Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives Journalières: 07/01/2010

L'homme du 21 avril


Comme je l’écrivais en avril 2003, Lionel Jospin est mort politiquement le 21 avril 2002. En mobilisant les médias dominants pour faire la promotion de son dernier livre, il suit la même trajectoire que Giscard d’Estaing.

Son livre, Lionel raconte Jospin, est l’histoire schizophrénique [1] d’un certain Lionel qui ne connaît pas un certain Jospin et vice et versa. Les quelques extraits, publiés par le JDD, permettent d’éviter de gaspiller son temps et son argent à lire les contradictions d’un homme qui n’assume ni son passé ni ses erreurs.

Son échec, le 21 avril 2002, fut la conséquence du virage à 180° de toute la gauche en novembre 1982 quand le gouvernement Pierre Mauroy initia le néolibéralisme, baptisé en novlangue «tournant de la rigueur» [2]. À l’époque Lionel Jospin, premier secrétaire du Parti socialiste, a déclaré : «Nous n’avons pas, bien sûr, changé de politique».
Aujourd’hui, il justifie cette politique suicidaire dont il mesure les conséquences électorales, mais pas les répercussions sociales : «Le tournant de la rigueur a fait chuter la popularité du pouvoir, il a donc été une des causes de l’échec des législatives de 1986. Mais sans lui, nous allions à la débâcle économique, donc nous n’aurions pas gagné […]. Ça nous a appris à nous confronter à la complexité du réel.» Dont acte.

Pendant ce temps-là Julien Dray, un autre ex-trotskyste, règle ses comptes personnels avec des potes du PS dont certains sont d’ex-camarades trostkystes [Libération].

Serge LEFORT
Citoyen du Monde exilé au Mexique

Revue de presse :
• 02/01/2010, Jospin se met à table, L’Express.
• 02/01/2010, Lionel Jospin se raconte enfin, le JDD.
• 02/01/2010, Une tragédie des gauches, le JDD.
• 02/01/2010, « Lambert a traversé ma vie et, je crois, nous nous estimions », le JDD.
• 03/01/2010, Lionel Jospin se raconte enfin, Le Grand Journal du Mexique.
• 03/01/2010, Jospin : En 2002, « j’ai surestimé la perception positive de mon bilan », Le Monde.
• 03/01/2010, Jospin assume 2002 pour ne pas être résumé à son échec, Rue89.
• 04/01/2010, Un début d’année sous le signe de Jospin, L’Express.
• 04/01/2010, Revenant sur son passé, Jospin égratigne Chirac, Le Figaro.
• 04/01/2010, Lionel Jospin défend toujours son bilan, Le Figaro.
• 04/01/2010, Trotskisme, Matignon, 21 avril 2002 : Jospin se raconte, Libération.
• 06/01/2010, Patrick Rotman filme Jospin… et oublie Lionel, Télérama.

Articles sur Jospin :
Google Actualités
Monde en question
Rue89


[1] Il suffit de lire ces deux phrases, publiées dans les extraits par le JDD : «Je n’ai pas le sentiment de me diviser mais l’impression d’additionner et peut-être même de compenser. Je n’étais pas dans le militantisme actif.» et «Je n’ai pas de double casquette. Je ne suis pas trotskiste et socialiste, je suis trotskiste puis socialiste.» ; d’écouter l’un des nombreux lapsus, dont il est coutumier, dans une vidéo publiée par MJS : «Pour autant, je ne vous ai pas accompagné» au lieu de «Pour autant, je ne vous ai pas abandonné» (04:40).
[2] Lire : Sémantique de crise, Monde en Question.