Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Le prix de la croisade


 

Depuis le 8ème siècle, la France monarchiste et chrétienne puis républicaine et laïque, fait la guerre contre les musulmans.

Lors des croisades (1095-1291), la France participa à la conquête de la Palestine, la Jordanie, le Liban et la Syrie. Cette guerre sainte visait à détruire par le feu et par le sang les populations locales qui avaient le tort de vivre sur des terres que l’Occident chrétien revendiquaient comme siennes.
Ainsi furent détruites Jérusalem et Damas, villes saintes pour les chrétiens. Les croisés ne contentèrent pas, le 15 juillet 1099, de conquérir Jérusalem, mais ils massacrèrent tous les musulmans et brulèrent les juifs dans leurs synagogues au nom de la civilisation.
À l’inverse, Saladin, le barbare arabo-musulman, permit aux chrétiens, après la prise de Jérusalem le 2 octobre 1187, de quitter la ville et de regagner la côte sains et saufs avec une partie de leurs biens.

Depuis 2001, la France (de l’extrême-droite à l’extrême-gauche) participe à la croisade occidentale contre les musulmans, baptisés islamistes et donc terroristes par la propagande. Les croisés catho-laïques, à la mode Charlie, bombardent courageusement à plus de dix mille mètres d’altitude les populations d’Afghanistan, d’Irak, de Libye, de Syrie, qui ont le tort de vivre sous une dictature soutenue par les mêmes gouvernements qui la combattent aujourd’hui.
La guerre au sol, plus dangereuse, est sous-traitée avec des mercenaires de tous bords y compris avec des groupes terroristes financés, armés et entrainés par ceux qui prétendent les combattre (voir les articles sur la guerre contre Afghanistan). Sans oublier le double jeu de l’Arabie saoudite, « grande démocratie » du Moyen-Orient et alliée indéfectible des États-Unis depuis le pacte du Quincy scellé entre le président Franklin Roosevelt et le roi Ibn Saoud en 1945.

Plus personne ne sait qui est qui, qui fait quoi avec qui ou contre qui. Cette confusion est non seulement voulue par les décideurs de la nouvelle croisade, mais elle est entretenue par une extrême-gauche déliquescente qui reprend à son compte le concept de « terrorisme islamo-fasciste » forgé en 1990 par le journaliste Malise Ruthven consultant du Middle Eastern affairs.

Je partage en partie la position de CAPJPO-EuroPalestine :

Notre association CAPJPO-EuroPalestine condamne les actes de barbarie commis par les terroristes qui se revendiquent de Daesh [selon la police], et partage l’émotion et la tristesse des proches des 128 victimes de ces tueries ignobles, ainsi que des centaines de femmes et hommes blessés durant les massacres de vendredi soir.
Et elle s’élève contre les déclarations et la politique d’un gouvernement qui loin de protéger la population, l’expose au risque de nouveaux attentats.
En effet, on ne voit pas comment les mesures de type uniquement « sécuritaires » pourraient représenter une protection efficace. Il est impossible de surveiller tout le monde partout. Plus de police, plus de caméras, n’arrêteront pas des tueurs déterminés.
Ne pas s’attaquer aux causes, c’est à dire à la propagande sur le « choc des civilisations » et aux menées guerrières de la France contre des pays et des populations qui ne nous ont jamais agressés, est dramatique.
Comment imaginer qu’il était possible de bombarder impunément l’Afghanistan, l’Irak, la Libye et la Syrie ?
De quel droit la France y est-elle intervenue militairement ?
Bombardements, qui ont fait, ne l’oublions pas, des milliers de victimes innocentes, dont des femmes et des enfants.
Les « victimes innocentes » n’ont pas l’air d’émouvoir François Hollande, quand elles ne sont pas françaises ?
Comment éviter que des individus s’identifiant aux victimes ou étant des proches de celles-ci deviennent des kamikazes ? Et qu’ils se laissent « manipuler » , « embrigader » dans des groupes souvent armés et financés, dans un premier temps, par les dirigeants occidentaux qui veulent renverser tel ou tel gouvernement, qui n’a pas l’heur de leur plaire ? Parce que ce sont des dictateurs ? Mais alors pourquoi entretient-on d’aussi bonnes relations avec d’autres dictatures, en Arabie Saoudite, en Egypte ou en Afrique ?
Le gouvernement français ne répond à aucune de ces questions fondamentales. Et il ne faut pas compter sur les journalistes des principaux médias pour les lui poser.
Pourquoi ne parle-t-on pas de la manière dont ces groupes terroristes sont nés ? Qui les a armés ? Qui les a financés ? Ni du fait qu’ils ont repris à leur compte la logique de la propagande occidentale sur le « choc des civilisations » avec ses concepts de « supériorité des civilisations judéo-chrétiennes » et de « peuple élu », mais en l’inversant et en proclamant qu’il fallait éliminer tous ceux qui ne se rangeaient pas derrière leur bannière et leur pratique religieuse ?
Oui, cela fait froid dans le dos. Mais tout autant que le fait d’entendre sur France 2 ce samedi matin un ancien policier des services d’intervention urgente évoquer les « conseils » qu’Israël pourra donner en matière de lutte contre des kamikazes !
Sachant que toute la population israélienne est sur le pied de guerre depuis des décennies et que la technologie de répression la plus sophistiquée n’a pu permettre à Israël de venir à bout des attentats, on a de quoi s’inquiéter ! Israël refuse de s’attaquer à la racine du mal, l’occupation et la colonisation de la Palestine, et sa population ainsi prise en otage par ses dirigeants, continuera à en payer le prix.
Comme nous risquons de payer toujours plus cher le terrorisme de nos Etats.
On nous appelle maintenant à « l’unité nationale ». Derrière qui ?
Ceux qui entretiennent le racisme dans notre pays ? Ceux qui criminalisent la solidarité envers les migrants ? Ceux qui font défiler des bourreaux et des tortionnaires d’enfants, au premier rang de manifestations en faveur de la liberté d’expression ?
Hollande vient de dire : « Les Français vont devoir faire des sacrifices ».
Lesquels ? Plus de police, plus d’armée, plus de « champs d’opérations extérieurs », moins d’éducation, de santé et de retraites ? Souvenons-nous de la phrase de Jean Jaurès : « le capitalisme porte en lui la guerre, comme la nuée porte l’orage ».
Et rendons hommage aux victimes de la terreur à Paris vendredi, en évitant qu’il y en ait davantage, en faisant en sorte que des mots tels que « Liberté, Egalité, Fraternité » prennent tout leur sens. [il faut lire cette devise telle qu’elle s’inscrit aux frontons des monuments publics pour qu’elle prenne tout son sens : Liberté point Égalité point Fraternité point]

14/11/2015 13h à México
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
Syrie, Monde en Question.
Dossier documentaire Afghanistan, Monde en Question.
Dossier documentaire Irak, Monde en Question.
Dossier documentaire Libye, Monde en Question.
Dossier documentaire Propagande, Monde en Question.

Commentaire pour cet article sinon utilisez le Forum

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :