Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives Journalières: 05/06/2009

Monde arabo-musulman


Dans le discours que Barack Obama a prononcé le 4 juin à l’université du Caire, l’occurrence « musulman » revient 47 fois ; l’expression « communautés musulmanes » 11 fois ; l’expression « musulmans américains » 3 fois ; l’expression « musulmans du monde entier » 2 fois et l’expression « monde musulman » 1 fois, mais jamais l’expression monde arabo-musulman.

Extraits :

Depuis plus de mille ans, Al-Azhar est un haut lieu de transmission du savoir dans le monde musulman et, depuis plus d’un siècle, l’université du Caire est une source de progrès pour l’Égypte.

Notre rencontre survient à un moment de grande tension entre les États-Unis et les musulmans du monde entier – tension ancrée dans des forces historiques qui dépassent le cadre des débats actuels de politique générale. Les relations entre l’islam et l’Occident se caractérisent par des siècles de coexistence et de coopération, mais aussi par des conflits et des guerres de religion. Dans un passé relativement plus récent, les tensions ont été nourries par le colonialisme qui a privé beaucoup de musulmans de droits et de chances de réussir, ainsi que par une guerre froide qui s’est trop souvent déroulée par acteurs interposés, dans des pays à majorité musulmane et au mépris de leurs propres aspirations.

Je suis venu ici au Caire en quête d’un nouveau départ pour les États-Unis et les musulmans du monde entier, un départ fondé sur l’intérêt mutuel et le respect mutuel, et reposant sur la proposition vraie que l’Amérique et l’islam ne s’excluent pas et qu’ils n’ont pas lieu de se faire concurrence. Bien au contraire, l’Amérique et l’islam se recoupent et se nourrissent de principes communs, à savoir la justice et le progrès, la tolérance et la dignité de chaque être humain.

America.gov

La presse étrangère, notamment européenne, a cité correctement Barack Obama, mais pas la presse française.

Dans son discours de principe prononcé jeudi au Caire, le président américain Barack Obama a appelé les musulmans du monde entier à un nouveau départ dans un « respect mutuel ». Obama a continué à soutenir une solution à deux Etats dans le conflit israélo-palestinien.
euro|topics

La presse française a une obsession : le monde arabo-musulman qu’elle associe au terrorisme.

C’est la troisième fois depuis son élection que le président démocrate parle au monde arabo-musulman. […] L’enjeu est stratégique. M. Obama estime qu’une des clés de la scène géopolitique actuelle réside dans une double image : celle que le monde arabo-musulman a des Etats-Unis et celle que les Américains ont de l’islam.
[…]
Au Caire, comme lors de ses deux précédents discours, M. Obama s’est attaqué aux représentations caricaturales de l’islam ; il a dénoncé les stéréotypes véhiculés sur les musulmans. Il l’a fait tout en critiquant les mêmes caricatures et les mêmes stéréotypes entretenus dans le monde arabo-musulman à l’égard de l’Amérique.
Le Monde

Le monde musulman ne peut se résumer au terrorisme et au fanatisme. L’accueil fait dans le monde arabo-musulman à ces mots sans précédent marque ce changement de la politique américaine.
Libération

Le capital sympathie personnel du Président sera assurément en hausse dans le monde arabo-musulman, même si chacun sait que les actes compteront plus que les « propos raffinés » d’un président parvenu à effacer en si peu de temps l’image de cowboy de son prédécesseur, et redonner un visage souriant à une Amérique que beaucoup s’étaient habitué à détester.
Rue89

Car le président américain avait ces idées en tête depuis sa campagne : rarement, donc, un discours aura été autant préparé, mûri réfléchi et ciselé, pesé. Il signifie trois choses : un changement de cap diplomatique, vis-à-vis du monde arabo-musulman, théâtre de tous les affrontements récents ; une ambition, celle de restaurer l’image , détruite par son prédécesseur, des Etats-Unis, donc rendre à son pays sa capacité d’influence ; un défi personnel , être à la hauteur de ses grands prédécesseurs comme du symbole du rêve américain qu’il incarne à l’intérieur comme à l’extérieur.
Slate

Les médias dominants français, en martelant l’expression monde arabo-musulman, attribuent à Barack Obama un propos qu’il n’a non seulement pas tenu mais qui signifie exactement le contraire de ce qu’il a dit dans l’esprit comme dans la forme. Les médias hexagonaux sont coutumiers de ce racisme social, politique et culturel qui, en reprenant la thèse fumeuse d’un « choc des civilisations », fait des musulmans les boucs émissaires de toutes les crises [1].

Serge LEFORT
05/06/2009


[1] Lire sur le même thème :
• La guerre des images, Monde en Question.
• Deux poids deux mesures, Monde en Question.
• La lepénisation des médias, Monde en Question.
• Revue de presse : La caricature de la « liberté de la presse » (1), Monde en Question.
• Revue de presse : La caricature de la « liberté de la presse » (2), Monde en Question.
• Revue de presse : La caricature de la « liberté de la presse » (3), Monde en Question.