Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives de Catégorie: Bibliographie médias

Dans l’ombre de la peur [GAFAM]


Bibliographie médias

 

Les utilisateurs de réseaux sociaux, téléphones portables, et de nombreux sites internet sont désormais fichés et suivis à la trace par des entreprises privées qui amassent des quantités phénoménales d’informations personnelles. Facebook, Google, Apple et consorts peuvent ainsi établir des profils très détaillés pour anticiper les besoins des leurs utilisateurs et adapter leurs politiques commerciales en fonction des comportements de chacun, mais cela va aller encore plus loin…

Josh Neufeld et Michael Keller ont interviewé des spécialistes du domaine ; politiques, universitaires et chercheurs, pour un tour d’horizon de ces pratiques qui soulèvent de nombreuses questions et notamment celle des risques liés à l’exploitation de ces données.

Michael KELLER, Josh NEUFELD, Dans l’ombre de la peur – Le Big Data et nous (1 album), Éditions çà et là, 2017 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Bibliographie GAFAM (Google, Facebook et les autres), Monde en Question.
Index Médias, Monde en Question.
Dossier documentaire Médias, Monde en Question.
Veille informationnelle GAFAM, Monde en Question.

Bibliographie GAFAM (Google, Facebook et les autres)


Bibliographie médias

 

Ce dossier bibliographique contient uniquement des documents accessibles en ligne glanés au cours de mes recherches.
Merci de signaler vos propres liens via les commentaires ou par courriel.

27/02/2019
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Articles

12/02/2014, G.A.F.A. l’acronyme d’un quatuor qui accapare notre existence, Alternative 21.
03/12/2014, 10 choses à savoir sur les GAFA, Silicon.
Avril 2016, L’effet GAFAM : stratégies et logiques de l’oligopole de l’internet, Communication & langages.
09/10/2016, Une semaine chez les GAFAM, ZDNet.
07/06/2017, Plus besoin d’Etat ni de vaste territoire pour dominer le monde : comment les méga-multinationales à la Google, Facebook, Apple ou Amazon sont en train de devenir les véritables superpuissances du 21e siècle, Atlantico.
Automne-Hiver 2017, Les GAFA, seuls maîtres de notre avenir ?, méta-média.
16/09/2017, Un monde sans Google, ni Apple, ni Facebook, ça existe!, Radio Canada.
11/10/2017, Plateformisation et révolution sociale, la Chine en pleine mutation, Medium Corporation.
2018, GAFA : un monopole de détention des données, Publicité sur Internet [Bibliographie].
02/02/2018, Les revenus mirobolants des GAFAM, Statista.
Avril 2018, GAFA – Les nouveaux maîtres penseurs, Le nouveau magazine littéraire.
17/04/2018, Actions de groupe : La Quadrature du Net déclare la guerre aux GAFAM, La Tribune.
23/04/2018, GAFA : décryptage de l’écosystème des 4 géants du net, 10h46.
14/09/2018, Construire des contre-pouvoirs face aux GAFAM-BATX !, Decode Media.
01/10/2018, GAFA, GAFAM, géants du net, Géoconfluences.
02/10/2018, L’État explique comment se passer des GAFAM, Techniques de l’ingénieur.
25/10/2018, « Les nouveaux maîtres du monde » – Trois choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur les Gafam, 20 minutes.
19/11/2018 , La puissance des GAFA, Studyrama Grandes Ecoles.
05/12/2018, Les BAXT, miroir chinois des GAFAM ?, Ecoguide IT.
18/12/2018, GAFA, GAFAM ou NATU : les nouveaux maîtres du monde, La finance pour tous.
30/01/2019, De l’IA en Amérique : les GAFAM mènent la danse stratégique, IRIS.
01/02/2019, Lobbying la guerre trouble des GAFAM, Korii.

Biographies

Daniel ICHBIAH, Les 4 vies de Steve Jobs, LEDUC, 2011 [Texte en ligne].
Walter ISAACSON, Steve Jobs, JC Lattès, 2011 [Texte en ligne].
Walter ISAACSON, Les innovateurs, JC Lattès, 2015 [Texte en ligne].

Essais

Julian ASSANGE, Jacob APPELBAUM, Andy MÜLLER-MAGUHN, Menace sur nos libertés – Comment Internet nous espionne. Comment résister, Robert Laffont, 2012 [Texte en ligne].
Alessandro BARICCO, Les barbares – Essai sur la mutation, Gallimard, 2014 [Texte en ligne].
COLLECTIF, Guide d’autodéfense numérique, guide@boum.org, 2017 [Texte en ligne].
Alexis DUBRASIER, Dans la Google du loup – Reportage au cœur de la Silicon Valley, infokiosques.net, 2015 [Texte en ligne].
Marc DUGAIN, Christophe LABBÉ, L’homme nu – La dictature invisible du numérique, Plon, 2016 [Texte en ligne].
Scott GALLOWAY, The four Le règne des quatre – La face cachée d’Amazon, Apple, Facebook et Google, Quanto, 2018 [Texte en ligne].
Laurent GAYARD, Darknet, GAFA, bitcoin – L’anonymat est un choix, Slatkine & Cie, 2018 [Texte en ligne].
Amaelle GUITON, Hackers – Au cœur de la résistance numérique, Au Diable Vauvert, 2013 [Texte en ligne].
Philippe HERLIN, Apple, Bitcoin, Paypal, Google la fin des banques, Eyrolles, 2015 [Texte en ligne].
Daniel ICHBIAH, Comment Google mangera le monde, Archipel, 2010 [Texte en ligne].
Michel FLOQUET, Triste Amérique, Les Arènes, 2016 [Texte en ligne].
Jean-Hervé LORENZI, Mickaël BERREBI, L’avenir de notre liberté – Faut-il démanteler Google… et quelques autres ?, Eyrolles, 2017 [Texte en ligne].
Nikos SMYRNAIOS, Les GAFAM contre l’internet – Une économie politique du numérique, INA, 2017 [Texte en ligne].
Xavier TANNIER, Se protéger sur Internet – Conseils pour la vie en ligne, Eyrolles, 2010 [Texte en ligne].

Romans et BD

Eliette ABECASSIS, Le palimpseste d’Archimède, Albin Michel, 2013 [Texte en ligne].
Laurent ALEXANDRE, David ANGEVIN, Google Démocratie, Naive 2011 [Texte en ligne].
Patrick BARD Et mes yeux se sont fermés, Syros, 2016 [Texte en ligne].
Dave BUSCHI, Hackeur contre tous, Amazon Crossing,2015 [Texte en ligne].
CED, Un an sans Internet (album), Makaka, 2011 [Texte en ligne].
Cole GIBSEN, Blacklistée, Hugo roman new way, 2015 [Texte en ligne].
Götz HAMANN, PHAM Khuê, Heinrich WEFING, The United States of Google, Premier Parallèle, 2015 [Texte en ligne].
Michael KELLER, Josh NEUFELD, Dans l’ombre de la peur – Le Big Data et nous (album), Cà et là, 2017 [Texte en ligne].
Jean-Noël LAFARGUE, Mathieu BURNIAT, Internet – Au-delà du virtuel (album), Le Lombard, 2017 [Texte en ligne].
Camille LAURENS, Celle que vous croyez, Gallimard, 2016 [Texte en ligne].
Lou LUBIE, Manon DESVEAUX, La fille dans l’écran (album), MARAbulles, 2019 [Texte en ligne].
Laura MARSHALL, Une proie si facile, Fleuve éditions, 2017 [Texte en ligne].
Edmonde PERMINGEAT , Tu es moi, Nouvelles Plumes, 2016 [Texte en ligne].
TR RICHMOND, Ce qu’il reste d’Alice, Calmann-Lévy, 2015 [Texte en ligne].
Chris ROY, Là-haut les anges, Éditions Inspire, 2017 [Texte en ligne].

Sites

Apple
20 minutes
Atlantico
Cairn.info
Canal-U
France Culture
InaGlobal
Korii
OpenEdition
RTS.ch
Silicon
Statista
Techniques de l’ingénieur
ZDNet

Facebook
20 minutes
Atlantico
Cairn.info
Canal-U
Érudit
France Culture
InaGlobal
Korii
OpenEdition
Persée
Radio Canada
RTS.ch
Silicon
Statista
Techniques de l’ingénieur
ZDNet

GAFA
20 minutes
Atlantico
Cairn.info
Érudit
France Culture
InaGlobal
OpenEdition
Radio Canada
RTS.ch
Silicon
Statista
Techniques de l’ingénieur
ZDNet

GAFAM
20 minutes
Atlantico
Cairn.info
Chine en Question
Ciné Monde
Érudit
France Culture
France Inter
InaGlobal
Korii
Monde en Question
OpenEdition
Radio Canada
RTS.ch
Silicon
Statista
Techniques de l’ingénieur
ZDNet

Google
20 minutes
Atlantico
Cairn.info
Canal-U
Érudit
France Culture
France Inter
InaGlobal
Korii
OpenEdition
Persée
Radio Canada
RTS.ch
Silicon
Statista
Techniques de l’ingénieur
ZDNet

Logiciel libre
Promouvoir et défendre le logiciel libre, April
Annuaire du Libre, Framalibre
Free Software Foundation Europe FSFE
Le système d’exploitation GNU et le mouvement du logiciel libre, GNU
Action de groupe contre les GAFAM, La Quadrature du Net [Site]

Lire aussi :
Index Médias, Monde en Question.
Dossier documentaire Médias, Monde en Question.
Veille informationnelle GAFAM, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

L’avenir de notre liberté – Faut-il démanteler Google ?


Bibliographie médias

 

Ce livre est un plaidoyer pour le progrès. Il nous fait pénétrer dans l’univers des nouvelles technologies, ses exceptionnelles perspectives et ses risques. On évoque aujourd’hui beaucoup le numérique, à juste titre, mais bien d’autres domaines scientifiques sont concernés, la génétique, l’énergie, les nano-technologies.

Peut-être notre liberté est-elle en danger : les dirigeants de ces grandes entreprises technologiques veulent définir le monde dans lequel nous vivrons dans les décennies à venir. Il s agit donc d éviter que les entreprises imposent leurs choix au monde, au détriment des puissances publiques, dans tous les domaines de notre vie sociale et privée.

Une première question parmi bien d’autres émerge : faut-il démanteler Google et les autres GAFA ?

Jean-Hervé LORENZI, Mickaël BERREBI, L’avenir de notre liberté – Faut-il démanteler Google… et quelques autres ?, Eyrolles, 2017 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Médias, Monde en Question.
Dossier documentaire Médias, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

Propaganda – La fabrique du consentement


 

Réalisateur : Jimmy Leipold
Durée : 0h53
Année : 2017
Pays : France
Genre : Documentaire
Résumé : Comment influencer les foules ? À travers la figure d’Edward Bernays (1891-1995), l’un des inventeurs du marketing et l’auteur de « Propaganda », un passionnant décryptage des méthodes de la « fabrique du consentement ». Si les techniques de persuasion des masses apparaissent en Europe à la fin du XIXe siècle pour lutter contre les révoltes ouvrières, elles sont développées aux États-Unis pour convaincre les Américains de s’engager dans la Première Guerre mondiale. Peu connu du grand public, neveu de Sigmund Freud, l’auteur du livre de référence Propaganda et l’un des inventeurs du marketing, Edward Bernays (1891-1995) en fut l’un des principaux théoriciens. Inspirées des codes de la publicité et du divertissement, ces méthodes de « fabrique du consentement » des foules s’adressent aux désirs inconscients de celles-ci. Les industriels s’en emparent pour lutter contre les grèves avec l’objectif de faire adhérer la classe ouvrière au capitalisme et transformer ainsi le citoyen en consommateur.
Fiche : Arte
Partage proposé par : 9docu HD 720 VOSTFR

Avis de Ciné Monde : Contrairement à ce que répètent en boucle les médias dominants, la propagande n’est née ni en URSS en 1917 ni en Allemagne entre 1923 et 1933, mais bien aux États-Unis et fut théorisée et appliquée par Edward Bernays. Sa carrière résumée en trois dates :
• En 1917, Edward Bernays fit ses premières armes de propagandiste au sein de la Commission Creel. Charlie Chaplin participa activement à la campagne de propagande en faveur de la guerre [03’38].
• En 1929, Edward Bernays lança avec succès une campagne sur la libération des femmes… par la cigarette [18’50]. L’instrumentalisation du féminisme n’est pas nouveau.
• En 1954, Edward Bernays mena campagne pour renverser le gouvernement du Guatemala afin de préserver les intérêts d’United Fruit Company [45’00].

Lire aussi :
Edward BERNAYS, Propaganda – Comment manipuler l’opinion en démocratie, 1928, La Découverte, 2007 [Texte en lignepdf].
Sandrine AUMERCIER, Edward L. Bernays et la propagande, Revue du MAUSS, Juillet 2007.
Normand BAILLARGEON, La commission Creel et le viol des foules, Voir, 07/11/2012.
Patrick MICHEL, Il y a 100 ans : premier exercice de propagande de masse avec la commission Creel, Acrimed, 14/09/2017.
Corinne AUTEY-ROUSSEL, Une brève histoire de la propagande, Entelekheia, 19/11/2017.
Dossier documentaire Edward BERNAYS, Monde en Question.
Dossier documentaire Propagande, Monde en Question.
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier Cinéma France, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Vers une libération des usages pédagogiques en ligne ?


Bibliographie médias

 

Le droit d’auteur est une matière souvent désespérante tant parait encore important le fossé entre les possibilités offertes par le numérique en matière d’accès à la connaissance et les restrictions juridiques qui entravent toujours ce potentiel. La frustration est particulièrement importante en ce qui concerne les usages pédagogiques pour lesquels Internet pourrait offrir de formidables opportunités. Mais ils sont organisés en France sur la base d’une exception au droit d’auteur qui, si elle s’est un peu élargie au fil du temps depuis son introduction dans la loi en 2006, reste encore largement inadaptée dès qu’il s’agit de réutilisation et de diffusion de contenus sur Internet. Une discussion est en cours au niveau européen pour revoir ce mécanisme dans la future directive sur le droit d’auteur, afin de favoriser notamment l’usage d’œuvres protégées dans l’enseignement à distance. Mais les débats au Parlement européen sont terriblement âpres et il n’est même pas certain que la nouvelle mouture du texte apporte des améliorations significatives par rapport à ce qui est déjà prévu dans la loi française…

On est décidément jamais à l’abri d’une bonne surprise et c’est au niveau de la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) qu’une avancée décisive est peut-être en train de se dessiner. Une juridiction allemande lui a en effet renvoyé une affaire dans laquelle un photographe a attaqué en justice une école (si,si… vous ne rêvez pas), parce qu’un élève avait récupéré un de ses clichés figurant avec son accord sur le site d’une revue de voyages pour réaliser un travail pédagogique qu’il a ensuite été poster en ligne sur le site de l’établissement. Ce grand humaniste a considéré qu’il y avait là une violation de son droit d’auteur et réclamait le retrait de l’image, assorti d’une amende de 400 euros…

[…]

Si la Cour se prononce en ce sens (ce qu’elle n’est pas obligée de faire, même si elle tend généralement à suivre son avocat général), il en résulterait une libération considérable des usages pédagogiques en ligne, mais aussi une redéfinition sensible des équilibres entre les exclusivités du droit d’auteur et les usages collectifs de la Culture.

Lire l’intégralité de l’article : S.I.Lex.

Lire aussi : Index Généralités, Monde en Question.

Un monde sous surveillance


Bibliographie médias

 

Depuis une vingtaine d’années, les démocraties occidentales se sont transformées en sociétés de plus en plus vigilantes et répressives. Elles se sont dotées d’un ensemble de règles qui réduisent la liberté des individus au nom de la sécurité collective. Si Orwell avait posé la propagande comme complément indissociable de Big Brother, il apparaît que le point d’orgue des politiques répressives soit la question sécuritaire. Or, celle-ci est fondée – comme l’avait également vu l’auteur de 1984 – sur l’existence d’un ennemi permanent (le terroriste, le pirate informatique, la grande criminalité, etc.).

Dès lors, la contrepartie de l’exigence de sécurité est l’abandon d’une large part de la liberté. Ce livre s’intéresse à cette conséquence majeure pour le devenir de notre société en termes de surveillance individuelle. Il recense les diverses modalités de la traçabilité électronique de l’individu aujourd’hui et s’attache aux problèmes juridiques nouveaux qu’elles soulèvent, notamment en matière de protection des droits et des libertés, et de garantie de la vie privée.

L’impact juridique et politique des nouvelles technologies telles que la vidéosurveillance, les cartes bancaires, les puces RFID, la biométrie, l’Internet et le piratage électronique, y fait donc l’objet d’une particulière attention. Une large place est également accordée aux techniques policières (systèmes d’écoute, fichage) et aux techniques militaires de surveillance (système ECHELON, système HERISSON) ainsi qu’aux méthodes plus subtiles de contrôle social en matière de communication.

L’ambition de cet ouvrage est enfin de présenter la question de la surveillance d’une manière à la fois thématique, synthétique et documentée à partir des diverses technologies qui peuvent affecter tout un chacun dans sa vie quotidienne.

Émilie LABROT et Philippe SÉGUR (sous la direction de), Un monde sous sourveillance ?, Presses universitaires de Perpignan, 2011 [Texte en ligne].

Lire aussi :
La censure programmée par Google – Facebook – Twitter, Monde en Question.
Index Medias, Monde en Question.
Dossier documentaire Médias, Monde en Question.

Les GAFAM contre l’internet


Bibliographie medias

 

Dans notre univers économique globalisé et dérégulé, quelques startups autrefois sympathiques ont donné naissance à des multinationales oligopolistiques qui régissent le coeur informationnel de nos sociétés : les GAFAM. Sous le prisme de l’économie politique, Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft ne sont pas examinés comme des réussites exceptionnelles mais comme les produits emblématiques d’un ordre néolibéral qu’ils contribuent eux-mêmes à forger, et qui s’inscrit résolument contre le projet originel de l’internet.

Le livre décrit précisément le déroulement du processus de marchandisation qui a permis aux logiques financières de pénétrer le champ de l’informatique connectée, conçue initialement comme un bien public au service de l’émancipation collective. Il propose une synthèse claire et accessible des stratégies sophistiquées des GAFAM pour éviter l’impôt, capter la valeur produite en ligne par les utilisateurs et exploiter les données récoltées Ainsi, pour penser l’avenir de l’internet, il invite à s’interroger sur la place que nous voulons donner, dans la société future, au travail, aux inégalités sociales et économiques et, en dernier ressort, à la démocratie.

Nikos SMYRNAIOS, Les GAFAM contre l’internet – Une économie politique du numérique, INA, 2017 [Ina Global].

Lire aussi :
Nikos SMYRNAIOS, Site persoCRICISUniversity of Toulouse – Academia.edu.
Nikos SMYRNAIOS, Publications Cairn Publications Ina Global.
Nikos SMYRNAIOS, L’effet GAFAM : stratégies et logiques de l’oligopole de l’internet, Communication & langages nº188 [Academia.eduTexte en ligne].
Basées aux États-Unis mais mondialisées de par leurs activités, fortement financiarisées et porteuses de l' »idéologie californienne », ces multinationales que sont Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft constituent un oligopole qui domine l’internet mondial. L’article explique comment les GAFAM s’appuient sur l’hégémonie néolibérale et l’évolution globale de l’économie (convergence technologique, financiarisation, dérégulation mondialisée) pour étendre leur emprise sur l’internet et dégager une rentabilité exceptionnelle, au détriment de l’intérêt général. Par la suite il analyse les stratégies d’intégration de ces sociétés qui opèrent à la fois une concentration verticale et horizontale afin de contrôler la totalité de l’infrastructure matérielle et logicielle nécessaire à l’acheminement de contenus et de services vers les internautes.
Les GAFAM et les NATU, nouveaux maîtres du monde de l’économie numérique ?, Econum.
Dossier documentaire Médias, Monde en Question.

Historicising Transmedia Storytelling


Bibliographie medias

 

Le Transmedia Storytelling, défini par Henry Jenkins en 2006 dans son ouvrage Convergence Culture, met en exergue une stratégie de production qui vise à augmenter la narration d’une œuvre culturelle en l’éclatant sur plusieurs plateformes médiatiques – numériques ou non numériques. Le terme est certes assez récent mais les pratiques sont anciennes et permettent de comprendre les évolutions des industries culturelles et de l’écosystème médiatique. On peut, par exemple, considérer que la forme actuelle du Transmedia Storytelling est né de la convergence de trois évolutions significatives de l’environnement médiatique : une mutation technologique, qui voit une collision de plus en plus grande entre anciens médias et nouveaux médias ; une mutation narrative, marquée par l’introduction d’une plus grande continuité sérielle dans les productions audiovisuelles (séries télévisées et cinéma de divertissement hollywoodien) ; et une participation des publics, accrue par la production de contenus originaux et de sens.

Matthew Freeman nous propose de découvrir cette histoire du Transmedia Storytelling à travers l’étude de trois cas emblématiques de changements qui ont façonné, chacun à leur manière, les pratiques de production et de réception, et qui ont émergé dans un contexte économique, culturel et social spécifique : The Wizard of Oz (Le magicien d’Oz), Tarzan et Superman. Et cette histoire est, pour l’auteur, indispensable pour mieux comprendre les mécanismes de cette stratégie narrative et voir comment « le transmédia dépend d’un certain alignement entre les médias, l’industrie, les publics, les technologies qui éclatent un univers narratif sur plusieurs plateformes médiatiques » (p. 7). De même que revisiter les enjeux autour des anciens médias permet de mieux saisir ceux que posent les nouveaux médias et la convergence culturelle et technologique contemporaine.

Matthew FREEMAN, Historicising Transmedia Storytelling – Early Twentieth-Century Transmedia Story Worlds, Routledge, 2016 [Bath Spa UniversityInaGlobal].

Lire aussi :
The Wizard of Oz – Le magicien d’Oz, Ciné Monde.
Dossier documentaire Médias, Monde en Question.

Qu’est-ce que l’accès ouvert ?


Bibliographie sciences sociales

 

Dans ce livre court, Peter Suber explique ce qu’est l’accès ouvert et ce qu’il n’est pas, ses avantages pour les auteurs et leurs lecteurs, la manière de le financer, sa compatibilité avec le droit d’auteur, la façon dont le mouvement pour l’accès ouvert est passé d’un mouvement confidentiel à un mouvement global, et enfin ses perspectives d’avenir.

Basé sur les recherches et les écrits de l’auteur pendant une dizaine d’années, ce livre s’avère un outil indispensable pour les chercheurs, les bibliothécaires, les documentalistes, les administrateurs, les agences de financement, les éditeurs et les décideurs.

Peter SUBER, Qu’est-ce que l’accès ouvert ?, OpenEdition Press, 2016 [Texte en ligne].

Lire aussi : Dossier documentaire Médias, Monde en Question.

La civilisation du spectacle vs La société du spectacle


Bibliographie médias

 

L’ouvrage, composé de 221 « thèses », est agencé comme un essai politique et vise à exposer son sujet de manière assertive. En effet, Debord ne cherche pas à démontrer ni même à convaincre, mais à montrer.

Guy DEBORD, La société du spectacle [1967], Gallimard, 1992 [Texte en ligne].

La culture contemporaine a connu une métamorphose et plus rien, semble-t-il, ne résiste à cette dénaturation, voire à cet effacement de sa valeur. La banalisation des arts et des lettres, le triomphe de la presse people et la frivolité des politiques sont, pour Mario Vargas Llosa, les symptômes d’un mal supérieur : la sacralisation du divertissement comme but ultime de l’existence dans nos sociétés. Alors que, naguère, la culture était un outil de formation et portait une exigence de lucidité, aujourd’hui la primauté du spectacle est devenue la règle qui conduit à la distraction, au sens propre, de toute conscience morale, intellectuelle et politique.

Mario VARGAS LLOSA, La civilisation du spectacle, Gallimard, 2015 [Texte en ligne].

Lire aussi : Dossier documentaire Médias, Monde en Question.