Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Des médias aux ordres


À l’heure où tout le monde est contraint de reconnaître que le virus de la grippe A(H1N1) n’a pas provoqué les 30 000 morts en France prévus par certains épidémiologistes et encore moins les millions de morts dans le monde pronostiqués par l’expert consacré par Le Monde pour désinformer ses lecteurs [1], les médias dominants se défaussent comme d’habitude sur les politiques.

Depuis le début de l’épidémie, en avril 2009, les médias dominants mentent sciemment en publiant des chiffes alarmistes sans jamais ni émettre le moindre doute sur leur construction ni les mettre en perspective avec ceux de la grippe saisonnière. Ils ont choisi délibérément de crédibiliser la version des organisations sanitaires et des gouvernements.

Aujourd’hui, il est cocasse de lire les arguments dont les journalistes usent pour dégager leur responsabilité. Grippe H1N1: les journalistes se défaussent, les autorités trinquent, AFP-Google Actualités du 06/01/2010 (texte complet en annexe) :

« Je ne vois pas de quel droit j’aurais caché le taux de mortalité au Mexique ou le fait qu’aux États-Unis des femmes enceintes mouraient », souligne Hélène Cardin, journaliste sur France Inter, dans une interview à l’AFP.

Commentaires : Les médias dominants ont abondamment cité les chiffres du gouvernement mexicain alors qu’ils savaient qu’ils étaient faux. Dire « qu’aux États-Unis des femmes enceintes mouraient » relève de la démagogie car, avec ou sans grippe, des femmes enceintes meurent aux États-Unis et ailleurs dans le monde.

« Nos autorités sanitaires et politiques ont décrété une sorte d’état d’urgence médiatique autour de cette question. Dès lors, on est obligés de s’y conformer », renchérit le directeur de la rédaction d’Europe 1, Laurent Guimier.

Commentaires : Ce journaliste avoue que les médias dominants sont aux ordres des autorités sanitaires et politiques. Dont acte.

Comme son confrère Michel Cymes, Alain Ducardonnet médecin consultant pour les JT de TF1, s’est déclaré « intégralement favorable à la vaccination ».

Commentaires : Les médias dominants donnent la parole aux experts qu’ils élisent pour leurs qualités d’agent de propagande.

Les médias dominants ne donnent pas la parole aux voix discordantes qui participeraient à la soi-disante théorie du complot. Cette rhétorique de la novlangue signifie en clair que toute critique est par avance discréditée.

La palme des médias aux ordres revient au quotidien qui pratique la langue des jésuites [2]. Le doute A(H1N1), Le Monde du 13/01/2010 (texte complet en annexe) :

Évitons d’abord les faux procès : nul ne peut sérieusement reprocher au gouvernement d’avoir vu trop grand pour éradiquer la pandémie annoncée due au virus de la grippe A(H1N1). Quand il a commandé, en juillet 2009, 94 millions de doses de vaccin, l’Organisation mondiale de la santé venait de décréter une alerte mondiale et des épidémiologistes prévoyaient 30 000 morts en France, cinq fois plus que pour la grippe saisonnière. Les Cassandre se sont trompées, mais le gouvernement – qui avait tiré les leçons de l’imprévoyance des pouvoirs publics lors de la canicule de 2003 – a eu raison d’appliquer le principe de précaution. Même à l’extrême.

Commentaires : En résumé, Le Monde juge que le gouvernement n’est pas coupable parce qu’il a cru naïvement les prédictions de certains épidémiologistes. Rappelons que d’autres, moins médiatisés, disaient le contraire [3]. Pire, Le Monde prétend que le « principe de précaution » devrait s’appliquer «même à l’extrême».

Il est toujours plaisant de relire des commentaires journalistiques, démentis par les faits. Revue de presse Grippe et épidémie, NouvelObs du 30/11/2009 :

(…) Aussi ne doit-on pas s’étonner que plus l’épidémie se propage, plus les centres de vaccination se remplissent. Chacun est désormais concerné dans son propre environnement et on peut noter que ceux qui dénonçaient la gesticulation médiatique, voire l’instrumentalisation du phénomène, se sont tus ! Les Français exigent maintenant une meilleure mobilisation des pouvoirs publics et craignent d’être sevrés d’un vaccin qui, il y a peu, ne les convainquait pas. Il faut à cet égard s’élever contre la désinformation qui contamine la Toile, et dire que les bénéfices du vaccin l’emportent sur les inconvénients. Dire et redire que les effets néfastes d’une pandémie seront toujours supérieurs aux effets indésirables après vaccination. Le risque n’est pas du côté de la vaccination, de la médecine. Il est du côté de l’inertie de la société et de l’indifférence. Nous n’en sommes heureusement pas là.
Jacques Béal, Le Courrier Picard.

Les médias dominants se croient encore les maîtres de l’opinion publique alors qu’ils ont perdu toute crédibilité. Ainsi, malgré une campagne médiatique sans précédent, le nombre de vaccinations contre le virus de la grippe A(H1N1) fut comparable à celui de la grippe saisonnière.

Serge LEFORT
Citoyen du Monde exilé au Mexique

Annexes :
Grippe H1N1: les journalistes se défaussent, les autorités trinquent, AFP-Google Actualités du 06/01/2010.

Journalistes et spécialistes des questions de santé de radios et de grandes chaînes de télé se défendent d’avoir cédé à l’emballement dans le traitement médiatique de la pandémie de grippe H1N1, pointant la stratégie de communication du ministère de la Santé.

« Nous avons participé, pas plus, mais pas moins que les autres à la trouille ambiante », juge aujourd’hui Hélène Cardin, journaliste sur France Inter. « Je ne vois pas de quel droit j’aurais caché le taux de mortalité au Mexique ou le fait qu’aux États-Unis des femmes enceintes mouraient », souligne-t-elle dans une interview à l’AFP.

Depuis mai, la couverture médiatique de la pandémie en France a été souvent critiquée parce que jugée démesurée.

« Nos autorités sanitaires et politiques ont décrété une sorte d’état d’urgence médiatique autour de cette question. Dès lors, on est obligés de s’y conformer », renchérit le directeur de la rédaction d’Europe 1, Laurent Guimier dont l’obsession était « de ne pas participer à un emballement ». Pour preuve, la station n’a pas bousculé ses programmes ni consacré une journée spéciale à la pandémie.

Difficile toutefois de prendre du recul. « A partir du moment où vous avez un point de presse tous les jours, non seulement du ministère de la Santé mais du ministère de l’Intérieur avec Brice Hortefeux parlant de vaccination, comment aller dire à votre direction: «non je n’y vais pas» ? », convient Hélène Cardin qui parle « d’échec complet de la communication du ministère ».

Pour le sociologue Michel Setbon, directeur de recherche au CNRS, la communication gouvernementale ne s’est pas emballée tout de suite. La difficulté pour les autorités était de choisir une option de départ: la pandémie va-t-elle tuer beaucoup de gens ou ne sera-t-elle qu’une grippette ?

« Le plus gros problème est de n’avoir pas été en mesure de réviser la stratégie de communication au fur et à mesure des données qui tombaient », note-t-il jugeant qu’il allait « falloir en tirer certaines leçons ».

Une analyse partagée par Michel Cymes, qui présente présente chaque jour « Le magazine de la santé » avec Marina Carrère d’Encausse sur France 5.

« Au début, le traitement médiatique était très clair, factuel, informatif, on vulgarisait très bien. Tout s’est emballé quand le vaccin est arrivé et qu’on a commencé à se polariser sur des effets secondaires potentiels ou des annonces spectaculaires », explique-t-il.

Comme son confrère Michel Cymes, Alain Ducardonnet médecin consultant pour les JT de TF1, s’est déclaré « intégralement favorable à la vaccination ». Il considère avoir rempli un rôle pédagogique, tout en restant nuancé.

Refaisant l’historique de la pandémie, Alain Ducardonnet compare la stratégie gouvernementale de communication à un plan militaire en temps de guerre. « Le problème est que la quasi totalité des différentes phases du plan a été appliquée alors que l’épidémie n’était globalement pas au rendez-vous », explique-t-il.

Pour lui, « la révision stratégique a été un peu tardive », d’où « la distorsion de communication avec les médecins généralistes » écartés de la vaccination dans leurs cabinets. « Du coup », soutient-il, « il y a eu une véritable scission entre, d’un côté, l’État avec toutes ses armes et, de l’autre, des troupes qui ne voyaient pas la légitimité de ce que racontait l’État ».

Le doute A(H1N1), Le Monde du 13/01/2010.

Évitons d’abord les faux procès : nul ne peut sérieusement reprocher au gouvernement d’avoir vu trop grand pour éradiquer la pandémie annoncée due au virus de la grippe A(H1N1). Quand il a commandé, en juillet 2009, 94 millions de doses de vaccin, l’Organisation mondiale de la santé venait de décréter une alerte mondiale et des épidémiologistes prévoyaient 30 000 morts en France, cinq fois plus que pour la grippe saisonnière. Les Cassandre se sont trompées, mais le gouvernement – qui avait tiré les leçons de l’imprévoyance des pouvoirs publics lors de la canicule de 2003 – a eu raison d’appliquer le principe de précaution. Même à l’extrême.

Pour autant, l’échec de la campagne de vaccination est avéré : début janvier, un peu plus de 5 millions de personnes ont été vaccinées, soit un nombre similaire à celui qu’on enregistre chaque année pour la grippe saisonnière. La France doit revendre, dans des conditions qui restent à éclaircir, des millions de doses de vaccins achetées aux laboratoires. Cet échec est dû à la mauvaise organisation de la vaccination, pour la première fois offerte gratuitement à la population sans être obligatoire, et à une communication inadaptée.

La France s’est distinguée de ses voisins européens, qui n’ont pas pour autant obtenu de meilleurs résultats, en centralisant à l’excès la vaccination. Ce système « à la soviétique » aura été d’autant plus inadéquat qu’on savait, dès le départ, que le millier de centres de vaccination ne serait pas suffisant pour vacciner les trois quarts de la population si d’aventure ce scénario s’était présenté.

Tout a contribué à ne pas mettre en confiance la population. Non seulement les pouvoirs publics ont longtemps écarté du dispositif les médecins libéraux – même s’il y avait un vrai problème de rémunération -, mais ils n’ont pas fait appel au réseau des médecins du travail dans les entreprises ni aux infirmier(e)s. A l’évidence, la réintégration des médecins aujourd’hui arrive trop tard.

Devant la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, le 12 janvier, Roselyne Bachelot s’est montrée inutilement agressive. Forte du soutien de Nicolas Sarkozy, la ministre de la santé a dénoncé l’attitude désinvolte et arrogante de l’opposition. Elle ferait mieux de s’interroger sur les ratés d’une communication qui n’a pas su convaincre. Depuis l’affaire du sang contaminé, dans les années 1980, l’opinion craint qu’on lui cache la vérité et se méfie des politiques de santé publique. C’est ce doute sur la parole politique qu’il faut s’employer à lever.

Lire aussi :
• Revue de presse Grippe A/H1N1 2010, Monde en Question.
• Revue de presse Grippe A/H1N1 2009, Monde en Question.
• Dossier documentaire & Bibliographie Risque & Gestion du risque, Monde en Question.


[1] Deux exemples :
• Antoine Flahault : «La mortalité directe du H1N1 serait cent fois celle de la grippe saisonnière», Le Monde du 26/08/2009.
• Antoine Flahault : «Des millions de Français pourraient avoir été infectés par la grippe A sans le savoir», Le Monde du 29/12/2009.
[2] Subst. masc. et adj., péj. (Celui) qui est dissimulé, hypocrite, voire retors [CNRTL].
Curieusement, la Compagnie de Jésus fut fondée par Jean Colombini et le président du directoire de la SA Le Monde et directeur du journal Le Monde est Jean-Marie Colombani.
[3] Debré : « Cette grippe n’est pas dangereuse », leJDD du 25/07/2009.

Bernard Debré, professeur de médecine, député UMP de Paris et membre du comité national d’éthique, prend le contre-pied des déclarations du Premier ministre vendredi. Alors que François Fillon se faisait alarmiste sur la pandémie « inévitable » de la grippe A-H1N1, Bernard Debré estime que l’on en fait trop.
A partir du moment où l’OMS a, de façon un peu rapide, commencé à gesticuler, avec des communiqués quotidiens et des conférences de presse à répétition, les gouvernements n’avaient pas vraiment d’autre choix que de suivre. Je leur reproche d’avoir ensuite succombé à une surmédiatisation politique de cet événement.

Commentaire pour cet article sinon utilisez le Forum

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :