Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives Journalières: 14/12/2009

L'identité française est soluble dans l'alcool


Un Comité de défense du beaujolais a été créé vendredi 11 décembre à Fleurie dans le département du Rhône à l’initiative de deux journalistes, Bernard Pivot, membre de l’Académie Goncourt, et Périco Légasse, chroniqueur gastronomique à Marianne, pour protéger un « symbole de l’identité française ».
[…]
« On est quand même sur la terre des Bituriges (tribu gauloise), d’où le mot biture », concluait Périco Légasse après la dernière dégustation. Plus sérieusement, ajoutait-t-il plus tard, « ce comité veut dénoncer le lynchage dont le beaujolais, vin du peuple, vin des ouvriers, vin festif, est victime alors qu’il est un symbole de l’identité française. Ici, les viticulteurs ont l’impression d’être abandonnés par le marché, par l’opinion publique, par certains journalistes… A Paris, il est de bon ton de dire que le beaujolais ne vaut rien, alors que c’est un grand vin de France« .
Le Monde

Lire aussi :
• Indigestion coloniale : l’urgence d’une réponse anthropophagique, Le Mort-Qui-Trompe.

Ils ont été quatre millions de Marcel qui, durant les deux ou trois premières années de leur vie de citoyen, firent la guerre en Algérie, au nom de la république, entre 1954 et 1962 : brûlant les villages, séquestrant les familles, massacrant les hameaux, torturant des millions de personnes, méthodiquement, administrativement, déportant des millions d’autres ou les mêmes, faisant dans ce qui s’appelait alors les départements français d’Algérie près d’un million de morts et plus de deux millions d’estropiés ou rendus fous à vie. Quatre millions de jeunes hommes qui furent obligés à faire en Algérie exactement ce que les Allemands avaient fait, à peine dix ans auparavant, dans l’Europe occupée, sauf bien sûr l’extermination des Juifs.
Quatre millions qui ensuite devinrent des pères de familles. Tous les pères des Français qui ont entre, disons, 35 et 48 ans, ont servi en Algérie. La guerre d’Algérie est le grand silence des familles françaises. Le trauma indicible. Les Français sont un peuple dont l’histoire contemporaine est jalonnée de grandes guerres, et les souvenirs de guerre font partie des rituels familiaux des anciens. Dans les familles, à table ou le soir, l’aïeul racontait «sa» guerre de 14-18 ; le grand père racontait «sa» guerre de 39-45, pas forcément glorieuse mais enfin, racontable ; et le père ? «Papa, raconte nous comment c’était ta guerre en Algérie ?». – Silence, pesant. Le silence des pères, l’alcoolisme dans les familles, la violence familiale névrotique ont presque toujours pour arrière fond le crime inconfessable et douloureusement refoulé de l’Algérie.

• Dossier documentaire & Bibliographie Nationalisme, Monde en Question.

Victoire de Le Pen… en Europe (2)


Un lecteur, qui signe Requiem, écrit :

Ben voyons, vous avez vécu dans une grotte ces dernières semaines ? Les médias ont TOUT fait pour insinuer que le référendum était raciste, il n’y avait qu’à voir l’article de Libération.

Ce lecteur ne cite pas l’article de Libération, qui aurait « insinué que le référendum était raciste », mais de toute façon il semble qu’il ne sache pas lire… comme le prouve la suite de sa diatribe.

De fait, le quotidien Rothschild-Joffrin passe sous silence le racisme politique et social illustré par les résultats du référendum en Suisse :

30/11/2009, Les Suisses sont-ils racistes ?, Libération.
Commentaires : À cette question, Laurent Joffrin répond «je n’en sais rien…» Dont acte.

30/11/2009, Laurent JOFFRIN, Absurde, Libération.
La peur irraisonnée de l’islam a de nouveau frappé en Europe. Alors que les musulmans de Suisse mènent pour la plupart, aux dires de tous, une vie parfaitement respectueuse du droit, la Confédération a adopté contre eux une mesure ostensiblement discriminatoire. L’interdiction des minarets ternit brutalement l’image d’un pays pourtant accoutumé à la coexistence pacifique des religions.

La force absurde du préjugé se vérifie d’autant plus que ce sont les cantons où il y le moins de musulmans qui ont le plus approuvé la mesure anti-islam réclamée par la droite extrême.

Le vote suisse est un signal d’alerte pour l’Europe entière. Aucun gouvernement du continent n’a jusqu’à présent réglé de manière satisfaisante ses rapports avec la religion musulmane, qui fait pourtant partie intégrante du paysage européen. L’activisme intégriste, danger minoritaire mais réel, sert de prétexte au maintien hors les murs de croyants dont l’immense majorité ne demande qu’à vivre en paix dans la plus stricte légalité. Il n’existe sur ce point qu’une seule stratégie possible : favoriser, sur des bases laïques établies depuis longtemps, l’émergence d’un islam européen dont les spécialistes voient déjà les prémisses, fidèle à sa foi et acclimaté à la culture des droits de l’homme. La Suisse vient de lui tourner le dos, au grand bénéfice des intégristes de tous les bords.

Commentaires : Le patron de Libération ne parle pas d’une mesure raciste, mais d’une «mesure ostensiblement discriminatoire» – la nuance est importante. De même, il n’écrit pas extrême droite mais «droite extrême», novlangue du politiquement correct. Enfin, il enferme ses lecteurs dans un faux débat sur la religion, en prônant «la coexistence pacifique des religions» et «l’émergence d’un islam européen» «sur des bases laïques». Absurde !

Notre lecteur partage le consensus construit par les médias dominants qui, après avoir déserté le terrain de l’analyse politique et sociale, interprètent le monde en recourant à l’idéologie du choc des civilisations selon laquelle la religion serait l’explication de tous les conflits économiques, politiques et sociaux.

La revue de presse européenne du 9 décembre illustre l’impasse du paradigme religieux : La question de la religion tourmente l’Europe, euro|topics.

Le seul article évoquant le racisme fut publié tardivement et par un journaliste qui n’exprime pas la ligne du journal (dérive vers le racisme anti-arabe [1]) : Pierre MARCELLE, Les mots pour la redire, la barbarie, Libération du 04/12/2009.

Ainsi, petit à petit, l’oiseau fait son nid. Cet oiseau-là, appelons-le fascisme ou néonazisme, et entendons de partout monter des voix nous rappelant scrupuleusement au sens des mots. Allons ! La Suisse serait soudain devenue, par le seul fait d’une votation interdisant l’érection de minarets, un Etat raciste ! Vous rigolez ?… Eh bien non, on ne rigole pas. On cherche le mot susceptible d’identifier l’électeur d’une proposition raciste promue par des racistes, et – est-on simplet, tout de même ! – on ne trouve rien de mieux que : raciste.
[…]
Redire que la barbarie, ce n’est pas l’islam. La barbarie, c’est invoquer un «islam modéré» (autre façon de signifier que son essence est extrémiste – terroriste) pour le sommer d’être «audible» tout en le contraignant à se taire, reclus dans le travail clandestin, la privation des droits civiques et la négation de toute identité autre que voilée.
[…]
La barbarie se mesurait hier, dans un sondage Ifop pour Le Figaro, à 46 % de sondés favorables à l’interdiction des minarets dans l’hexagone – et 41 % opposés à l’édification de mosquées.

Rappelons que Pierre Marcelle est toléré par le couple Rothschild-Joffrin et parfois censuré. Que fait-il donc dans cette galère [2] ?

Il est symptomatique que, pour rendre odieux le racisme, Pierre Marcelle doive l’associer au fascisme et au nazisme. En quoi il se fourvoie car sa dénonciation, purement morale, n’explique rien. Le racisme est intimement lié au colonialisme et donc au capitalisme. Il s’est développé en même temps que la colonisation européenne du monde, qui commença en 1492 alors que s’achevait la Reconquista… Le racisme fut l’idéologie de l’accumulation primitive du capital. Il fallait considérer comme inférieures, sinon comme non-humaines, les populations conquises pour justifier l’appropriation de leurs terres et de leur travail.

Serge LEFORT
13/12/2009

Lire aussi :
• Laila LALAMI, La Nouvelle Inquisition, Des bassines et du zèle – Traduction de, The New Inquisition, The Nation.
• Dossier documentaire & Bibliographie Racisme, Monde en Question.


[1] Lire notre analyse sur l’affaire RER D : Analyse d’une dérive – Le cas Libération.
[2] Bibliographie :
• Pierre MARCELLE, Acrimed.
• Pierre MARCELLE, Quotidienne – Chroniques 2000-2001, Léo Scheer, 2005.
• Pierre MARCELLE, Quotidienne 2002-2003, Fayard, 2006 [Là-bas si j’y suis].
• Pierre MARCELLE, Quotidienne 2004-2006 suivi de Libération, une crise, Fayard, 2007 [Mouvements].