Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Il ne s’agit en aucun cas d’un apartheid


 

Les Palestiniens de Cisjordanie se rendant chaque jour en Israël pour y travailler n’ont plus le droit, depuis mercredi, d’utiliser les mêmes bus que les colons israéliens pour revenir chez eux. Cette mesure test doit durer trois mois.

Palestiniens et Israéliens séparés. Les Palestiniens de Cisjordanie se rendant chaque jour en Israël pour y travailler n’ont plus le droit depuis mercredi 20 mai d’utiliser les mêmes autobus que les Israéliens pour revenir chez eux, a indiqué une responsable du ministère de la Défense.

Dans le cadre d’un projet pilote prévu pour durer trois mois, « les Palestiniens qui travaillent en Israël devront, à partir de mercredi, revenir chez eux par le même point de passage sans prendre les autobus utilisés par les résidents de Judée-Samarie », la Cisjordanie occupée, a indiqué cette responsable, qui a requis l’anonymat.

Une mesure réclamée par les colons

Parmi les milliers de Palestiniens employés en Israël, qui passent par l’un des quatre postes de contrôle chaque jour pour se rendre sur leur lieu de travail, certains avaient l’habitude de revenir chez eux à bord de bus desservant des colonies israéliennes qui passaient à proximité de leur domicile. Ce n’est plus possible : ils doivent désormais revenir par les mêmes points de passage. Une fois revenus en Cisjordanie, les Palestiniens doivent prendre des autobus palestiniens et non plus israéliens.

Selon la radio publique, le ministre de la Défense, Moshé Yaalon, à l’origine de cette décision, « tirera les leçons de cette expérience à l’issue de la période d’essai de trois mois ». La radio a précisé que le ministre estime que ces dispositions vont permettre de « mieux contrôler les Palestiniens qui sortent d’Israël et de réduire les dangers de sécurité ». Cette mesure était réclamée par le lobby des colons de Cisjordanie occupée depuis plusieurs années.

Cette règle pourrait allonger le parcours de certains Palestiniens de deux heures. Des organisations de défense des droits de l’homme promettent de l’attaquer devant la justice. « C’est une mesure honteuse et raciste qui abaisse Israël. Nous nous battrons avec toutes les armes légales possibles », promet l’avocat de l’ONG israélienne Yesh Din, cité par le journal Haaretz.

AFP – AFPS

Il ne s’agit en aucun cas d’un apartheid

Cette mesure était réclamée par le lobby des colons de Cisjordanie occupée depuis des années. Mordehaï Yogev, un député du parti nationaliste religieux Foyer juif, qui milite depuis trois ans pour qu’une telle disposition de séparation soit mise en place, a ainsi expliqué à la radio :

A leur retour du travail, les Palestiniens remplissaient les autobus si bien qu’il n’y avait plus de place pour les Israéliens. De plus, les femmes israéliennes, notamment les soldates, étaient souvent victimes d’agressions sexuelles.

M. Yogev a rejeté toute idée de ségrégation : « Il ne s’agit en aucun cas d’apartheid. La situation était tout simplement devenue insupportable ».

Le Monde

Lire aussi :
Dossier documentaire Palestine/Israël, Monde en Question.
Dossier documentaire Colonialisme, Monde en Question.

Commentaire pour cet article sinon utilisez le Forum

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :