hommes, à la cupidité de son époque, à la corruption de son milieu et à l’ambition de son entourage, Madeleine devra déployer des trésors d’intelligence, d’énergie mais aussi de machiavélisme pour survivre et reconstruire sa vie. Tâche d’autant plus difficile dans une France qui observe, impuissante, les premières couleurs de l’incendie qui va ravager l’Europe.

Pierre LEMAITRE, Couleurs de l’incendie, Albin Michel, 2018 [Extrait en ligneTexte en ligneFrance InfoSens Critique].

Lire aussi :
Magali VIENNE, Au revoir là-haut : Analyse du livre, LePetitLittéraire, 2014.
Index Littérature, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

Les sciences autrement


Bibliographie sciences

 

Peut-on concevoir une connaissance organisée et efficace qui ne réponde pas aux critères scientifiques ?

Les sciences sont utilisées dans tous les pays. Leur histoire les relie étroitement aux sociétés qui les ont produites. Dans son ouvrage, l’auteur invite les scientifiques et tous les « mordus » de sciences à en explorer aussi la dimension humaine. À partir de l’histoire et des travaux de quelques penseurs contemporains (Michel Serres, François Julien, Edgar Morin…), il nous guide vers une compréhension plus large et plus humaine des savoirs scientifiques. En acceptant aussi d’écouter des savoirs dont la rationalité est différente de la nôtre, nous enrichissons notre perception du monde ; celle-ci n’est pas seulement limitée à une connaissance scientifique, nous avons aussi avec le monde une relation de connivence, d’un tout autre ordre.

Conçu à partir de séminaires de formation en philosophie des sciences, destinés à des chercheurs, la démarche de l’auteur est délibérément pédagogique. Il nous présente pas à pas les liens entre la science et la société humaine qui la conçoit. Il invite le lecteur à assumer son savoir scientifique dans la société qui est la sienne et à le dépasser en élargissant peu à peu son cadre de pensée.

François GRISON, Les sciences autrement – Éléments de philosophie à l’usage des chercheurs curieux, Quae, 2011 [Texte en ligne].

Lire aussi : Dossier documentaire Sciences, Monde en Question.

La destruction des Indiens des Plaines


Bibliographie histoire

 

La conquête des Plaines constitue l’un des chapitres mythique de l’histoire du Canada. Mais le mythe a son versant sombre. En quelques années seulement, des milliers d’Autochtones sont morts ; les survivants ont été réduits en sujétion.

Dans cette ouvrage passionnante et bouleversante, James Daschuk analyse les causes de cet effroyable massacre : les maladies venues de l’Ancien Monde ; les rigueurs du climat ; mais surtout, la politique ethnocidaire du gouvernement canadien.

Pour les premiers habitants des Plaines, le « rêve national » de sir John A. Macdonald a tourné au cauchemar. Le Canada actuel continue d’en payer le très lourd tribut : en matière de richesse et de santé, un gouffre sépare Autochtones et Allochtones : le racisme, les différends et les malentendus continuent par ailleurs de les opposer.

James DASCHUK, La destruction des Indiens des plaines – Maladies, famines organisées, disparition du mode de vie autochtone, Presses de l’Université Laval, 2015 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Dossier documentaire Colonialisme, Monde en Question.
Index Géographie-Histoire, Monde en Question.
Dossier documentaire Histoire, Monde en Question.

Les BRICS, un espace ignoré


Bibliographie économie

 

Les BRICS se présentent comme une grande aventure de communication politique. À la suite de la crise financière de 2008, Brésil, Russie, Inde et Chine – rejoints en 2011 par l’Afrique du Sud – se réunirent pour demander un ordre mondial plus juste. S’inspirant de l’esprit de Bandung et du mouvement des non-alignés, ces cinq pays « en développement » comptent un peu plus de 40 % de la population mondiale et occupent 25 % de la surface terrestre, sur quatre continents. En 2030, ils représenteront 40 % de la richesse globale. Comment des pays aussi hétérogènes, séparés par l’histoire, la langue, la religion, la politique et la géographie, peuvent-ils mener ce projet ?

Ce numéro a rassemblé des spécialistes en communication, sociologie, économie, relations internationales pour examiner un processus né voici moins d’une décennie. Ces cinq pays se sont engagés, à un rythme soutenu, dans trois directions : reconnaissance, transformation et construction d’espaces communs avec une volonté politique claire. Les interactions et les communications se multiplient – d’abord en s’appuyant sur les relations économiques, ensuite en cherchant à bâtir des liens sociopolitiques permettant de réformer les institutions internationales.

Les auteurs développent ici deux axes, qui traversent le numéro : 1) la description des initiatives, des discours politiques et d’une identité à définir ; 2) les BRICS en tant qu’ensemble politique dont l’essence est d’être en compétition avec d’autres groupements régionaux, dont peut-être l’Union européenne.

Si dans les cinq pays, le phénomène BRICS est loin de faire l’unanimité parmi la population, l’idée fait son chemin dans les cercles de pouvoir. Ce numéro examine ce qui a déjà été accompli, les changements apportés à l’ordre mondial, ainsi que les ambitions politiques et culturelles. Au final, les BRICS représentent un projet politique original reposant paradoxalement sur nombre d’incommunications.

Les BRICS, un espace ignoré, Hermès nº79, 2017 CNRS Editions [Texte en ligne].

Le titre de ce numéro de la revue Hermès est un aveu de méconnaissance par les médias occidentaux d’une structure économique qui réunit la Russie et les plus importantes des anciennes colonies européennes (Brésil, Inde, Chine, Afrique du Sud). Depuis 2008, tous les articles disent la même chose : les BRICS n’ont aucun avenir ! Or, les faits sont têtus et contredisent les pronostics de tous les analystes.

De même que l’Union européenne repose essentiellement sur l’Allemagne et la France, les BRICS s’appuient sur l’alliance stratégique entre la Chine et la Russie que redoutait tant Zbigniew Brzezinski.

Désormais, les États-Unis auront probablement à faire face à des coalitions régionales visant à bouter l’Amérique hors de l’Eurasie et menaçant son statut de puissance globale. […]
Un scénario présenterait un grand danger potentiel : la naissance d’une grande coalition entre la Chine, la Russie et peut-être l’Iran, coalition « anti-hégémonique » unie moins par des affinités idéologiques que par des rancunes complémentaires. Similaire par son envergure et sa portée au bloc sino-soviétique, elle serait cette fois dirigée par la Chine [c’est moi qui souligne].
Zbigniew BRZEZINSKI, op.cit. p.84

Rejetée par la France et la plupart des pays européens, excepté l’Allemagne, la Russie n’avait pas d’autre choix que de s’allier avec la Chine pour contourner la domination américaine. Mais les analystes font comme l’autruche qui refuse de voir la réalité.

28/11/2017
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Articles BRICS, Chine en QuestionEntelekheiaInvestig’ActionMonde en QuestionRéseau InternationalRusia Today (Agence de presse russe) – SputnikXinhua (Agence de presse chinoise).
Zbigniew BRZEZINSKI, Le grand échiquier – l’Amérique et le reste du monde, Bayard, 1997 [Texte en ligne].
Index Économie, Monde en Question.
Veille informationnelle Géoéconomie, Monde en Question.

L’Europe coloniale perdure dans les musées


Que racontent les œuvres d’art sur l’histoire de l’Europe ? A qui appartient le buste de Néfertiti ? aux enfants Égyptiens, aux Berlinois, à l’humanité ? Comment justifier que les uns aient accès au patrimoine d’une humanité dont les autres sont tenus éloignés, physiquement et économiquement ?

Qu’est-ce que la translocation ? Pourquoi Bartholdi a-t-il représenté Champollion, posant son pied botté sur la tête sacrée de Pharaon ? Comment Victor Hugo a-t-il pu devenir un héros en Chine, quand « révulsé par le sac du Palais d’Été à Pékin », il a dénoncé « dans une lettre devenue célèbre un crime perpétré par la barbarie européenne contre la civilisation chinoise ». Comment en paraphrasant la devise du Collège de France, pourrait-on dire que dans les musées on « observe la culture en train de se faire », demande l’historienne de l’art Bénédicte Savoy dans sa leçon inaugurale, intitulée, « Objets du désir, désir d’objets ».

Bénédicte SAVOY, Leçon inaugurale : Objets du désir. Désirs d’objets, Collège de Francemp3mp4, 30/03/2017.

C’est la Révolution française qui impose à l’Europe cette idée nouvelle, dont nos musées aujourd’hui sont les héritiers directs, selon laquelle l’appropriation intellectuelle des objets d’arts et de sciences est nécessairement liée à leur appropriation matérielle.
[22’55]

Commentaire de la statue de Champollion par Frédéric Auguste Bartholdi , un document insupportable, qui trône dans la cour du Collège de France.
[25’28-32’20]

Pour l’Égypte, l’œuvre est insultante envers la civilisation égyptienne. La statue en marbre représente l’égyptologue Français Jean-François Champollion posant le pied sur une tête d’un pharaon. Cela fait 138 ans qu’elle a été réalisée, mais aujourd’hui Le Caire veut qu’elle soit retirée de la cour de l’éminent Collège de France à Paris.
Source : La statue parisienne de Champollion indigne l’Égypte, TV5 Monde, 02/03/2013.

Champollion a donc quatre ans [1794] quand la France met en pratique sa doctrine du patrimoine libéré selon laquelle les arts, étant un produit de la liberté, doivent être réunis au pays de la liberté, c’est-à-dire en France.
[33’55]

En Chine, la seconde guerre de l’opium se solde par le transfert en Europe des trésors pillés conjointement par les armées françaises et britanniques dans le Palais d’été à Pékin.
[40’36]

Il y avait, dans un coin du monde, une merveille du monde ; cette merveille s’appelait le Palais d’été.
Cette merveille a disparu.
Un jour, deux bandits sont entrés dans le Palais d’été. L’un a pillé, l’autre a incendié. […] L’un des deux vainqueurs a empli ses poches, ce que voyant, l’autre a empli ses coffres ; et l’on est revenu en Europe, bras dessus, bras dessous, en riant. Telle est l’histoire des deux bandits.
Nous, Européens, nous sommes les civilisés, et pour nous, les Chinois sont les barbares. Voilà ce que la civilisation a fait à la barbarie.
Devant l’histoire, l’un des deux bandits s’appellera la France, l’autre s’appellera l’Angleterre.
L’empire français a empoché la moitié de cette victoire, et il étale aujourd’hui, avec une sorte de naïveté de propriétaire, le splendide bric-à-brac du Palais d’été.
J’espère qu’un jour viendra où la France, délivrée et nettoyée, renverra ce butin à la Chine spoliée.
Source : Victor HUGO, Lettre au capitaine Butler, 25 novembre 1861, Planète chinois.

Lire aussi :
Bénédicte SAVOY, Histoire culturelle des patrimoines artistiques en Europe, XVIIIᵉ-XXᵉ siècle, Collège de France.
Bénédicte SAVOY, À qui appartient la beauté ? Arts et cultures du monde dans nos musées, Collège de France, 2016-2017.

Serge LEFORT, La guerre contre la Chine passe par Riyad, Chine en Question :

Michel TIBON-CORNILLOT, Les guerres de l’opium ou l’écrasement de la Chine, Dedefensa, 10/08/2008.
Michel TIBON-CORNILLOT, La Chine en enfer : pillages et génocides blancs, Dedefensa, 29/08/2008.
Corinne AUTEY-ROUSSEL, Guerres de l’opium : le viol de la Chine par les puissances occidentales, Entelekheia, 30/04/2017.

Le sac du Palais d’Été de Palikao en 1860, Tao-Yin.
Le Palais d’été mis à sac, Europe 1mp3, 02/05/2012.
La destruction du palais d’été en 1860, Gbtimesmp3, 05/01/2016.
1860 : Victor Hugo s’indigne devant le pillage du palais d’été, Gbtimesmp3, 06/01/2016.
Charles COUSIN de MONTAUBAN, L’expédition de Chine de 1860 – Souvenirs du général Charles Cousin de Montauban, Comte de Palikao, publiés par son petit-fils, Librairie Plon, 1932 [Chine anciennepdf – Extrait : Le pillage du Palais d’Été].
Comte D’HÉRISSON, Journal d’un interprète en Chine, Ollendorf, 1886 (troisième édition) [Chine anciennepdf – Extrait Le pillage du Palais d’Été].
Armand LUCY, Lettres intimes sur la campagne de Chine en 1860, Jules Barile, 1861 [Chine anciennepdf – Extrait : Le pillage du Palais d’Été].
Raymond BOURGERIE, Pierre LESOUEF, Palikao (1860) – Le sac du Palais d’Été et la prise de Pékin, Economica, 1995.
Bernard BRIZAY, Le sac du palais d’été – Seconde guerre de l’opium, Éditions du Rocher, 2003 [Canal Académiemp3].

Serge LEFORT, La propagande de l’invention européenne de l’imprimerie, Monde en Question :

Le retour de ce premier livre imprimé au monde a été contesté avec virulence, notamment par les conservateurs de la BNF qui insistent sur leurs « capacités supérieures en matière de conservation des documents ».
L’arrogance de la supériorité coloniale n’est pas morte !
Le rapatriement de la totalité des 297 volumes dérobés par le contre-amiral Pierre-Gustave Roze en 1866 sous forme d’un prêt renouvelable tous les cinq ans a été décidé à Séoul lors d’un sommet entre Nicolas Sarkozy et Lee Myung-bak en 2010.
Sur la question du rapatriement de Jikji, il demeure encore des différends entre les deux pays comme le dit le professeur Barjot : « Pour la France, Jikji appartient à l’héritage mondial de l’humanité et donc à ce titre, il n’est la propriété d’aucun pays. »
Mais la France s’arroge unilatéralement le droit de propriété !
Source : Le retour en Corée du 1er livre imprimé au monde de la BNF « paraît inévitable », Agence de presse Yonhap, 13/10/2015.

Polémique Chine-vente Bergé : le « J’accuse » de Victor Hugo, Le Point, 24/02/2009.
Pillage du Palais d’été de Pékin : l’impossible restitution, Le Point, 22/10/2010.

Dossier documentaire Chine/Occident, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.

L’Empire ottoman et l’Europe


Bibliographie histoire

 

Au fil des siècles, l’Europe, toujours méfiante et inquiète, a souhaité percer les secrets de la civilisation ottomane et, à rebours de l’idée reçue, fut bientôt fascinée par elle. Malgré leur rivalité séculaire, ces deux mondes ne s’ignoraient pas. Au XVIIIe siècle, l’empire des sultans lui-même consentit à s’ouvrir à l’Occident et lui emprunta progressivement recettes militaires, méthodes gouvernementales, encadrement scolaire, partie de sa législation, manières architecturales et usages vestimentaires… Depuis le XIXe siècle, la « tentation de l’Occident » le dispute à l’ancrage dans l’islam, créant une ambivalence qui perdure jusqu’à nos jours.

A la logique de guerre (dont elle suit les principales étapes), l’histoire croisée que propose ce livre ajoute – en prenant prétexte d’une personnalité, d’un objet, d’une oeuvre d’art – l’analyse d’une rencontre entre deux sphères culturelles qui, tout en se déchirant, ont toujours communiqué.

Jean-François SOLNON, L’Empire ottoman et l’Europe, Perrin, 2017 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Henry LAURENS, Les provinces arabes à la fin de l’époque ottomane, Collège de France.
Henry LAURENS, Les provinces arabes de l’Empire ottoman à la fin du XIXᵉ, Collège de France.
Index Géographie-Histoire, Monde en Question.
Dossier documentaire Histoire, Monde en Question.

La performance totale : nouvel esprit du capitalisme ?


Bibliographie économie

 

Envisager la mesure des performances sur le registre impératif de la métrologie, comme c’est de plus en plus le cas dans les économies contemporaines, n’a pas uniquement un effet « réducteur ». En opérant par les nombres, ce sont les formes même de la prescription politique et de la vie en société qui sont transformées. Ignorer les formes pluralistes de l’évaluation (notamment de l’évaluation des politiques publiques), revient à faire disparaitre des registres de l’efficacité ce qui faisait valoir l’intérêt général. Exit des mesures de la performance d’un État « prestataire de services » les dimensions civiques ou civiles d’accès aux services pour tous, de bien-être par le travail, de maintien et de consolidation des droits du public.

Un État prestataire de service agit selon une modalité qui se caractérise par une injonction permanente à l’incitation au travail et à l’accroissement de son intensité ; par une représentation économiciste et non citoyenne de l’individu : par une injonction à l’évaluation des performances de ces homo œconomicus ; et par la fin de la reconnaissance et de la garantie des valeurs républicaines à l’instar de celle de l’égalité et de la citoyenneté.

Comment a-t-on pu en arriver là ? C’est ce que propose d’explorer cet ouvrage qui fournit aussi des pistes de réflexion pour sortir, transitoirement et définitivement, de la performance totale.

Florence JANY-CATRICE, La performance totale : nouvel esprit du capitalisme ?, Presses universitaires du Septentrion, 2012 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Économie, Monde en Question.
Veille informationnelle Géoéconomie, Monde en Question.