Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives Mensuelles: mars 2020

Bulletin (de santé) du coronavirus nº2


Les fleurs, elles s’en fichent !
Catherine Fattebert [52’03]

 


Nombre de morts / Nombre de cas au 29/03/2020
Source

Nombre de cas actifs / Nombre de cas au 29/03/2020
Source

 

Le bilan de la semaine dernière est assez cocasse du moins pour ceux qui gardent le sens de l’humour malgré le naufrage de la pensée critique voire du simple bon sens.

Les États-Unis sont devenus les champions du monde du coronavirus en totalisant 141 527 cas et 134 627 cas actifs, soit 95,12%. Mais la première puissance mondiale ne totalise que 2 465 morts (à peine plus que la France) alors que, comme le rappelle l’AFP, la grippe saisonnière fait environ 37 000 morts en moyenne chaque année aux États-Unis (Source).
La Chine rivalise qualitativement avec tous les pays en affichant avec insolence 78 748 cas résolus, soit 96,70% et seulement 2 691 cas actifs soit 3,30% (Source).

Le coronavirus est plus contagieux que d’autres virus (augmentation rapide du nombre de cas). Le taux de mortalité du coronavirus est plus élevé que celui de la grippe saisonnière, mais le nombre de cas reste beaucoup moins élevé. Bref, il est plus mortel… mais fait beaucoup moins de morts (Source).
Le taux de mortalité est très variable d’un pays à l’autre. L’Italie détient le taux le plus élevé avec 11,03% (178,28 morts par million d’habitants) et l’Allemagne le plus faible avec 0,86% (6,36 morts par million d’habitants) sans qu’on sache pourquoi (Source).

Selon le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, et le président français, Emmanuel Macron, le confinement de toute la population à domicile ne vise pas à vaincre l’épidémie, mais à l’étaler dans le temps afin que les malades n’arrivent pas au même moment dans les hôpitaux et les saturent. Autrement dit, ce n’est pas une mesure médicale, mais exclusivement administrative. Elle ne diminuera pas le nombre de personnes infectées, mais le reportera dans le temps (Source).

Il est donc difficile de comprendre que le ministère des Solidarités et de la Santé en France s’oppose farouchement à l’utilisation de la chloroquine pour réduire le nombre de cas actifs, donc ceux qui sont contagieux, et gagner ainsi la course contre la montre comme la Chine l’a fait avec succès – ce que tout le monde préfère ignorer car ce fait est trop blessant pour l’orgueil national.

Force est de constater que le coronavirus n’obéit pas aux injonctions gouvernementales. Ainsi, le jour de l’allocution d’Emmanuel Macron, la France totalisait 2 269 cas et 48 morts (Rapport OMS nº52). Or, malgré des mesures drastiques sur tout le territoire national, la France totalise aujourd’hui 37 145 cas et 2 311 morts (Rapport OMS nº69) [1].

Les médias copier-coller rigolent quand Donald Trump met en garde ses concitoyens sur un risque plus dangereux que le coronavirus :

Un confinement prolongé pourrait « détruire » les États-Unis et une récession risque d’avoir pour conséquence un nombre plus important de victimes que le nouveau coronavirus lui-même.
Source

Ils riront moins quand leur propre pays sera touché par la crise provoquée par des mesures prises dans un climat d’hystérie collective et non adaptées à la situation objective.

Les médecins, qui exercent dans les ministères, semblent avoir oublier la base de leur métier que rappelle le professeur Didier Raoult : diagnostiquons et traitons !.

 

Voici la situation dans quelques pays du 14/03/2020 au 29/03/2020 :

Allemagne
Chine
Espagne
États-Unis
France
Iran
Italie
Mexique
Royaume-Uni
Suisse

29/03/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
La chloroquine en question, Chine en Question.
Moyenne de morts par jour, Monde en Question.
Bulletin (de santé) du coronavirus nº1, Monde en Question.
Revue de presse Santé publique Monde, Monde en Question.
Revue de presse Santé publique Chine, Chine en Question.


Notes et références

[1] Voir : À propos du confinement, YouTube.

Épidémies – Vrais dangers et fausses alertes


Bibliographie médecine

 

Les alertes affolantes sur de possibles épidémies se sont multipliées ces dernières années. Pour toutes ces maladies des modèles mathématiques et des prédictions ont été réalisés, qui annonçaient la mort de millions de personnes. Il n’en a rien été, en dehors de l’épidémie de grippe qui a tué comme une grippe ordinaire.
En revanche d’autres épidémies ont été négligées, dont […] le Clostridium difficile qui tue [sans émouvoir personne] entre 60 000 et 100 000 personnes par an dans le monde.
p.5 de l’édition électronique

En ces temps de réclusion sous la couette, je conseille la lecture de ce petit livre (98 pages) malgré deux points négatifs : le style souffre d’une écriture hâtive et, plus grave de mon point de vue, l’auteur qualifie le coronavirus de coronavirus chinois, terme de la propagande anti-chinoise, au lieu d’utiliser la dénomination scientifique de covid-19.

Ceci dit, son livre est un pavé dans la mare. Didier Raoult a une très longue expérience de terrain des maladies infectieuses, mais, comme il n’appartient pas aux cercles des conseillers du prince, sa parole est d’emblée disqualifiée par les médias nationaux, par ses collègues qui intriguent contre lui auprès des décideurs pour le compte des laboratoires pharmaceutiques et enfin par les politiques qui « ont un mode de réflexion trop proche de celui des médias ».

Et c’est en tant qu’expert, mondialement connu et reconnu, qu’il affirme :

La vitesse de réaction des Chinois dans la gestion des épidémies a été stupéfiante, en particulier dans son évaluation des molécules anti-infectieuses. Ils ont pu rapidement montrer que la chloroquine, un des médicaments les plus prescrits au monde et les plus simples, est peut-être le meilleur traitement des coronavirus et la meilleure prévention.
p.56 de l’édition électronique

Un traitement par la chloroquine n’intéresse personne en France car son coût est trop dérisoire (2 € environ) pour faire sérieux après les prédictions terrifiantes des lanceurs d’alerte qui vont dans l’intérêt des opportunistes des situations de crise orchestrées par les médias : les décideurs politiques et économiques (les laboratoires pharmaceutiques en l’occurrence).

Je doute que l’immense majorité de mes amis, qui vivent en France, en Belgique, en Espagne ou en Suisse, lise ce livre parce qu’il est à contre-courant de leur croyance.

[…] même si les gens adorent avoir peur, à la longue, la réalité s’imposera et ils ne croiront plus rien de ce qu’on leur prédit. Ce qui est tout aussi dangereux que la crédulité aveugle. Souvenons-nous de l’histoire de Pierre et le loup : à force d’entendre Pierre crier au loup, plus personne ne le crût quand le loup arriva !
p.93 de l’édition électronique

25/03/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Didier RAOULT, Épidémies – Vrais dangers et fausses alertes, Michel Lafon, 2020 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Didier RAOULT, Rapport de mission sur le bioterrorisme, 2003 [Texte en ligne].
Bulletin (de santé) du coronavirus nº1, Monde en Question.
Revue de presse Santé publique Chine, Chine en Question.
Revue de presse Santé publique Monde, Monde en Question.
Index Médecine, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

Si les gens ne veulent pas regarder les chiffres, je n’y peux rien !


 

Il n’en démord pas. Malgré l’écho donné à la défiance politique et médicale concernant son essai clinique, le patron de l’IHU est convaincu de la pertinence de l’hydroxychloroquine pour traiter les patients atteints de Covid-19. Malgré la psychose médiatique et son décompte mortuaire quotidien, il le répète : on a plus de chance de mourir d’autre chose que du « coronavirus chinois ». Alors qu’hier soir le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy appelait solennellement à une stratégie de dépistage massif, Didier Raoult, lui, l’avait préconisée et mise en place dès l’arrivée des premiers rapatriés de Wuhan. Dans les couloirs de l’IHU, on glisse que dans cette crise sanitaire, « il a mis ses couilles sur la table ». L’histoire dira si le détonnant Pr Raoult avait raison. Rencontre.

627 morts en une journée et 40 000 cas de Covid-19 en Italie, on n’en est plus à la « grippette » dont vous parliez il y a quelques semaines…
Pr Didier Raoult
: Vraisemblablement, vous ne comprenez pas du premier coup. Toutes les situations doivent être mises en perspective. Sur quelle maladie infectieuse toute la presse s’est-elle excitée l’année dernière ? La rougeole. À la fin, il y a eu 1 000 cas avec un mort et il y avait une annonce tous les jours dans les médias. Le monde de l’information vit dans un monde parallèle au mien, celui de l’observation. On est passé d’une exagération à une déconnection. Il y a dans le monde 2,6 millions de morts d’infections respiratoires par an, vous imaginez que les 5 000, 10 000 ou même 100 000 vont changer les statistiques ?

On ne parle pas de statistiques, on parle d’êtres humains, de populations entières confinées…
Pr Didier Raoult
: De quoi voulez-vous parler d’autres ? Les gens meurent, oui. La plus grande surmortalité de ces dernières années en France, c’était en 2017 : 10 000 morts supplémentaires en hiver, on ne sait pas même pas si c’est de la grippe. 10 000 morts, c’est beaucoup. Mais là, on en est à moins de 500. On va voir si on arrive à en tuer 10 000, mais ça m’étonnerait.

L’argument statistique est donc le seul prisme…
Pr Didier Raoult
: À Marseille, nous avons diagnostiqué 120 cas positifs, il y avait deux morts de plus de 87 ans. Ils mourraient aussi l’année dernière. Sur 100 prélèvements de gens qui ont une infection respiratoire, ce sont plutôt des cas graves, quand on teste 20 virus et 8 bactéries, il y en 50 % dont on ne sait pas ce qu’ils ont, c’est notre grande ignorance. Pour tous les autres, il y a 19 virus saisonniers, qui tuent aussi. Les coronavirus endémiques tuent plus ici que le chinois. Je confronte en permanence les causes de mortalité dans toute la région à cette espèce de soufflet anxiogène qui monte : pour l’instant, on a plus de chance de mourir d’autres choses que du Covid-19. Le grand âge, les comorbidités et la prise en charge tardive sont des facteurs de mortalité. C’est peut-être inentendable, mais c’est la réalité. La seule chose qui m’intéresse sont les datas, les données brutes. Les données vont rester, les opinions, elles, changent… Je ne dis pas l’avenir, mais je ne suis absolument pas terrifié.

Comment expliquez-vous la situation dans l’est de la France ?
Pr Didier Raoult
: Je suis scientifique, c’est ce qui manque dans ce pays ; une grande partie du monde politique et administratif réagit comme vous (les médias, NDLR). Nous, nous ne devons pas réagir comme ça. Les seules données qui m’intéressent ce sont les données d’observation, je n’ai pas d’opinion. Il n’y a que la presse qui parle de ce qui se passe dans l’Est, moi, je n’ai pas de données. Pour l’Italie, on disait pis que pendre, j’ai reçu une analyse, c’est comme ailleurs, ce sont des gens de plus de 75 ans. Les Japonais ont fait un très beau modèle expérimental en confinant les croisiéristes assez âgés sur le Diamond Princess. On a bien vu que c’était contagieux, 700 l’ont chopé. Mais en dépit d’une population très fragile, il n’y a eu qu’1 % qui sont morts. C’est la réalité observée. Quand il y aura 1 000 morts dans l’Est, je dirai oui, c’est grave.

Vous êtes en permanence à contre-courant du discours…
Pr Didier Raoult
: Ce n’est pas parce qu’il y a quelques personnes qui pensent certaines choses à Paris, que je suis à contre-courant. Dans mon monde, je suis une star mondiale, je ne suis pas du tout à contre-courant. Je fais de la science, pas de la politique. Les maladies infectieuses, ce n’est pas très compliqué, c’est diagnostic et traitement. C’est le B-A ba, si les gens ne connaissent pas le B-A ba des maladies infectieuses ou de la chloroquine qui s’apprend en troisième année de médecine, je n’y peux rien. Je vais pas refaire l’éducation de ceux qui refont le monde sur les plateaux-télé. Je me fous de ce que pensent les autres. Je ne suis pas un outsider, je suis celui qui est le plus en avance. La vraie question est : comment ce pays est arrivé dans un tel état que l’on préfère écouter les gens qui ne savent pas que plutôt ceux qui savent ?

24 patients sont suivis dans l’essai clinique, combien de personnes ont été traitées depuis…
Pr Didier Raoult
: On en a traitées d’autres mais je ne vous dirai pas combien. J’en informerai d’abord le ministère.

Après six jours de traitement, la charge virale de 75% des patients est négative, sont-ils pour autant guéris ?
Pr Didier Raoult
: Ils sont guéris du virus. Mais si vous avez des lésions pulmonaires, elles ne disparaîtront pas en trois jours. Nous ne savons pas pour le moment non plus si, une fois guéri, vous pouvez retomber malade, cela n’a pas été décrit par les Chinois qui ont deux mois d’avance sur nous.

Quid des 25 % qui sont toujours positifs ? Leur situation s’aggrave-t-elle comme on le dit autour des 7e et 8e jours ?
Pr Didier Raoult
: Nous n’avons pas eu d’aggravation dans les cas traités mais nous ne voyons pas de gens dans des états graves. Pour l’instant, les cas graves sont ceux qui ne sont ni détectés, ni traités et qui arrivent avec une insuffisance respiratoire très grave. Ils vont directement en réanimation et ils vont mourir là-bas. Si on dépiste et que l’on traite les gens précocement il y a forcément plus de chance de les sauver que 48 heures avant la phase terminale.

Votre stratégie depuis le début de l’épidémie est de mobiliser tout l’IHU pour faire du dépistage massif, pourquoi, cela n’a pas été une stratégie nationale dès l’origine ?
Pr Didier Raoult
: Ce n’est pas ma stratégie, c’est du bon sens. Je ne sais pas pourquoi ce n’est pas une stratégie nationale, c’est un choix politique. Moi, je fais mon devoir, point final. Je fais ce que je dois faire, je joue ma partition dans une pièce. Mais ce n’est pas moi qui ai inventé le théâtre, ni le texte. Je suis le seul à avoir une pensée classique sur les maladies infectieuses alors que tout le monde perd ses nerfs…

Quid des effets secondaires du traitement à l’hydroxychloroquine ?
Pr Didier Raoult
: Ce qu’on dit sur les effets secondaires est tout simplement délirant. Ce sont des gens qui n’ont pas ouvert un livre de médecine depuis des années. Plus d’un milliard de gens en ont bouffé, les personnes qui souffrent de lupus en prennent pendant des décennies… Je connais très bien ces médicaments, j’ai traité 4 000 personnes au Plaquénil depuis 20 ans. Ce n’est pas moi qui suis bizarre, ce sont les gens qui sont ignorants. On ne va pas m’apprendre la toxicité de ce médicament.

Le gouvernement a annoncé élargir les essais sur l’hydroxychloroquine mais par des équipes indépendantes de la vôtre, pourquoi ?
Pr Didier Raoult
: C’est normal. Jusqu’il y a 30 ou 40 ans, en faisant face à des maladies qu’on soignait mal ou pas, la méthodologie, on s’en foutait un peu. Le premier type qui avait une infection à staphylocoque, on lui donnait de la pénicilline, il était guéri et tout le monde était content. Au fur et à mesure où l’on a été de plus en plus compétent, il a fallu faire des études en double aveugle, puis rendre publiques des données pour ne pas qu’il y ait des tricheurs, notamment en raison des enjeux financiers. Aujourd’hui, on sait par les Chinois que le portage moyen du virus est de 20 jours. Nous, nous avons les moyens de mesurer la charge virale, on voit qu’elle baisse, donc c’est que ça marche. On n’avait pas besoin de groupe témoin. Je suis content de l’élargissement des essais avec des médicaments, qui marchent, je suis juste un docteur. Si vous avez des doutes sur ma crédibilité, ce n’est pas mon problème. Il y a des gens soignés dans le monde entier, je ne me sens pas plus responsable des malades de Paris que de Corée. Ce seront les plus intelligents qui seront le mieux soignés. Je n’essaie pas d’être arrogant. Si les gens ne veulent pas regarder les chiffres, je n’y peux rien. Nous avons réalisé les 2/3 des tests de France, on a mis en place une machine de guerre. Après, on ne peut pas faire boire un âne qui n’a pas soif.

Source

Lire aussi :
Didier RAOULT, Rapport de mission sur le bioterrorisme, 2003 [Texte en ligne].
Didier RAOULT, Épidémies – Vrais dangers et fausses alertes, 2020 [Texte en ligne].
Bulletin (de santé) du coronavirus nº1, Monde en Question.
Revue de presse Santé publique Chine, Chine en Question.
Revue de presse Santé publique Monde, Monde en Question.

Buster Keaton – Le génie brisé par Hollywood (2015)


 

Titre : Buster Keaton – Le génie brisé par Hollywood
Réalisateur : Jean-Baptiste Péretié
Durée : 0h53
Année : 2015
Pays : France
Genre : Documentaire, Biographie
Fiche : Film documentaire
Partage déniché par Monde en Question
Avis de : Sens Critique

Lire aussi :
Filmographie, Ciné Monde.
Dossier Cinéma France, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Bulletin (de santé) du coronavirus nº1


Suivre l’actualité, courir après le vent.
Penser l’actualité, marcher à contre-courant.


Nombre de morts par million d’habitants au 21/03/2020
Source

Nombre de cas actifs par million d’habitants au 21/03/2020
Source

 

L’épidémie est en voie d’extinction en Chine. Le nombre de cas actifs est en baisse constante et ne représente plus que 6,60% du nombre total des cas.

– 14/03/2020 = 12 062 cas actifs
– 21/03/2020 = 5 353 cas actifs

Le nombre de cas actifs par million d’habitants est très bas 3,72.

Les pays en difficulté sont dans l’ordre : la Suisse, l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne.

En Suisse, le nombre de cas actifs est modeste, mais c’est le plus élevé par million d’habitants 768,66.

La situation est Italie est paradoxale car le nombre de cas résolus est en hausse, mais celui de cas actifs reste le plus élevé du monde (42 681).
Le nombre de morts par million d’habitants est très élevé 79,80.
Le nombre de cas actifs par million d’habitants est aussi très élevé 705,93.

Il convient de relativiser tout cela car on reste encore très loin des chiffres de la grippe saisonnière.

Voici la situation dans quelques pays du 14/03/2020 au 22/03/2020 :

Allemagne
Chine
Espagne
États-Unis
France
Iran
Italie
Mexique
Royaume-Uni
Suisse

21/03/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Revue de presse Santé publique Chine, Chine en Question.
Revue de presse Santé publique Monde, Monde en Question.

La manipulation des chiffres du coronavirus


 

Les propos du Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, n’ont été entendu ni par les médias ni par les politiques :

Ce qui aggrave encore l’épidémie, c’est que de fausses informations circulent encore plus vite sur Internet que le nouveau coronavirus.
Source

Les médias ont accusé la Chine d’avoir enfermé la population du Wuhan dans une prison à ciel ouvert. Or, cette mesure a considérablement limité la propagation de l’infection vers les autres régions.

Au 17/03/2020, la Chine totalise 80 894 cas du coronavirus et 3 237 morts dont 67 800 cas (83,81%) et 3 122 morts (96,45%) dans la province du Hubei.
Source

Il semble que la démocratie libérale à la française veuille fait mieux que la dictature communiste à la chinoise en ordonnant, avec l’aide massive de l’armée, un confinement stricte de toute la population pour un temps indéterminé. Les infractions seront sanctionnées d’une amende de 135 euros (Source) !

Le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, avait pourtant mis en garde :

Vous ne pouvez pas combattre un virus si vous ne savez pas où il se trouve. Trouvez, isolez, testez et traitez chaque cas, pour briser les chaînes de transmission.
Source

Comme en 2009 à propos de la grippe A(H1N1), je suis contraint de répéter que communiquer uniquement sur le nombre cumulé de cas ou de morts donne une vision totalement fausse de l’évolution d’une infection. Il est évident que ce nombre sera toujours croissant et donc non significatif.

Les lanceurs de nouvelles hystériques spéculent sur le taux de mortalité (nombre de morts / nombre de cas) en imaginant une augmentation délirante du nombre de cas et donc de morts.

Si on imagine que les cas doublent tous les 5 jours, cela fait 4000 cas le 27 février, 8000 le 3 mars, 10 000 le 8 mars, 20 000 le 13 mars, 40 000 le 18 mars.
Source

Le taux de mortalité du coronavirus est certes plus élevé que celui de la grippe saisonnière, mais le nombre de cas est lui beaucoup moins élevé.

Bref, il est plus mortel… mais fait beaucoup moins de morts.
Source

Pour s’en tenir aux faits, l’indicateur pertinent est le taux de surmortalité (moyenne nombre de morts par jour du coronavirus / moyenne nombre de morts par jour toutes causes confondues).

Au 18/03/2020, la France totalise depuis le 25/01/2020 6 573 cas du coronavirus et 148 morts. La moyenne est de 2,79 morts par jour du coronavirus sur 1 707 toutes causes confondues, soit une surmortalité de 0,16%.
Source

Le nombre cumulé de cas dissimule aussi celui des cas résolus :

Au 18/03/2020, la Chine totalise depuis le 21/01/2020 80 928 cas dont 70 420 cas guéris, soit 87,02 % ! Si on ajoute les morts, 73 665 cas étaient donc résolus, soit 91,03 % !

Le nombre de cas actifs baisse régulièrement en Chine :

15/03/2020 = 9 848 cas actifs
16/03/2020 = 8 936 cas actifs
17/03/2020 = 8 043 cas actifs
18/03/2020 = 7 263 cas actifs

Voilà la preuve que les chiffres, dont on nous abreuve quotidiennement, relèvent de la propagande politique et médiatique – les médias étant les chiens de garde des politiques.

Restons donc vigilants sans céder à la psychose ambiante !

18/03/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
16/03/2020, Le coronavirus et la matrice de la peur pour changer de société, Russie politics.
Statistiques coronavirus en France, Chine en Question.
Revue de presse Santé publique Monde, Monde en Question.
Statistiques coronavirus en Chine, Chine en Question.
Revue de presse Santé publique Chine, Chine en Question.
Paul NIZAN, Les chiens de garde, 1932.
Serge HALIMI, Les nouveaux chiens de garde, 1997.
Dossier Propagande, Monde en Question.

La situation en Italie


Comme je l’indiquais dans la chronique ¡Ya basta! du coronavirus, la situation est préoccupante, mais pas alarmante en Italie.


Source, 16/03/2020 à 23:14 GMT

 

Le nombre de nouveaux cas et de nouveaux morts reste élevé, mais en baisse par rapport à ceux de la veille :
– 15/03/2020 = 3590 nouveaux cas et 368 nouveaux morts
– 16/03/2020 = 3222 nouveaux cas et 349 nouveaux morts

Le nombre de cas guéris est en progression :
– 14/03/2020 = 1439 soit 8,14% du nombre total de cas
– 15/03/2020 = 2335 soit 9,43% du nombre total de cas
– 16/03/2020 = 2749 soit 9,82% du nombre total de cas

16/03/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Statistiques coronavirus en Italie, Worldometers.
Statistiques coronavirus en Chine, Chine en Question.
Revue de presse Santé publique Chine, Chine en Question.
Revue de presse Santé publique Monde, Monde en Question.
Sources Coronavirus, Chine en Question.

Analyse de l’allocution d’Emmanuel Macron


Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre.

L’allocution d’Emmanuel Macron du 12/03/2020 est un modèle de communication mensongère.

 

D’emblée, le président de la République dit n’importe quoi :

Cette épidémie, qui affecte tous les continents et frappe tous les pays européens, est la plus grave crise sanitaire qu’ait connu la France depuis un siècle.
Source [00’28]

Premièrement, on ne pourra vraiment dire que cette épidémie fut grave qu’une fois qu’elle sera terminée et qu’on aura réalisé le bilan pour chaque pays.
Deuxièmement, Emmanuel Macron oublie les pandémies de 1918-1919 et 1956-1958. Or, on a dénombré en France 408 000 morts de la grippe dite « espagnole » de 1918-1919 et 100 000 morts de la grippe dite « asiatique » de 1956-1958.

Il prétend que la santé n’a pas de prix [11’06]. Ce qui est totalement faux bien évidemment comme le rappelle Gilbert Deray, professeur à l’hôpital Pitié-Salpêtrière, et Gérard Filoche, inspecteur du travail à la retraite :

Je suis inquiet que notre système de santé, déjà en grande difficulté, ne soit prochainement débordé par un afflux de malades au moindre signe de syndrome grippal.
Source

Macron casse les hôpitaux, il bloque les crédits pour la santé, son prochain truc, c’est de casser la Sécu après avoir cassé les retraites. Et le gars pendant neuf mois ne répond pas aux retraites, pas d’intervention […] Il vient parler à deux jours des Municipales sur le coronavirus, mais qu’il se cache ! Qu’il se taise !
Source

Il donne un conseil paradoxal [21’27] [1] :

Je compte sur vous aussi pour prendre soin des plus vulnérables de nos compatriotes. Ne pas rendre visite à nos aînés est, j’en ai bien conscience un crève-cœur, c’est pourtant nécessaire temporairement.

Gilbert Deray, professeur à l’hôpital Pitié-Salpêtrière, commente ainsi cette manipulation schizophrénique de la communication :

Je suis inquiet pour nos anciens déjà seuls et qu’il ne faut plus ni voir ni toucher de peur de les tuer. Ils mourront plus vite, mais « seulement » de solitude.
Source

Emmanuel Macron ne dit rien des traitements pourtant utilisés avec succès en Chine, mais attend un miraculeux vaccin [12’38]. Or, il faut se souvenir qu’en 2010 le gouvernement avait acheté des millions de doses du vaccin contre la grippe A/H1N1 qui n’ont servi à rien et furent jetées à la poubelle [2].

Quant aux mesures nationales de confinement, elles paraissent démesurées en l’état actuel de l’épidémie en France. Car, comme l’a rappelé Tedros Adhanom Ghebreyesus Vous ne pouvez pas combattre un virus si vous ne savez pas où il se trouve ! (Source). La Chine n’a pris des mesures de confinement que pour Wuhan, la capitale de la province du Hubei.

Le président de la République a repris les propos alarmistes du ministre de l’Education destinés à justifier les mesures de confinement des crèches, écoles, lycées et universités. Ce plaidoyer pro-domo n’a aucune valeur car il est un vulgaire copié-collé des propos délirants d’un médecin de Hong Kong :

Il y a une possibilité que 60% de la population mondiale finisse par contracter le virus. Le taux de propagation est tel, selon lui, que même si les mesures actuelles de contingentement s’avèrent nécessaires et efficaces aux premiers stades de l’épidémie, celle-ci risque de se propager bien au delà des pays actuellement touchés.
16/02/2020, Source

Interrogé sur France Info, le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, a estimé que 50 à 70% de la population [devrait finir] par être contaminée par le virus, précisant que c’était ce que disaient les scientifiques.
15/03/2020, Source

En conclusion, l’allocution d’Emmanuel Macron alimente et amplifie la psychose médiatique. Pour ma part, je reste vigilant sans y céder ! À vous de voir…

13/03/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Texte de l’allocution d’Emmanuel Macron, Réseau Voltaire.
Deux indicateurs du coronavirus à suivre, Chine en Question.
Statistiques coronavirus en Chine, Chine en Question.
Revue de presse Santé publique Chine, Chine en Question.
Revue de presse Santé publique Monde, Monde en Question.
Sources Coronavirus, Chine en Question.


Notes et références

[1] Lire :
La « manipulation » dans la communication, Communication et organisation.
Double-Contrainte (injonction paradoxale), Moniteur Educateur.
Paul WATZLAWICK, La réalité de la réalité – Confusion, désinformation, communication, Seuil, 1976.
Jean-Jacques WITTEZAELE (sous la direction de), La double contrainte, De Boeck, 2008 [Texte en ligne].
Dossier Palo Alto, Monde en Question.
[2] Lire : Articles A/H1N1, Monde en Question.

Ces savants qui ont eu raison trop tôt


Bibliographie sciences

 

opernic ? Personne ne s’intéressa de son vivant à ses travaux. Léonard de Vinci ? Il a fallu attendre le XIXe siècle pour redécouvrir ses dessins anatomiques. Mendel ? Il cultiva des pois d’où sortirent les premières lois de la génétique trente-cinq ans plus tard. Comme Alfred Wegener et sa dérive des continents, Svante Arrhenius et sa théorie de l’effet de serre, Georges Lemaître et son Big Bang ou Peter Higgs et son fameux boson envisagé en 1964 mais «vu» pour la première fois en 2012, tous ces savants ont en commun d’avoir eu raison trop tôt. Leurs travaux furent incompris ou écartés avant de changer notre vision du monde. Plutôt que de considérer qu’ils étaient en avance sur leur temps, on préféra décréter qu’ils avaient pris le mauvais chemin.

Laurent Lemire brosse le portrait d’une vingtaine de savants, y compris les plus célèbres d’entre eux pour leur redonner leur juste place. Car, sans eux, les choses ne se seraient peut-être pas déroulées de la même manière.

Voici une autre histoire des sciences à la fois surprenante, émouvante et passionnante.

Laurent LEMIRE, Ces savants qui ont eu raison trop tôt – De Vinci à nos jours, une histoire surprenante des découvertes, Tallandier, 2015 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Dossier Sciences, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle Sciences, Monde en Question.

Buster Keaton – A Hard Act to Follow (1987)


 

Titre : Buster Keaton – A Hard Act to Follow
Réalisateur : David Gill, Kevin Brownlow
Durée : 2h00 ou 2h40
Année : 1987
Pays : Royaume-Uni
Genre : Documentaire, Biographie
Fiche : IMDb
Partage déniché par Monde en Question
Avis de : Sens Critique

Lire aussi :
Filmographie, Ciné Monde.
Dossier Cinéma Royaume-Uni, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.