Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives Journalières: 14/10/2016

Le dernier jour d’un condamné


Bibliographie littérature

 

Le roman se présente comme le journal qu’un condamné à mort écrit durant les vingt-quatre dernières heures de son existence dans lequel il relate ce qu’il a vécu depuis le début de son procès jusqu’au moment de son exécution, soit environ six semaines de sa vie. Ce récit, long monologue intérieur, est entrecoupé de réflexions angoissées et de souvenirs de son autre vie, la « vie d’avant ». Le lecteur ne connaît ni le nom de cet homme, ni ce qu’il a fait pour être condamné, mis à part la phrase : « moi, misérable qui ai commis un véritable crime, qui ai versé du sang ! ». L’œuvre se présente comme un témoignage brut, à la fois sur l’angoisse du condamné à mort et ses dernières pensées, les souffrances quotidiennes morales et physiques qu’il subit et sur les conditions de vie des prisonniers, par exemple dans la scène du ferrage des forçats. Il exprime ses sentiments sur sa vie antérieure et ses états d’âme….

Il se fera exécuter sous la clameur du peuple qui voit sa mort comme un spectacle.

Victor HUGO, Le dernier jour d’un condamné, 1829 [Texte en ligne].

Michel ANDRIEU, Le dernier jour d’un condamné, 2002 [Film en ligne].

Stanislas GROS, Le dernier jour d’un condamné, Delcourt, 2007 [BD en ligneBD Gest’].

Lire aussi :
Dossier documentaire Littérature, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma – Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.