Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives Journalières: 30/09/2019

Jacques Chirac (1932-2019)



France 2 a rediffusé ce documentaire le 26 novembre 2019 à 21h24 et 22h55

 

Titre : Chirac
Réalisateur : Patrick Rotman
Durée : 1h43 et 1h46
Année : 2006
Pays : France
Genre : Documentaire
Résumé :
1 Le jeune loup 1932-1981
Né le 29 novembre 1932 à Paris, d’un père employé de banque et d’une mère au foyer qui adule son fils unique, Jacques Chirac entre à 18 ans à Sciences-Po. Après l’ENA, il rejoint Matignon, au cabinet de Georges Pompidou. Il est élu le 5 mars 1967 député de la Corrèze et entre au gouvernement. C’est le début d’une carrière ministérielle ininterrompue. En 1974, Chirac torpille la candidature de Jacques Chaban-Delmas et devient le Premier ministre de Valéry Giscard d’Estaing mais, très vite, entre les deux hommes, la cohabitation s’avère difficile. En août 1976, Chirac démissionne et crée le RPR, conçu pour la conquête de l’Elysée.
2 Le vieux lion 1981-2006
Face à Mitterrand à l’Elysée, Chirac s’installe comme l’incontournable chef de l’opposition. En 1986, la droite gagne les élections législatives de justesse. Mitterrand appelle Chirac à Matignon. Après deux années de cohabitation musclée, François Mitterrand est réélu en 1988. Passé un moment d’abattement, la machine Chirac se remet en route. Lors du référendum sur Maastricht, il prend position pour le «oui», contre l’immense majorité de son parti. En mars 1993, l’opposition emmenée par Chirac remporte une victoire écrasante. Edouard Balladur devient Premier ministre. Les deux amis de trente ans deviennent des ennemis implacables. En 1995, Chirac est élu président de la République : trente ans de vie politique trouvent leur accomplissement.
Fiche : Programme-tvProgramme-tv
Partage proposé par : 9docu DVD FR
Avis de Ciné Monde : Les points forts du documentaire tiennent aux informations oubliées aujourd’hui comme le rôle des conseillers de l’ombre de Jacques Chirac (Pierre Juillet et Marie-France Garraud) ; la violente campagne nationaliste de Jacques Chirac contre l’Europe inspirée par ces derniers [1-1h28] ; le fait que Jacques Chirac avait fait élire Giscard en 74 et a contribué à le faire perdre en 81 [1-1h41] ; Jacques Chirac approuve l’alliance avec l’extrême droite en 83 [2-05’28] ; la trahison de Charles Pasqua et Philippe Seguin [2-19’58] ; Jacques Chirac devient pro-européen (traité de Maastricht) par opportunisme [2-22’00] avec la surréaliste photo-montage du Figaro [2-23’53] ; la rupture d’Édouard Balladur avec son poulain [2-24’39] ; la trahison de Nicolas Sarkozy [2-30’26] ; la campagne aussi grand-guignolesque que démagogique de Jacques Chirac contre la fracture sociale avec le retournement de Philippe Seguin [2-33’32] ; Jacques Chirac, à peine élu, ferra le contraire de ce qu’il avait promis [2-47’48] ; le montage du discours de Jacques Chirac avant (juillet 1996) et après la dissolution (avril 1997) est dévastateur [2-52’45].

Les points faibles du documentaire apparaissent à partir de l’évocation des affaires. Le 21 avril 2002 est traité de manière politiquement correcte et Jacques Chirac présenté comme le sauveur de la République [2-1h27] en oubliant son discours sur le bruit et l’odeur de 1991 et sa campagne sécuritaire du premier tour qui fera le lit de Nicolas Sarkozy, un autre traitre, en 2007. Les mérites du discours de Dominique de Villepin refusant de participer à la guerre contre l’Irak attribués à Jacques Chirac oublient de préciser que, comme la Russie et l’Allemagne, la France défendait surtout ses intérêts économiques dans ce pays.
Le portrait psycho-analytique de l’homme [1-1h01], [1-1h32], [2-03’10], [2-17’30] et pire encore [2-1h43-1h45] est une fausse note qui relève d’une construction spéculative sans intérêt car ce n’est pas l’homme qui est critiquable, mais sa politique.

Le documentaire est surtout centré sur le cirque des élections avec son cortège d’alliance, de trahison et surtout de promesses qui seront oubliées dès le lendemain. Or dans le bilan de l’écart entre les paroles et les actes, Jacques Chirac n’a pas fait pire que François Mitterrand avec le tournant de la rigueur. Au final, le bilan de ce qu’on appelle encore la démocratie est lourdement négatif.

Lire aussi :
Dossier Jacques CHIRAC, Monde en Question.
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier Cinéma France, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.