Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Inde-États-Unis-Pakistan (6)


Le ton monte entre le Pakistan et l’Inde, où les activistes des partis religieux, des partis nationalistes de droite et d’extrême-droite et le gouvernement indien lui-même attisent la haine contre le Pakistan. La carte majeure du gouvernement pakistanais, malgré sa faiblesse [1], est son alliance avec les États-Unis dans sa « guerre contre le terrorisme ». Ainsi, les USA seront obligé de faire pression sur l’Inde pour ne pas perdre ses ambitions de victoire militaire contre l’Afghanistan.

Le Pakistan ne livrera pas à l’Inde les personnes arrêtées récemment dans l’enquête sur les attaques de Bombay mais les jugera lui-même si elles sont soupçonnées d’y avoir participé, a annoncé mardi le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Shah Mehmood Qureshi.
[…]
« Nous ne voulons pas la guerre mais nous sommes totalement prêts pour le cas où elle nous serait imposée », a averti M. Qureshi. « Nous sommes conscients de nos responsabilités pour défendre notre terre mais nous ne souhaitons pas la guerre », a-t-il insisté.
AFP – Yahoo! Actualités

Le Pakistan a assuré mardi qu’il ne livrerait à l’Inde aucun éventuel suspect dans les attaques de Bombay et qu’il les jugerait lui-même si nécessaire, mais s’est dit prêt à faire face à une nouvelle guerre si New Delhi décidait d’une action militaire, même ciblée.
[…]
L’Inde a remis une liste de suspects au Pakistan, son rival de toujours, et exige qu’il les lui livre, en menaçant à demi-mot de représailles dans le cas contraire.
[…]
La presse indienne bruisse depuis plusieurs jours de rumeurs de frappes indiennes ciblées sur des camps d’entraînement de combattants islamistes de l’autre côté de la frontière, si les forces pakistanaises n’agissent pas elles-mêmes.
[…]
Aujourd’hui, la situation est encore plus dramatique et ni les États-Unis, ni l’Inde, ni le Pakistan ne peuvent se payer le luxe d’une guerre, estiment unanimement les experts de la région, les diplomates, mais aussi de hauts responsables pakistanais.
[…]
Or le Pakistan a averti qu’un simple mouvement de troupes indiennes vers la frontière impliquerait automatiquement le retrait de son armée des zones tribales pour un redéploiement à la frontière indo-pakistanaise. Ce que les États-Unis, empêtrés dans les combats contre l’insurrection des talibans qui gagne en intensité en Afghanistan, verraient évidemment d’un mauvais oeil.
AFP – Yahoo! Actualités.
AP – Yahoo! Actualités.

L’OTAN prétend ne pas être affecté par la répétition des attaques de convois militaires, mais dissimule les coûts de l’alternative du transport par voie aérienne.

L’Isaf sous commandement Otan peut aussi compter sur l’acheminement de matériel par la voie aérienne, en attendant la conclusion d’accords de transit ferroviaire pour le matériel non létal négociés avec les Républiques d’Asie centrale pour compléter celui déjà conclu cette année avec la Russie.
AFP – Yahoo! Actualités


[1] Les attentats qui ont visé Bombay fin novembre ont plongé le pays dans le désarroi. Car le pouvoir n’a pas les moyens de lutter efficacement contre le terrorisme.

[…]

Le gouvernement a beau se méfier des groupes terroristes, la droite et les militaires pakistanais semblent aujourd’hui plus puissants que lui, alors qu’il souhaite débarrasser le pays de ses éléments terroristes et rechercher un compromis de paix acceptable avec l’Inde. Mais ce que les gens doivent comprendre par-dessus tout, c’est qu’Islamabad aura du mal à combattre les menaces intérieures si les pressions extérieures deviennent trop fortes. L’accroissement des divergences entre pouvoirs politique et militaire au Pakistan ne pourra qu’aggraver les tensions dans la région. Les armées pakistanaise et indienne ne penseront qu’à une réponse militaire face à la menace terroriste actuelle. Un tel scénario augmenterait le risque d’une confrontation armée, peut-être nucléaire, entre les deux pays, et constituerait donc plus un danger qu’une réponse adéquate.

Courrier international.

Commentaires : Le Courrier international détaille les « groupes terroristes, la droite et les militaires pakistanais », mais ne dit rien des mêmes forces réactionnaires en Inde. Ce média entretient le mythe de « la plus grande démocratie du monde » où les activistes des partis religieux, des partis nationalistes de droite et d’extrême-droite et le gouvernement indien lui-même attisent la haine contre le Pakistan. Les deux pays ont hérité des pratiques du colonialisme britannique…

Commentaire pour cet article sinon utilisez le Forum

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :