Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Discours de Vladimir Poutine (24/02/2022)


 

Allocution du président de la Fédération de Russie, le 24 février 2022 à 6h00.

Chers concitoyens, chers amis,

Je considère qu’il est nécessaire aujourd’hui de parler à nouveau des événements tragiques du Donbass et des aspects essentiels assurant la sécurité de la Russie.

Je commencerai par ce que j’ai dit dans mon allocution du 21 février 2022. J’ai parlé de nos plus grandes préoccupations et inquiétudes, et des menaces fondamentales que des politiciens occidentaux irresponsables ont créées pour la Russie de manière constante, grossière et éhontée d’année en année. Je fais référence à l’expansion vers l’Est de l’OTAN, qui rapproche de plus en plus son infrastructure militaire de la frontière russe.

C’est un fait qu’au cours des 30 dernières années, nous avons patiemment tenté de parvenir à un accord avec les principaux pays de l’OTAN sur les principes d’une sécurité égale et indivisible en Europe. En réponse à nos propositions, nous avons invariablement été confrontés soit à des tromperies et des mensonges cyniques, soit à des tentatives de pression et de chantage, tandis que l’alliance nord-atlantique continuait de s’étendre malgré nos protestations et nos inquiétudes. Sa machine militaire est en marche et, comme je l’ai dit, s’approche de notre frontière même.

Pourquoi cela se produit-il ? D’où vient cette manière insolente de parler du haut de leur exceptionnalisme, de leur infaillibilité et de leur sans-gêne total ? Comment expliquer cette attitude méprisante et dédaigneuse envers nos intérêts et nos revendications absolument légitimes ?

La réponse est simple. Tout est clair et évident. À la fin des années 1980, l’Union soviétique s’est affaiblie puis s’est disloquée. Cette expérience devrait nous servir de bonne leçon, car elle nous a montré que la paralysie du pouvoir et de la volonté est le premier pas vers la dégradation et l’anéantissement complets. Nous n’avons perdu confiance qu’un instant, mais cela a suffi à bouleverser l’équilibre des forces dans le monde.

Par conséquent, les anciens traités et accords ne sont plus en vigueur. Les supplications et les demandes n’aident en rien. Tout ce qui ne convient pas à l’État dominant, aux pouvoirs en place, est dénoncé comme archaïque, obsolète et inutile. En même temps, tout ce qu’il considère comme utile est présenté comme la vérité ultime et imposé aux autres coûte que coûte, abusivement et par tous les moyens disponibles. Ceux qui refusent d’obtempérer sont soumis à des tactiques musclées.

Ce que je dis maintenant ne concerne pas seulement la Russie, et la Russie n’est pas le seul pays qui s’en inquiète. Cela touche l’ensemble du système des relations internationales, et parfois même les alliés des États-Unis. L’effondrement de l’Union soviétique a conduit à une redivision du monde, et les normes du droit international qui se sont développées à cette époque –et les plus importantes d’entre elles, les normes fondamentales qui ont été adoptées après la Seconde Guerre mondiale et ont largement formalisé son issue– ont barré le chemin de ceux qui se sont déclarés vainqueurs de la guerre froide.

Certes, la pratique, les relations internationales et les règles qui les régissent devaient tenir compte des changements intervenus dans le monde et dans l’équilibre des forces. Cependant, cela aurait dû être fait de manière professionnelle, en douceur, patiemment et en tenant dûment compte des intérêts de tous les États et en les respectant, et en ayant le sens de sa propre responsabilité. Au lieu de cela, nous avons vu un état d’euphorie créé par le sentiment de supériorité absolue, une sorte d’absolutisme moderne, associé aux normes culturelles basses et à l’arrogance de ceux qui ont formulé et imposé des décisions qui ne convenaient qu’à eux-mêmes. La situation a pris une autre tournure.

Il existe de nombreux exemples de cela. Une opération militaire sanglante a d’abord été menée contre Belgrade, sans l’approbation du Conseil de sécurité de l’ONU, mais avec des avions de combat et des missiles utilisés au cœur de l’Europe. Le bombardement de villes paisibles et d’infrastructures vitales a duré plusieurs semaines. Je dois rappeler ces faits, car certains collègues occidentaux préfèrent les oublier, et lorsque nous évoquons l’événement, ils préfèrent éviter de parler de droit international, mettant plutôt l’accent sur les circonstances qu’ils interprètent comme ils l’estiment nécessaire.

Puis vint le tour de l’Irak, de la Libye et de la Syrie. L’utilisation illégale de la puissance militaire contre la Libye et la déformation de toutes les décisions du Conseil de sécurité de l’ONU sur la Libye ont ruiné l’État, créé un immense siège du terrorisme international et poussé le pays vers une catastrophe humanitaire et dans le tourbillon d’une guerre civile, qui s’y poursuit depuis des années. La tragédie, qui a été créée pour des centaines de milliers, voire des millions de personnes non seulement en Libye mais dans toute la région, a entraîné un exode à grande échelle du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord vers l’Europe.

Un sort similaire était également préparé pour la Syrie. Les opérations de combat menées par la coalition occidentale dans ce pays sans l’approbation du gouvernement syrien ou la sanction du Conseil de sécurité de l’ONU ne peuvent être définies que comme une agression et une ingérence.

Mais l’exemple qui se démarque des événements ci-dessus est, bien sûr, l’invasion de l’Irak sans aucune base légale. Ils ont utilisé le prétexte d’informations prétendument fiables disponibles aux États-Unis sur la présence d’armes de destruction massive en Irak. Pour prouver cette allégation, le Secrétaire d’État américain a brandi une fiole de poudre blanche, assurant à la communauté internationale qu’il s’agissait d’un agent de guerre chimique créé en Irak. Il s’est avéré plus tard que tout cela était un faux et une imposture, et que l’Irak n’avait pas d’armes chimiques. Incroyable et choquant mais vrai. Nous avons été témoins de mensonges proférés au plus haut niveau de l’État et exprimés depuis la haute tribune de l’ONU.

Dans l’ensemble, il semble que presque partout, dans de nombreuses régions du monde où les États-Unis ont instauré leur loi et leur ordre, cela a créé des blessures sanglantes et non cicatrisantes et la malédiction du terrorisme international et de l’extrémisme. Je n’ai mentionné que les exemples les plus flagrants, mais loin d’être les seuls, de ce mépris du droit international.

Ce tableau comprend des promesses de ne pas étendre l’OTAN vers l’Est, pas même d’un pouce. Pour réitérer : ils nous ont trompés, ou, pour le dire simplement, ils nous ont joués. Bien sûr, on entend souvent dire que la politique est une sale affaire. Cela pourrait l’être, mais cela ne devrait pas être aussi sale qu’elle l’est maintenant, pas à ce point. Ce type de comportement d’escroc est contraire non seulement aux principes des relations internationales mais aussi et surtout aux normes morales et éthiques généralement reconnues. Où sont la justice et la vérité ici ? Juste des mensonges et de l’hypocrisie partout.

Incidemment, des politiciens, des politologues et des journalistes américains écrivent et disent qu’un véritable « empire du mensonge » s’est créé à l’intérieur des États-Unis ces dernières années. Il est difficile d’être en désaccord avec cela, car c’est vraiment le cas. Mais il ne faut pas être modeste : les États-Unis restent un grand pays et une puissance systémique. Tous leurs satellites non seulement leur disent humblement et docilement oui et répètent leurs déclarations comme des perroquets au moindre prétexte, mais aussi imitent leur comportement et acceptent avec enthousiasme les règles qu’ils leur proposent. Par conséquent, on peut dire avec raison et confiance que tout le soi-disant bloc occidental formé par les États-Unis à son image et à sa ressemblance est, dans son intégralité, ce même « empire du mensonge ».

Quant à notre pays, après la désintégration de l’URSS, compte tenu de toute l’ouverture sans précédent de la nouvelle Russie moderne, de sa volonté de travailler avec les États-Unis et d’autres partenaires occidentaux et de son désarmement pratiquement unilatéral, ils ont immédiatement tenté de nous porter le coup de grâce, de nous achever et de nous détruire complètement. Il en était ainsi dans les années 1990 et au début des années 2000, lorsque le soi-disant Occident collectif soutenait activement le séparatisme et les gangs de mercenaires dans le sud de la Russie. Que de victimes, que de pertes nous avons dû subir à ce moment-là avant de briser le dos du terrorisme international dans le Caucase ! Nous nous en souvenons et ne l’oublierons jamais.

À proprement parler, les tentatives de nous utiliser dans leur propre intérêt n’ont jamais cessé jusqu’à tout récemment : ils ont cherché à détruire nos valeurs traditionnelles et à nous imposer leurs fausses valeurs qui nous éroderaient, qui éroderaient notre peuple de l’intérieur, ils ont voulu nous imposer les attitudes qu’ils ont imposées de manière agressive à leurs pays, attitudes qui conduisent directement à la dégradation et à la dégénérescence, parce qu’elles sont contraires à la nature humaine. Cela n’arrivera pas. Personne n’a jamais réussi à faire cela, et ils ne réussiront pas non plus maintenant.

Malgré tout cela, en décembre 2021, nous avons fait une nouvelle tentative pour parvenir à un accord avec les États-Unis et leurs alliés sur les principes de la sécurité européenne et du non-élargissement de l’OTAN. Nos efforts ont été vains. Les États-Unis n’ont pas changé leur position. Ils ne pensent pas qu’il soit nécessaire de s’entendre avec la Russie sur une question cruciale pour nous. Les États-Unis poursuivent leurs propres objectifs, tout en négligeant nos intérêts.

Bien sûr, cette situation soulève une question : et ensuite, à quoi devons-nous nous attendre ? Si l’histoire est un guide, nous savons qu’en 1940 et au début de 1941, l’Union soviétique s’est donné beaucoup de mal pour empêcher la guerre ou au moins retarder son déclenchement. À cette fin, l’URSS a cherché à ne pas provoquer l’agresseur potentiel jusqu’au bout en s’abstenant ou en reportant les préparatifs les plus urgents et les plus évidents qu’elle devait faire pour se défendre d’une attaque imminente. Quand elle a finalement agi, il était trop tard.

En conséquence, le pays n’était pas prêt à contrer l’invasion de l’Allemagne nazie, qui a attaqué notre patrie le 22 juin 1941, sans déclarer la guerre. Le pays a arrêté l’ennemi et a fini par le vaincre, mais cela a coûté très cher. La tentative d’apaiser l’agresseur avant la Grande Guerre patriotique s’est avérée être une erreur qui a coûté cher à notre peuple. Dans les premiers mois qui ont suivi le déclenchement des hostilités, nous avons perdu de vastes territoires d’importance stratégique, ainsi que des millions de vies. Nous ne commettrons pas cette erreur une deuxième fois. Nous n’avons pas le droit de le faire.

Ceux qui aspirent à la domination mondiale ont publiquement désigné la Russie comme leur ennemi. Ils l’ont fait en toute impunité. Ne vous y trompez pas, ils n’avaient aucune raison d’agir ainsi. Il est vrai qu’ils disposent de capacités financières, scientifiques, technologiques et militaires considérables. Nous en sommes conscients et avons une vision objective des menaces économiques que nous entendons, tout comme de notre capacité à contrer ce chantage effronté et sans fin. Permettez-moi de répéter que nous ne nous faisons aucune illusion à cet égard et que nous sommes extrêmement réalistes dans nos évaluations.

En ce qui concerne les affaires militaires, même après la dissolution de l’URSS et la perte d’une partie considérable de ses capacités, la Russie d’aujourd’hui reste l’un des États nucléaires les plus puissants. De plus, nous avons un avantage certain dans plusieurs armes de pointe. Dans ce contexte, il ne doit y avoir aucun doute pour quiconque que tout agresseur potentiel subira une défaite et des conséquences terribles s’il attaque directement notre pays.

Dans le même temps, la technologie, y compris dans le secteur de la défense, évolue rapidement. Un jour, il y a un dirigeant, et demain un autre, mais une présence militaire dans les territoires voisins de la Russie, si nous lui permettons d’aller de l’avant, restera pendant des décennies ou peut-être pour toujours, créant une menace toujours croissante et totalement inacceptable pour la Russie.

Même maintenant, avec l’expansion de l’OTAN vers l’Est, la situation de la Russie s’aggrave et devient de plus en plus dangereuse d’année en année. De plus, ces derniers jours, les dirigeants de l’OTAN ont été directs dans leurs déclarations selon lesquelles ils doivent accélérer et intensifier leurs efforts pour rapprocher l’infrastructure de l’Alliance des frontières de la Russie. En d’autres termes, ils ont durci leur position. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et observer passivement ces évolutions. Ce serait une chose absolument irresponsable à faire pour nous.

Toute nouvelle expansion de l’infrastructure de l’Alliance de l’Atlantique Nord ou les efforts en cours pour prendre pied militairement sur le territoire ukrainien sont inacceptables pour nous. Bien sûr, la question ne concerne pas l’OTAN elle-même. Elle sert simplement d’outil de la politique étrangère américaine. Le problème est que sur le territoire voisin de la Russie, dont je dois souligner qu’il s’agit de notre terre historique, une « anti-Russie » hostile prend forme. Entièrement contrôlée de l’extérieur, elle fait tout pour attirer les forces armées de l’OTAN et se doter d’armements de pointe.

Pour les États-Unis et leurs alliés, il s’agit d’une politique d’endiguement de la Russie, avec des dividendes géopolitiques évidents. Pour notre pays, c’est une question de vie ou de mort, une question de notre avenir historique en tant que nation. Ce n’est pas une exagération ; c’est un fait. Ce n’est pas seulement une menace très réelle pour nos intérêts, mais aussi pour l’existence même de notre État et pour sa souveraineté. C’est la ligne rouge dont nous avons parlé à maintes reprises. Ils l’ont franchie.

Cela m’amène à la situation dans le Donbass. Nous pouvons voir que les forces qui ont organisé le coup d’État en Ukraine en 2014 ont pris le pouvoir, le conservent à l’aide de procédures électorales ornementales et ont abandonné la voie d’un règlement pacifique du conflit. Depuis huit ans, depuis huit années sans fin, nous avons tout fait pour régler la situation par des moyens politiques pacifiques. Tout nos efforts furent vains.

Comme je l’ai dit dans mon allocution précédente, vous ne pouvez pas regarder sans compassion ce qui se passe là-bas. Il devenait impossible de le tolérer. Il fallait arrêter cette atrocité, ce génocide des millions de personnes qui y vivent et qui plaçaient leurs espoirs sur la Russie, sur nous tous. Ce sont leurs aspirations, les sentiments et la douleur de ces personnes qui ont été le principal moteur de notre décision de reconnaître l’indépendance des républiques populaires du Donbass.

Je voudrais en outre souligner ce qui suit. Concentrés sur leurs propres objectifs, les principaux pays de l’OTAN soutiennent les nationalistes d’extrême droite et les néonazis en Ukraine, ceux qui ne pardonneront jamais aux peuples de Crimée et de Sébastopol d’avoir librement choisi de se réunifier à la Russie.

Ils essaieront sans aucun doute de faire la guerre en Crimée comme ils l’ont fait dans le Donbass, de tuer des innocents comme l’ont fait les membres des unités punitives des nationalistes ukrainiens et les complices d’Hitler pendant la Grande Guerre patriotique. Ils ont aussi ouvertement revendiqué plusieurs autres régions russes.

Si nous regardons la séquence des événements et les rapports qui nous parviennent, la confrontation entre la Russie et ces forces ne peut être évitée. Ce n’est qu’une question de temps. Ils se préparent et attendent le bon moment. De plus, ils sont allés jusqu’à aspirer à acquérir des armes nucléaires. Nous ne laisserons pas cela se produire.

J’ai déjà dit que la Russie a accepté la nouvelle réalité géopolitique après la dissolution de l’URSS. Nous avons traité tous les nouveaux États post-soviétiques avec respect et continuerons d’agir de cette façon. Nous respectons et respecterons leur souveraineté, comme le prouve l’assistance que nous avons apportée au Kazakhstan lorsqu’il a été confronté à des événements tragiques et à une remise en cause de son statut d’État et de son intégrité. Cependant, la Russie ne peut pas se sentir en sécurité, se développer et exister face à une menace permanente venant du territoire de l’Ukraine d’aujourd’hui.

Permettez-moi de vous rappeler qu’en 2000-2005, nous avons utilisé notre armée pour repousser les terroristes dans le Caucase et avons défendu l’intégrité de notre État. Nous avons préservé la Russie. En 2014, nous avons soutenu les habitants de Crimée et de Sébastopol. En 2015, nous avons utilisé nos forces armées pour créer un bouclier fiable qui a empêché les terroristes syriens de pénétrer en Russie. Il s’agissait de nous défendre. Nous n’avions pas d’autre choix.

La même chose se passe aujourd’hui. Ils ne nous ont laissé aucune autre option pour défendre la Russie et notre peuple que celle que nous sommes obligés d’utiliser aujourd’hui. Dans ces circonstances, nous devons prendre des mesures audacieuses et immédiates. Les républiques populaires du Donbass ont demandé de l’aide à la Russie.

Dans ce contexte, conformément au chapitre VII, article 51 de la Charte des Nations Unies, avec l’autorisation du Conseil de la Fédération de Russie et en exécution des traités d’amitié et d’assistance mutuelle avec la République populaire de Donetsk et la République populaire de Lougansk, ratifiés par l’Assemblée fédérale le 22 février, j’ai pris la décision de mener une opération militaire spéciale.

Le but de cette opération est de protéger des personnes qui, depuis maintenant huit ans, font face à l’humiliation et au génocide perpétrés par le régime de Kiev. À cette fin, nous nous efforcerons de démilitariser et de dénazifier l’Ukraine, ainsi que de traduire en justice ceux qui ont perpétré de nombreux crimes sanglants contre des civils, y compris contre des citoyens de la Fédération de Russie.

Nous n’avons pas de plan d’occupation du territoire ukrainien. Nous n’avons pas l’intention d’imposer quoi que ce soit à qui que ce soit par la force. Dans le même temps, nous avons entendu un nombre croissant de déclarations venant de l’Occident selon lesquelles il n’est plus nécessaire de se conformer aux documents énonçant les résultats de la Seconde Guerre mondiale, tels qu’ils ont été signés par le régime soviétique totalitaire. Comment pouvons-nous répondre à cela ?

Les résultats de la Seconde Guerre mondiale et les sacrifices que notre peuple a dû faire pour vaincre le nazisme sont sacrés. Cela ne contredit pas les hautes valeurs des droits de l’homme et des libertés dans la réalité qui a émergé au cours des décennies d’après-guerre. Cela ne signifie pas que les nations ne peuvent pas jouir du droit à l’autodétermination, qui est inscrit dans l’article 1 de la Charte des Nations Unies.

Permettez-moi de vous rappeler qu’on n’a pas demandé aux habitants des territoires qui font partie de l’Ukraine d’aujourd’hui comment ils voulaient construire leur vie lors de la création de l’URSS ou après la Seconde Guerre mondiale. La liberté guide notre politique, la liberté de choisir en toute indépendance notre avenir et celui de nos enfants. Nous pensons que tous les peuples vivant dans l’Ukraine d’aujourd’hui, tous ceux qui le souhaitent, doivent pouvoir jouir de ce droit de faire un choix libre.

Dans ce contexte, je voudrais m’adresser aux citoyens ukrainiens. En 2014, la Russie a été obligée de protéger les habitants de Crimée et de Sébastopol de ceux que vous appelez vous-même les « nats ». Les habitants de Crimée et de Sébastopol ont choisi d’être avec leur patrie historique, la Russie, et nous avons soutenu leur choix. Comme je l’ai dit, nous ne pouvions pas agir autrement.

Les événements actuels n’ont rien à voir avec une volonté de porter atteinte aux intérêts de l’Ukraine et du peuple ukrainien. Ils sont liés à la défense de la Russie contre ceux qui ont pris l’Ukraine en otage et tentent de l’utiliser contre notre pays et notre peuple.

Je le répète : nous agissons pour nous défendre des menaces créées pour nous et d’un péril pire que ce qui se passe actuellement. Je vous demande, aussi difficile que cela puisse être, de le comprendre et de travailler avec nous pour tourner au plus vite cette page tragique et avancer ensemble, sans que personne ne s’immisce dans nos affaires et nos relations mais en les développant indépendamment, afin de créer des conditions favorables pour surmonter tous ces problèmes et nous renforcer de l’intérieur comme un tout, malgré l’existence de frontières étatiques. Je crois en cela, en notre avenir commun.

Je voudrais également m’adresser au personnel militaire des forces armées ukrainiennes.

Camarades, vos pères, grands-pères et arrière-grands-pères n’ont pas combattu les occupants nazis et n’ont pas défendu notre patrie commune pour permettre aux néo-nazis d’aujourd’hui de prendre le pouvoir en Ukraine. Vous avez prêté serment d’allégeance au peuple ukrainien et non à la junte, l’adversaire du peuple qui pille l’Ukraine et humilie le peuple ukrainien.

Je vous exhorte à refuser d’exécuter leurs ordres criminels. Je vous exhorte à déposer immédiatement les armes et à rentrer chez vous. Je vais expliquer ce que cela signifie : les militaires de l’armée ukrainienne qui le font pourront librement quitter la zone des hostilités et retourner dans leurs familles.

Je tiens à souligner à nouveau que toute la responsabilité d’un éventuel bain de sang incombera pleinement et entièrement au régime ukrainien au pouvoir.

Maintenant quelques mots importants, très importants pour ceux qui seraient tentés d’intervenir dans les événements en cours. Quiconque essaie de nous entraver, et plus encore de créer des menaces pour notre pays, pour notre peuple, doit savoir que la réponse de la Russie sera immédiate et vous conduira à des conséquences que vous n’avez jamais connues dans votre histoire. Nous sommes prêts pour tout développement. Toutes les décisions nécessaires à cet égard ont été prises. J’espère que je serai entendu.

Chers citoyens de Russie !

Le bien-être, l’existence même d’États et de peuples entiers, leur succès et leur viabilité trouvent toujours leur origine dans le puissant système de leurs racines, de leur culture et de leurs valeurs, de l’expérience et des traditions de leurs ancêtres et, bien sûr, dépendent directement de la capacité à s’adapter rapidement à une vie en constante évolution, de la cohésion de la société, de sa volonté de se consolider, de rassembler toutes les forces pour aller de l’avant.

Les forces sont toujours nécessaires –toujours, mais la force peut être de qualité différente. Au cœur de la politique de « l’empire du mensonge », dont je parlais au début de son discours, se trouve d’abord la force brute et directe. Dans de tels cas, nous disons : « Tout dans les bras, rien dans la tête. »

Et vous et moi savons que la vraie force est dans la justice et la vérité, qui sont de notre côté. Et s’il en est ainsi, il est difficile d’être en désaccord avec le fait que ce sont la force et la volonté de se battre qui sous-tendent l’indépendance et la souveraineté, qui sont le fondement nécessaire sur lequel vous ne pouvez que construire votre avenir de manière fiable, construire votre maison, votre famille, votre patrie.

Chers compatriotes !

Je suis convaincu que les soldats et les officiers des Forces armées russes dévoués à leur pays rempliront leur devoir avec professionnalisme et courage. Je suis convaincu que tous les niveaux de gouvernement, les spécialistes responsables de la stabilité de notre économie, de notre système financier, de la sphère sociale, les chefs de nos entreprises et toutes les entreprises russes agiront de manière coordonnée et efficace. Je compte sur une position consolidée et patriotique de tous les partis parlementaires et des forces publiques.

En fin de compte, comme cela a toujours été le cas dans l’histoire, le destin de la Russie est entre les mains fiables de notre peuple multiethnique. Et cela signifie que les décisions prises seront mises en œuvre, les objectifs fixés seront atteints, et la sécurité de notre patrie sera garantie de manière fiable.

Je crois en votre soutien, en cette force invincible que nous donne notre amour pour la Patrie.

Source : Address by the President of the Russian Federation, President of Russia
Traduction : Le Cri des Peuples

Lire aussi :
L’ultimatum de la Russie aux pays membres de l’OTAN, Le Cri des Peuples, 04/02/2022.
Dossier RUSSIE (avec liens téléchargement), Monde en Question.
Revue de presse Russie, Monde en Question.
Dossier UKRAINE (avec liens téléchargement), Monde en Question.
Revue de presse Ukraine, Monde en Question.

Commentaire pour cet article sinon utilisez le Forum

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :