Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives Mensuelles: novembre 2010

Haïti occupé par l'humanitaire militaire


Des corps décharnés sur des paillasses, des êtres humains gisant par terre et mourant du choléra, des hommes, des femmes, portant sur leur dos le corps malade de leur enfant ou de leur compagnon : les images qui parviennent d’Haïti suscitent la compassion, mais plus encore l’indignation.

La catastrophe humaine que connaît aujourd’hui Haïti était une catastrophe annoncée. Elle est la deuxième en cette année, dix mois après le tremblement de terre qui a dévasté le pays et sa capitale, faisant plus de deux cent mille victimes.

Devant l’émotion internationale que cela a suscitée, les dirigeants des grandes puissantes avaient juré la main sur le cœur qu’ils aideraient à reconstruire le pays. De Clinton à Sarkozy, ils ont fait un petit tour sur l’île dévastée pour promettre de l’argent, les yeux fixés sur les caméras. Une fois passée cette émotion, on a remballé les caméras et on a laissé la population, une des plus pauvres de la planète, seule face aux conséquences du tremblement de terre.

Les milliards promis sont restés des promesses. Et les médecins et infirmières des ONG, débordés face au choléra, ont beau implorer : il n’y a pas assez de personnel soignant, il n’y a pas assez de lieux pour soigner, et il n’y a pas de moyens de transport pour permettre aux malades d’atteindre rapidement les centres de soins. Il n’y a même pas assez d’argent pour des médicaments qui ne coûtent pas trop cher. Si le choléra tue vite, c’est aussi une maladie facile à soigner, il continue pourtant à tuer.

Lutte Ouvrière

Les puissances occidentales sont responsables de ces morts en particulier les États-Unis, qui ont profité du séisme pour occuper l’île, et les humanitaires, qui accompagnent les militaires, sont complices [1].

France Culture a organisé une journée politiquement correct sur Haïti. Ainsi, la revue de presse internationale était animée par Pierre Godson non seulement parce qu’il est journaliste et éditeur de l’agence en ligne AlterPresse mais surtout parce qu’il est noir. En bon chien de garde il a consacré l’essentiel de sa revue de presse aux élections en Haïti… [2]

28/11/2010
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
• Articles Haïti, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Haïti, Monde en Question.
• Articles Colonialisme Humanitaire, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Aide humanitaire – Colonialisme humanitaire, Monde en Question.


[1] Serge LEFORT, L’armée américaine occupe Haïti, Monde en Question.
[2] Revue de presse internationale de Godson Pierre, Revue de presse internationale.
Autres émissions :
• Une journée à Port-au-Prince, France Culture.
• La relation au monde caraïbe, Les Enjeux internationaux [voir les liens en bas de page].
• Une moitié d’île : le rapport à la République dominicaine, Les Enjeux internationaux.
• L’aide internationale : entre nécessité et dépendance, Les Enjeux internationaux.
• L’ONU en Haïti : de l’ingérence à la MINUSTAH, Les Enjeux internationaux.
• Haïti entre les États-Unis et la France, Les Enjeux internationaux.
• Haïti (1/5) : « Punta Cana – les Abricots : un rêve de paradis », Sur les docks [rediffusion].
• Haïti (2/5) : « Dajabon, une frontière pour deux », Sur les docks [rediffusion].
• Haïti (3/5) : « Les Frères de Saint-Jacques dans la tourmente », Sur les docks [rediffusion].
• Haïti (4/5) : « Welcome Gentils Yankees ! », Sur les docks [rediffusion].
• Haïti (5/5) – « Haïtiens : être ou ne pas être ? », Sur les docks [rediffusion].
• 24 heures en Haïti, Les Nouveaux chemins de la connaissance [voir la bibliographie en bas de page].
• Emission spéciale Haïti, Questions d’époque.
• Thème Amérique, France Culture.

Marx, mode d'emploi


Entretien avec Daniel Bensaïd autour de son livre Marx, mode d’emploi, Là-bas si j’y suis 1/2, 2/2

Dans les années 80, en pleine offensive néolibérale, le magazine Newsweek pouvait titrer, triomphalement : « Marx est mort. » Mais les spectres ont la peau dure. Et Marx est de retour. En ces temps de crise fracassante du capitalisme et de grande débandade idéologique, on le redécouvre. Même le très libéral conseiller de l’Elysée, Alain Minc, s’est déclaré un jour « marxiste » – sans rire – en matière d’analyse économique. Mais qui fut Marx ? Qu’a-t-il vraiment dit ?

Lire aussi :
• L’actualité des podcasts
DKPOD
Tous les podcasts
RSS One
• Hommage à Daniel Bensaïd, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Marxisme, Monde en Question.

La France vue de Chine


Le Quotidien du Peuple a consacré un dossier sur les « Grèves et manifestations contre la réforme des retraites » et une analyse comparative sur les « Deux Europes dans la crise de la protection sociale ».
À l’heure où la Chine rachète la dette des pays européens plombés par la crise financière de 2008, il est temps de savoir qu’elle est sa perception de la question sociale en France et en Europe car prochainement les gouvernements l’Union européenne l’imposera comme un horizon indépassable.

Lire aussi :
• Grèves et manifestations contre la réforme des retraites, Renmin Ribao.
• Deux Europes dans la crise de la protection sociale, Renmin Ribao, 15/11/2010.
• Ce que cherche à obtenir Nicolas Sarkozy en France et dans le monde, Renmin Ribao, 12/11/2010.

Facebook et les élections présidentielles


A travers l’analyse des interactions entre hommes politiques et internautes sur Facebook après les élections présidentielles de 2007 en France, cet article vise à montrer comment les réseaux sociaux sont exploités par les deux parties. Au départ un réseau décentralisé qui lie les gens sans intervention politico-hiérarchique, Facebook est mobilisé par les hommes politiques au service de leur besoins. Quelles en sont les conséquences pour la sphère publique : s’agit-il d’un outil qui permet à l’internaute de déjouer les usages de marketing politique qu’en fait l’homme politique ?

Les réseaux sociaux et l’échange entre l’homme politique et les internautes : le cas de Facebook après les élections présidentielles en France, Argumentation et Analyse du Discours n°5, Octobre 2010.

Propagande coloniale


La Fabrique de l’Histoire a diffusé la semaine dernière quatre épisodes consacrés à l’Histoire du monde en 1510 [1]. Cette émission « fabrique » c’est-à-dire manipule l’histoire pour nous convaincre que la colonisation aurait été positive. Elle le fut certes pour l’Europe, qui accumula ainsi le capital nécessaire à sa croissance, mais certainement pas pour les peuples non seulement d’Amérique, mais aussi d’Afrique et d’Asie.

Au cours du premier épisode (42’45 » à 43’19 »), une intervenante prétend que les peuples autochtones d’Amérique seraient morts d’une simple grippe [2] ! Elle passe sous silence les massacres, le travail forcé, l’esclavage qui furent le lot commun de la colonisation des Amériques, de l’Afrique et de l’Asie.

Au cours du troisième épisode, l’animateur pratique la novlangue politiquement correct. Il utilise à plusieurs reprises le verbe « sécuriser » pour dire « protéger militairement la colonisation commerciale ».

22/11/2010
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
Dossier documentaire & Bibliographie Colonialisme, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Géo-Histoire globale, Monde en Question.


[1] Histoire du monde en 1510, La Fabrique de l’Histoire 1/42/43/44/4.
[2] La même propagande fut utilisée à rebours à propos du virus de la grippe A/H1N1 qui serait venu du Mexique pour envahir l’Europe ! Lire : Revue de presse Grippe A/H1N1 2009 et Revue de presse Grippe A/H1N1 2010.

Crise systémique globale


Alerte Crise systémique globale – Premier Trimestre 2011 : Franchissement du seuil critique de la dislocation géopolitique mondiale, GEAB N°49

Dans ce GEAB N°49, en plus de l’analyse des six principales transitions qui marquent le franchissement de ce seuil critique de la dislocation géopolitique mondiale, notre équipe présente de nombreuses recommandations pour faire face aux conséquences de cette nouvelle étape de la crise. Elles concernent notamment l’ensemble Devises/Taux d’intérêt/Or & Métaux précieux, la préservation de richesse et le remplacement de sa mesure par rapport au Dollar US, les « bulles » des classes d’actifs libellés en Dollars US, les bourses et les catégories d’entreprises particulièrement fragiles dans cette phase de la crise. LEAP/E2020 y présente aussi les « trois réflexes simples » à adopter pour mieux comprendre et anticiper le nouveau monde en gestation. Par ailleurs, dans ce numéro du GEAB, notre équipe décrit le double choc électoral franco-allemand de 2012/2013.

Lire aussi :
• L’actualité des revues
Ent’revues – la Revue des revues
A plus d’un titre – Chaque vendredi
Dossier Guide des ressources documentaires, Monde en Question.

Controverse de Valladolid


La conquête coloniale des Amériques par les monarchies catholiques d’Espagne et du Portugal fut l’acte fondateur de la barbarie européenne et, par extension, de la barbarie occidentale qui s’autoproclame LA civilisation et se prétend LE modèle indépassable pour les peuples colonisés des Amériques, de l’Afrique et de l’Asie.

Bartolomé de Las Casas fut un colonialiste version humanitaire – un Bernard Kouchner du XVIe siècle [1]. Son œuvre, intéressante rétrospectivement alors qu’elle fut interdite de publication jusqu’au XIXe siècle, n’eut aucun impact sur la colonisation qui se poursuivit imperturbablement. Elle est instrumentalisée aujourd’hui pour minimiser le crime contre l’humanité perpétré par la monarchie catholique.

On n’a pas attendu le XX° siècle et la fin des empires coloniaux pour que dès le début de la conquête de l’Amérique, un évêque qui y avait participé, Bartolomé de Las Casas, dénonce les crimes des conquistadors dans ce qu’on appelait encore les Indes. C’était en 1550, dans la vieille cité castillane de Valladolid où Charles Quint avait réuni les plus grands philosophes et théologiens de l’époque pour discuter de la légitimité de l’immense empire construit par les Espagnols en Amérique, 58 ans après sa découverte par Christophe Colomb en 1492.
2000 ans d’Histoire

Au Mexique, la hiérarchie catholique vénère Bartolomé de Las Casas comme un saint ; la gauche et l’extrême gauche, aussi débiles qu’en France, l’honorent en passant sous silence que, s’il critiqua les « excès » des colons, son objectif était concilier évangélisation et colonisation (maintenir en vie les colonisés pour les évangéliser) et que ses propriétés de terres indigènes lui rapportaient 100.000 castellanos par an – une petite fortune à l’époque.

12/11/2010
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
• Controverse de Valladolid, Académie d’ Aix-Marseille .

• Bartolomé de LAS CASAS, La controverse entre Las Casas et Sepúlveda [introduit, traduit et annoté par Nestor Capdevila et précédé de Impérialisme, empire et destruction], Vrin, 2007 [BooksGoogleAcadémie de ParisErytheis].
La controverse entre Las Casas et Sepúlveda (1550-1551), connue sous le nom de controverse de Valladolid, est une interrogation des fondements de l’impérialisme européen qui le fait apparaître à ses propres yeux comme une entreprise civilisatrice ou génocidaire. Ce débat rigoureusement fondé sur les principes universalistes de la révélation et du droit naturel est un conflit politique pour une nouvelle détermination de l’empire rendue nécessaire par la « découverte » du Nouveau Monde et sa conquête. Sepúlveda légitime cette guerre en revendiquant pour l’Espagne, en tant que peuple chrétien et rationnel, un droit a priori sur l’Amérique et ses habitants idolâtres et barbares. Las Casas condamne toute la conquête en niant la barbarie des peuples indiens et en leur reconnaissant la souveraineté. Ce qui aux yeux de Sepúlveda est un usage légitime de la force au service de la foi et de la civilisation est pour Las Casas un sacrifice humain inavouable et occulté par la victoire du « faux » christianisme sur le « vrai ».

• CAPDEVILA Nestor, Las Casas et la tolérance, Fondation Ostad ElahiColloque L’invention de la tolérance, 08/09/2007.
Las Casas est un catholique orthodoxe qui combat l’infidélité en Amérique comme en Espagne. Son objectif a toujours été de supprimer l’idolâtrie des Indiens, de les convertir et de les soumettre à l’autorité impériale de Charles Quint. La condamnation de la conquête de l’Amérique (« la destruction des Indes ») l’amène ainsi à défendre les droits des peuples indiens (la souveraineté et la propriété). Il reconnaît également aux païens le droit et même le devoir de défendre leur religion. L’autre face de ses projets de colonisation et de conversion pacifiques est une rationalisation hétérodoxe de l’idolâtrie, et en particulier du sacrifice humain, dans le langage de l’orthodoxie catholique. La tolérance est chez lui cette contradiction rigoureusement argumentée par laquelle il défend ce qu’il combat et qui lui impose de fonder la soumission et la conversion des Indiens sur leur accord parfaitement libre.

• CARRIÈRE Jean-Claude, La controverse de Valladolid, Belfond, 1992 et Pocket, 1999 [Fiches de lectureIterevaWebLettres].
• VERHAEGHE Jean-Daniel, La controverse de Valladolid, 1992 [TV5].

Dossier documentaire & Bibliographie Aide humanitaire – Colonialisme humanitaire, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Colonialisme, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Mexique, Monde en Question.


[1] Le colonialisme humanitaire, Monde en Question.

 

L'industrie dans la tourmente de la finance


L’auteur nous entraîne à la découverte des processus amenant à la domination de la finance privée et de ses critères de gestion sur l’industrie. La puissance des fonds d’investissement et le fameux montage financier d’acquisition avec effet de levier (LBO) sont analysés. Un chapitre est consacré à EADS et sa filiale Airbus. Sont étudiées la dérégulation financière et sociale engagée par les autorités françaises depuis 1982, ainsi que la place de l’Union Européenne dans la politique économique des États membres.
LANGLET Denis, L’industrie dans la tourmente de la finance, L’Harmattan, 2008 [AmazonLa Sociale].

Lire aussi :
• LANGLET Denis, Contribution à l’état des lieux – «Situation des salariés en France», Blog Denis Langlet, 11/11/2010.
Ce document de 30 pages dresse un état de la situation des salariéés à partir d’une série d’indicateurs tels que les effecifs par branches d’activité, les emplois détruits, le chômage, la situation des jeunes, la précarité, l’inflence de la taille des entreprises sur le niveau des salaires, la répartition des salariés par taille d’entreprises et selon la nature du contrats de travail, l’intensification du travail… Un deuxième volet traite de la dérèglementation depuis 1982.
Dossier documentaire & Bibliographie Économie crise, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Économie sociale, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Tournant de la rigueur, Monde en Question.

Misère de la philosophie


Raphaël Enthoven est un animateur de radio qui se prétend philosophe version people [1]. Sa dernière production, intitulée Préhistoires de la pensée, évoque les philosophes dits présocratiques.

Trois remarques :

1) Il est pour le moins incongru de classer les philosophes présocratiques dans la préhistoire alors qu’ils ont vécu entre le milieu du VIIe siècle et le IVe siècle avant notre ère. Cette classification est idéologique car elle suppose que la philosophie, la vraie, serait née avec Socrate ou plutôt avec Platon et Aristote puisqu’on ne connaît le premier qu’à travers les œuvres des deux autres, qui sont la référence obligée de la culture philosophique occidentale.

2) Les philosophes présocratiques sont peu connus, voire ignorés, parce que seulement quelques fragments de leurs œuvres nous sont parvenus. En effet, la réception de Platon [2] relégua dans l’ombre ses prédécesseurs, dont les œuvres ne furent plus guère publiées – par copie manuscrite selon la technologie en cours avant le milieu du XVe siècle [3].

3) La dénomination « philosophes présocratiques » pose problème car elle est rétroactive. C’est une construction idéologique d’une catégorie de l’historiographie philosophique occidentale [4] comparable à celle du calendrier construit à l’instigation du pape Grégoire XIII, qui, en 1582, fixa le point de départ de notre ère selon la référence catholique [5].

11/11/2010
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Écouter :
• Préhistoires de la pensée 1/5 : Parménide
• Préhistoires de la pensée 2/5 : Héraclite
• Préhistoires de la pensée 3/5 : Empédocle
• Préhistoires de la pensée 4/5 : Démocrite
• Préhistoires de la pensée 5/5 : Heidegger (une lecture moderne des Présocratiques)

Lire aussi :
• DUMONT Jean-Paul (sous la direction de), Les Présocratiques, La Pléiade Gallimard, 1988.
Thalès et Héraclite en Ionie, Pythagore et Parménide en Italie, Démocrite à Abdère, telles sont peut-être les figures les plus marquantes du monde intellectuel méditerranéen des VIe et Ve siècles av. J.-C., qui vit naître la philosophie. De ces temps primordiaux demeurent, comme autant d’éclats lumineux, des fragments et des témoignages indirects. Leur lecture, admirativement fascinée et patiemment attentive, nous apprend ce qu’est la pensée rationnelle et comment elle s’est peu à peu constituée en affrontant les questions éternelles : qu’est-ce que l’existence ? Qu’est-ce que le monde ? Qu’est-ce que l’homme ? Qu’est-ce que la vérité ? Les fragments des Présocratiques sont autant de pierres qui bornent la voie royale de l’initiation philosophique.

LAKS André, LOUGUET Claire, Qu’est-ce que la philosophie présocratique ?, Presses Universitaires Septentrion, 2002 [BooksGoogle].
Ce recueil d’essais, issus du colloque qui s’est tenu à Lille en Octobre 2000, essaye de répondre à la question que pose le titre à travers deux séries d’études. La première, plus générale, est consacrée à l’examen historique et critique des catégories que l’historiographie de la philosophie a employées pour parler de la naissance de la philosophie en Grèce ; la seconde, plus particulière, traite différentes figures de la pensée présocratique ainsi que les problèmes que pose la constitution d’un corpus fragmentaire.

• LAKS André, Introduction à la « philosophie présocratique », PUF, 2006 [Amazon].
Les « philosophes présocratiques » ne se concevaient pas comme tels. Socrate n’était pas pour eux une référence, au mieux un cadet, voire un contemporain. Et ce n’est que sur le tard, à la dernière génération, qu’ils commencèrent à être désignés comme « philosophes ». Mais si les philosophes présocratiques ne sont philosophes et présocratiques que rétroactivement, il convient de s’interroger sur la manière dont ils sont devenus tels. Pour mettre en évidence la construction, certes, mais aussi pour s’interroger star sa possible légitimité : car il ne s’agit pas, contrairement à ce que suggère un terme aujourd’hui galvaudé, d’une simple « invention ». L’importance de la question tient évidemment au fait que, quand nous parlons des philosophes présocratiques, ce sont des origines de la philosophie grecque, et par là occidentale, dont nous parlons.

Revues de philosophie :
• Portail, Cairn
• Portail, Ent’revues (sélectionner thème : philosophie)
• Portail, Érudit
• Portail, Persée
• Agone – Sciences sociales, Philosophie & Politique, Revues.org
• Astérion – Philosophie, histoire des idées, pensée politique, Revues.org
• Le Portique – Revue de philosophie et de sciences humaines, Revues.org


[1] Il est l’ancien mari de Justine Lévy (fille de Bernard-Henri Lévy) et l’ancien compagnon de Carla Bruni, avec qui il a eu un fils prénommé Aurélien. Il vit aujourd’hui avec l’actrice Chloé Lambert, avec qui il a eu un fils prénommé Sacha.
• Quand Justine Lévy parle de sa rivale, NouvelObs, 25/06/2008.
• Carla Bruni et Raphaël Enthoven perdent contre la presse people, Libération, 25/09/2008.
• L’ex de Carla Bruni Raphael Enthoven est papa [avec Chloé Lambert], Voici, 22/12/2008.

[2] Le Centre Léon Robin se consacre à la réception des présocratiques dans la latinité et le moyen-âge byzantin, Université Paris-Sorbonne (Paris IV) [Rapport d’évaluation, Février 2009].
[3] Si Johannes Gutenberg est considéré comme l’inventeur de l’imprimerie typographique en Europe, Bi Sheng ayant inventé les caractères mobiles en argile bien plus tôt (entre 1041 et 1048) en Chine, puis le Coréen Choe Yun-ui (XIe siècle) des caractères métalliques mobiles. Imprimerie.
[4] LAKS André, L’émergence d’une discipline – Le cas de la philosophie présocratique in BOUTHIER Jean, PASSERON Jean-Claude, REVEL Jacques (sous la direction de), Qu’est-ce qu’une discipline ?, Éditions de l’EHESS, 2006 p.151-171.
On parle couramment des «écoles présocratiques» sans s’interroger sur les implications d’une telle expression. En fait, l’idée que les premiers philosophes grecs étaient organisés en écoles a fait l’objet, en 1887, d’un argument développé par H.Diels, le fondateur des études présocratiques modernes. Le présent article part de cet argument pour en démonter les présupposés qui reflètent en partie ceux de l’institution académique moderne, mais en partie aussi ceux de l’historiographie aristotélicienne. En même temps, il tente de montrer que l’approche non seulement déscolarisée, mais aussi désaristotélisée des débuts de la philosophie grecque, qui a été largement développée par les approches d’inspiration anthropologique et pragmatique et qui est aussi désormais assez souvent pratiquée par les historiens de la philosophie ancienne, ne suffit pas à rendre compte des processus intellectuels que suppose l’émergence d’une discipline comme la philosophie grecque, dont la nouveauté peut être considérée comme un cas particulièrement intéressant, voire paradigmatique, d’innovation disciplinaire.
[5] Lire : Les textes fondateurs du calendrier grégorien, Rodolphe Audette.

Guerre économique


Bernard Guetta se réjouit par avance de la guerre économique que les États-Unis lancerait contre la Chine à l’occasion du sommet du G20, qui se réunira demain dans la capitale sud-coréenne.

Pour l’heure, en plein marasme économique, ce marasme qui a fait perdre les élections de la semaine dernière à Barack Obama, les États-Unis se sont résolus à faire marcher la planche à billets, à imprimer du dollar, afin de faire encore baisser leur devise avec pour triple objectif de booster leurs exportations en en abaissant le coût, de renchérir leurs importations, notamment chinoises, mais pas seulement et de diminuer la valeur des réserves financières de la Chine dont les coffres sont bourrés de dollars et d’obligations du Trésor américain. Les États-Unis ont déclaré une guerre économique à la Chine parce qu’ils n’acceptent plus qu’elle ruine leur industrie, fasse exploser leur taux de chômage et soit devenue leur principal créancier en ajoutant à l’atout de ses bas salaires celui d’une monnaie, le yuan, qu’elle maintient à un taux artificiellement bas.
Géopolitique

Cette prédiction est un vœu qui a peu de chance de se réaliser car « de plus en plus de pays disent non à des objectifs chiffrés visant à limiter les déséquilibres des échanges commerciaux » [1].

Bernard Guetta participe au concert des propagandistes qui militent contre la Chine car ils ne digèrent pas que la Chine, ex-colonie des puissances occidentales, soit devenue la deuxième puissance mondiale. Ainsi, il passe sous silence le fait que les États-Unis « font marcher la planche à billets pour tenter de sortir le pays de la crise… au risque bien sûr de faire sombrer l’économie mondiale dans une nouvelle crise » [2].

10/11/2010
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
• Entre G2 et G20, l’Europe face crise_financière, Institut Montaigne, Septembre 2009.
• Le G20 en sortie de crise : un point de vue euro-asiatique, La lettre du CEPII n°299, 25/06/2010.
Dossier documentaire & Bibliographie Économie crise, Monde en Question.


[1] « La proposition américaine est inacceptable pour la Chine », L’Expansion, 05/11/2010.
[2] Revue des podcasts Chine, Chine en Question, 09/11/2010.